La nature a horreur du vide

Mouwatana
Les membres fondateurs du mouvement Mouwatana. D. R.

Par Aziz Ghedia – Première remarque qui vient à l’esprit avant de s’attaquer point par point à ce qu’un certain H. B. avance comme accusations dans son article sur le mouvement Mouwatana et le président de Jil Jadid, Soufiane Djilali. Qui est d’abord ce H. B. ?

Parmi les commentateurs dudit article – et ils sont nombreux –, apparemment personne ne le connaît. Personne ne semble en avoir ne serait-ce qu’une petite idée. Pourtant, de nos jours, l’anonymat est devenu presque un mythe. Rien n’échappe à Google et autres moteurs de recherche. Bon, laissons tomber cette question de l’anonymat, chacun de nous étant libre de signer de son vrai nom ou d’un simple pseudonyme son article sur Algériepatriotique ou ailleurs. Mais, toujours est-il que ce procédé, s’il n’est pas quelque peu malhonnête, dénote tout de même d’un manque flagrant de courage politique de la part de celui qui y a recours. Ainsi donc, convenons-en, l’auteur de cet article qui signe H. B., contrairement à ceux qu’il critique, n’a pas une once de courage d’assumer son acte. Les militants de Jil Jadid, à leur tête Soufiane Djilali, par contre si. Ils assument. Dès le départ, dès la création puis l’officialisation de leur parti politique en 2012, ils ne se sont pas dérobés à la responsabilité qui est la leur : dire haut et fort que la crise politique qui secoue le pays depuis une vingtaine d’années a assez duré. A Jil Jadid, nous sommes conséquents avec nous-mêmes et nous assumons nos actes. La dernière réunion à laquelle faisait certainement allusion Monsieur l’anonyme (appelons-le comme ça, c’est mieux que de donner des initiales) n’était pas motivé par une quelconque «fête d’anniversaire du parti». Et encore moins la dixième année.

Jil Jadid n’a que quelques années d’existence officielle et, apparemment, il commence à déranger en haut lieu. Il commence à damer le pion à certaines formations politiques qui ont pratiquement l’âge de l’indépendance du pays. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il a justement une vision politique et non des «slogans vides de sens». Monsieur l’anonyme aurait dû demander le programme politique de Jil Jadid avant d’écrire son papier et de dire n’importe quoi. En fait, il est à se demander s’il ne le fait pas sciemment afin d’induire en erreur les lecteurs d’Algeriepatriotique.

En effet, quand on avance un peu dans la lecture de son article, on se rend compte qu’involontairement peut-être, celui-ci reconnaît, même du bout des lèvres, le rôle joué par Jil Jadid au sein de la CNLTD. De là donc découle le fait que Monsieur l’anonyme n’est ni naïf ni bête. Il a la maîtrise de l’art de la propagande politique et il est, à coup sûr, quelqu’un du système ou commandité par le système pour diffamer et, par conséquent, nuire à Jil Jadid. La technique est vieille comme le monde : la meilleure défense est l’attaque.

Par ailleurs, Monsieur l’anonyme devrait savoir que la nature a horreur du vide. Le départ de ce système auquel on appelle de tous nos vœux à Jil Jadid, et depuis quelques semaines maintenant à Mouwatana, ce nouveau mouvement politique à la naissance duquel a contribué largement Jil Jadid, ne laissera aucun vide. Beaucoup d’Algériens d’ici et de la diaspora, bardés de diplômes de haut niveau dans tous les domaines et ayant le patriotisme chevillé au corps, n’attendent que ce départ pour venir en masse prendre les destinées de la IIe République. Ainsi sera créé un véritable Etat de droit ; Etat dans lequel, au moins, la corruption à grande échelle n’existera plus.

A. G.

Comment (27)

    mouatène
    1 octobre 2018 - 15 h 05 min

    ya si Abderrahmane, peut etre que vous, vous serez leur confrère plus courageux. répondez à la question du peuple, auquel vous demandez une adhésion à votre programme. elle est très simple: publiez les tarifs que vous pratiquez aux consultations, radio et analyses. si vous avez peur dites le. l’algérie n’est pas à feu et à sang, mais il parait que c’est vous et vos semblables qui voudraient qu’elle le soit. si vous croyez que l’histoire de 90 se répétera alors là, vous vous leurrez en long et en large. je répétes la question: vos honoraires c’est combien ?

      GHEDIA Aziz
      1 octobre 2018 - 20 h 21 min

      Ma parole, mais vous êtes obnubilés par cette histoire des honoraires. Si vous avez une dent contre les médecins, dites-le. Tout simplement. Mais pourquoi vous ne posez pas cette question aux autres corporations, les avocats par exemple. Un simple plombier quand il vous répare une petite fuite d’eau dans les WC vous demande pas moins de 5000 DA. Alors ? Mais soyons un peu sérieux, dans cet article, il s’agit d’un problème politique, du devenir de la Nation algérienne, particulièrement en cette phas historique connue par des turbulences politiques en haut lieu. Regardez ce qui se passe à l’APN avec cette hargne de Ould Abbes qui veut dégommer, coûte que coûte, le président de la dite APN alors que ce dernier est, pourtant, du même parti, le FLN aue Ould Abbes. Regardez les limogeages en série au niveau de l’ANP, les affaires de corruption que la presse algérienne étale quotidiennement sur les « Une », les émeutes qui se déroulent un peu partout en Algérie pour des tas de raisons sans que les pouvoirs politique ne s’inquiètent outre mesure… la liste étant encore longue, je préfère m’arrêter ici. Voilà les véritables problèmes qui se posent à l’Algérie. Quant à cette histoire des honoraires des médecins, c’est une futilité parce que les médecins ont une conscience professionnelle et ne prennent que ce qui leur revient de droit. Ils ne quémandent pas et ils ne volent pas non plus.

    Abderrahmane
    30 septembre 2018 - 22 h 07 min

    Les beltagias, du web, les corrompus, les défenseurs du système, passez votre chemin.

    Les convaincus de la nécessité du changement par l’union, le rassemblement des forces constructives, les soutiens de Mouwatana, mon écrit ne vous est pas adressé.

    Les autres: vous avez le droit de ne rien faite et de critiquer, mais u moins, essayez de rendre votre critique admissible, logique… Les membres de mouwatana, ont activé les 4 dernières années sur le terrain, pour s’opposer au système. Ne parlons pas d’avant, même si cela pourrait être utile. Le pouvoir tape sur la tête de ceux qui réfléchissent, emprisonne ceux qui s’expriment, poursuit ceux qui s’opposent, mène à l’exil ceux qui espèrent…
    Mouwatana n’a pas droit de cité sur la presse ou à la télé, les élections sont truquées, la constitution bafouées, les richesses détournées…
    Le pays a besoin de tous le monde, de toutes les tendances, alors mouwatana s’ouvre à toutes les tendances qui veulent l’intégrer, se reconnaissent dans les valeurs de sa charte.

    Les algériens sont dans un étouffoir, une prison à ciel ouvert, où règne la loi des parkingeurs, de la chkara, sur fond de tchippa étatisée, par les hommes du pouvoir, passés du statut d’hommes d’état à celui d’hommes de main.
    Le peuple est en partie dressé, en partie muselé.

    Les enfants du pays qui jouissent des libertés des pays occidentaux, ne doivent pas oublier leurs frères restés dans la souffrance, soit muselés, soit dressés.

    Les algériens à l’étranger doivent se mobiliser pour exprimer ce que ceux restés sous la dictature subissent.
    L’étranger sait très bien ce que l’Algérie contient.

    Paris, Londres, Pékin, Moscou… ont plus de données sur les algériens, que les algériens eux-mêmes.

    Les dirigeants algériens, prennent les richesses et les transfèrent vers ces capitales et d’autres. Ils ont des biens à Barcelone, à Rome, à Marseille… Ils se soignent en France, en Suisse… Font leurs courses dans les grands magasins…

    Quand on demande des nouvelles président, les responsables de sa smala, nous répondent qu’il faut faire confiance aux dirigeants étrangers, comme François Hollande, pour admettre qu’il est en bonne santé, même s’il ne parle pas, ne comprend pas, ne dit pas…

    Si les algériens se rassemblent devant l’ambassade achetée avec NOS milliards, cela pose problème?

    Vous voulez faire taire toute voix, réprimer toute voie?

    J’étais à Lyon, à Londres, et bientôt à Paris, Marseille… J’y rencontre des algériens qui en ont gros sur leur cœur, des compatriotes déterminés, qu’il fait plaisir de rencontrer. Nous serons présents, heureux de l’être et de le dire.

      Anonyme
      1 octobre 2018 - 11 h 08 min

      Je conçois que tout n’est pas parfait en EL DJAZAÏR, et qu’il reste beaucoup à faire, mais de là à faire une généralité, vous allez un peu trop vite en besogne.
      Deux choses l’une, soit vous rechigniez parce que vous estimiez que votre part de gâteau n’est pas assez grosse , soit vous rouliez pour quelqu’un dans l’espoir qu’elle sera plus conséquente.
      Ne jamais oublier le décennie noire, EL DJAZAÏR revient de loin.

    Kahina-DZ
    30 septembre 2018 - 16 h 09 min

    Ya pseudo- mouwatana des traitres:

    On ne peut défendre l’Algérie tout en étant des alliés des ennemis de l’Algérie. Allez vendre vos trahisons ailleurs, vous n’êtes pas crédibles…vous me faites rappeler cette opposition syrienne qui a détruit la Syrie!!

    On a bien vu les membres de votre bizarroïde mouwatana intervenir sur la chaine El-magharibia et la chaine Qatarie, El-djazeera…La destructrice des pays arabes.
    Vous ne faites pas de l’opposition politique, mais vous attaquez l’Algérie.

    8
    5
      GHEDIA Aziz
      30 septembre 2018 - 19 h 02 min

      Kahina-DA, vous le décevez. Je ne m’attendais pas une telle réaction de votre part. Les militants de Jim jadid et de Mouwatana sont pacifiques et ne veulent que du bien à ce pays. C’est parce qu’ on a été empêché de manifesté dans les villes algériennes quton à opté pour l’étranger mais avec des algériens qui ne pourraient en aucun cas être manipulés. Ils sont assez vigilants. Ne craignez rien du tout. Notre combat est politique. Et il est pacifique.

      2
      1
    Zaatar
    29 septembre 2018 - 23 h 05 min

    J’ai lu quelques interventions et cela a consolidé ce que je pensais déjà. Je conclu d’abord et je dirais ensuite les arguments. Ma conclusion est que le pouvoir à encore de longs et beaux jours devant lui. Rien qu’à la façon de s’y prendre pour diviser il y réussi diablement bien ses coups. Ce qui est vrai dans cette histoire pour Jil Jadid l’est très certainement pour tous les autres partis ou associations. Une bataille rangée eclate comme si les protagonistes dirigeaient déjà le pays alors que le pouvoir est toujours en place. Et c’est encore une histoire de richesses, de se remplir les poches… Bref, la nature humaine finalement dans un certain sens est tellement prévisible.

    mouatène
    29 septembre 2018 - 18 h 36 min

    Monsieur Ghédia bonjour. vous affirmez, et je vous cites  » beaucoup d’algériens d’ici et de la diaspora, bardés de diplomes de HAUT NIVEAU dans tous les domaines et ayant le PATRIOTISME CHEVILLE au corps, sont prets à prendre les destinée de la II ème république  » . c’est très beau. c’est sublime. alors juste une question: vous et ces bardés de diplomes, ainsi que le sieur sofiane djillali, estes vous en mesure de publier les tarifs que vous exigez aux citoyens pour les consulatations que vous pratiquez, sachant qu’elles ne dépassent pas 50 dinars dans tous les secteurs sanitaires du pays. combien exigent les spécialistes et quels sont les tarifs des radio et analyses de messieurs les diplomés de djil el djadid. le peuple a besoin de savoir qui sont « ces futures dirigeants ». il y a beaucoup à dire mais restons en là !!!!

    2
    5
      GHEDIA Aziz
      29 septembre 2018 - 19 h 42 min

      Ya Mouatene, moi je parle du devenir du pays, et vous, vous me parlez des honoraires des médecins qui vous paraissent peut-être excessifs. En ce qui me concerne, puisque vous semblez me connaitre, sachez que je travaille dans une structure privée et je perçois un salaire en rapport avec les actes que j’entreprends. Ni plus ni moins.

      2
      2
        mouatène
        29 septembre 2018 - 22 h 00 min

        ya si Ghédia, vous ne répondez pas à ma question qui est très simple. le peuple a besoin de savoir qui sont ses futures dirigeants de la deuxième république. parce que pour vous les honoraires pratiqués ce n’est pas important. si c’est ça, cela veut tout dire. les actes que vous entreprenez dites vous. tous les travailleurs algériens entreprennent des taches bénéfiques à la société. la différence, ce sont « les honoraires » licites et illicites.

        2
        3
    IMAZIREN
    29 septembre 2018 - 16 h 50 min

    Ne pas confondre parti d’opposition et parti de gouvernement, la critique est facile mais l’art est difficile.

    Hakikatoune
    29 septembre 2018 - 15 h 31 min

    @ Felfel Har 29 septembre 2018 – 13 h 14 min , …. ! J’aime bien et je respecte vos points de vue mais quand vous dites : …  » j’ai critiqué la démarche de la Mouwatana, non pas parce qu’elle proposait une alternative au pouvoir actuel, mais parce qu’elle a eu lieu à Londres, »… c’est à mon humble avis une sorte de fuite pas en avant mais …. en arrière carrément !

    Vous savez mieux que quiconque que le pouvoir empêche toujours Mouwatana et ses initiateurs de s’exprimer ou de parler aux citoyens dans son propre pays, alors pourquoi ne pas trouver une alternative en essayant de le faire à partir de l’étranger ! Soyez rassurer, Mouwatana n’a rien à voir avec le FIS et ses méthodes à partir de Londres ou du Qatar !

    8
    3
      Felfel Har
      29 septembre 2018 - 18 h 00 min

      Merci Hakikatoune de me donner l’occasion de préciser ma pensée.
      1- La France coloniale n’a-t-elle pas verrouillé le pays pour empêcher les nationalistes algériens de s’organiser et d’activer? Et pourtant, ils se réunissaient dans la clandestinité, ils sensibilisaient le peuple pour le mobiliser et le préparer à une lutte sans merci.
      2- Les dictateurs espagnols (Franco), portugais (Salazar), cubain (Batista), roumain (Ceauscescu) ont-ils joué le jeu démocratique pour permettre à leur opposition de s’exprimer? Celà a-t-il empêché les opposants de s’organiser au nez et à la barbe de leurs barbouzes et autres polices secrètes pour lutter pour un changement salutaire de régime dans leur pays?
      El Mouwatana devrait rivaliser d’ingéniosité pour neutraliser l’appareil policier et le carcan mis en place par le pouvoir. A l’heure de l’Internet, tout est possible! Qu’est-ce s’oppose à la diffusion de son programme même sous le manteau, à se déployer dans la rue pour aller à la rencontre des citoyens pour leur exposer brièvement ce qui est attendu d’eux, etc. « A coeur vaillant, rien d’impossible ». Il faut mouiller la chemise sur le terrain, ici, en Algérie, pas ailleurs, car c’est ici que le peuple vit. Il pourrait y avoir des arrestations et bien d’autres obstacles, mais celà n’en vaut-il pas la chandelle? Selon Mao, on ne fait pas la révolution sans casser des oeufs! Salutations!

    bedraham
    29 septembre 2018 - 15 h 27 min

    certains se defoulent se caches derriere les reseaux sociaux ils critiques n’importe qui pour n’importe quoi ils n’ont aucune tendance des opportunistes ou des troubles fetes ils ne ratent rien, ils se prennent pour des experts en politiques ou de donneurs de lecons mais sur le terrain ce n’est que des ….. brebis…

    2
    1
      Anonyme
      29 septembre 2018 - 18 h 38 min

      …parce que le terrain est miné

    Argentroi
    29 septembre 2018 - 14 h 45 min

    En commentant l’interview de Sofiane Djillali accordé à algériepatriotique et paru le 18 septembre, voilà ce que nous pond ce Azziz Ghédia à la fin de l’un de ses commentaires en guise de conclusion :
    « Tant que cette mentalité persiste, il est à craindre que l’Algérie aille droit au mur. Peuple de moutons, vous méritez la médiocratie. A bon entendeur, salut. »
    Mais justement, c’est parce que voulons ne plus être un peuple de moutons qu’on ne veut pas s’engouffrer dans les sempiternelles aventures où ce n’est qu’à la fin qu’on se rendra compte qu’on a été grugé.
    En vérité, il a parfaitement raison quand il nous traite de moutons. Effectivement, on a tous peur du méchant loup tandis que lui, il a les garanties nécessaires, il est sous protection. Donc, nous quand on signe avec des pseudo, ce n’est pas comme lui à visage découvert.
    Plaise à Mouatana de nous pardonner ces critiques s’il arrive au pouvoir.

    2
    2
    Anonyme
    29 septembre 2018 - 14 h 25 min

    Hé…Bejaia,Constantine et Alger se trouvent où ?

    3
    1
    Djena
    29 septembre 2018 - 13 h 15 min

    Quand on est un soutien du FIS des années 90 on ne se revendique pas opposition mais terroriste.
    Quand on est réellement un parti d’opposition l’on s’exprime dans sa patrie dans son pays devant son peuple pas depuis l’étranger et des officines étrangères.

    4
    5
    Felfel Har
    29 septembre 2018 - 13 h 14 min

    Quand on accepte de descendre dans l’arène politique, il faut s’attendre à des critiques formulées par tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans le programme de tel ou tel candidat. N’est-ce pas ce que préconisait Voltaire quand il affirmait que, même s’il était en désaccord avec quelqu’un, il lui reconnaissait le droit d’exprimer son point de vue en toute liberté. S’attaquer au messager et non au message s’apparente à un règlement de compte plutôt qu’à un débat. Je crois devoir ajouter qu’en politique, il n’y a pas d’homme providentiel (un saint?) qui ne soit ni infaillible ni critiquable. Cette levée de bouclier impétueuse n’a aucune raison d’être. Il faut savoir raison garder!
    PS: J’ai critiqué la démarche de la Mouwatana, non pas parce qu’elle proposait une alternative au pouvoir actuel, mais parce qu’elle a eu lieu à Londres, fief de la perfide Albion plus anti-musulmane que jamais. Celà pouvait être perçu comme une volonté d’internationaliser le conflit pouvoir-opposition.

    11
    5
      Ch'ha
      29 septembre 2018 - 13 h 29 min

      @Felfel Har
      Exactement ce mouwatana ne s’attaque pas à la politique mais à l’homme.
      Ce mouvement est la main de l’étranger tout simplement.

      8
      8
    60 années en fumée !!!
    29 septembre 2018 - 12 h 46 min

    vivement l’Algérie 2.0 .
    juste prendre en compte la ressource la plus importante qu’il soit : LE TEMPS .
    le peuple a perdu EXCESSIVEMENT DE TEMPS depuis 62 ! , la version 2.0 de l’Algerie aurait due être entamée dans les années 70 !!!!
    – pas d’islamisme extremiste .
    – pas de « faux patriotisme  » de façade .
    – pas illettrisme .
    -pas de charlatanisme et zawiyisme.
    -zéro religion dans la politique et les affaires du pays .
    -systéme vérifiable pour tracer la corruption administrative .
    – les langues ? lesquelles ? sachant que l’arabe n’a rien à voir dans le IT world , le tamazight est trop …., la seule issue pour une langue structurée et en phase avec les technologies , reste l’anglais .

    8
    4
    Anonyme
    29 septembre 2018 - 12 h 38 min

    On se renvoit la balle, des deux camps, pouvoir et opposition/domestique. Article ou decheance oubien arrestation/spectacle, tout sert la  » normalisation » du demi- citoyen desabuse’. On tente de feindre le renoncement au controle sans perdre les reines. Comment desactiver le refus du regime sans changer ni ses hommes ni sa culture politique, voilà le non-dit des articles signes a’ moitie’. Le beurre et l’ argent du beurre!

    4
    2
    LOUCIF
    29 septembre 2018 - 11 h 32 min

    Je viens à l’instant de poster un avis concernant les personnes qui critiquent Mouwatana et ses initiateurs ! Je vais essayé de le résumer ici sous une autre forme suite à cet article de Aziz Ghedia qui met les barre sur les T à un certain H.B.

    Il y a bien sûr ce H.B anonyme qui accable ce mouvement, mais il y a aussi des personnes qui en parlant de la situation politique actuelle disent que c’est responsabilité de « TOUT LE MONDE » y compris des citoyens et du peuple algérien ! Une façon de noyer le poison ! Ils disent que : … »la responsabilité vient de nous tous, société civile et classe politique est entière, car nous n’avons pas milité suffisamment ou parler au peuple », sans préciser que la plus grosse responsabilité de la situation actuelle est avant tout celle du pouvoir, de Bouteflika et de ses gouvernements successifs. D’ailleurs le pouvoir se montre de plus en plus autiste et sourd à toute revendication, à tout changement ! Il campe sur ses positions en narguant le peuple. Ce pouvoir s’est assuré toute la sécurité possible et imaginable pour se protéger (armée, police, gendarmerie, institutions, administrations etc… etc…) et il prend en otage non seulement le peuple mais surtout la rente pétrolière qu’il considère comme son bien propre, mais c’est Mouwatana qu’on montre du doigt !

    En principe à partir de ce constat, toute initiative prise par une association, des personnalités politiques, des partis d’opposition dans le sens de la transition politique et du changement de gouvernance doit être encouragée quelque soit la ligne idéologique ou politique de ses initiateurs ! Mais hélas, il n’y pas encore suffisamment de personnes pour comprendre que face aux partisans du changement, il y a ….. des chars, des CNS, des policiers, des gendarmes, le FLN, le RND, l’UGTA, le FCE, le TAJ, le MPA , etc… etc.. c’est à dire une force colossale, et que la seule issue pour nous les forces du changement est celle d’unir nos rangs et de soutenir toute initiative contre ce système politique et son personnel incrusté dans les administrations et les institutions algériennes ! Donc, commençons d’abord par soutenir au minimum Mouwatana ou toute initiative de ce genre, et après on verra ! Il est là le vrai bon sens politique de l’heure !

    Anonyme
    29 septembre 2018 - 11 h 29 min

    H.B. ça doit être le fantôme de Houari Boumediene!!!

    2
    5
      Anonyme
      29 septembre 2018 - 12 h 04 min

      Bien dit!

      2
      4
      Gatt M'digouti
      29 septembre 2018 - 12 h 57 min

      Ou bien celui de Hamoud Boualem !!!

      4
      1
    lhadi
    29 septembre 2018 - 11 h 29 min

    Au lieu de se présenter comme une force d’alternance ayant un projet de société, des modes d’actions politiques renouvelés sortant des sentiers battus et un système de valeurs, les partis dits démocratiques se sont adaptés aux règles du jeu imposées par le système politique mis en place depuis l’indépendance.

    fraternellement lhadi
    ([email protected])

    6
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.