L’Algérie importera le blé et le lait de Russie : panique en France

blé russe
L’Algérie a déjà importé du blé russe en 2017. New Press

Par Hani Abdi – Premier fournisseur de l’Algérie en blé tendre, la France est en passe de perdre un gros marché en faveur des Russes. En effet, l’Algérie, qui a déjà importé du blé russe en 2017, envisage de s’approvisionner totalement de la Russie cette année. Un accord devrait être signé une fois tous les certificats de conformité délivrés.

«L’Algérie est extrêmement intéressée par l’importation de blé russe et envisagera cette possibilité après avoir analysé les informations reçues lors de l’inspection. La décision de la partie algérienne sera également basée sur les résultats de l’inspection du lot de blé d’essai qui sera envoyé à l’Algérie dans un avenir proche», souligne l’organe de surveillance Rosselkhoznadzor du ministère russe de l’Agriculture, dans un communiqué repris par le journal économique français La Tribune.

Ce média relève la conséquence de cette décision sur les agriculteurs français et globalement sur les exportations françaises vers l’Algérie. La France est jusqu’à présent premier fournisseur de blé tendre à l’Algérie avec près d’un milliard de dollar.

La réorientation envisagée des importations de blé vers la Russie, qui aurait du blé de meilleure qualité et à un prix plus compétitif, inquiète en premier lieu les céréaliculteurs français qui risquent ainsi de perdre un gros marché, le deuxième au monde, avec plus de 7 millions de tonnes annuellement. L’inquiétude des Français va au-delà du blé. Car l’Algérie s’intéresse aussi à d’autres produits russes comme le lait et la viande bovine.

Les autorités algériennes ont demandé des certificats vétérinaires pour les produits laitiers et la viande bovine, souligne La Tribune, citant l’agence Tass. La même demande aurait été formulée par l’Algérie aux Russes pour «les ressources biologiques aquatiques destinées à l’exportation. Selon la même source, les entreprises russes pourront commencer les livraisons de leurs produits sur le marché algérien dès que le certificat vétérinaire aura été approuvé».

Le choix de l’Algérie de se détourner de son fournisseur traditionnel, la France en l’occurrence, pourrait, au-delà des raisons économiques, être une réaction aux fortes pressions françaises sur les autorités algériennes en ce qui concerne, notamment, le dossier de l’immigration et de la circulation des personnes.

H. A.

Comment (134)

    issam
    2 octobre 2018 - 19 h 42 min

    Pourquoi importer des choses qu’on a déjà?Je propose qu’on renvoie leur blé comme ils nous ont renvoyé nos patates

    4
    3
    Jean-Boucane
    2 octobre 2018 - 19 h 27 min

    Les algériens ont trop été naif avec la France… cette derniere nous a finalement fait perdre 50 ans de coopération… en plus elle a toujours privilégié le Maroc vis a vis de l’Algerie… donc fin du game, changeons de partenaire et il faut arreter de demander des VISA, il y a 50 ans les français ne voulaient pas quitter notre pays tout simplement parce qu’il est magnifique, donc refaisons de notre pays un paradis!!!

    18
    3
      Anonyme
      2 octobre 2018 - 20 h 37 min

      Les Français disent que ce sont eux qui ont construit en 132 ans la majorité des infrastructures dans le pays ( Hôpitaux, Hôtels, Gares, Champs agricoles, des bureaux de poste, des aéroports etc…la liste est trop longue ) . Beaucoup de ces anciennes infrastructures françaises visibles sur d’anciennes cartes postales sont encore debout, raison pour laquelle notre pays était magnifique comme tu dis MAIS depuis leur départ en 1962 qu’en est-il vraiment ? Qu’avons nous fait depuis avec l’aide des chinois ? des Immenses cités dortoirs de type zup, le mosquée d’Alger ( toujours pas achevée) un petit métro à Alger, l’autoroute Est Ouest, des écoles et des universités dont il faut aller visiter l’état de vétusté etc…Bref, c’est un bilan léger , décevant même au vu de la manne pétrolière

      9
      7
        Farid1
        2 octobre 2018 - 23 h 28 min

        Les infrastructures ont été construits pour eux pas pour les autochtones…En plus la France les a construits grâce aux richesses du sous-sol algérien qu’elle a pillé…
        Toute fois maintenant il y’a des dizaines d’université construites des autoroutes des barrages des hopitaux des écoles des…., des…., des…,

        4
        1
    Nour
    2 octobre 2018 - 19 h 24 min

    C’est pour quand du ble purement ALGERIEN ? l’Algerie qui etait le grenier non seulement de la France mais de l’europe au temps des turcs ! Rien n’est impossible quand on a les hommes qu’il faut.

    12
    Anonyme
    2 octobre 2018 - 19 h 16 min

    L’Algérie ancien grenier à blé de l’empire romain , est devenue le plus grand importateur de blé au monde.
    A Paris  » ya 3ajaba  » on cultive du blé avec le meilleur rendement à l’hectare au monde !
    Chez nous  » ma3za oua lew taret  » sur les terres agricoles nourricières on ne plante plus du blé, au contraire on y implante des administrations aux dimensions pharaoniques. A la place du blé , mangeons du béton c’est plus lourd et ça remplit mieux nos estomacs.

    10
    1
      Anonyme
      2 octobre 2018 - 22 h 08 min

      COMPARAISON N’EST PAS RAISON..A cette époque l’empire romain qui contrôlait toute l’Afrique du Nord était nettement moins peuplé qu’aujourd’hui.
      Rien qu’en Algérie, il y a aujourd’hui 42 millions d’habitants sans parler des autres pays environnants. De plus, tous les ans la population algérienne augmente d’1 million DONC aujourd’hui notre pays est loin d’être autosuffisant en matière alimentaire même s’il transformait un maximum de terres en champs agricoles.
      Il ne faut pas oublier que 80 % de notre territoire est désertique ou semi désertique, ce qui nécessite beaucoup d’eau potable pour la consommation comme pour l’irrigation.
      C’est la politique de Boumediene , inspiré par le modèle soviétique, qui a totalement ruiné l’agriculture traditionnelle algérienne qui était très développée à l’époque coloniale française au point que notre pays ( peuplé de 9 millions de personnes en 1962 ) exportait ses productions agricoles dans le Monde.

      10
      1
        De Bernis
        9 octobre 2018 - 19 h 47 min

        @Anonyme
        2 octobre 2018 – 22 h 08 min
        COMPARAISON N’EST PAS RAISON.
        ——————————————————————
        Le pauvre Boumédiène a été berné par un certain De Bernis, qui lui a fourgué son schéma des industries « industrialisantes », par quoi l’agriculture a été placée au second plan, De Bernis sonne Berner, c’est ainsi !

    UMERI
    2 octobre 2018 - 19 h 10 min

    Selon les dernières informations rapportées par la presse, la production de blé a augmentée considérablement cette année et une quantité, peut même être exportée, alors pourquoi importer du blé de France ou de Russie, on ne comprend rien, à moins qu’on change le notre, pour du blé moins bon.

    8
    5
      lyes2993
      2 octobre 2018 - 20 h 07 min

      L’alimentation des Algériens requiert plusieurs types de blé : blé tendre et blé dur ! l’un utilisé pour la farine de pain, l’autre pour le couscous, la semoule, pates, etc …. la production de céréales a battu un record cette année mais reste insuffisante pour parer à la forte consommation algérien faite de consommation, gaspillage, transformation et contrebande ! Plus de 60 millions de quintaux ce n’est pas rien mais cela peut encore s’améliorer …. bien malgré l’exode rural occasionné par le terrorisme de la décennie noire et le rêve de la modernité parabolienne ! ;=) par contre, certaines filières telles l’orge sont excédentaires et sont donc exportées ! un clin d’oeil aux pleureuses qui nous clament que l’ALgérie ne produit rien !!! L’Algérie n’est juste pas si pressée de passer à la culture intensive de type Monsanto américain ou au glyphosate intensif à l’européene ( à la mode française par exemple ) !

      13
      3
        Anonyme
        2 octobre 2018 - 22 h 52 min

        Je ne vois pas l’intérêt de faire de l’agriculture intensive pour l’exportation si nous pouvons nous en passer et exporter autre chose, par exemple des produits miniers inexploités dont nous sommes très riches.
        L’essentiel c’est de satisfaire aux besoins de la population locale. Je ne voudrais pas voir l’Algérie faire comme le maroc qui fatigue ses terres, investit dans des barrages à outrance pour l’agriculture d’exportation pendant que les populations rurales crèvent de soif, et gaspille ses précieuses ressources en eau pour des fruits et des légumes dont les marocains ne voient même pas la couleur, des framboises par exemple.
        C’est ce qui nous attend. Tout ce qui est intéressant prendra le chemin de l’étranger au détriment des consommateurs locaux: l’huile d’olive, le miel, les fruits rouges, les plantes médicinales et huiles essentielles, le safran, les truffes terfess n’en parlons pas.
        De plus une agriculture intensive en Algérie, ça voudra dire automatiquement une importation massive de travailleurs subsahariens, c’est extrêmement dangereux.
        Enfin, si l’Algérie exporte ses produits agricoles comme si sa vie en dépendait, nous serons assurés à tous les coups de ne plus trouver sur nos marchés que le troisième choix, et au prix fort puisque la demande sera plus forte que l’offre drainée vers la pompe à devises.

        4
        1
    Ch'ha
    2 octobre 2018 - 19 h 09 min

    Perfect, Machallah.
    L’Iran importe également la viande mais de mouton de Russie de la région d’Astrakhan pour sa qualité notamment.

    8
    4
    CHAOUI
    2 octobre 2018 - 18 h 30 min

    Je ne serais heureux que le jour ou on importera plus de quoi mangé ni de la France ni d’ailleurs,tant qu’on continue à importer notre nourriture ,nous resterons à la merci de celui qui nous nourri.

    29
    3
    tergui
    2 octobre 2018 - 18 h 26 min

    c est bien de continuer en fabriquant la.nouvelle Avtovaz ou NIVA en.algerie l industrie automobile russe c est considerablement developper

    12
    5
    Watani Watani
    2 octobre 2018 - 18 h 25 min

    Salam Lkhawa, je souhaiterai nchalah que nos dirigeants se réveillent et commencent à recycler pas juste le système agricole, nchalah pourquoi pas avoir ce journal AP version russe en CYRILLIQUE ou en ENGLISH ou en DEUTSCHE, la sueur froide coulera du front de fafa et surtout de ses caniches que de Gaulle a pris le soin de nous les faire infiltrés.

    12
    7
    Mohamed
    2 octobre 2018 - 18 h 23 min

    Salam aleikoum,

    Tant que notre agriculture ne satisfait pas nos besoins ni en quantité et surtout ni en qualité alors quand j’entends les rêveurs dirent que notre pays a toutes les possibilités à se développer et devenir un pays émergeant et pourquoi ensuite un pays développé, je reste sceptique et dubitatif, pourquoi ? Parce que nous sommes au XXIe siècles, à l’aube ou l’homme pense à bâtir des colonies dans l’espace, à guérir les différents cancers, nous ne sommes pas arrivés à maitriser le plus vieux métier au monde qui est l’agriculture qui au départ ne nécessitait ni technologie, ni les hautes études, alors qu’autrefois nous étions le grenier de l’Europe, nous sommes devenus la poubelle de l’Europe.
    Sachez que tous les empires avaient commencé à consolider leur agriculture en assurant une autosuffisance avec des produits en abondance pour ensuite ériger leur civilisations comme les anciens égyptiens, les greco-romains et que dire maintenant des USA que tout le monde croit savoir que c’est un pays de la technologie et des loisirs audiovisuels alors que c’est un pays agricole, et je fus même étonné d’avoir lu il y a de cela 20 ans que la firme aéronautique Boeing qui conçoit et fabrique les avions est aussi une compagnie agricole en produisant de la pomme de terre dans ses champs réservés aux essais.
    Je dis c’est bien de changer de fournisseur et d’en avoir pourquoi pas plusieurs, mais le mieux ça aurait été que c’est nous les algériens qui devraient produire le blé, le lait et tous autres produits, cela va de notre sécurité et de notre indépendance, car celui qui croit que la souveraineté de notre pays se résume d’avoir une armée aguerrie et avec des batteries de missile S/A S400 sont suffisants pour garantir notre sécurité, risque d’être trompé par ses désillusions quand il verra ses compatriotes et nos vaillants soldats mourir pas par des balles ou des bombes des ennemis mais par la malnutrition et la famine parce que les ennemis ont décrété un embargo ou rien n’entre et rien ne sorte…
    L’État doit encourager les jeunes qui veulent investir dans l’agriculture et dans l’agro-aliments (pas seulement en incitant les jeunes à investir le créneau du transport ou le BTP), en leur facilitant la démarche, l’octroi des crédits, assistance technique et la ruée vers le sud qui est notre Eldorado vierge qui attend l’arrivée de nos pionniers,

    20
    1
    Ho, Ho
    2 octobre 2018 - 18 h 22 min

    Super , les français nous déteste de toute façon , même les harkis son obliger de changer de nom pour faire voir qu’ils ne sont pas née Algériens !
    alors si Poutine nous donnent des Visas pour la Capitale et les grandes villes pourquoi pas et je suis sur qu’on vivra mieux en Russie que chez De Gaulle alors préparons les couvertures et adieux les Harkis et les franssaouis !

    14
    16
    Action
    2 octobre 2018 - 18 h 19 min

    Si une bonne Nouvelle par ce que les Français sont des hypocrites , mon souhait aussi si de séparer de la langue Française et opter pour L’Anglais .

    17
    15
    mesmoumine
    2 octobre 2018 - 18 h 03 min

    La France? qu’elle aille vendre son blé et son lait au maroc qu’elle soutient par tout les moyens contre nous.
    Il faut avoir le courage de sa politique si l’on veut avancer.
    En même temps, n’avez-vous pas remarqué comme par hasard, que les projets d’investissements Etrangers sont retardés par différents moyens chez nous par nos responsables, afin que le voisin s’en trouve gratifié.
    Parfois je vais jusqu’à penser qu’il y a complicité.
    Projets dans le solaire, montage des voitures, usines diverses…
    Dans nos affaires avec le maroc c’est toujours lui qui est le gagnant…
    Vous savez, avec quelques tapes dans le dos la fafa nous fera faire signer n’importe quoi.
    OUI au blé tendre (farina) et au lait Russes. OUI aux armes russes. OUI aux bases Russes et Chinoises. OUI au MUR anti-voisins venimeux, car les subventions nourrissent biens des ingrats…

    22
    9
      Anonyme
      2 octobre 2018 - 18 h 43 min

      @Mesmoumine
      Non, aucune base de qui ce soit.

      50
      2
        mesmoumine
        3 octobre 2018 - 13 h 26 min

        on verra le jour où il va pleuvoir alors…

    Anonyme
    2 octobre 2018 - 17 h 53 min

    Ce qu’il faut savoir, n’en déplaise à Le Pen père et fille, et leurs militants c’est que la balance commerciale entre la France et l’Algérie a toujours été favorable à la France depuis 1962. La France ne fait pas la charité à l’Algérie à travers nos immigrés. Les Algériens ne mangent pas le pain des Français. Le Pen a l’habitude de dire que le trou de la sécurité sociale est du aux travailleurs immigrés. C’est faux ! Il a aussi l’habitude de dire que les 3 millions de chômeurs Français n’ont pas d’emplois à cause des 3 millions d’immigrés. C’est archi faux ! On devrait dire trop c’est trop , halte au mensonge et au chantage !
    Quant à nos demandeurs de visas, après un parcours du combattant de titans , en sus des frais de chancellerie de plus de 8000 dinars (non remboursables en cas de refus de visa), d’une attestation d’hébergement de 60 euros payable en France, d’une assurance maladie couvrant tout le séjour, s’ils arrivent à obtenir le visa , ils sont sommés de faire rentrer en France 120 euros par journée de séjour ! Le mieux payé des Professeurs d’Université de France ne gagne pas 80 euros par jour !

    10
    4
    Shvek
    2 octobre 2018 - 17 h 49 min

    Il n’y a pas de quoi être fiers d’importer du blé ni de France ni de Russie.
    Il n’y a pas non plus à être contents d’importer du blé de Russie plutôt que de France.
    La logique aurait voulu qu’on soit contents d’exporter du blé !
    Avant 1962, l’Algérie exportait du blé vers toute l’Europe.
    Aujourd’hui, on importe tout et on semble être heureux de notre statut de tubes digestifs. Lorsqu’il n’y aura plus le sou pour importer, nous rappelerons à notre bon souvenir la fable de La cigale et la fourmi de Jean de La Fontaine.
    On nous dira : pendant que nous nous inovions, nous inventions, nous cherchions, nous travaillions, nous cultivions, que faisiez vous ?

    Nous repondrons : nous importions, nous achetions des voitures, des portables, nous faisions du troc et construisons des R+5, nous passions des vacances en tunisie à 12 millions alors que le smic était à moins de 2 millions, nous mangions du chwa, de la chawerma…..nous nous occupions de religion, de prières et allions faire le hadj au prix d’énormes millions, nous construisions des mosquées à plusieurs millions plutôt que des hôpitaux car la religion chez nous c’est beaucoupl plus important…….nous faisions travailler des chinois, des turcs, des marocains, des coréens et bien d’autres citoyens car nous avions l’argent un peu comme les saoudiens….

    On nous repondra :

    Eh bien dansez maintenant !

    22
    5
    Zaatar
    2 octobre 2018 - 17 h 45 min

    Voila, on ne sait pas cultiver le blé pour fabriquer de la farine et faire du pain. On doit l’importer. On change juste de fournisseur. Au lieu de donner un milliard de dollars à la France nous allons les donner à la Russie en échange de 7 millions de tonnes de blé tendre…ma foi. Pourtant on dit que nous avons le plus grand pays d’Afrique, wallah qu’il fait plus de 2 millions trois cent de kilomètres carrés, et que nous avons un climat méditérannéen sur la côte et continental à l’intérieur et que nous avons je ne sais plus combien de surface de terres cultivables et surtout nous avons un ministère de l’agriculture avec un budget…enfin, il faut bien qu’il y ait des contrats….et des commissions.

    13
    2
      Karamazov
      2 octobre 2018 - 19 h 20 min

      Mais qui fait du pain aujourd’hui? De nos jours il n’y a plus de boulanger mais des terminaux de cuisson. Bientôt on importera aussi notre pain en SKD. Et les oeufs aussi en les importera en SKD pour donner du travail au peuple.
      On fabriquera juste la coquille en plastique en Algérie, parce qu’on a la matière première.

      Ah que la montagne était belle ya akhi!

      4
      1
    Anonyme
    2 octobre 2018 - 17 h 25 min

    Quel retard quand même, un pays vaste comme l’Algerie doit être autosuffisant en blé, en lait….en tout
    Allah ne nous a pas donné ce pays pour qu’on importe du blé, du lait ou je ne sais quoi d’autre, ( ni à la Russie, ni à un autre pays…) comment c’est possible, il y a une jeunesse, il faut la laisser faire et lui faire confiance !

    25
    2
    Felfel Har
    2 octobre 2018 - 17 h 19 min

    J’attendrai les premières livraisons de blé et de lait russes pour laisser éclater ma joie. Alleluiah! La France cherche à nous mettre à genoux, rendons-lui la politesse. Quand, dans un passé récent, j’ai écrit que l’Algérie devait répondre au durcissement d’obtention des visas par la non signature de contrats en faveur de fournisseurs français, mon commentaire a été mal accueilli, si je dois en juger par le nombre de dislikes. J’en ai alors conclut que l’affaire était entendue, que la France allait encore nous rouler dans la farine, que nos responsables, par peur de perdre leur patrimoine et leurs économies placées à Paris et en en province, allaient céder au chantage. Si dans un futur immédiat, on avait la confirmation de ces deals avec la Russie, le leur présenterais mes plates excuses.

    37
    5
    Anonyme
    2 octobre 2018 - 17 h 17 min

    Superbe action de nos gouvernants ! Continuez : il faut importer des autres pays. Il y en a marre de la France. Il faut tourner la page de toute relation et aller vers des relations inter-états POSITIVES pour NOUS. L’hexagone est une plaie pour nous et le sera toujours.

    52
    7
    Anonyme
    2 octobre 2018 - 17 h 13 min

    si les algériens ne veulent pas travailler la terre alors faisons travailler les immigres subsahariens il seront sans doute plus efficace

    21
    59
      Action
      2 octobre 2018 - 18 h 07 min

      @ Anonyme de 17h 13,Ils ont spécialisée dans la drogue et le proxénétisme .

      11
      4
    Tinhinane-DZ
    2 octobre 2018 - 17 h 06 min

    On comprend pourquoi le diagnostic médical français concernant le président Bouteflika a changé subitement.
    Le diagnostic médical français est étroitement lié au nombre de contrats que peut avoir la France en Algérie. Le chantage français !!
    Sage décision de la part de l’Algérie.

    31
    9
    HOUMTY
    2 octobre 2018 - 16 h 53 min

    SALAM L’KHAWA…. On n’a pas de compte a rendre a la france, ce pays qui a spolier nos richesses pendant 132 ans, elle nous a maintenue dans l’illettrisme et la misére pendant 132 ans, Aprés une guerre de plus de 7 ans et 1.500.000 chouhadas ( Rahimahoum ALLAH ) Nous les ALGERIENS, ont a voulu tourner la page, et aller de l’avant et c’est lors de la decennie noir que le vrai visage de la france est apparu au grand jour ! ils attendaient la mort de L’ALGERIE….eh oui, sans oublié le jeux qu’elle pratique avec le makhzen pour déstabilisé LA MÉRE PATRIE L’ ALGERIE, QU’ALLAH nous protége et protége nos vaillants militaires..

    71
    7
    Anarchie
    2 octobre 2018 - 16 h 31 min

    Le voilà le bilan de Bouteflika, une économie de rentier et de bazar, un état de non droit et mafieux, dépendant de tout vis à vis de l’étranger. Triste réalité de 20 ans de pouvoir. Les courtisans ne demandent qu’à le voir rempiler pour un autre mandat, ils se gavent tellement alors pourquoi changer.

    30
    23
    anonyme
    2 octobre 2018 - 16 h 14 min

    Maintenant que toutes les bonnes terres agricoles sont enterre sous des zones industrielles , he bien on importe , plus facile de mettre la main a la poche que se retrousser les manches et travailler la terre, voila l’Algérie du 21eme siècle!!, un bel exemple de ratage d’indépendance et une belle réussite de dependence ,vis a vis des étrangers , les moqueries sur l’Algérie vont certainement continuer et sont justifiées. pauvre algerie , si prête de dieu si loin des réalités.

    35
    22
      RezkideBelcourt
      2 octobre 2018 - 16 h 36 min

      La différence entre ton Maroc et notre Algérie, c’est que chez nous on bétonne pour construire des habitations, alors que dans le pays de « amir el mouminine » on casse les baraques pour en faire des maisons closes.

      35
      13
      Ch'ha
      2 octobre 2018 - 18 h 50 min

      @Anonyme 16h14
      Troll makhnazi sioniste et même plus…

      4
      3
        anonyme
        2 octobre 2018 - 22 h 27 min

        @ Ch’ha , tu a tort mon coco, je suis PUR KABYLE pas arabe comme toi!! ni makhnazi non plus, tu pratique l’insulte car ta tete est rempli de pois chiches , si tu te plais dans ta misère , la majorité des algériens ne s’y plaisent pas , va chez tes parrains saoudis , quand aux sionistes tu est loin derriere eux!!

        2
        2
    Lghoul
    2 octobre 2018 - 15 h 53 min

    Quand est ce qu’on va produire enfin quelque chose nous-mêmes pour nous-mêmes si ce n’est toujours importer pour consommer comme des tubes digestifs ? Quand les deux organes qui fonctionnent a pleine vitesse sont mis au repos pour faire fonctionner le cerveau par exemple. Et si demain on n’a pas de moyens financiers pour importer ce que l’on bouffe ? Et si demain, il y a une guerre et les pays qui nous exportent décident de nous couper les vivres et nous laisser crever de faim ? Ah je sais, eux ils seront ailleurs en train de se la couler douce avec des cocktails bien soignés sous de cocotières et nous on aura les cocktails molotov sur la tête.

    26
    11
      oui
      2 octobre 2018 - 18 h 09 min

      Voila un qui a compris…L’auto-suffisance alimentaire pour une nation, est un gage de sécurité et de paix…!!

    MELLO
    2 octobre 2018 - 15 h 50 min

    La Russie reste un grand pays, un pays dont le peuple est fier. J’ai eu l’occasion de voir de très près cette Russie qui tient tête aux USA et à l’Europe de l’Ouest , suite au blocus décidé à son encontre. Le Président Russe à saisi cette occasion pour remettre en marche toute l’économie interne en développant l’industrie, et surtout l’agriculture. Malgré la dévaluation du Rouble, le citoyen Russe vit et travaille dignement, il continue à acheter son pain , sa boule de « khleb » à 24 Roubles soit presque 60 DA ou encore à payer son litre d’essence à 45 Rubles ( environ 100 DA le litre). La disponibilité des produits dépasse l’imagination , puisque tout ce que le citoyen désire, il le trouve au marché ou dans ces supermarchés de grande qualité. La Russie ne peut que nous fournir l’un des meilleurs blés du monde ainsi qu’un lait de qualité. L’échange commercial à ce pays ne peut qu’être bénéfique pour notre pays.

    34
    4
    Anonyme
    2 octobre 2018 - 15 h 40 min

    Acheter du blé et du lait auprès de nos amis russes de toujours, d’accord, car nous leur devons beaucoup, mais si c’est en représailles parce que la France veut nous empêcher de les inonder de nos bras cassés alors que la cour est déjà pleine, moi je dis que c’est indigne. Les Français nous reprochent déjà suffisamment notre manque de honte d’envahir la France alors que nous les avons fichus dehors. C’est honteux de quémander toujours plus de visas à nos anciens colons et de chercher à les obtenir bessif.

    32
    30
      Anonyme DZ
      2 octobre 2018 - 16 h 02 min

      @Anonyme. Ils nous ont bien colonisé durant 132 années sans notre accord, alors c’est quoi par rapport a une présence d’a peine 56 années de nos emigrés en France ?

      30
      5
        Anonyme
        2 octobre 2018 - 17 h 07 min

        Je ne parle pas des ouvriers émigrés  » historiques  » dont la présence se justifie totalement, je parle des fuyards d’aujourd’hui qui veulent vivre à tout prix chez l’ancien colonisateur alors qu’ils ont déjà une bonne situation au pays, souvent supérieure au reste de la population.
        Je parle des bacs moins dix, bras cassés de leur état qui refusent de travailler sur les chantiers de construction ou même de travailler tout court, d’apprendre un métier manuel dans les CFPA écoles de la deuxième chance en geignant qu' » il n’y a pas de travail « . Alors que les marocains et les subsahariens par centaines de milliers, eux, remplissent les vides dans l’emploi manuel et les services.
        Je parle de ce lumpen-proletariat qui va en France non pas pour travailler- ça ils connaissent pas- mais pour vivre de rapine et d’expédients, voire faire les gigolpinces à voile et à vapeur en se fichant royalement du tort qu’ils font à l’Algérie, car ils n’en ont rien à fiche ni de la dignité du pays, ni de leur dignité personnelle. Et quand ils seront régularisés, ils attendront les chèques du RSA et autres allocations logement avec la plus parfaite absence de vergogne, à moins qu’ils ne soient pris en charge par la prison du coin.
        Moi je ne me solidarise pas avec cette faune qui nous fait honte. Pas de solidarité ethnique, tribale, communautaire, religieuse automatique qui tienne, ma seule solidarité c’est la solidarité de classe.

        23
        4
      Anonyme
      2 octobre 2018 - 17 h 09 min

      Ce qu’il faut savoir, n’en déplaise à Le Pen père et fille, et leurs militants c’est que la balance commerciale entre la France et l’Algérie a toujours été favorable à la France depuis 1962. La France ne fait pas la charité à l’Algérie à travers nos immigrés. Les Algériens ne mangent pas le pain des Français. Le Pen a l’habitude de dire que le trou de la sécurité sociale est du aux travailleurs immigrés. C’est faux ! Il a aussi l’habitude de dire que les 3 millions de chômeurs Français n’ont pas d’emplois à cause des 3 millions d’immigrés. C’est archi faux ! On devrait dire trop c’est trop , halte au mensonge et au chantage !
      Quant à nos demandeurs de visas, après un parcours du combattant de titans , en sus des frais de chancellerie de plus de 8000 dinars (non remboursables en cas de refus de visa), d’une attestation d’hébergement de 60 euros payable en France, d’une assurance maladie couvrant tout le séjour, s’ils arrivent à obtenir le visa , ils sont sommés de faire rentrer en France 120 euros par journée de séjour ! Le mieux payé des Professeurs d’Université de France ne gagne pas 80 euros par jour !

      13
      2
    abdelhalim ghanem
    2 octobre 2018 - 15 h 40 min

    il faut aller au bout des choses pas de commerces avec eux pas de visas pas de devises et il faut remettre le partenariat energique solaire avec les allemands et se rapprocher economiquement avec dautre partenaire fiable

    30
    7
    Anonyme
    2 octobre 2018 - 15 h 39 min

    Maintenant on importe de tout de la Russie, pour des raisons politiques, d’affinités géo-stratégiques
    (favorables, bien sur, à la Russie rusée, sérieuse concurrente de notre gaz en Europe,…),
    Et de mauvaise humeur avec l’ex puissance colonialiste, la France avec un Etat changeant
    Selon les conjonctures,?!,…..
    Par contre on exporte quoi à la Russie ???,… qui veut sortir de son encerclement , de son isolement
    Et d’un embargo occidentales, et qui survit (la Russie) grace à une conjoncture favorable avec la Chine
    Aux vastes marchés de la Chine (pétrole, gaz, …)
    Et à un degré moindre du marché de l’Inde (technologies militaires, fabrications d’armes sous licences)
    La politique de diversification de nos exportations avec des produits agricoles, du terroir , et relancer
    Notre agriculture massacrée par le béton, et les constructions de nombreuses cités,(pour la paix sociale?!.)
    Sur des domaines, et des fonciers agricoles ?!,… est, encore, un voeu pieux , une chimère,
    Et une démagogie populiste
    Les problèmes de l’Algérie, se règlent par des réformes profondes radicales, et totales de son économie,
    Et de son agriculture,bureaucratisée (corruptions), mal organisée, massacrée, et sous exploitée
    Non pas par des décisions politiques bureaucratiques de fuite en avant, et d’importations de tout
    Meme au détriment de notre capacité de produire, et d’exporter

    13
    10
    صالح/ الجزائر
    2 octobre 2018 - 15 h 38 min

    Il faut de La realpolitik ( politique réaliste) fondée sur le calcul des forces et de l’intérêt national .
    Il faut apprendre à la France , qui vient de décorer des collabos d’origine algérienne , et non les collabos français , à respecter le pays vainqueur de « la Guerre d’Algérie » , quelque soit l’état de santé de son Président .

    33
    5
    lhadi
    2 octobre 2018 - 15 h 36 min

    La tête du ministre de l’agriculture, comme d’ailleurs celui de la santé et bien d’autres, doit tomber.

    Pourquoi ?

    Parce que le département de ce ministre se complait dans le travail de Sysiphe : c’est-à-dire le bricolage permanent.

    L’agriculture est à la confluence des défis majeurs d’aujourd’hui : nourrir une population en croissance rapide, le faire en respectant l’environnement et le principe de précaution.

    L’Algérie du XXI siécle se doit d’exploiter ses immenses ressources agricoles et de s’imposer comme un acteur majeur de l’industrie agroalimentaire.

    Ce choix stratégique, comme dans d’autres domaines industriels, il nous faut l’inscrire dans la vision de l’Algérie de demain.

    C’est dans cet esprit que le ministre de l’agriculture aurait dû engager notre agriculture dans la voie des transformations qu’exigent notre époque, les besoins des travailleurs des campagnes et l’intérêt de la nation.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    26
    4
      Anonyme
      2 octobre 2018 - 15 h 45 min

      @ le niveau
      2 octobre 2018 – 15 h 06 min
      Nous avons des milliers d hectare de terre agricoles non utilisees,il suffit que l Etat fasse une revolution agricole et distribue des terres aux paysans agriculteurs et aux jeunes diplomes des ecoles superieures d agriculture pour que le pays devienne autosuffisant et exporte ses surplus…la volonte politique est absente.mais pour combien de temps…encore..???L urgence
      nous impose un changement rapide dans la politique agricole

      21
      1
      Hakikatoune
      2 octobre 2018 - 16 h 02 min

      @lhadi 2 octobre 2018 – 15 h 36 min, vous montrez du doigt le Ministre de la Santé et celui de l’Agriculture , alors que celui qui faut montrer du doigt c’est tonton Bouteflika ! C’est bien le programme de Bouteflika que le gouvernement applique et on sait qu’aucun ministre, je dis bien aucun ministre ne peut faire ou décider ce qu’il veut ! C’est connu que seul notre Bonaparte a le droit de décider en toute chose !

      14
      10
        lhadi
        2 octobre 2018 - 16 h 57 min

        S’il y croit vraiment et pense avoir raison, un ministre devrait avoir le courage et les convictions pour mener à bien sa mission.

        Fraternellement lhadi
        ([email protected])

        13
        2
    K. DZ
    2 octobre 2018 - 15 h 24 min

    Ils vont nous ressortir le #qui-tue-qui# et ils auront tous les contrats qu’ils voudront.

    8
    16
    Abou Stroff
    2 octobre 2018 - 15 h 22 min

    « L’Algérie importera le blé et le lait de Russie : panique en France » titre H. A..
    j’aurais aimé lire: les autorités algériennes ont établi un plan scientifiquement élaboré par nos brillants universitaires, plan qui permettrait dans un avenir proche (5 ans au maximum) de produire assez de blé tendre et de lait pour ne plus avoir à les importer.
    mais trêve d’élucubrations: le système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation a en horreur le mot production et encore plus le mot travail. alors, importons et que les « commissions » pleuvent sur ceux qui signent les contrats.

    29
    3
    DYHIA-DZ
    2 octobre 2018 - 15 h 11 min

    Je comprends mieux pourquoi la queue du lézard français s’agite dans tous les sens.

    -L’ Affaire des Harkis
    -L’Affaire des pieds noirs
    – Les déclarations de l’ex ambassadeur espion
    – Le Maroc qui nous met des milliers de migrants aux frontières.

    BONNE DÉCISION DE L’ALGÉRIE !!

    64
    5
    Karamazov
    2 octobre 2018 - 15 h 10 min

    Bientôt on importera du sable, et de l’eau en poudre ! Et des bigoudis!

    19
    40
      Abou Stroff
      2 octobre 2018 - 15 h 35 min

      pour quoi vous plaignez vous mister Karamazov? comme le disent à bon escient les arabo-muslims, le Bon Dieu nous a donné du pétrole et du gaz pour que le « reste » de l’humanité travaille por no.
      PS: évidemment, en ne travaillant pas les arabo-muslims ne s’humanisent pas, mais ils se rattraperont, comme le précisent leur textes religieux dès qu’ils commenceront à grignoter les pissenlits par la racine.

      27
      3
        Karamazov
        2 octobre 2018 - 15 h 58 min

        Mais non, je ne plaignais pas! Je m’extasiais ! safidir 3endna les mwayènes lhemdoullah . Quant à l’humanisation,laisse-nous d’abord commencer par l’hominisation apri enchoufou !

        6
        7
          Abou Stroff
          2 octobre 2018 - 16 h 05 min

          es ki tu feu dére que les arabo-muslims ne se sont pas encore séparés de la lignée simiesque?
          pourtant, d’après les dernières données génétiques, les a-m seraient au moins au stade de l’homo-erectus.
          PS: toua, en tant que scientifique connu et reconnu, peux tu confirmer ou infirmer ce que je viens de déblatérer?

          4
          3
          Abou Langi
          2 octobre 2018 - 16 h 26 min

          Et quand vous n’aurez plus les mwayène d’acheter des teymoum electronique et des bigoudis, vous allez achti des cordes?

          6
          6
      Zaatar
      2 octobre 2018 - 17 h 40 min

      T’as oublié les oeufs Karamazov…les oeufs, avec le jaune et le blanc…on n’a plus de poules…

    le niveau
    2 octobre 2018 - 15 h 06 min

    un pays comme l’algerie peut exporter des millions de tonnes de ble de fruit et legumes du lait et d’autres chose que tout les europeens n’ont pas …allah ghaleb aucun secteur au bled ne marche au norme d’un pays comme l’algerie !!! une fois les relations couper avec la france l’algerie deviendra un pays stable

    34
    11
      benchikh
      2 octobre 2018 - 16 h 20 min

      c’est vrai, cher Le Niveau, mais il faudra des sacrifices dans les secteurs stratégiques, parce-que ces secteurs ont besoin des hommes capables de résister,et non pas des aventuriers qui cherchent à s’enrichir du jour au lendemain. Ici chez nous à Constantine, les agriculteurs ne veulent plus travailler l’élevage bovin(la viande et le lait) je leur demandait comment ferons -nous pour boire du lait?? ils me répondaient que c’était un travail dure ,mais pour moi autant agriculteur, c’est le manque d’une responsabilité et le manque d’un sacrifice .

      12
    benchikh
    2 octobre 2018 - 15 h 04 min

    Une solution provisoire ,qui dit Russe dit France .Je me demande ou sont passés les 60 millions de qx de blé dur et farine ????!!! on n’est qu’ au début de l’année .Et pour la qualité il n’y pas mieux qu’un blé Français(côté bio )ils respectent la nature.

    7
    35
      Kenza
      2 octobre 2018 - 19 h 53 min

      Oh oui! il respectent si bien la nature et l’environnement que l’ancien ministre N.Hullot n’a rien pu faire pour interdire le glyphosate…

        benchikh
        3 octobre 2018 - 9 h 31 min

        @ Kenza Ce Monsieur rare « Hulot » (Ministre) avec des principes pour le respect de la nature, se trouve en France !!!

    Kahina-DZ
    2 octobre 2018 - 15 h 02 min

    BRAVO !! Bonne nouvelle !!
    RAS LE BOL de l’hypocrisie de la France qui siphonne l’Algérie et nous poignarde avec ses pieds noirs et son valet moumou le Haschisch.

    35
    5
    Kenza
    2 octobre 2018 - 15 h 00 min

    SACRÉ POUTINE! Bien fait pour la France qui, au détriment de ses intérêts, continue à être le plus fidèle toutou des américano-sionistes!

    28
    5
    pas de visa , pas d'achats
    2 octobre 2018 - 14 h 57 min

    on devrait agir de la sorte jusqu’ç ce que la france supprime le visa d’entrée et recentre l’entrée sortie comme stipulé sur les accord d’evian .
    le peuple devrait acheter intelligent , pas de visa …et donc pas de produits français .!!!! voilà

    76
    10
      MELLO
      2 octobre 2018 - 15 h 15 min

      Non, on ne mendie pas un visa vers ce pays. Non, on ne veut plus de visa vers ce pays. Non je refuse de faire ce chantage ,car le blé français que l’Algérie achète est toxique avec un taux de graines de coquelicot au delà des normes requises. D’ailleurs l’Égypte avait renvoyé une cargaison de blé de ce type.

      31
      2
      benchikh
      2 octobre 2018 - 15 h 19 min

      Pas De Visa , Pas D’achats @ c’est vrai , s’ ils prétendent avoir des bonnes relations avec Alger ,qu’ils nous montrent les points positifs sur terrain,comme le cas du Visa ,à mon avis la France manque du « courage » vis à vis aux relations bilatérales .La France veut profiter d’un seul côté ‘le sien’,ça ne marche pas.

      16
      5
    Nadjma
    2 octobre 2018 - 14 h 55 min

    Bonne nouvelle, histoire de leur montrer znbah win itbah, cette façon qu’ils ont de nous faire du chantage, de déverser leur rage sur nous sans arrêt de nous guetter comme des rats sur nos frontières et ben il était temps qu’on réagisse.

    66
    4
    Anonyme
    2 octobre 2018 - 14 h 38 min

    Enfin une sage decision…..c est l interet de l Algerie qui l exige car la politique etrangere et economique de la France ignore les interets de l Algerie et du peuple Algerien.Avec la Russie c est le principe du Gagnant/gagnant qui gere nos relations avec ce grand pays ami de l Algerie.Il ne faut pas aussi oublier que les relations avec la Chine se developpent rapidement dans l interet de nos deux pays.La Chine et la Russie seront les deux superpuissances de demain.L Europe est en declin continu vu la politique hegemonique de l Allemagne.Il n y a pas d amis il n y a que des interets chez les nations

    76
    3
    Anonyme
    2 octobre 2018 - 14 h 37 min

    Plus de beaujolais non plus. Bajolet n’avait pas prévu les conséquences de la « vie artificielle ».

    22
    24
    Mohamedz
    2 octobre 2018 - 14 h 20 min

    Il est temps de Couper le lien ombilical avec cette France néocolonialiste aussi bien sur le plan économique que sur le plan politique et culturel.

    61
    6
    BabElOuedAchouhadas
    2 octobre 2018 - 14 h 16 min

    Ouffff enfin nos décideurs commencent à se réveiller pour défendre les intérêts de l’Algérie et de son peuple face à un pays qui est le premier soutien de Mimi6 dans sa colonisation du Sahara occidental au détriment du Droit international.

    81
    7
    LOUCIF
    2 octobre 2018 - 13 h 46 min

    Bonne décision ! Et puis au delà de cette question de relation avec la France, l’Algérie a bien raison de diversifier ses sources « approvisionnements » pour ne pas dépendre d’un seul fournisseur ! La France a bien décidé souverainement de ne pas dépendre que du gaz et du pétrole algérien seulement , non ??!!

    55
    3
    Gatt M'digouti
    2 octobre 2018 - 13 h 37 min

    Le miracle de l’Algérie : passer de grenier de l’Europe à celui de tube digestif à coups de devises sonnantes et trébuchantes !!!
    Que sont devenues nos terres agricoles et nos fameuses plaines ? Ah oui bradées aux privés dial khorti !!!!

    42
    11
      Réponse à Gatt M'digouti
      2 octobre 2018 - 14 h 47 min

      Vas les travailler et les mettre en valeur … !

      61
      10
        Gatt M'digouti
        2 octobre 2018 - 15 h 54 min

        La superficie des terres arables ne constituaient que 4% de l’Algérie. Ajoute a cela « Depuis 1962 et jusqu’en 2015, une superficie de 282 700 hectares a été distraite du patrimoine foncier agricole pour être destinée à la réalisation des constructions de logements et d’équipements sociaux collectifs, de routes, d’infrastructures touristiques et industrielles, sans compter les constructions illicites réalisées par des particuliers ni celle occupée par les nombreux groupements d’habitat précaire.
        Va les récupérer et nous les travaillerons ensemble !!!!!!

        7
        4
          benchikh
          2 octobre 2018 - 17 h 23 min

          @Gatt M’digouti
          2 octobre 2018 – 15 h 54 min
          ce que vous dites ici c’est malheureusement la vérité,mais je corrige, plutôt les 12% des terres fertiles ont une concentration de la population,ça veut dire que tous les Algériens vis au nord et cherchent le (développement que ses parents n’ont pas pu lui offrir ) sans se tenir compte la destruction des terres agricoles ,et la vague migratoire vers le nord ne s’arrête pas à cause de la chaleur. Dans ce cas sensible mal programmer, l’état doit préparer les colons Algériens vers le sud toute en travaillant ensemble pour donner l’importance et la vie à un désert qui a était mal vu par les locataires.

          5
          1
          Gatt M'digouti
          2 octobre 2018 - 17 h 49 min

          @ Benchikh
          Il faut s’ireinter vers le Sahara, riche en eau souterraine et en terres potentielles, pour développer une nouvelle agriculture fondée sur la grande mise en valeur agricole.
          Le citron de Djanet , la tomate d’Adrar, le projet SH El Ghar/ Stah prés le frontière Libyenne sont des exemples frappant ! wallah je vous jure j’ai été responsable à In Amenas , j’ai planté du gazon dans la base de vie ! ça a réussit ! une mer verte ondulée pat le vent et tous les oiseaux migrateurs y ont fait escales !
          Le problème de l’Algérie c’est ne pas avoir développé le rail sur le sud permettant un transport à prix réduits qui aurait permit l’approvisionnement du Nord en tous produits !

    Anonyme
    2 octobre 2018 - 13 h 22 min

    c’est le 5ème mandat que Macron ne veut pas valider ….s pourtant c’est clair comme l’eau de roche que les français ne veulent pas de Bouteflika il faut être aveugle et sourd pour ne pas comprendre qu’ Alger en guise de réponse du berger à la bergère, les représailles ont commencé deja depuis l’annulation de la visite de Macron en Algérie et le refus de la Moubaya de fakhamatouhou pour rempiler encore pour 5 ans et m^me UE est contre .le clan va se diriger vers la Russie et les USA pour contrecarrer la position de l’occident

    21
    17
    fard Lyon
    2 octobre 2018 - 13 h 15 min

    Hamdoulilah enfin nos . responsables sont touchés par la clairvoyance Débarrassons nous enfin de ce pays qui est à la recherche de notre perte. La France n’a plus rien à nous proposer sauf piller nos richesses.

    49
    11
    MOHAMMED BEKADDOUR
    2 octobre 2018 - 13 h 15 min

    Que vive Poutine !

    92
    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.