Qui sont ces «frères oranais» que Chikhi accuse d’avoir introduit la cocaïne ?

Vega cocaïne
Le Vega Mercury sur lequel a été transportée la cocaïne. D. R.

Par Kamel M. – Le principal accusé dans l’affaire de la tentative d’introduction de 701 kilogrammes de cocaïne a cité deux frères «très influents» qui auraient provoqué sa chute vertigineuse et ses déboires avec la justice. Selon le quotidien arabophone Ennahar, qui rapporte l’information en se référant à des sources proches de l’enquête, Kamel Chikhi a accusé ces deux frères de l’avoir menacé quatre mois avant la découverte de la cocaïne dans la cargaison de viande importée du Brésil et saisie au port d’Oran.

L’accusé aurait affirmé que les deux «richissimes» frères activent dans le même domaine que le sien et auraient voulu lui faire barrage car il les concurrençait dans leur business, en l’impliquant dans cette affaire de trafic de drogue. «Si j’étais un narcotrafiquant, j’aurais usé de prête-noms au lieu de mener mes activités ouvertement et dans la transparence», aurait argué le boucher.

Ennahar ne cite pas les noms des frères en direction desquels le prévenu pointe un doigt accusateur. Mais cette nouvelle piste va forcément conduire les enquêteurs à s’intéresser de plus près à ces «rivaux» de Kamel Chikhi dont la fortune serait immense et qui détiendraient de nombreux comptes en devises dans des banques étrangères, notamment en Espagne.

Le magnat de la viande congelée et de l’immobilier est-il en train de chercher un exutoire pour se sortir d’affaire ou sait-il vraiment des choses sur ces nouveaux «acteurs» dans cette affaire qui a défrayé la chronique et choqué les Algériens au vu de la grosse quantité de cocaïne que les réseaux mafieux ont tenté d’introduire dans le pays ?

L’enquête et les auditions se poursuivent et le peu d’informations que les responsables veulent bien «fuiter» parviennent au compte-gouttes à l’opinion publique via le même canal. Il faudra attendre encore plusieurs semaines avant que tous les éléments liés à cette affaire soient enfin connus lors du procès qui s’annonce long et houleux.

K. M.

Comment (39)

    ZORO
    5 octobre 2018 - 15 h 44 min

    @ZAATAR 4 oct 10 h 41. Qui sont ces deux freres shanga et koumal ??..Moi je ne connais que ganga et jumna avec Dilip Kumar jouant le role d un des freres. J ai vu et revu de film a l ALHAMBRA cinema de notre quartier arabe ,il etait propriété d un arabe et porte un nom arabe.notre cinema etait le seul dans notre ville a projeter des films arabes Helas ce fut le temps ou nous etions tous ARABES ! !!
    SIGNE.ZORO. ..Z..

    Farid1
    4 octobre 2018 - 23 h 10 min

    Pourtant il ne devrait pas y avoir beaucoup d’importateurs de viande à Oran…En plus deux frères…Peut etre même des jumeaux

    Kenza
    4 octobre 2018 - 22 h 20 min

     » Il faudra attendre encore plusieurs semaines avant que tous les éléments liés à cette affaire soient enfin connus lors du procès qui s’annonce long et houleux. »
    ça va sûrement être un procès du même acabit que le procès khalifa: Une mascarade de procès où seuls quelques lampistes vont payer…et ensuite, circulez y a rien voir!

    chark
    4 octobre 2018 - 20 h 27 min

    Il faudrait pousser les investigations à l’extrême afin de s’assurer qu’aucune intelligence étrangère ( service secret bien connu ) ne soit pas impliqué dans cette affaire ?

    Qui dit drogue et prostitution dit mossad !

    5
    4
    Moh Tziri
    4 octobre 2018 - 19 h 54 min

    et les vidéos et les films montrés comme preuve et appas de corrompus etc.. tout ça et les généraux, les hauts fonctionnaires limogés, et tout ce qui a été dit etc… ça suffit avec ses mesquineries de rien du tout. Les chikhis forment une bande de voyous, ils ont pu corrompre tout genre de corps d’état confondu et c’est la vérité et maintenant on commence à nous raconter des histoires à dormir debout à la khorotos, honte à vous. Rien n’est crédible chez nous, aucune pudeur, on a honte partout et surtout avec le niveau de certains journalistes qui diffusent de tout et rien à la fois. Rabbi yoster!

    10
    2
      Anonyme
      5 octobre 2018 - 8 h 51 min

      @Moh Tziri,le corrupteur et le corrompu sont tous les deux coupables car les 2 alimentent ce cancer qui ronge l’Algérie.Comme disait quelqu’un la corruption est devenu un sport national car elle a trouvé un terrain favorable dans notre société livrée aux faux dévots et autres charlatans qui la rendent hallal. Dans un pays où la religiosité frise le ridicule,les maux sociaux prolifèrent,la saleté s’installe et la MORALE fout le camp.

      2
      1
    kifkif
    4 octobre 2018 - 18 h 40 min

    Les réponses à toutes vos questions sont chez Tonton Yankee.
    Ils savent tout ! Ils luttent contre la drogue et le blanchiement…
    Parfois ils se servent de leurs connaissances pour faire danser des dirigeants…
    En une journée ils peuvent vous faire vaciller du Makhzou à fafa en passant par Sbania et autre PB…
    Alors l’Algérie une seule solution. Autoriser des bars et vins en vente libre partout et aux restos …et/ou libéraliser le canabis (le Maroc et les dealers ont le hoquet?).
    On sait que celui qui veut fumer est pret au crime pour cela…donc pourquoi ne pas éviter la prohibition et cela n’appauvrira pas les concernés qui de plus auront l’argent économisé pour relancer la consommation au pays.
    9a divise le prix par 10 !
    De plus lorsque la « chose » shit ou alcool sont libres, on en exagère pas leur consommation…
    C’est la pénurie d’avant qui nous a donné ce reflex de nous empiffrer et d’aimer faire la chaîne pour une cacahuète.
    AH et aussi les gens abandonneront la chemma beurk! elle coutera plus cher.

    7
    5
    Karim
    4 octobre 2018 - 17 h 49 min

    La voyoucratie dans toute sa splendeur!
    Mais avec une telle déliquescence de nos institutions et l’argent ayant suppléé nos nobles valeurs, il ne pouvait pas en être autrement.

    12
    MELLO
    4 octobre 2018 - 16 h 27 min

    En Algerie, dans tous les domaines on accuse sans nommer. La famille est bien plus complexe qu’on ne le pense. La justice écoute mais ne va pas au fond si ce n’est toute cette réplique de destitutions émanant de la présidence. Le milieu des affaires est bien plus rigide qu’on ne le pense ,ce ne sont pas ces quelques juges que Me Mellouk qualifié de faussaires qui pourront faire toute la lumière sur cette grosse affaire.

    13
    farid
    4 octobre 2018 - 15 h 13 min

    IL a vraiment tort ce ne sont pas les deux frères oranais qu il doit accuser ,les coupables sont bel et bien les deux frères brésiliens…….

    2
    4
    Mazouzi
    4 octobre 2018 - 14 h 16 min

    Vive le Président des Philippines…faites travailler vos méninges.

    22
    2
    Anonyme
    4 octobre 2018 - 12 h 48 min

    Bouhadja se défend de tout passe-droit et soutient s’être attaqué à de nombreux dépassements. « J’ai interdit les interventions au niveau de l’administration pour éviter l’anarchie du mandat précédent, où un vice-président a recruté à lui seul 87 employés ». Bouhadja ne dit pas qui est cet « élu ».
    Je tien à signaler que les juifs ont mit l’Europe à genoux, et se sont accaparé des pouvoirs dans certains pays en se servant de la cooptation (cherchez après ce mot)
    Et chez nous nous avons des responsables qui usent de ce procédé, ce qui laisse comprendre qu’il y a des manœuvres frauduleuses.

    13
    2
      Bahri
      4 octobre 2018 - 14 h 36 min

      « Manœuvres frauduleuses? » la preuve par 9 que cela existe car le Président de l’APN reconnait implicitement qu’il n’a pas été « élu » mais « désigné » et dit tout haut qu’il attend un signe de celui qui l’a désigné pour partir ou rester.

      13
      1
    Anonyme
    4 octobre 2018 - 12 h 42 min

    A quand la fin de ce système qui nous étouffe et qui nous a mené à cette situation de délinquance à tous les niveaux ?
    Aucune institution n y échappe!!
    Octobre 1988 voulait s en débarrasser,des citoyens honnêtes sont morts mais la bête s en est nourri et est devenu de plus en plus féroce,le peuple est fatigué et ne veut plus mourir pour nourrir encore la bête qui va encore le broyer….

    23
    3
    Anonyme
    4 octobre 2018 - 12 h 32 min

    L’Algérie est devenue un pays des BOUCHERS
    La guerre chez les bouchers

    15
    2
    1commentaire
    4 octobre 2018 - 11 h 55 min

    chaque fortune cache un mystère surtout les nouvelles comme celle de Haddad et compagnie !!!…

    25
    2
    Lghoul
    4 octobre 2018 - 10 h 42 min

    l’Algerie est devenue les USA des années 1930 de Al Capone.
    Tout est maintenant basé sur la corruption qui n’a aucune limite ou groupe de personnes ou d’institutions.
    Du sommet a la base, tout est pourri.
    Si un état de droit n’est pas rétabli par un F’HEL de type Attaturk, le pays sombrera dans une désintégration et une anarchie totale dans un proche avenir.
    Voila ce que nous dit Mr Bouhadja dans une interview:
    ————————————————————————————————————————————-
    Des voitures privatisées par des députés

    Le parc de voitures de l’APN a été privatisé par des députés, selon le président de l’APN. « J’ai trouvé des députés qui avaient pris cinq véhicules, d’autres trois, etc. J’ai mis un terme à cette anarchie, comme j’ai aussi interdit les recrutements après avoir trouvé un surplus d’une centaine d’employés ».

    Bouhadja se défend de tout passe-droit et soutient s’être attaqué à de nombreux dépassements. « J’ai interdit les interventions au niveau de l’administration pour éviter l’anarchie du mandat précédent, où un vice-président a recruté à lui seul 87 employés ». Bouhadja ne dit pas qui est cet « élu ».

    Le président de l’APN révèle pour la première fois les pratiques et autres privilèges que s’octroient d’autorité les députés. Si ses déclarations, les groupes parlementaires veulent le maintien de la confusion dans la gestion des affaires de l’ANP.

    « Ils veulent que la confusion soit maintenue et que le flou continue à régner au sein de l’administration. Je demande la liste des véhicules, on ne la ramène pas. Je demande la situation de l’effectif, il n’y a rien. Tous ces griefs sont insignifiants pour moi, », dénonce Saïd Bouhadja.

    Un SG trop puissant ?

    Saïd Bouhadja explique qu’il a mis fin aux fonctions du secrétaire général de l’APN « à la demande de la Présidence ». Puis « j’ai rédigé un rapport dans lequel j’ai tout expliqué en apportant tous les arguments qui justifient les actes de ma gestion. Je n’ai pas eu de réponse. Cela veut dire que ma décision n’a pas été rejetée », justifie-t-il.

    A partir de là, commencent les pressions. « C’est alors que le ministre chargé des Relations avec le Parlement est venu me voir m’informant qu’il était porteur d’un message de la Présidence, me demandant de réintégrer le secrétaire général ». Etrange tout ça ! Qui décide finalement à la présidence ? N’est-ce pas cette institution qui a demandé le limogeage du SG ? Pourquoi réclamer sa réintégration ? A moins qu’il y ait une dyarchie à El Mouradia.

    25
    1
      farid
      4 octobre 2018 - 15 h 22 min

      Voila ce que nous dit Mr Bouhadja dans une interview :
      ya Lghoul pourquoi maintenant? dommage ;si vous continuer a réfléchir comme çà vous allez plus faire peur aux enfants .

        Anonyme
        5 octobre 2018 - 1 h 20 min

        Et surtout pourquoi les députés de l’opposition ne dévoilent pas c privilèges de vehicules de primes de missions bidon de club des pains…etc..etc.. A moins qu’ils en bénéficient aussi…

        1
        1
      elhadj
      4 octobre 2018 - 19 h 27 min

      donc, l ex député spécifique MISSOUM avait raison de dénigrer les faits graves que confirment M BOUHADJA dont on tente de salir sa notoriété d ancien moudjahed et d homme intègre.Jamais le pays n a connu d aussi tristes affaires délictueuses, de mauvaise gestion ,de déliquescence et de mobilisation de la société civile que durant ces 20 dernières années .avec ce qui se passe actuellement et le climat qui prévaut le pire est a craindre

    Alger la "Blanche"
    4 octobre 2018 - 10 h 33 min

    « Mais cette nouvelle piste va forcément conduire les enquêteurs à s’intéresser de plus près à ces «rivaux»… » et … « Il faudra attendre encore plusieurs semaines avant que tous les éléments liés à cette affaire soient enfin connus »
    Tous les Algériens s’attendaient à un truc pareil. « Le Boucher », bien conseillé, a accusés deux fantômes oranais, sans aucun détail, sans aucune précision, sans divulguer leurs identités et tous les renseignements pouvant leur mettre la main dessus illico presto, tant l’affaire urge. Ces oranais, si la police arrive à trouver ceux qui pourraient leur ressembler ou tenir lieu de suspects recherchés, ne manqueront pas « d’orienter » la police vers deux autres suspects qui se trouveraient peut-être, c’est possible, mais pas sûr, à Annaba ou à El-Asnam. Ceux deux individus inexistants, pourraient miraculeusement diriger les recherches vers deux autres types qui résideraient l’un à Sidi Boukarmoussa dans la 49ème wilaya, et l’autre à Oràn (Nueva Oràn, dans le département d’Oràn, en Argentine, et cet Oràn existe réellement). Cela brouille les pistes mais, vous en faites pas. Notre police pugnace et déterminée, et vu les accords de coopération qui ont failli être signés par Messahel et El Ministro de Relaciones Exteriores de la República Argentina, retrouveront les veuves des deux recherchés pour se voir remis sur les « rails maritimes » en direction de Valence et ainsi de suite. Y’a pas mieux pour noyer les poissons dans l’eau, lasser et faire perdre patience à tous les curieux étrangers et les Algériens et oublier l’affaire, comme celle de Chakib Khalil, Bouchouareb et autres héros de la destruction de l’Economie algérienne et de l’Algérie tout court. Cette « enquête longue et pénible» sera peut-être terminée à la fin du huitième mandat, quand les poules auront enfin des dents. Elle sera laconiquement sanctionnée par un communiqué apprenant à tous que « l’affaire est définitivement classée pour cause de « prescription extinctive » due au délai trop long pour faire aboutir l’enquête. Circulez, y’a rien à voir ! En attendant, cette extinction qui aura coûté des sommes énormes en voyages policiers et donc en villégiatures et en inévitables et évidents frais de corruptions surestimés et surfacturés, aura épargné les vraies crapules qui y ont mis le prix, et définitivement blanchis les pontes et les auteurs du crime malgré les nombreux limogeages vrais ou faux. C’est dans la nature et la définition-même du système.

    21
      Anonyme
      4 octobre 2018 - 12 h 28 min

      Excellent!!! Yatik Saha….on sent que vous en avez plein la tête de ces zigottos qui nous prennent pour des debiles mentaux…Y en a marre
      On est pris en otage par des baltaguias .
      Comment expliquer des fortunes immenses en si peu de temps si ce n est par des moyens malsains?
      Pourtant,Aucun n a inventé même le fil à couper le beurre….

      14
        sedak
        4 octobre 2018 - 17 h 06 min

        Il finira par être gracier par un cadre

    Zaatar
    4 octobre 2018 - 10 h 31 min

    Qui sont ces deux frères que chikhi accuse? peut être Sangha et Koumal… ils ont fait un film…

    11
    UMERI
    4 octobre 2018 - 10 h 30 min

    Il vont inventé des boucs émissaires, pour échapper à la justice.Les accusations qui pèsent sur les deux frères sont extrêmement lourdes pour se tirer d’affaire aussi facilement. Ils doivent payer pour tout le mal qu’ils ont fait à la jeunesse algérienne et leurs familles.

    13
    صالح/ الجزائر
    4 octobre 2018 - 9 h 59 min

    Quoi que les deux frères l’ont menacé quatre mois avant la découverte de la cocaïne dans la cargaison de viande importée du Brésil et saisie au port d’Oran , mais il ne dit pas qu’il a déposé plainte aux autorités compétentes contre ces deux frères , car les mafistes se partagent le butin , peuvent s’entretuer et ne se dénoncent pas mutuellement .

    18
    1
    Moskosdz
    4 octobre 2018 - 9 h 52 min

    Quand il s’agit d’énormes quantités de toutes sortes de drogues saisies en Espagne,France et Belgique,pas un mot de la part du Makhzéne,vu qu’il ne cesse de défrayer la chronique tout au long de cette affaire de cocaïne saisie sur le sol Algérien,on sent qu’il y a du louche quand-même.

    9
    4
    Samy
    4 octobre 2018 - 9 h 33 min

    Qui sont ces 2 frères qui concurrencent Chikhi l’importateur de viande congelée et qui pour le couler ont mis de la cocaïne dans sa viande?Et dans un tout autre domaine qui sont ces K.. ces .. qui veulent couler Cevital en lui bloquant ses équipements dans les ports?Qui sauvera notre pays dévasté par la corruption,les mafias et tous ces incompétents qui utilisent la ruse et la force brutale pour s’imposer?Tous ces maux dont souffre l’Algérie ne seront éradiqués que lorsque les lois de la République s’appliqueront pour tous au lieu de ce régime de favoritisme,de passe-droit et surtout de ces lois qui s’appliquent à la tête du client.Où va l’Algérie comme disait le grand homme d’Etat Mohamed Boudiaf?

    17
    Anonyme
    4 octobre 2018 - 9 h 15 min

    perdu pour perdu,, sur il inventerai n importe qui pour se soustraire a ces accusations mais faut négliger aucune piste sans se laisser tourner en bourrique ,,, et il n aurai pas pris de prête-nom pour la bonne raison qu il était sur de lui et avait confiance en ses complices de haut niveau au sein de l administration ,,y a surement d autres encore qu il garde sous la main en cas de besoin,, le moment venu ,q es qui dit q il ne sont pas en train de préparer sa fuite ,vaut mieux prendre les devant

    4
    1
    Gatt M'digouté
    4 octobre 2018 - 9 h 01 min

    «Si j’étais un narcotrafiquant, j’aurais usé de prête-noms au lieu de mener mes activités ouvertement et dans la transparence», aurait argué le boucher.
    Mais c’est grave, très grave ce qu’avance le parrain Don Chikhi ! ça laisse croire et d’ailleurs ça confirme qu’avec la complicité à tous les niveaux, des registres de commerce et des comptes en devise ont été attribués à des aliénés, des défunts, à des SDF.
    Fumer du thé c’est dépassé, maintenant il faut inhaler du moubyd dans des sachets en plastique.

    16
    Anonyme
    4 octobre 2018 - 8 h 52 min

    Pour sauver l’Algérie du règne de la corruption, du pillage et du butin en tant que système économique il faut arrêter les constructions de mosquées et rééquilibrer avec des églises et des synagogues .Rééquilibrer les boucher avec des charcuteries .Et vous verrez le miracle !

    27
    29
      ZORO
      4 octobre 2018 - 9 h 29 min

      Sans charcuterie l Algerie est charcuter ,que serait ce avec tes charcuteries??? …!!!
      SigneZORO. ..Z….

      15
      10
        Zaatar
        4 octobre 2018 - 10 h 25 min

        On mangera plus de rondelles et plus de gras…

        6
        2
          ZORO
          4 octobre 2018 - 10 h 52 min

          Nos montagnes regorgent de sangliers ,ils sont plus sains ils bouffent du fliou et du zaatar.😁

          11
          10
          Anonyme
          4 octobre 2018 - 12 h 50 min

          Les sangliers ont la chance d’etre non halal sinon ils auraient été décimés . Même le « dabe » une sorte de lézard du désert est en voie de disparition en Algérie chassé même dans ses terriers et ses œufs bouffé par des hordes de cannibales pour qui tous ce qui respire est mangeable à défaut d’etre violé. Même les oiseaux migrateurs évitent l’Algérie.

          14
          3
          Zaatar
          4 octobre 2018 - 13 h 16 min

          A la bonheur, le sanglier se porte bien…il ne sera jamais incommode pour avoir bouffé du sains…et s’il fasait la prière il serait aussi un saint.

          9
          1
    Koutlita
    4 octobre 2018 - 8 h 29 min

    Il faudrait enquêter sur tous les bouchers ! Le mien en premier ! Si le service venait à passer devant son présentoir-frigo, il verrait tout de suite le gros halogène rouge-sang que Si Bouzid a installé au dessus des morceaux de viandes pour lui donner une couleur rouge vif ! Et ca c’est pas une preuve ??

    24
    2
    Zaatar
    4 octobre 2018 - 8 h 13 min

    « L’enquête et les auditions se poursuivent et le peu d’informations que les responsables veulent bien «fuiter» parviennent au compte-gouttes à l’opinion publique via le même canal. Il faudra attendre encore plusieurs semaines avant que tous les éléments liés à cette affaire soient enfin connus lors du procès qui s’annonce long et houleux. » C’est le dernier paragraphe de l’article, comme si on nous tenait en haleine comme dans un film à suspense. Or tout le monde sait que, quelle que soit l’issue de cette affaire, la vérité ne sera pas connue du peuple. Car il est clair que dans ce genre de malversations où circulent de grosses sommes d’argent, forcément des intouchables, de très haut placés, sont impliqués, donc la vérité sera tronquée, et on enverra des lampistes aux condamnations comme à l’accoutumée. Le boucher va certainement donner des noms, ça sera des bouchers comme lui probablement, qui coupent la viande et qui compte l’argent, mais surtout qui servent de prête nom aux véritables instigateurs de ces réseaux de trafic, et qui eux, avec la,bénédiction du bon dieu sont transparents dans les affaires et blancs comme neige devant la justice.

    22
    Anonyme
    4 octobre 2018 - 8 h 07 min

    Il faut enquêter sur toutes les fortunes détenues par les anciens pauvres y compris ceux qui font partie du cercle (…) pour mettre fin à tous les maux qui rangent notre société.

    40
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.