Jil Jadid : «La fin de règne de Bouteflika s’annonce chaotique»

Sofiane Jil
Soufiane Djilali, président de Jil Jadid. D. R.

Par Hani Abdi – Le parti de Soufiane Djilali, Jil Jadid, prédit le pire à l’Algérie. Analysant la situation générale du pays, Jil Jadid estime que le maintien du président à la tête de l’Etat va provoquer le chaos dans la région. «L’entêtement à maintenir [Bouteflika] à la tête de l’Etat relève tout simplement de troubles de la raison», souligne ce parti, qui est membre actif du mouvement Mouwatana, opposé au cinquième mandat.

«Même les Etats qui ont soutenu directement le régime de Bouteflika prennent leur distance, comprenant que l’obsession du 5e mandat mènera non seulement l’Algérie mais aussi toute la région vers un chaos dangereux y compris pour la rive nord de la Méditerranée», affirme ce parti qui considère que «dans cet emballement et cette fuite en avant, le pouvoir emploie maintenant la force brutale pour réprimer toute contestation qui, par ailleurs, prend de l’ampleur». «Les partenaires étrangers sont eux-mêmes surpris et choqués par l’absence de compassion et de sens de la dignité face à l’instrumentalisation d’un homme dont les quelques rares apparitions publiques sont à l’évidence un calvaire pour lui et pour ses concitoyens», assure Jil Jadid qui relève ainsi «avec inquiétude, les symptômes de la dégradation avancée des institutions de la République».

«Alors que les pouvoirs présidentiels ont été confisqués par l’entourage du président de la République, voilà que l’Assemblée populaire nationale est atteinte par les répliques de cette grave rupture constitutionnelle, prémisses probables de prochaines secousses à d’autres niveaux», fait remarquer ce parti qui ne siège pas dans cette institution législative. Pour Jil Jadid, qui milite pour une rupture totale avec le système actuel, «la confusion qui règne au sommet de l’Etat, les manœuvres politiciennes des partis et le désordre général sont la manifestation d’une fin de règne chaotique».

Pour cette formation politique, les Algériens sont, «pour certains, plongés dans l’incertitude et l’angoisse, pour d’autres totalement démoralisés». «En dehors des prédateurs en action, estime encore Jil Jadid, aucun investissement ni national ni international ne vient nourrir l’économie». Selon le parti de Soufiane Djilali, «la fébrilité qui s’est emparée du pouvoir démontre, s’il en était encore besoin, qu’il est aux abois et que la panique qui s’empare de lui le pousse à la déraison».

Jil Jadid lance un appel «à tous les Algériens pour dépasser leurs clivages et aider le pouvoir à s’en aller pour enfin construire l’Etat de droit dont les fondements font l’unanimité».

H. A.

Comment (41)

    lhadi
    9 octobre 2018 - 8 h 30 min

    Le respect représente une dimension indispensable et précieuse de la relation humaine qui a un pouvoir d’apaisement, favorise l’expression des qualités humaines, a une vertu égalitaire, socialisante et civilisatrice.

    tant qu’il s’agit d’un sentiment qui appelle la réciprocité et constitue une source de plaisir partagé, il affermit l’autre dans son être. La morale considère le respect comme un droit ; ce qui a pour conséquence un devoir. Le devoir de respect de l’un correspond au droit au respect de l’autre. Et réciproquement ! Respecter l’autre, c’est avoir de la considération pour soi.

    De par son histoire ancienne et proche, le peuple algérien mérite le respect.

    J’ai pleine confiance, quant à moi, dans la capacité du peuple algérien à relever les défis de tous ordre auxquels il sera confronté et dans son aptitude à jouer un rôle de premier plan dans l’évolution du pays.

    L’Algérie, avec ses cicatrices, ses fractures, ses inégalités, ses exclus mais aussi avec son ardeur, sa générosité, son désir de faire du rêve une réalité, est une nation jeune, enthousiaste, prête à libérer le meilleur d’elle même pour peu qu’on lui montre l’horizon.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    Souk-Ahras
    9 octobre 2018 - 8 h 26 min

    Bonjour Karamazov, mes chers amis,

    Ya chikh Karamazov, mon commentaire ne visait personne en particulier, il exprimait mon ressenti à la lecture des interventions.

    Mais puisqu’on y est, il est utile de faire le distingo entre ma « réaction » et la vôtre qui peuvent se traduire respectivement par Teneur et Densité.

    Mon point de vue prenant en compte que notre environnement (un coucou à notre ami commun Zaatar dont je salue sa logique) étant ce qu’il est, et non pas ce qu’il devrait être, malheureusement, par « acte citoyen », j’exprime la Teneur en agissements et propos de SD, fortement caractérisés, dédiés à une cause juste se réclamant de l’intérêt général.

    Votre première intervention sur ce fil, quant à elle, versait plutôt dans le sens de la Densité d’une grandeur -qui n’a rien à voir avec la densité d’un corps- qui elle, est strictement basée sur un rapport de type statistique qui pointe la « répartition » de cette grandeur sur un espace défini appelé couramment opinion publique. Suite à cette déclaration que vous êtes en droit de juger alambiquée, je tiens à vous dire, ya chikh Karamazov, que je ne vous crois pas confiné dans vos réflexions.

    L’hitt de Planck nous attend sagement… En citant ce truc, il me vient en tête une pensée quelque peu orthodoxe :

    « Iqra » ! Par cette injonction de faire, Dieu n’a-t-il pas ordonné à sa Oumma de se bouger le cul au lieu d’attendre et de passer son temps à le prier de son bon vouloir ? SD le fait en courant le risque des sévères bastonnades, il va au charbon. Je profite de l’occasion qui m’est offerte pour vous avertir que la matraque ne sait pas encore distinguer le cheveu blanc des autres teintes.

      Karamazov
      9 octobre 2018 - 12 h 03 min

      Non je n’avais aucune raison de me sentir visé à titre personnel. Mais je plaide coupable kamim. Mais c’est que , comme le dirait Brel dont on fête les karanta de sa mort: j’ai mes opinions.

      SD est dans l’action, moua je suis dans la réaction, l’avenir est aux courageux et aux téméraires assurément. Mais si on regardait notre histoire on verrait bien que ce ne sont pas forcément ceux qui ont agit qui ont fait pour le mieux. Ou qu’ils aient eu raison d’agir.

      Mais si vous aviez bien voulu me bien lire je ne fustigeais pas SD, quoi que ! Quoi qu’ en rappelant les temps messianiques je situais SD dans notre espace temps. Ce qui nous relativise moua et lwi. Mon scepticisme , son dévouement.

      Je splik mon raisonnement :
      Quand j’évoquais le messianisme de notre temps , ce n’est pas sans raisons. Tous les prophètes ont été des escatologistes sans exception. Et SD est dans cette veine sauf qu’il n’est pas transcendant , ce n’est pas un envoyé du ciel, mais le produit de notre société. De notre environnement. Il est dans l’entropie , dans le chaos annoncé. Il est moins visionnaire qu’il ressent : instinctivement, pour préciser ma pensée. Il n’y a là ni sixième sens ni extralucidité.

      Et si je voulais me poser dans le découragement j’aurais dit qu’en tant qu’opposant il ne pouvait pas dire autre chose, et que s’il avait voulu nous surprendre ce n’est pas par-là qu’il nous aurait pris.

      Pardonne-moi mon ami , l’aigreur et le désabusement dus à mounage et non à une quelconque hauteur de vue.

      Pour me résumer : nous voyons tous le chaos se constituer : SD dit : si nous ne faisons rien pour changer , c’est le chaos. Moua je lui dis si nous empêchons le chaos rien ne va changer.

      Le même environnement produira les mêmes hommes, la même société.

        Souk-Ahras
        9 octobre 2018 - 16 h 29 min

        Deux thèmes abordés, deux réponses rendues.

        Avertissement : ne soyez pas fâché si je dis que votre point de vue est de type statique.

        1/ À l’époque des prophètes il n’y avait ni pétrole, ni gaz, ni rente, ni Fakhamatouhou ni Haddad, ni légitimité historique, ni RADP. Ces prophètes, en manque de « brevets divins » à déposer proclamèrent la fin des temps. Mais comme ils n’étaient pas brillants en arithmétique, ils ne pouvaient savoir que la fin des temps c’est le résultat, de valeur indéterminée, du rapport de la liberté à la soumission (de quelque type qu’elle puisse être). On vous promulguait ça et vous rasiez les murs. C’était déjà du terrorisme au nom de « Dieu ». Honnêtement, SD ne rentre pas dans ce cas de figure (rhétorique si j’ose dire). Il avertit hors couverture divine d’un danger imminent géographiquement localisé.

        2/ « Le même environnement produira les mêmes hommes, la même société » dixit vous même ya chikh Karamazov. c’est précisément le cri d’alarme poussé par SD.
        Sa démarche utilisée dans l’analyse de notre « environnement » écarte énergiquement la composante messianique de son développement ; elle est englobante, elle n’est pas tangentielle comme beaucoup d’entre nous le pensent. Elle répond distinctement au principe qui énonce que dans toute cause, il y a l’effet, et que dans tout effet, il y a la cause. Nous pouvons donc en déduire que dans la cause de SD, il y a déjà le futur. Le moral remonte et le courage revient, mais se bouger le cul reste d’actualité.

        Ya chikh Karamazov, asma3li, essanetli bes’swab : nous avons tendance à identifier une chose comme cause quand elle ne se transforme pas encore, quand elle ne devient pas encore l’effet que nous attendons. Et à l’inverse, nous identifions une chose comme effet quand elle s’est transformée et est devenue le résultat que nous escomptons. Telle est la causalité environnementale et séquentielle que j’ois de SD. Il ouvre une voie sans défoncer de porte.

        À une prochaine escarmouche cher ami.

        P.S. Prévoir casse-croûte et escabeau pour passer l’hitt de Planck. Il est loin mais pas haut.

    Abou Langi
    8 octobre 2018 - 17 h 48 min

    Moua j’vous dis que nous vivons des temps messianiques où les escatologistes de tous bords sont rois.
    Ce Soufiane Djilali me rappelle notre Monsieur je sais-tout à nous autres. Non je n’offenserais ni l’un l’autre en le citant même s’il s’agit du Dr Samdi. Alors vous comprendrez pourquoi chat échaudé…

    Mais bon courage kamim !

    7
    5
      Zaatar
      9 octobre 2018 - 8 h 07 min

      A chacun son jour du jugement dernier, à chacun son jour de la resurection. Il n y a que nous qui devons subir les dires de chacun. Bientôt on partira à la recherche de la secte qui nous ira comme un gant…fatalité oblige en ces temps modernes.

    Slam
    8 octobre 2018 - 14 h 29 min

    Monsieur Djilali, vous faites fausse route. Vous vous adressez aux neurones des Sujets de son Excellence Fakhamatouhou au lieu de vous adresser à leusr kerchs. La démocratie participative, les libertés individuelles, les institutions indépendantes, les contre pouvoirs… Ce sont des notions étrangères à nos valeurs nutritives. Dites nous plutôt comment trouver le sachet de lait, la baguette pendant les jours de fêtes, quand arrivera la semoule importée et surtout si vous avez des logements en stock à nous distribuer pour enfin nous marier selon nos traditions. Merci.

    9
    55
    lhadi
    8 octobre 2018 - 14 h 09 min

    Monsieur Sofiane Djilali,

    C’est avec franchise dénuée de toute complaisance mais avec beaucoup de respect pour l’engagement que vous menez pour faire triompher une certaine idée de l’Algérie à laquelle nous sommes (l’un et l’autre) attachés que je vous invite à sortir des sentiers battus et de prendre le chemin qui tisse un lien avec la jeunesse algérienne et tous ceux qui seront les acteurs de l’Algérie de demain.

    Tous ensemble pour une Algérie qui ose, tel doit être notre crédo des à ce régime qui n’a rien de beau à offrir au peuple algérien empêtré dans les cercle vicieux inhérents au sous développement de la jeune nation algérienne.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    7
    8
    Souk-Ahras
    8 octobre 2018 - 12 h 07 min

    La critique gratuite est légère, l’acte citoyen vaut son pesant d’or.

    10
    6
      karamazov
      8 octobre 2018 - 16 h 52 min

      Amounavi le problème n’est pas tant dans la critique du pouvoir ou dans la critique critique ni même dans la critique de la critique critique comme il a dit Abou Karl el Marksi. Mais dans la distorsion entre la théorisation de la critique et sa praxis. Ou sa mise en chantier. Pas dans les gestes des grands moulins ou dans l’effarouchement des orfraies.

      Concernant ce que dit Jil Jadid , il n’apporte rien de plus que ce que nous apportons nous autres les porteurs d’eau aux moulins à vent. Pour moi, aussi bien ses actions que celles des autres mouvements ne font qu’ajouter à la fragmentation et même pire à prendre la place d’une éventuelle alternative. Mais j’admets que je ne suis qu’un observateur naïf et lointain de la scène politique. Moua y’en a pouvoir me tromper.

      10
      2
      Karamazov
      8 octobre 2018 - 18 h 37 min

      Pardon de me sentir un peu visé quoi que je l’aie amplement mérité : chah fiya nestahel .

      Je n’ai rien contre SD . J’ironisais juste sur son eschatologie car par là il ne prêche qu’à des convertis. Et il n’apporte rien de nouveau à ce sujet.

      Vous savez très bien cher ami que des hommes providentiels des prophètes on n’en fait plus.

      J’ai la conviction , cher ami, que les temps ne sont pas propices à la raison pure ou aux grands esprits mais aux illuminés et aux démagogues. Nous le voyons à travers le monde ; En Amérique en Italie, au Brésil.

      Je ne crois pas qu’un changement s’il advenait , nous viendrait de gens sages. La seule chose pour laquelle je serais d’accord avec S. D c’est sa théorie du chaos qui sera engendré justement par l’entropie dans laquelle se trouve notre société ?

      C’est là que nous divergeons. Lui implique le pouvoir pour moi c’est sur la société qu’il faut s’interroger.

      A3tadirou, ya akhi in kountou dhalimoun !

      12
      2
        Zaatar
        8 octobre 2018 - 19 h 37 min

        @karamazov,
        Hey l’ami, mais ta théorie tient la route. Et tu sais pourquoi ? Eh bien parce que l’être humain ne peut pas évoluer sans influence de son environnement et l’environnement évolue sous l’influence et la contrainte de l’être humain. Tu vois un peu le topo ? SD peut avoir raison s’il n’y a pas d’environnement ce qui n’est pas le cas. Si on ramène les choses au niveau de la société faut juste délimiter son environnement et faire son raisonnement. Facile non ?

        2
        1
          Karamazov
          8 octobre 2018 - 19 h 54 min

          Exact ! Il suffit d’observer , ce n’est pas dans son propre cerveau que ça se passe mais dans cet ensemble comme tu dis : société , environnement et de leurs  » inter-actions » .

          2
          1
    DYHIA-DZ
    8 octobre 2018 - 8 h 04 min

    SOFIANE,

    L’ALGÉRIE mérite mieux que ces charlatans qui la gèrent et mérite mieux que cette opposition qui fait semblant de faire de l’opposition, vous y compris.
    Pour faire de l’opposition, il faut être indépendant dans la tête et dans le tube digestif.
    Le peuple sait ce que vous valez tous.

    36
    8
      GHEDIA Aziz
      8 octobre 2018 - 20 h 55 min

      Mais quel peuple ? Vous parlez des béni oui oui qui commencent à chauffer le bendir pour un cinquième mandat? Le peuple, en Algérie, est une entité abstraite. Du moins jusqu’à preuve du contraire. Ce n’est qu’une masse compacte et amorphe, un ghachi pour reprendre une expression si chère à Boukrouh.

      1
      39
        mouatène
        9 octobre 2018 - 15 h 29 min

        ya si abd El-Aziz, bonjour. le Bon Dieu, en vous créant il vous donne le trésor qui n’a pas de prix. votre santé et votre enfant. ces deux là sont inestimables. si vous ne les preservez pas, demandez vous qu’est ce qui est le plus cher pour vous. quant au peuple que vous osez qualifier à votre façon, n’oubliez pas que vous lui etes redevable durant toute votre existence. je le répètes parce que je crois que c’est très utile pour une frange qui réfléchi de la meme façon que vous.

    Lghoul
    8 octobre 2018 - 7 h 32 min

    Depuis preque une décennie, citez moi une institution qui n’est pas infectée par la corruption, l’instabilité, le laissez aller et l’enrichissement a la va vite ! Les prédictions de Mr Djilali sont correctes car si cette situation perdure, et que personne ne sait plus qui prend les décisions et que si un grand pays comme l’Algérie n’a pas quelqu’un au sommet, une tête capable de mettre de l’ordre et arrêter la corruption et la désintégration du pays et du peuple a tous les niveaux, l’anarchie s’installera partout. Regardez ce qui se passe partout jusqu’a maintenant l’APN. . Des fois il est a se demander si ce n’est vraiment pas ce qu’ils cherchent: Le chaos. Le sabotage du pays doit être stoppé car maintenant ils ne se cachent même pas.

    15
    6
    الهوارية في كندا
    8 octobre 2018 - 2 h 19 min

    Vous êtes pire, allez vous-en chez vos maîtres occidentaux qui vous poussent à critiquer l’Algérie. Vous n’avez pas la capacité pour gouverner, vous êtes un gueulard, les algériens Refusent vos principes qui vous rendent moches, oui vous êtes moche. On veut un président algérien qui des valeurs morales et humaines, calme et gentil pour ainsi dire beau… Wessaana, rouh terbah. Y’en a marre !!!!

    34
    21
    Droit Au But
    7 octobre 2018 - 23 h 04 min

    Monsieur Sofiane Djilali a le grand mérite de mettre le doigt sur les vérités qui fâchent, et surtout celui d’affronter Goliath avec des arguments, une vision futuriste, et un programme, au lieu de s’incliner et de faire de la chitta,comme tous les chefs de partis de la coalition.
    Ce qui compte, c’est que ce monsieur milite pacifiquement pour tenter de sortir le pays du délabrement dans lequel il est plongé, afin de s’atteler à la construction d’un État de droit.
    Il mérite notre respect, et nos encouragements.

    38
    45
      Anonyme
      8 octobre 2018 - 7 h 55 min

      Tu te trompes
      Il fait de la chita aussi, mais autrement.

      34
      16
    Izou
    7 octobre 2018 - 22 h 24 min

    Foutaises ! Que des foutaises camarade.

    24
    33
    Clair de Lune
    7 octobre 2018 - 21 h 19 min

    Ouyahia: » Je soutiens un 5eme mandat pour permettre au président de continuer son oeuvre,entamée il y’a 19 ans. »
    Comparez sa vision à celle de Sofiane Djilali.
    Sans commentaires.

    25
    24
      Anonyme
      8 octobre 2018 - 8 h 45 min

      C’EST DU KIF KIF
      Il ne faut pas rêver.

      39
      10
    Zoro
    7 octobre 2018 - 21 h 07 min

    Tous les partis reunis en Algerie n ont aucune envergure qui leur permette de s’opposer a ce pouvoir ,ou a proposer un remplacant a Bouteflika.Par leur silence durant ces dix dernieres annees,,leur querelle enfantine ,leur manifestation sporadique et leur incapacite a former un seul front qui pourrait attirer l attention de ce peuple pour qu il réagisse, ces parti sont et resteront toujours l allié sournois et bien engraissé de ce pouvoir.
    C est bien Tata louisa qui avait dit: oukiltou yaouma oukila etaourou el abyadh.
    SigneZORO. ..ZORO

    31
    6
    issam
    7 octobre 2018 - 20 h 41 min

    Vous voulez tous le kursi pour vous remplir le ventre
    Alors à quoi bon vous écoutez parler

    43
    28
    Khaled
    7 octobre 2018 - 20 h 23 min

    Sofiane Djillali et les autres personalités politiques qui l’accompagnent dans notre mouvement Mouwatana sont les seuls remparts contre le chaos qui se prépare en Algerie. Ou bien, on les supporte et on sauve notre pays, ou bien on les critique et on sabote leur objectif politique et on aide a la destruction de l’Algérie.

    59
    80
    1commentaire
    7 octobre 2018 - 20 h 19 min

    au moins lui il essais de faire bouger les choses a ceux qui des lustres était des moutons et encore aujourd’hui !…

    44
    59
    GHEDIA Aziz
    7 octobre 2018 - 20 h 05 min

    J’ai déjà eu l’occasion de citer, lors d’un de mes commentaires sur le site d’Algérie patriotique, l’adage qui dit « quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt ». Voilà que l’occasion se présente encore de dire la même chose. Cette fois-ci, je m’adresse spécialement à deux commentateurs qui sont particulièrement virulents chaque fois qu’AP parle de Jil jadid ou de son chef charismatique, Soufiane Djilali. Pas besoin de les citer nommément, ils se reconnaîtront sans aucun doute. Je voudrais dire à ces gens-là donc que Jil jadid n’est pas un empêcheur de tourner en rond. Il ne fait pas de la politique juste pour s’opposer au régime actuel. Que cela plaise ou non, les analyses politiques qu’il fait du système algérien ne sont pas fantaisistes mais plutôt réalistes. Et c’est peut-être là que le bât blesse. C’est parce qu’on vous montre la vérité toute crue, c’est parce qu’on essaie de vous ouvrir les yeux sur ce qui pourrait advenir de ce pauvre pays si on ne se ressaisissait pas, que certains parmi les lecteurs d’AP voient en la personne de Soufiane Djilali quelqu’un qui voudrait coûte que coûte prendre le trône de Fakhamatouhou. Détrompez-vous, mesdames et messieurs, à Jil jadid, nous sommes plutôt mus par un patriotisme sans faille que cela nous fait vraiment mal au cœur de voir le pays aller à la dérive. Le pays s’enfonce de plus en plus dans une crise multiforme, il va droit au mur, et vous, vous ne trouvez rien de mieux à faire que de critiquer jil jadid en disant qu’il ne propose rien comme alternative et je ne sais pas quoi encore. Mais, avez-vous lu ne serait-ce qu’une page de son programme politique ?

    44
    70
      MOI
      8 octobre 2018 - 8 h 49 min

      Je ne défends pas des personnes ou des partis politiques.
      Je défends l’Algérie rien que l’Algérie.
      On ne va pas remplacer un médiocre par un autre médiocre. NON.
      Et puis, je n’aime pas les manipulés de l’extérieur.
      Votre Djilali n’est pas du tout El-mahdi el-mountadar.

      101
      9
        Chibl
        8 octobre 2018 - 16 h 47 min

        Vous avez toujours ce problème avec l’extérieur, ca doit etre une maladie algérienne, trouvez autre chose, vous manquez a ce point d’imagination?

        3
        13
        GHEDIA Aziz
        8 octobre 2018 - 19 h 04 min

        A celui qui se nomme « MOI ».
        Ayez le courage de décliner votre véritable identité d’abord. Nous en discuterons ensuite.

        1
        22
      mouatène
      8 octobre 2018 - 17 h 53 min

      en voila une autre occasion pour éclaircir une les choses. je vais vous rappeler une vérité qui va vous faire mal. vous les diplomés de haut niveau, comme vous aimez le dire, vous avez mis du temps pour vous en apercevoir de la « situation » du pays et du peuple. ce peuple, faudrait il vous le rappeler, et que vous semblez l’oublier, vous a payé vos études et vous a accompagné d’une bourse, et nourri et loger. en clair, vous etes le fuit des efforts et du sacrifice du peuple algérien. et dès que vous avez été en fonction, la première action que vous entreprenez, en guise de reconnaissance, et sans retenue aucune, c’est de plumer ce peuple sans état d’ame. vous allez me dire non ? ce n’est pas vrais ? vous n’avez pas respecté ce peuple auquel vous etes et resterez redevables durant toute votre existence. je crois que le repentir est venu très tard. au fond de vous meme vous le savez et c’est ce qui vous ronge. et vos arguments ne tiendont pas. le mal est fait. vous ne pouvez pas etre mieux que les autres parce que vous avez participé à la création de cette situation. allez chiche !!!! publiez vos « honoraires » que les « malades » sont obligés de vous verser pour juste un écrit.

      55
      2
    Anonyme
    7 octobre 2018 - 19 h 41 min

    Les gens ne doivent pas seulement entendre vos messages mais les ressentir au-delà des mots.
    C’est celui qui ne va pas bien que vous devez convaincre à adhérer à vos idées même si la finalité et de le tirer lui de ses misères parce que seul il n’y arrivera pas.
    Il faut du politique dans le mouvement certes mais il faut surtout avec vous des gens qui savent ce qu’est la souffrance, la privation, qui ont l’expérience de cette douleur dans la profondeur de l’âme due à de l’injustice la plus répandue chez nous et qui a étouffé délibérément la compétence et la créativité pour promouvoir l’incompétence et l’immoralisme. Qui savent ce qu’est le mal-être, le sentiment de l’exclusion par des parvenus etc. etc.
    Ce que vous faites touche essentiellement au rapport humain, au sentiment, à l’intuition, à des choses qui ne se décrivent pas aisément mais qui relève du ‘’vivre-algérien’’ bien spécifique à nous peuple spécifique.
    Un Algérien de la grande majorité je veux dire, il doit vous ressentir avec ses tripes et à partir de là, il peut aller avec vous-même jusqu’en enfer s’il le faut. Ce que vous faites est à encourager.

    21
    1
    pacotille
    7 octobre 2018 - 19 h 33 min

    C’est à cause du Maroc, du Makhzen qui colonise le Sahara Occidental. Pourquoi mon dieu !

    7
    75
    ADMI
    7 octobre 2018 - 19 h 09 min

    Bajolet dans son livre a ecrit »…L’Algerie est atteinte d’une malediction »

    20
    76
      Chibl
      8 octobre 2018 - 16 h 50 min

      Vous avez vu vos concitoyens? il vous mettent tous des unlike juste parceque vous avez dit un truc de vrai, moi je pense que Ould Abbas avait raison de dire : je vais pas me batrre pour des pieds ce chèvre.

      1
      12
    Karamazov
    7 octobre 2018 - 18 h 06 min

    Woullah qu’on voudrait nous faire braire d’ahurissement qu’on s’y prendrait pas autrement. Toute la semaine on s’est farci l’incertitude du départ de Bouhadja et finalement comme disait Slimane 3azem ur irrouh ur iqim ur iqim ur irruh. Là c’est pas la peine le traduisage.

    Et maintenant vouala Abou Kalypse sur son chameau qui radine pour nous casser l’ambiance. Hay tzaguète, hay rayha tekhla, hay hay ! Ayavava, ils voudraient nous faire quitter le navire avant les rats qu’ils ne s’y prendraient pas autrement. Même Cassandre elle n’était pas aussi pessimiste a Sidi.

    Kisk il va nous arriver thoura si on ne creuse pas ? « Les algériens sont plongés dans l’incertitude »

    Ah bon c’est comme ça que tu l’appelles toi ? Avec tout ce que les inondations ont remonté ? Çà se voit que tu n’es pas dedans, autrement tu ne l’appellerais pas incertitude. Rien qu’à l’odeur on sait ce que c’est.

    De toutes les façons , il ne faut pas compter sur moi pour creuser au cas où, janimar mène qal ou qal hadda!

    Moua j’ai demandé à Zaatar et son copilote de me déposer de l’autre coté du mur pour rejoindre Godot .

    35
    9
    Kahina-DZ
    7 octobre 2018 - 17 h 57 min

    Sofiane est rentré de son voyage organisé…PARIS-LONDRES !!
    À part le terme  »la panique », as tu d’autres termes dans ton vocabulaire. C’est depuis des semaines que tu nous parles de la panique en haut.
    L’opposition des têtes vides est aussi responsables de ce chaos que vit le pays. Un vrai parti d’opposition est un parti politique qui doit contribuer par des idées et des concepts constructifs au développement du pays.
    Les partis d’opposition en Algérie sont stériles…Vous ne montrez aucun intérêt à la vie socio-économique des Algériens, vous êtes absorbés que par la chaise de la présidence.
    Vous ne pouvez être l’alternative… Vous n’êtes pas mieux…mais pires.

    79
    34
      Tredouane
      7 octobre 2018 - 20 h 19 min

      Absolument,en tant que partis politiques vous n’entes certainement pas une alternative crédible,d’autre part y’a des personnes dans les partis et/ou silencieux qui peuvent certainement contribuer à l’avancer de notre Patrie.

      35
      15
    Mazouzi
    7 octobre 2018 - 17 h 21 min

    Celui qui a pris la photo doit être un sacré…vicieux.

    6
    7
    Rayés Al Bahriya
    7 octobre 2018 - 17 h 14 min

    Un politique nul sans envergures….
    Aucune carrure et aucune aura politique…
    Un énergumène de plus dans brouhaha politique
    Du grand village Alger…

    55
    31

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.