Messahel : «Le 8 octobre symbolise la victoire sur les forces coloniales criminelles»

Abdelkader Messahel
Abdelkader Messahel. New Press

Par Lina S. – Le ministre des Affaires étrangères a affirmé, dans un discours prononcé à l’occasion de la Journée de la diplomatie algérienne, que l’Algérie «œuvre sans réserves et en toute honnêteté à la recherche, par la voie du dialogue et la négociation, de solutions pacifiques fondées sur la légalité internationale, la non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats et le respect de l’unité, de l’intégrité territoriale, de la souveraineté et de la cohésion nationales des Etats». C’est cette volonté qui anime la diplomatie algérienne «en permanence et guide ses efforts soutenus en faveur du retour rapide de la paix, la sécurité et la stabilité au Mali et en Libye», a souligné Abdelkader Messahel. Il a ajouté que «la paix, la stabilité et une coopération économique et commerciale fondée sur le respect mutuel, l’équilibre des avantages et la solidarité dans notre voisinage immédiat, comme dans nos espaces d’appartenance arabe, africain et méditerranéen, ainsi qu’à l’échelle globale, sont aussi des objectifs essentiels de la politique extérieure et de l’action diplomatique algériennes».

Cette politique extérieure, a encore précisé le ministre des Affaires étrangères, «se déploie dans un voisinage géopolitique caractérisé par la multiplication de divers défis», en citant «l’aggravation de la menace terroriste et une instabilité endémique dans cet environnement, lesquelles contribuent au développement de nombreux fléaux tels que la migration illégale, le crime organisé transnational ou encore le trafic de drogues, d’armes et d’êtres humains».

Pour le ministre, le 8 octobre, jour de l’adhésion de l’Algérie aux Nations unies, «symbolise aux yeux du peuple algérien et des autres peuples épris de paix et de justice, la victoire commune sur les forces rétrogrades et criminelles partisanes de la domination coloniale, de l’oppression des peuples et du déni de leurs droits inaliénables à disposer d’eux-mêmes et à vivre librement». «Ce jour, a-t-il fait remarquer, représente, tout autant, un hommage solennel rendu par la communauté des nations indépendantes à nos valeureux martyrs tombés au champ d’honneur sur l’autel de la liberté et de la justice pour leur propre peuple mais aussi pour tous les autres peuples souffrant encore du joug colonial».

L. S.

Comment (9)

    Watani Watani
    9 octobre 2018 - 3 h 58 min

    Salam Lkhawa, juste je me demande si nos responsables avaient déjà pensé un jour faire un stage à l’étranger rien que pour se faire comparer avec leurs homologues sans passe droit et se remettre en cause en cas de mauvais résultats.

    1
    2
    Colons internes
    8 octobre 2018 - 21 h 09 min

    Notre problème aujourd’hui c’est les responsables qui se comportent comme les colons d’hier en plus les aident à récupérer les logements qu’ils occupaient avant 1962 en expulsant des familles algériennes.

    9
    5
      Precision
      9 octobre 2018 - 1 h 02 min

      En effet des centaines de familles algériennes ont étés expulsées de leurs logements sur décision de la justice de Tayeb Louh e Cie au profit des pieds noir.

      6
      3
      Anonyme
      9 octobre 2018 - 12 h 20 min

      Bien dit. Il y a des colons islamiquement-correct qui travailent de concert avec les multinationales et les puissances soutiennet la colons internes

      3
      2
    Tredouane
    8 octobre 2018 - 20 h 52 min

    Nous avons une brillante Histoire diplomatique pendant la Guerre de Libération Nationale,une doctrine diplomatique constante dans ça démarche dés lors que nous avons arraché notre souveraineté,une adhésion aux principes humanitaire communes ,de paix, bon voisinage ,le soutiens aux peuples opprimés,la non ingérence et le règlements des conflits par les négociations, en un mot à la charte des Nations Unis.
    La diplomatie,c’est non seulement le miroir qui reflété notre image vers l’extérieure,aussi un outille essentiel pour le modernisme,le développement ;son efficacité n’est pas une conséquence au nombre des représentations diplomatiques mais d’une stratégie globale ,des objectifs à atteindre dans un monde d’autant plus complexe que changent,les défis sont lourds mais jamais impossibles à relevés.

    8
    5
    Ch'ha
    8 octobre 2018 - 20 h 14 min

    Excellent discours de notre MAE Abdelkader Messahel en ce 08 octobre de VICTOIRE contre le colonialisme français des plus barbares qui ait jamais existé.

    9
    8
      Tredouane
      8 octobre 2018 - 21 h 17 min

      Certainement.

      4
      3
    Mus
    8 octobre 2018 - 19 h 57 min

    Une diplomatie sans Chef d’Etat pour rehausser le prestige et le niveau de représentation du pays n’est pas une diplomatie. C’est tout juste une gestion administrative des relations extérieures du pays. Et c’est le cas de la diplomatie algérienne actuelle.

    8
    5
      Karim
      9 octobre 2018 - 4 h 32 min

      Notre prise de positions dans des conflits comme le Mali, la Libye, la Syrie, le Yémen, l’Erythré/Ethiopie, Vénézuela, Cuba, Liban, Sahara occidental, la Palestine, montre que même sans chef d’état notre diplomatie reste constante et courageuse dans un monde de vendus.
      Malgré tous les défauts qui découlent de la trop mauvaise gestion interne!

      3
      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.