Mouwatana veut se doter d’une instance de coordination

Mouatana
Le mouvement Mouatana risque de voir sa conférence interdite. D. R.

Par Hani Abdi – Résolument engagée contre le cinquième mandat pour le président Abdelaziz Bouteflika, le mouvement Mouwatana veut se doter d’une instance de coordination. Cette instance devrait être installée lors de la tenue de sa conférence nationale sur la citoyenneté prévue le 13 du mois courant à Zeralda, à l’ouest d’Alger. Ce mouvement, qui dit «œuvrer à rassembler le maximum d’Algériens pour faire hâter le départ de ce régime et à préparer les véritables conditions d’une transition pacifique», risque de voir sa conférence interdite, comme tous ces rassemblements et sit-in dans plusieurs wilayas du pays. Le mouvement Mouwatana enchaîne, en revanche, des rassemblements à l’étranger.

Après Londres et Paris, ce mouvement a tenu un rassemblement au Canada. Mouwatana n’a jamais caché ses objectifs qui ne sont autres qu’un changement de régime politique. Il a accusé le régime actuel de vouloir «imposer la présidence à vie de Bouteflika en faisant fi des dispositions de la Constitution qui limite pourtant les mandats à deux et de son état de santé invalidant». «Le gouvernement et les partis clients du pouvoir sont entrés, de leur propre aveu, en campagne anticipée pour le 5e mandat en violation flagrante des lois républicaines et de la morale tout court», a dénoncé cette organisation qui «condamne ces comportements peu honorables, aggravés par l’utilisation illégale et abusive des moyens de l’Etat, siège du gouvernement, université, moyens humains et politiques, etc., ce qui, dans un Etat de droit et avec une justice digne de ce nom, aurait donné matière à poursuites pour actes délictueux».

H. A.

Comment (22)

    Kouder Belala
    10 octobre 2018 - 15 h 18 min

    A lire les différentes interventions dans ce forum y a de quoi se demandé et se posé des questions? : pour qui roulent tous ces gens qui prennent position contre la participation de ce mouvement à s’exprime et qui pourrait nous aidés à éclairé les idées venant d’opposants; peut être qu’ils ont un programme qui mérite D’Être étudier ??? Moralité, la majorité opte contre et donc fervent pour la DICTATURE ??? Que cela soit ainsi. donc!!!Mais faites attention au fusible pour qu’il ne saute pas!!!

    Anonyme
    10 octobre 2018 - 10 h 01 min

    Le revers de la meme medaille arabe et islamique. La peste ou le cholera, voilà le choix en perspective.

    Mouwalou
    9 octobre 2018 - 20 h 47 min

    Ca pue les inventions et autres montages venus d’Occident et des royaumes aux abois.
    Comme les casques blancs (laissez moi rire) ces agents infiltrés.
    Pourquoi alors ces mêmes manipulateurs déplacent les terroristes avec leurs armes pour nuire à d’autres contrées.
    Ils ne veulent pas de tueurs chez eux, mais les nourrissent ailleurs.
    Nettoyons le pays de ces écervelés envoutés par les planificateurs wahabistes.
    Chez eux ces pays veulent s’occidentaliser, mais chez nous ils psalmodient leur philosophie destructrice.
    Trop de mosquées nuit à l’Islam intelligent (études, analyses), celui qui ne menace pas et ne culpabilise pas de naissance.
    Mais hélas, le monde est manipulation, c’est ou le foulard ou les seins nus…entre les deux, il faut survivre.

    14
    2
    Kouder Belala
    9 octobre 2018 - 20 h 18 min

    Franchement parler !!!!Ils ont droit d’avoir une instance de coordination et Si on venait a analysé le pourquoi de ces manifs ailleurs à l’étranger que chez nous! Franchement ; il faut reconnaitre ET DIRE CERTAINES VÉRITÉS qu’on aime pas a avoir en face ; n’oublions pas qu’ils ont déjà essayés de se rassemblé °ALGER » une 1ére fois mais la police a dit NON et puis ils sont repartis sur « CONSTANTINE » cette fois ci non seulement la police a dit NON et les a chassés Mais chose plus GRÂVE ENCORE Mr le Walli a même ordonné de barricadé les rues où ils devait passer par des camions POUBELLES sauf que cette fois-ci et rebelote , ce sont les stands de la formation professionnelle, des apiculteurs, des fleuristes et de l’artisanat qui ont occupé les places publiques, esplanades, trottoirs et station du tramway C’est malheureux de le constaté car Ce mouvement vaut, »peut être « , ce qu’il vaut; y a qu’a les laissés faire leur manif ici chez nous et on verra s’ils pourront drainés des foules ou pas? Pourquoi AVOIR PEUR de ce mouvement? Ne sommes nous pas dans une République Démocratique et un pays qui s’appelle RADP où les libertés sont garantis d’associations, d’expression libre etc…par notre « ACTUEL » constitution? Ou bien c’est la loi du plus fort et de ce lui qui détient le pouvoir ou le système et qui « A PEUR D’AFFRONTER UNE OPPOSITION » ???

    3
    11
    DYHIA-DZ
    9 octobre 2018 - 16 h 40 min

    Peut-on parler de l’opposition quand le peuple lui tourne le dos.
    Une opposition qui n’a pas le peuple à ses cotés n’a pas le droit de parler au nom du peuple.
    Mokri a trouvé son pain en s’accrochant au terme  » Consensus »
    Sofiane veut trouver son pain avec sa foutue mouwatana.
    Que des clowns…

    15
    5
    Kahina-DZ
    9 octobre 2018 - 16 h 33 min

    De l’opposition style Barrakat, on en veut pas. Leur sigle n’est pas le notre.
    On ne fait pas de l’opposition avec les mains vides. Qu’avez vous à offrir pour l’Algérie et son peuple. RIEN!!
    Avec RIEN on récolte RIEN.
    Ils sont plus coordonnés à l’étranger qu’en Algérie. Ça veut tout dire …
    Arrêtez vos agitations de traitres.

    14
    4
    Amar
    9 octobre 2018 - 10 h 09 min

    Le mouvement Mouwatana ne peut lui seul déboulonner le régime en place, c’est à l’Algérie d’occuper le rue.

    8
    3
    lhadi
    9 octobre 2018 - 9 h 04 min

    Les élections municipales de 1990 et celles des législatives de 1991 doivent servir d’argument massue contre le sentiment délétère qui se propage dans l’opinion comme parmi les élites, selon lequel accomplir son devoir de citoyen serait inutile. Les plus pessimistes ont déjà pris leur parti de leur retrait définitif. Tout en moi s’insurge contre cet état d’esprit.

    J’invite mes compatriotes à ne pas céder aux maux si répondus qui s’appellent le fatalisme et la résignation. L’un et l’autre doivent nous être étranger.

    Je m’assigne de refuser d’être dupe, de déceler l’imposture, de résister à la complicité de cette opposition sans encrage populaire, pour ne pas dire sans assise nationale, mais véritable allié conscient de ce régime mortifère et de ses points de vue mono maniaques obsessionnels.

    Au jour d’aujourd’hui, cette opposition style « barakat new look » s’épuise, elle aussi, en une stérile diatribe. Elle critique mais ne propose rien. Elle détruit vraiment mais ne construit pas. Qu’elle me pardonne si, précisément, je tire arguments sur son refus de se projeter dans l’avenir. Il me semble, en effet, que son courroux révèle son inanité dans son incapacité à proposer, fut-ce sommairement, une alternative.

    A défaut d’idées, de vision, de programme et de STRATEGIE LA PLUS IDOINE, la muraille de ce pouvoir, autiste aux appels des Cassandres ; ces élites modernisatrices qui s’identifient au progrès, à la science, aux forces productives et à la rationalité, résistera aux changements menaçant son équilibre, sa tradition et son intérêt.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    7
    1
      MELLO
      9 octobre 2018 - 15 h 59 min

      Le dire en ces termes ,purement , et simplement lucides ,je le partage et je le pense. Trop de folklore politique autour d’un mandat sybiline dont l’acte reste interrogatif.
      Un mouvement ,seul un mouvement et une médiatisation inutile qui n’aboutira nul part.

      6
      1
      Anonyme
      10 octobre 2018 - 11 h 00 min

      Mr Elhadi, cette fois-ci, je ne suis pas d’accord avec vous. Je ne partage pas votre opinion. Le mouvement Mouwatana n’est pas destructeur, bien au contraire ce qui l’anime est la construction d’État de droit, chose qui fait défaut jusqu’ici en Algérie. La preuve en est que même une institution nationale comme l’APN n’est pas respectée. Nous vivons malheureusement sous le règne de « tag 3ala min tag ».

        lhadi
        10 octobre 2018 - 13 h 49 min

        Il est de notoriété publique que le florentin d’Alger, sous la tutelle des occidentaux mais surtout des américains (et je pèse mes mots), a mouillé tellement d’algériens qu’il les étend sur le fil à linges pour les sécher.

        Comment se fait-il que ce conglomérat de personnalités politiques de premier plan se fourvoie dans des gesticulations de surface qui rentrent dans le cadre du jeu de miroir de la société spectacle si ce n’est que pour museler les vrais opposants (ceux qui mettent le bleu de chauffe pour tisser un lien avec le peuple) dénués de toute complaisance avec ce pouvoir ; un pouvoir qui, comme d’habitude, crée une épine pour lutter contre une autre épine.

        Fraternellement lhadi
        ([email protected])

        3
        1
    Chaoui
    9 octobre 2018 - 6 h 48 min

    Pour savoir qui est « Mouwatana » et les idées que véhicule ce mouvement, il faut lire ses productions politiques…
    J’ai découvert et parcouru la philosophie de « Mouwatana » sur le Sahara Occidental qu’il appelle « province » dont il appelle au rattachement au…Maroc(!) mais aussi les propos dégradants tenus contre l’Algérie dont ce mouvement dans ses « propositions » vise explicitement à lui faire abandonner (retirer) sa…souveraineté !
    Autant j’étais auparavant indulgent avec ce mouvement autant à présent je le honnis.

    4
    6
    Anonyme
    8 octobre 2018 - 23 h 15 min

    La campagne pour bouteflika dure depuis 2014 sans interruption,M Djilali. On vous empeche de vous exprimer sur nos médias et meme dans la rue; eux ont tous les moyens de l’état et leur propagande,toute réalisation,toute action populaire est dédicacée au nom de bouteflika,c l’adoration,plus que de la chita. Les logements sont distribués au nom de bouteflika ,alors que c l’argent de l’état.. Tous les leviers sont entre les mains du president et surtout les institutions de contrôle!! On ne sait pas d’où vient l’argent qui sert à sidi said ugta,sa qualité de résident au club des pains,l’argent utilisé par ould Abbas RND taj karama…ANR..??
    M djilali,sans accès aux médias télés c perdu d’avance,les députés de l’opposition auraient dû poser cette condition dés 2014 ou se retirer de l’apn. Ce n’est qu’à travers les télés que vous pouvez atteindre le citoyen et disqualifiér c souteneurs en dévoilant les privileges qu’ils défendent,leur larbinisme qui a méné le pays à la faillite et la planche à billets..
    Ce n’est pas un 5 eme ou 6 eme mandat qui est immoral c le comportement de c souteneurs,le manque de libertés,de débats de programmes.. Si un pouvoir méné le pays au succès Ya pas d’inconvénient qu’il perdure 30 ans,mais on voit le résultat de ce systeme qui n’accepte pas le debat c ma3za aoulataret,

    8
    2
    aile brisée
    8 octobre 2018 - 21 h 08 min

    Avant de crever je n’ai qu’un souhait voir tous ceux qui ont pillé le pays derriere les barreaux et vous les connaissiez

    16
    5
    K. DZ
    8 octobre 2018 - 19 h 52 min

    Ce n’est que maintenant qu’ils pensent à se doter d’une instance de coordination, alors les rassemblements de Paris, Londres etccccc ils etaient #co_ordonnés# par qui ???

    39
    3
      Ch'ha
      8 octobre 2018 - 20 h 56 min

      Coordonnés par leurs maîtres !

      37
      8
    MELLO
    8 octobre 2018 - 19 h 32 min

    Mouwatana, organise des rassemblements à Londres,Paris et même au Canada, pour pousser ce pouvoir à partir. Actions purement et simplement rejetées par la majorité des Algériens , bien que je ne pourrais m’exprimer à leur place. L’empêchement du 5 e mandat étant l’un de leur axe de revendications , insuffisant pour constituer un mouvement national, car ,contrairement à ce qu’ils avancent , il n’y a rien d’anticonstitutionnel, puisque la révision a permis une présidence à vie. Se doter d’une instance, c’est tout à fait naturel, mais le programme et les axes d’évolution sont mal définis.

    12
    12
      Farida
      9 octobre 2018 - 11 h 14 min

      La seule solution d’après vous est d’adhèrer au FFS et de se regarder a l’éternité comme 2 tubes digestifs.

      3
      2
        MELLO
        9 octobre 2018 - 16 h 10 min

        Je suis tenté de vous le proposer, car la politique ne se limite pas à occuper les places publiques et il faut, il faut ,il est indispensable, ou encore ce pouvoir doit céder sa place , etc …. Ce genre de revendications, on les a déjà vécu avec le mouvement BARAKAT, finalement tout ça pour ça. Moi, je suis convaincu que les négociations avec le pouvoir en place ne peuvent pas être mises de côté, car seule une rencontre autour d’une table peut aboutir à une sortie de crise. Alors cessons de rabâcher ces revendications unilatérales qui ne sont que des voeux pieux. Si un consensus peut être trouvé autour d’une table entre toutes les parties Algériennes, pourquoi pas ?

        1
        1
    BISKRA
    8 octobre 2018 - 19 h 23 min

    Ils n’arrivent pas à s’organiser pour proposer un candidat unique de l’opposition. Ce sont des clowns comme BARAKET en 2014. Qu’ils manifestent et ils nous proposent leurs programmes accessible à tous les Algériens. Ils sont nuls.

    51
    10
      Yes
      8 octobre 2018 - 22 h 51 min

      Est-ce que les FLN de ould Abbas le RND taj…et tous c souteneurs ont un programme autre que soutenir bouteflika pour préserver leurs privileges?? Benbitour a lui seul a un programme détaillé,tous c partis opposants ont un programme mais est-ce que on leur donne l’accès aux treks pour s’exprimer?? Meme dans les salles ils sont soumis à autorisation,chassés de Constantine!! Sur les télés on ne voit que Oukd Abbas RND taj benhamou….

      11
      13
        Farida
        9 octobre 2018 - 11 h 16 min

        Exactement !!! C’est la vérité.

        4
        11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.