Sonatrach : plusieurs contrats de partenariat en perspective

Sonatrach
Abdelmoumen Ould Kaddour, PDG de Sonatrach. New Press

Un contrat relatif à la réalisation d’une unité de propylène en Turquie sera signé fin 2018 entre Sonatrach et un partenaire turc, a indiqué dimanche à Alger le P-DG du groupe, Abdelmoumen Ould Kaddour, rapporte l’agence de presse officielle APS. «Nous sommes bien avancés dans nos discussions avec le partenaire turc et je crois que vers la fin de l’année en cours, nous allons signer avec eux pour la réalisation d’une unité de propylène en Turquie», a précisé M. Ould Kaddour dans un point de presse tenu à l’issue de la cérémonie de signature de deux accords avec le groupe français Total.

Ce projet algéro-turc permettra de développer les activités de Sonatrach à l’international, alors que pour la Turquie, il permettra de réduire ses importations des produits propylènes en provenance notamment de Chine. «Il s’agit du second projet que réalisera Sonatrach à l’étranger, en plus de l’achat de la raffinerie Augusta en Italie. Il faut ouvrir de nouveaux horizons à international», selon le P-DG du groupe algérien d’hydrocarbures. Sonatrach sera actionnaire dans ce projet avec 30% et fournira 450 000 tonnes de propane pour l’unité de production.

Pour rappel, la compagnie nationale des hydrocarbures avait signé en août 2017 un mémorandum d’entente avec deux sociétés turques : Ronesans Endustri Tesisleri lnoaat Sanayi ve Ticaret et Bayegan pour la réalisation d’une étude de faisabilité sur un projet d’installation de déshydrogénation du propane en Turquie.

En outre, M. Ould Kaddour a affirmé que Sonatrach était en discussion avec le groupe italien ENI pour le offshore. Le groupe Sonatrach avait conclu en janvier 2017 un protocole d’entente avec la société italienne Versalis (filiale du groupe italien ENI) pour la réalisation d`études relatives à des projets pétrochimiques. Le protocole d’entente avec Versalis (filiale à 100% d’ENI) porte sur les études de faisabilité de réalisation de complexes pétrochimiques en Algérie, et le renforcement de la coopération entre les deux sociétés dans le domaine de la pétrochimie.

Partenariat Sonatrach-Total

Par ailleurs, M. Ould Kaddour a souligné que 14 entreprises étrangères veulent s’associer avec Sonatrach dans la commercialisation des produits, dont le groupe français Total. «Lors de nos discussions aujourd’hui (dimanche), nous leur avons dit que la concurrence est féroce et qu’ils sont tenus de faire une bonne proposition pour être retenus», a-t-il déclaré.

La compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach et le groupe énergétique français Total ont signé dimanche à Alger deux nouveaux accords dans l’amont pétrolier et la pétrochimie dans le cadre du renforcement de leur partenariat global. Le premier porte sur un nouveau contrat d’exploitation pour le développement conjoint du périmètre Tin Foyé Tabankort Sud (TFT Sud), signé par Sonatrach, l’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (Alnaft) et Total. D’une durée de 25 années, ce contrat consentira à la réalisation des investissements nécessaires à la valorisation de réserves en hydrocarbures situées sur le périmètre de TFT Sud, estimées à plus de 100 millions de barils équivalent pétrole.

Quant au second contrat, il s’agit d’un pacte d’actionnaires permettant de créer la joint-venture Sonatrach Total Entreprise Polymères (STEP). Cette société mixte sera chargée de mener à bien le projet pétrochimique commun à Arzew, qui comprend la construction d’une usine de déshydrogénation de propane (PDH) et d’une unité de production de polypropylène (PP) d’une capacité de 550 000 tonnes/an. Les deux partenaires (Sonatrach 51% et Total 49%) ont prévu de lancer les études d’ingénierie dès novembre 2018.Ce projet permettra de valoriser le propane disponible localement en grande quantité.

R. E.

 

Comment (17)

    Anonyme
    13 octobre 2018 - 12 h 54 min

    On a mis à la tête de SONATRACH quelqu’un qui se fiche éperdument des moyens d’études et de réalisation de notre pays et qui se tourne systématiquement vers les entreprises étrangères pour faire grossir son propre compte en banque en dollars.
    Il fallait bien s’y attendre dès lors qu’il a passé de nombreuses années à la tête d’une filiale de SONATRACH (BRC) sans jamais penser à recourir aux services des entreprises publiques algériennes conçues spécialement échapper à la main mise des entreprises étrangères et qu’il est impliqué dans plusieurs affaires qui attendent d’être jugées depuis que BRC a été dissoute .
    Dans ces conditions, ou bien les responsables qui ont pris cette décision sont devenus fous, ou bien ils n’ont vu en cet homme que ses « qualités » de gérer les affaires douteuses façon « Khellil » dans le seul but de grossir leurs comptes en banque en dollars. Il n’y à qu’à voir avec quelle « dextérité » cet individu a réglé tous les contentieux avec les entreprises étrangères en dépit de leur complexité et a acheté une raffinerie en ruine au profit de la multinationale américaine EXXONMOBIL pour s’en convaincre.
    De plus, comme par miracle, la multinationale française TOTAL est devenue, grâce à lui, un partenaire crédible alors qu’elle n’avait cessé, et continue de nous mettre les bâtons dans les roues après notre décision de réaliser nous-mêmes le grand projet d’oléoduc OZ-1 puis de nationaliser les installations et les champs d’hydrocarbures, et ce, avec l’assistance des services secrets français.

    Anonyme
    10 octobre 2018 - 18 h 39 min

    Ya si kaddour…le monde va arrêter l utilisation du plastique carc néfaste à l environnement et ainsi à la santé publique. Le poison du plastic qui est jeter dans les mers est entrain de tuer tout…les habitudes du plastique que ce soit les sachets ou les bouteilles vont être interdit dans un future proche..comme c le cas du mazout..dièsel ..alors ma question pourquoi investir en quelque chose qui va mourir…hein ya El moukh ..le grand stratège ..Legrand businessman..hein dis moi si El mokh! Investit dans le papier investit dans le biodégradable qui ne tue pas le poisson et ta compagnie fera une faveur au monde et aussi résoudre le problème du plastique dans l alimentaire…ya Allah investit dans quelque chose qui sera utile dans le future de l humanité ya El mokh ya le grand stratège…vous êtes tous fatiguant..et c votre sonatrach ..faites ce que vous voulez. Innovez ya rab..arrêter d emprunter les chemins que d autres vous tracent…réveillez vous des fauteilles feutrer des grands hôtels avec Joe et Jacque et Josette et Tricia et Sophie etc… le peuple attends beaucoup de vous..
    Des produits innovateurs prometteur de grand marcher. Oufff. Et salam

    Felfel Har
    9 octobre 2018 - 16 h 14 min

    Sous la pression de Trump, Total a renoncé à ses contrats en Iran et la France macronnienne s’inquiétait. Elle n’a plus besoin de perdre le sommeil, Total vient de s’offrir un méga-contrat en Algérie. Qui a dit que Ould Kaddour n’était pas OK? Que gagne la partie algérienne?

    11
      Anonyme
      10 octobre 2018 - 4 h 47 min

      L’Algérie gagnera le vide et des humiliations.

      Anonyme
      10 octobre 2018 - 18 h 47 min

      L Algérie gagnera la khourda et la pollution ..personne ne viendra passer des vacances..trop de pollution de plastique qui tue tout..boils le résultat du future…allez voir férial Annaba ..la pollution des phosphates qui tue la population a petit feu..qui tue le poisson de sidi Salem plage…les maladie pulmonaires..les hôpitaux déborder etc…voilà ce qu on va gagner..total prend leur part des benefs…nous autreon prends la khourda et la pollution..a quand le réveil.. investir notre argent dans l agriculture c plus avantageux que le plastic ya si Mohamed .

    Anonyme
    9 octobre 2018 - 15 h 36 min

    Vos contrats avec Total n’a pas pu calmer Bajolet.
    Bajolet avait-il l’habitude d’avoir beaucoup plus ?

    11
    Kahina-DZ
    9 octobre 2018 - 14 h 50 min

    Je ne comprends une chose: Kaddour s’agite partout et parle de contrats pour nous épater ou nous hypnotiser, mais la sonatrach fait toujours appel à l’aide des compagnies étrangères ??
    Ma question: Pourquoi la Sonatrach est toujours incapable d’exploiter le pétrole/Gaz Algérien à 100%. La sonatrach est toujours dépendante techniquement des compagnies étrangères. C’est quoi votre savoir au juste ??
    Tant-que l’Algérie ne produit pas son propre raffiné, c’est comme si vous cultivez dans une terre salée. L’argent que vous gagnez, vous le dépensez dans l’achat du raffiné et ses dérivés.

    16
      Anonyme
      9 octobre 2018 - 20 h 37 min

      A kahina,les stratèges de l’équipe boumediene ont créé sonatrach et une dizaine de filiales de services pétroliers justement pour être vraiment indépendants. Et à boulerdes ex rocher noir l’inhat hydrocarbures et textiles pour la formation. Tout comme les grandes sociétés nationales décriées maintenant ,sonacome sonelec snic sonatiba sorecal dnc snmc..etc..etc,.sns. La règle etait: tout $ de rentrée du petrole investi dans priduction de substitution aux imports. Ce n’est que comme ça qu’on construit un pays qui ne produit rien. Les apprentis arrivés après boumediene ont ouvert les vannes,l’infitah au commerce extérieur et importer tout et n’importe quoi. Ils n’ont pas compris la différence entre un pays déjà devrloppé et un pays en construction meme pas en devrloppement,et les stratégies qui s’appliquent. Et 40 ans après on s’aperçoit que boumediene avait raison: pour réduire les imports ils inventent des licences,des interdictions,des surtaxes.. Et n’ont pas le courage de reconnaître leurs erreurs et revenir à la réalité: produire en substitution par l’eta et le privé,c la seule solution. Si le privé ne fait pas,moi état je fais.

      17
    Anonyme
    8 octobre 2018 - 23 h 34 min

    Le projet àvec les turcs en Turquie,et le complexe de polypropylène à arzew c très bien. Mais les autres projets appelés partrnariat n’en sont pas,ce sont des contrats pour total ou eni…que sonatrach paiera.

    1
    1
    Produisons nous mêmes
    8 octobre 2018 - 21 h 49 min

    MOUAIS
    Les partenaires dans l’exploitation de ressources naturelles.
    Quelle est la plus value sur le savoir faire que cela apportera aux algériens avec ces partenariats d’exploitations.
    Un vrai partenariat dans la construction automobiles.
    Dans la construction d’ordinateurs d’aéronefs de bateaux de d’usines de chaînes de montages etc. ..etc. …
    Nous devrons dépensés nôtres argent gagner des exploitations gazières et pétrolières à tout importés .
    Ont gagnent d’un côté et ont dépenses de l’autre côtés.
    Et ils nous manquent de l’argent pour nôtres développement nationale.
    Ont progressera jamais si nous produisons pas nous mêmes 50% de nôtres consommation général.

    awrassi
    8 octobre 2018 - 21 h 24 min

    Pourquoi tous ces ministres et dirigeants issus de l’Oranie ? Seraient-ils plus compétents que les Kabyles et Chaouis ?

    7
    5
      Yes
      9 octobre 2018 - 14 h 42 min

      Yes awrassi. Surtout de tlemcen. Je n’ai rien contre les tlemceniens g de très bons amis tlemcen des gens très intelligents raffinés .. Mais au moins si cette équipe nous avait méné au succès ma3lich. BOUMEDIENE etait aimé de tous parque juste nationaliste integre . Mais ce régionalisme est en train de disparaître avec l’urbanisation. Je suis témoin d’une époque où on le traitait de k’bayli,les chaouis de  » yakhi chaoui yakh.. » pour désigner un rural..à husseindey…années 40/50! 20 ans après je rencontre c enfants qui me traitaient de k’bayli et c’étaient des kabyles d’origine!! Aujourd’hui les mariages se font entre jeunes de différentes régions et une meilleure connaissance de notre histoire commence à faire évoluer les rapports. G des filles mariées à l’est des garçons mariés à l’ouest..etc..etc,, c l’ignorance qui crée tous c faux clivages..bon courage.

      2
      2
      Anti khafafich
      10 octobre 2018 - 16 h 25 min

      Vous aimez le commerce
      , vous détenez tout ce qui s y rapporte et vous vous plaignez après !!! Drôle de raisonnement

    Flicha
    8 octobre 2018 - 18 h 30 min

    La creation d’une joint-venture entre un porc et une poule en vue de fonder une entreprise de production d’omelette au bacon, appèle le porc dans le cadre de cette alliance à fournir du lard et la poule des oeufs.

    5
    5
    ghir dez
    8 octobre 2018 - 16 h 56 min

    Si les contrats complaisants avec les sociétés de Fafa étaient bénéfiques au pays on se serait déjà développés.
    Tant que vous vous accrocherez au colonisateur on restera toujours sa nourricière sans pour autant en profiter.
    Mais bon, il y en a à qui ça sert quand même…et França connaît leurs points faibles, nous aussi.

    4
    3
    Chaoui Ou Zien
    8 octobre 2018 - 16 h 07 min

    Parlant de Total, notre Ould Kaddour a dit : «Lors de nos discussions aujourd’hui (dimanche), nous leur avons dit que la concurrence est féroce et qu’ils sont tenus de faire une bonne proposition pour être retenus» Pour moi ca pourrait aussi dire que les des sont déjà pipes en faveur de fafa. Il suffit seulement qu’elle fasse un tout petit effort sur le prix. Autant leur dire qu’elle est la plus grande offre pour qu’il soumissionne la leur avec un miserable centime en plus. Pour beaucoup ce serai une autre forme de delit d’initie.

    6
    1
    MELLO
    8 octobre 2018 - 15 h 48 min

    Un contrat en Turquie, un autre à Alger que doit signer le boss de la Sonatrach, oui le PDG de la plus importante entreprise Algérienne, avec un gestionnaire de boîtes à Marseille, je cite Courbis. Pourquoi , se mettre à plat ventre pour faire signer un entraîneur qui est rejeté de tous en France. Le Mouloudia à t il perdu de son lustre ,de son histoire ? Les anciens de ce grand club se tapent la tête des deux mains, pour crier leur désapprobation. On parle même de lui ouvrir un studio à Alger pour continuer son travail avec RMC, alors que des Algériens se voient censurer chez eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.