Bajolet récidive : pourquoi l’ex-espion fait-il un abcès de fixation sur l’Algérie ?

Bernard Bajolet
Bernard Bajolet, ancien ambassadeur de France à Alger. D. R.

Par R. Mahmoudi – Poursuivant la promotion de son livre, en multipliant les plateaux de télévision et les interviews à la presse, l’ex-patron de la DGSE, Bernard Bajolet, en profite pour décocher d’autres flèches en direction de l’Algérie. Interrogé ce lundi par Radio France international (RFI) au sujet de ses propos sur le président Bouteflika, l’ex-ambassadeur de France à Alger a maintenu sa position en disant avoir été «assez clair là-dessus», tout en affirmant qu’il «ne veut pas» y revenir. Or, dans cette interview à RFI, Bernard Bajolet n’a pas arrêté de parler de l’Algérie, toujours évidemment pour en ternir l’image, même s’il le fait avec plus de subtilité.

Evoquant, par exemple, la situation au Sahel, l’ex-chef de la DGSE reprend à sa manière l’antienne usitée par une certaine presse internationale et notamment marocaine, selon laquelle le chef terroriste Iyad Ag Ghali puiserait sa force dans l’appui qu’il recevrait de l’Algérie. «Iyad Ghali, soutient Bajolet, est une personnalité qui a un certain prestige dans cette région, dont on peut tout à fait regretter qu’il soit devenu un chef terroriste. Et qui, je le pense, vous me permettrez de ne pas être trop spécifique, bénéficie de toute évidence de certaines protections». Et à la question du journaliste : «Quand vous dites qu’Iyad Ag Ghali est sous protection, vous pensez notamment à l’Algérie ?», la réponse de Bajolet se fera plus sibylline, mais à lire entre les lignes : «Je ne veux pas être plus spécifique. Mais je pense qu’il bénéficie, en effet, de l’indulgence de certaines parties, mais je ne les nommerai pas».

Toujours au sujet de la situation au Sahel, le diplomate français, sans aller jusqu’à parle de «délitement de l’Etat algérien», estime que les «trafics», y compris ceux des groupes terroristes, «se passent plutôt aux frontières sud de l’Algérie».

Interrogé sur son passage en tant qu’ambassadeur en Algérie, entre 2006 et 2008, Bernard Bajolet maintient globalement ce qu’il a écrit dans son livre. A la question de savoir si, «en vue de l’après-Bouteflika», cette succession à venir «est ouverte ou elle se fera dans le même cercle», il fait mine de ne pas vouloir répondre et de ne rien savoir : «Il faut demander aux Algériens. Je ne veux pas me prononcer davantage». Que pense-t-il des limogeages opérés récemment dans les corps de sécurité ? «Ces mouvements que l’on constate ici et là, en effet, montrent que la suite se prépare. Mais quelle est cette suite ? Je n’en sais vraiment rien», a-t-il dit sans trop s’aventurer.

R. M.

Comment (40)

    Anonyme Utile
    10 octobre 2018 - 11 h 13 min

    Ce Bajolet n’est que la voix de son maître Sarkozy, qui l’a nommé à la tête de la DGSE, dès son arrivée au pouvoir. Bajolet fait partie du cercle très rapproché de Sarkozy. Comme Sarkozy est le pire ennemi de l’Algérie et en même un grand ami du roi du Maroc, donc Bajolet l’est naturellement aussi, ce qui explique tout.

    Comme son maître Sarkozy, BHL & Co, ce Bajolet n’est qu’un exécutant sioniste en service commandé, envoyé pour détourner l’attention sur le Maroc tout en salissant l’image de l’Algérie. Bajolet est un des gardiens du temple de la haine incommensurable à l’égard de l’Algérie.

    Comme par hasard, Bajolet a curieusement choisi une date pour sortir son livre, coïncidant, avec la fin de l’ultimatum fixé par l’ONU, obligeant le Maroc, à reprendre sans conditions, les négociations directes avec le POLISARIO, en vue d’organiser un référendum pour l’autodétermination du peuple Sahraoui frère. Cette tentative de Bajolet est vouée à l’échec le plus cuisant. L’Algérie sera toujours un cauchemar pour Bajolet et ses maîtres.

    Haoui
    9 octobre 2018 - 21 h 26 min

    Il faut dire à ce Bajolet que l’Algerie n’est pas une republique bananière où les amabassadeurs se croient tout permis et se comportent envrais colons.D’ailleurs de quoi il se mèle.Il a terminé son mandat il fout le camps.Je pense qu’il faut arrêter de faire de la publicité à son torchon de livre.

    9
    5
    TARZAN
    9 octobre 2018 - 20 h 39 min

    barjolet est un agent de l’élysée et du makhzen. avec ces déclarations insultantes, ils cherchent à ce que l’algérie commette une erreur qu’ils vont exploiter après. je pense qu’une plainte pour diffamation suffit pour réduire à néant ce misérable. il a dit que bouteflika est sous perfusion alors que deux jours après il avait reçu angela merkel. en droit, une insulte faites à un président étranger est un délit. la démocratie n’autorise pas les insultes.

    10
    2
    boghni
    9 octobre 2018 - 20 h 10 min

    ce bajolet est frustrė car il na rien compris comment fonctionne les services secret dz ,ce dont sa haine vis a vis de l’algerie,merci a notre general toufik de le faire tourner en bourique.tahia el djazair.

    13
    5
    caroubien
    9 octobre 2018 - 19 h 41 min

    C’est connu, on enfarine les gens avec une petite vérité et on fait passer le venin avec.
    Technique déjà vue avec BHL and Co.
    Laisser aboyer et resserrer nos liens les fera taire.

    12
    2
    Faradache
    9 octobre 2018 - 18 h 39 min

    Je suis etonné qu’on parle aussi souvent de ce rat, qui ne parle qu’en son nom, il fait la promotion de son bouqin, arrêtons de lui faire de la pub. Il ne représente que sa minable personne d’espion. Tous les pays où il a servi pour son ambassade ont connu des troubles. Là il était utile à la france fourbe et néocoloniale. Aujourd »hui, c’est un minable écrivaillon qui crache sa haine à notre pays. Point barre.

    14
    3
    Chibl
    9 octobre 2018 - 16 h 48 min

    Pourquoi notre ex ambassadeur en France n’écrit il pas un livre sur le pouvoir français? walou,rien,nada, que du vent.

    58
    1
    ripper
    9 octobre 2018 - 16 h 35 min

    Bajolet n’est pas la France.
    Un livre payé avec quelques tonnes de phosphate (ou avec de la substance illégale).

    12
    2
    Felfel Har
    9 octobre 2018 - 16 h 24 min

    Ce Barjo n’est que le porte-voix d’une classe politique anti-algérienne, donc pro-marocaine à cause de son alignement sur le sionisme. Il faut se réjouir chaque fois que nos ennemis se donnent tant de mal à vouloir nous traîner dans la boue, car c’est que ce que nous faisons pour défendre nos intérêts et les causes justes les dérange et les fait rager. Les chiens qui aboient trop ne mordent pas, ils sont inoffensifs tant que nous restons sur nos gardes. Veillons à ce que cette France-là, si arrogante et partisane, ne bénéficie d’aucun avantage ou autre concession! Ils sont nombreux les pays qui peuvent faire des affaires avec nous en nous respectant et en respectant nos valeurs, nos principes et notre souveraineté. Pourquoi s’entête-t-on à mettre tous nos oeufs dans le panier à crabes des ceux qui complotent contre nous?

    12
    2
    Rêve de Cassandre
    9 octobre 2018 - 15 h 53 min

    Mille neuf cent soixante deux. L’Algérie accède à son indépendance. Les colons quitte le pays qu’ils sont venus civiliser à coup de privation de droits de ses autochtones dont les femmes étaient généralement des Fatmas et les hommes des khemes. Fatma veut dire femme esclaves du logis et le khemes est esclave des champs et homme à tout faire. Il arrive parfois que la Fatma et le Khemes aient un salaire, salaire d’airain dont on ne peut prétendre en vivre.
    C’est l’indépendance. La France est parti apparemment laissant les autochtones prendre les reine du pays. Rien n’est plus faux. La France n’est pas parti. Seuls les colons sont partis mais la France gère toujours l’Algérie en maintenant sa main sur quelques hommes politiques qui ont toujours travaillé pour l’intérêt de la France. Il est facile des les identifier en réunissant les pièces du puzzle. Je suis allé les chercher, comme un archéologue à la recherche d’une civilisation perdu. J’ai compris alors pourquoi, ils étaient planqués ailleurs pendant toute la durée de la révolution. Ils fallait les maintenir pour maintenir les intérêts de la France pour garder le pétrole, les zones d’essais nucléaire et le peuple ne doit rien savoir.

    Je vous en dirai plus, plus tard car j’ai réussi à réunir les pièce de l’énigme de notre liberté confisquée. C’est dommage que je l’eut compris si tard. Ça servira j’espère aux générations suivantes si toutefois leur esprit d’analyse ne serait pas détruit par l’islamisme et qu’ils essayeraient de penser par eux même.

    6
    2
    Tinhinane-DZ
    9 octobre 2018 - 15 h 39 min

    Le comportement de Bajolet indique qu’il était beaucoup plus espion que diplomate.
    Pourquoi l’Algérie a t-elle permis la présence de cet espion dans son territoire ??

    38
    2
    Citizen
    9 octobre 2018 - 14 h 59 min

    cet acharnement de ce bariolet ou bajolet contre l’Algérie se situe lorsqu’il était ambassadeur de 2006 a 2008.
    durant cette période le DRS a leur téte le général Toufik en particulier l’ont mis sous surveillance discréte jusqu’au jour ou les autorités algériennes le soupçonné d’espionnage et d’agent déstabilisateur au profit de son pays, du makhnez et du mossad.
    en 2008 les autorités algérienne avaient décidés de mettre fin a sa représentation.
    entre 2006 et 2009 le poste d’ambassadeur de france en Algérie restait vacant et c’était le chef de mission qui remplissait le role du 1er diplomate accrédité par intérim.
    ce sont les principales causes de cet abcès de fixation de bajolet envers l’Algérie

    38
    1
    Anonyme
    9 octobre 2018 - 13 h 16 min

    Et moi aussi je pense que le premier ministre algérien a répondu à l’ex-espion français par ceci : القافلة تسير والكلاب تنبح ( la caravane avance et les chiens aboient ) .

    35
    14
      silac
      9 octobre 2018 - 18 h 10 min

      Le ménage va continué tout ce qui ont la double nationalité sont écarter du pouvoir voila ce que fait Bouteflika ET IL A RAISON !!!!!!!

      31
      3
    amir
    9 octobre 2018 - 12 h 54 min

    encore une fois, c’est de notre faute. Ils nous envoient les agents barbouzes de leurs services qui ont les mains pleines sang durant leurs exercices et nous nous envoyons des ambassadeurs de haut rang. Bien fait pour nous

    20
    3
      Anonyme
      9 octobre 2018 - 20 h 29 min

      Non Amir ce n’est en aucun notre faute. Nous envoyons des vrais ambassadeurs par respect pour nous mêmes et pour les règles de la diplomatie internationale et c’est tout en notre honneur. Nous ne sommes pas un pays voyou. Ceux qui envoient les barbouzes ne se respectent pas ce sont des menteurs, des tricheurs et des imposteurs. De toute évidence envoyer une barbouze chez nous ne leur a servi à rien, mais une telle forfaiture les suivra, pas d’inquiétude, leur avenir diplomatique dans le monde est bien terni.

      28
      2
    DYHIA-DZ
    9 octobre 2018 - 11 h 19 min

    Ba-jolet aurait pu se rendre utile à l’humanité en nous expliquant que fait la France au Sahel ?? A-elle siphonné tout l’uranium malien ou pas encore ???

    Ba-jolet joue au haut parleur de l’Élysée et du makhzan. Les intérêts français obligent !!

    Une chose est sûre: Je ne perdrai jamais mon argent pour son foutu livre.

    44
    10
      LOUCIF
      9 octobre 2018 - 11 h 54 min

      @DYHIA-DZ 9 octobre 2018 – 11 h 19 min et non au contraire il faut lire ou se faire prêter ce livre car ce n’est pas avec les revenus de ce livre que Bernard Bajolet va vivre ! Au contraire, il faut lire le livre pour connaître encore plus « la pensée » de la diplomatie française dans le monde ! Bernard Bajolet n’a consacré que 10 pages sur l’Algérie et le reste sur une bonne partie de sa carrière de diplomate !

      11
      10
    LOUCIF
    9 octobre 2018 - 11 h 10 min

    Pourquoi on s’entête à souhaiter faire revenir sur ces propos ce Bernard Bajolet ! Khlass , il a écrit ce qu’il a écrit et il ne peut pas revenir sur çà, c’est impossible même si il a reconnu timidement qu’il a exagéré en disant que Bouteflika vit artificiellement !
    Maintenant qu’il fasse la promotion de son livre, c’est tout à fait normal et il n’a aucune raison qu’il change d’avis sur le contenu de son livre ! Nous les algériens et aussi les autorités algériennes nous nous sont prononcés sur ce livre et nous savons à quoi nous en tenir !

    16
    16
      Naïfs
      9 octobre 2018 - 22 h 06 min

      Tu écris son nom en toutes lettres et tu demande qu’on n’y pense pas???
      Faites lui de la Pub!

      20
    Lghoul
    9 octobre 2018 - 10 h 27 min

    Dans une interview on doit répondre a des questions. En fait il n’a pas répondu avec exactitude car s’il l’avait fait on saurait un peu plus ce qu’il savait sur nous et soyons certains qu’il sait beaucoup de choses. Quand le paysage politique est occupé par des vieillards qui se chamaillent devant tout le monde 24H/24H sans rougir, que reste t il a dire de plus sur nous et surtout comment notre pays est devenu ?. En fait, regardons nous a partir d’un autre angle et soyons courageux d’accepter ce que nous voyons: La risée du monde – et jai honte d’en faire parti. Alors je ne blamerai personne sur quoi que ce soit car nous sommes responsables de tout ce qui nous arrive.

    28
    59
    Ch'ha
    9 octobre 2018 - 10 h 21 min

    CHARITÉ BIEN ORDONNÉE COMMENCE PAR SOI-MÊME ! Que Barjolet balaie devant sa porte et s’occupe de ce qui reste de « sa » France.
    « Assad MÉRITE LA MORT. Le FRONT AL NOSRA FAIT DU BON BOULOT » dixit Fabius ex MAE français.
    Pour reprendre la phrase CULTE et MAGISTRAL du Président LÉGITIME BACHAR AL ASSAD à l’encontre du MAE français Le Drian : « JE N’AI PAS DE LEÇON DE PAIX À RECEVOIR DE CEUX QUI FINANCENT LE TERRORISME ».
    Tout est dit.

    76
    7
    Bendekka
    9 octobre 2018 - 10 h 04 min

    Juste un colonialiste malade et qui tente de cacher ses échecs comme ambassadeur et chef d’un troupeau de moutons incapable d avoir, comme espion, la moindre information crédible. La CIA à déjà dit son mot sur la DGSE au temps où il était responsable par accident durant le quinquennat le plus contesté de l’histoire de son pays.

    20
    6
    socrate
    9 octobre 2018 - 9 h 58 min

    C’est plutôt les médias algériens qui font une fixation sur Bajolet ! On dirait qu’il menace le régime et compromet la stabilité de l’Algérie à lui seul…

    20
    65
    Tout fout l' camp
    9 octobre 2018 - 9 h 55 min

    La perspicacité de certains journalistes de @AP est légendaire. Quand cet article commence par « Poursuivant la promotion de son livre, » il n’y a là qu’une seule explication: AP contribue, sciemment ou non à cette promotion.
    Alors ignorez ce Barbouze qui n’est pas le seul agent du renseignement de la France à avoir exercé en Algérie et une fois rentré chez lui se met à faire le même abcès. Comme celui qui négociait avec Djamel Zitouni l’assassin des Moines qui continuent à servir d’abcès à la France pour maintenir sa poigne sur notre pays. Comme ce Driencourt qui de permet d’intervenir sur tout et sur  »im0rte quoi

    14
    5
    Karamazov
    9 octobre 2018 - 9 h 36 min

    Moua j’ai comme une impression que celui qui fait un abcès de fixation ce n’est pas forcément Bajolet.

    Lui il fait la promotion de son livre , il lui faut bien vendre autre chose que le récit de savie qui n’aurait intéressé personne. Et le journaliste qui l’interroge essaie de lui tirer les vers du nez, car il est évident que cet « espion » ambassadeur , n’a pas dit tout. Il faut savoir qu’il est tenu par le droit de réserve même maintenant qu’il n’est plus aux affaires et qu’il ne va pas balancer. Tout ce qu’il dit Polichinelle l’a dit avant lui.

    Je ne vois pas pourquoi vous dites qu’il fait un abcès de fixation su L’Algérie. Il est interrogé par un journaliste qui insiste sur la question et vous dites Bajolet a essayé de l’éluder.

    Et ce même Bajolet renvoit le journaliste à ce qu’en disent les Algériens sur tous les sujets qu’il a évoqué.

    La santé du président, les intrigues autour de de sa succession, moi je trouve que Bajolet a été plutôt prudent. Qu’auriez vous dit s’il avait parlé comme Sofiane Djilali ?

    Si on pouvait dire tout à ce sujet , si tout était publié, je crois que les propos de Bajolet , n’auraient eu aucun intérêt.

    Quand au rôle de l’Algérie au Sahel, ne soyons pas naïfs. L’Algérie défend ses intérêts, elle joue son propre jeu , ipicitou !

    19
    6
      Abou Stroff
      9 octobre 2018 - 10 h 22 min

      moua, je suis en complet accord avec toua!
      en effet, j’ai toujours souligné que pointer du doigt l' »ennemi externe » en détournant le regard des « ennemis internes » dénote une lâcheté confirmée qui nous permet d’éviter de découvrir que le mal, si mal, il y a est en nous.
      je pense que bajolet fait son travail et je l’en félicite
      par contre je me demande pourquoi les algériens qui réfléchissent ne font le leur, c’est à dire analyser concrètement une situation concrète et faire preuve d’audace en nous présentant, preuves à l’appui, tous nos ennemis internes, à commencer par ceux qui veulent que nous continuions à être dirigés par un mort-vivant.

      57
      11
        Anonyme
        9 octobre 2018 - 12 h 38 min

        tu t’exprimes comme les dalpé de la rue de Mulhouse et de la cafet’. tu me fais vomir.

        8
        15
          Anonyme
          9 octobre 2018 - 19 h 15 min

          Vas y dégueule. Ça te soulagera.

          5
          4
      Anonyméa
      9 octobre 2018 - 11 h 11 min

      Karamazov t’as bien raison ce n’est pas seulement Bajolet qui fait une fixation sur l’Algérie, c’est toute la France qui fait une fixation sur l’Algérie c’est toute la France qui fait une obsession sur l’Algérie.

      34
      9
    co5
    9 octobre 2018 - 9 h 24 min

    « en multipliant » ses ventes grâce à la gratuité de la pub que les « médias algériens » lui font; alors que son livre livre des banalités, c.à. d du réchauffé.
    on sait que celui ou celle qui veut vendre ses « œuvres ou ses fake news », il ou elle prononce le sésame ALGÉRIE?.

    12
    5
    juba 3
    9 octobre 2018 - 9 h 23 min

    barjot et un colons et n’aime pas que l’algérie s’en sorte .

    15
    5
    Citoyen Karim
    9 octobre 2018 - 8 h 49 min

    Bernard Bajolet n’est ni espion encore moins un traître mais un ‘ancien’ fonctionnaire du service de renseignement d’un des pays ayant choisis de suivre la voie de 1492, celle de la conquête des territoires pour leurs richesses par tous les moyens.

    C’est quelqu’un qui est au service d’un pays –son pays- qui nous a colonisé sur prés d’une vingtaine de décennies pour être mieux placé que quiconque à renseigner sur ce qu’est le système en Algérie. Quelqu’un du métier.

    Janvier 2006, lorsque la machine coloniale s’est mise en branle pour stopper dans sa progression un entrepreneur Algérien porteur, avec des décisions officielles, d’un projet économique d’intérêt national et régional pour le déposséder d’une assiette foncière située au ‘Retour de la chasse’ –vielle appellation coloniale du site ex-foire d’Alger à Bab Ezzouar-, tout en attribuant des parcelles de terrains à des entreprises fleurons du CAC 40 par celui –préfet- qui fini comme consul général à Paris, j’étais loin de saisir la portée d’une vaste toile d’araignée dans laquelle notre pays est pris entre ses fils. D’une presque banale injustice administrative comme il y en a tant au pays des Martyrs, parce que je l’ai toujours refusé, je découvre dans mon obstination et ma détermination –et mes souffrances aussi-, le monde de derrière qui régit le factice, celui de l’avant.

    Le problème n’est pas en la personne de Bernard Bajolet, ni en Xavier Driencourt encore moins en celle d’Emmanuel Macron ; ce sont des gens politiquement professionnels et tout aussi pragmatiques qui ont cette capacité de mieux cerner où est le meilleur intérêt pour nos deux pays.

    Le problème est en nous…

    56
    3
    Anonyme
    9 octobre 2018 - 8 h 44 min

    Si la France ne sait rien en algerie, alors on est dans le noir. Vu que tout est heterodirigé depuis paris. On est la France sans sa culture son bien etre ni ses droits. Le reve de benbadis

    6
    11
    Samy
    9 octobre 2018 - 8 h 03 min

    Cet ex-ambassadeur de France en Algérie et ex-diecteur de la DGSE connait bien l’Algérie et il est normal qu’il en parle.La France a beaucoup d’intérêts en Algérie et Bajolet est très prudent lorsqu’il en parle.Il ne dit pas tout ce qu’il sait de ce pays.Mais il y a une grande différence entre critiquer l’Algérie et critiquer ce régime qui sévit depuis 1962 et en particulier depuis 1999.

    10
    26
    Zaatar
    9 octobre 2018 - 7 h 37 min

    Voila de quoi faire agiter la presse et les médias en général. Officiellement, la France dit que les propos de ce Bajolet n’engage que sa personne…eh bien nous l’entendons pareil. A l’entendre sur les plateaux des médias il nous fait plutôt penser au petit joueur de fluteau de Brassens, mais à l’inverse le roi ne lui offrit pas de blason…

    12
    2
    RezkideBelcourt
    9 octobre 2018 - 7 h 19 min

    Iyad Ghali, serai soutenu par l’Algérie, selon lui, et alors, c’est une réponse à cette France coloniale qui soutient DAECH, partout.

    13
    1
    Ch'ha
    9 octobre 2018 - 6 h 52 min

    PS : je rajoute CHARITÉ BIEN ORDONNÉE COMMENCE PAR SOI-MÊME !
    Que Bajolet balaie devant sa porte et s’occupe de ce qui lui reste de « sa » France infiltrée et gangrenée par le sionisme à tous les étages, notamment sa DGSE.

    8
    5
    Ch'ha
    9 octobre 2018 - 6 h 05 min

    Makane walou, diplomatie du mégaphone et même merdocratie.
    Le pompier pyromane ! La TARTUFFERIE MONUMENTALE !
    Je réitère je n’ai JAMAIS vu un seul gouvernement français baver cracher sur la narcomonamerde pédophile makhnazi du GRAND AMI DE TOUJOURS DE LA FRANCE Hassassin II à la majesté actuelle.
    Ce BaRjolet fait ce que ses maîtres Franssa sioniste lui disent de faire.
    Qui finance et organise le terrorisme sahélien et pas que Libye Syrie etc etc : La FRANCE, le Mali, l’assassinat du Guide le Colonel Kadhafi Allah Yarhmou et le chaos libyen et sahélien etc..etc..etc..
    Ce mercenaire sioniste croit que sa parole est d’or ….il se décridibilise de jour en jour et s’enfonce toujours plus profond avec ses maîtres. Pauvre France…si c’est pas les harkis pieds noirs le terrorisme……rappel « Assad MÉRITE LA MORT. Le FRONT AL NOSRA FAIT DU BON BOULOT » dixit l’ex MAE français Laurent Fabius.
    Pour reprendre Al-Hanif (AP. Al-Hanif répond à Nicolas Beau.Vous commettez une double faute) : JE NE PEUX OCCULTEZ LE TROPISME MAROCAIN QUI FAIT DE LA CLASSE POLITIQUE ET DE LA CLASSE MÉDIATIQUE FRANÇAISE UN RELAIS DU ROYAUME ENCHANTÉ ».
    Sans oublier la phrase CULTE et MAGISTRALE du Président LÉGITIME BACHAR AL ASSAD à l’encontre du MAE français Le Drian : « JE N’AI PAS DE LEÇON DE PAIX À RECEVOIR DE CEUX QUI FINANCENT LE TERRORISME ».
    Tout est dit.

    64
    3
    Rayés Al Bahriya
    9 octobre 2018 - 5 h 45 min

    Rappelons, la france , pour diaboliser l’autre, pour
    Creez la zizanie, elle excelle dans la mise à nue….
    Les espions dont Bajolet , l’odeur du vin lui monte au nez…
    Encore faut il qu il sache , que le bojolet est sure de faire 12.5 , ce qui n’est pas votre cas mister l’espion français, Bojolet…

    5
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.