Ould Abbès invite Bouhadja à suivre l’exemple de Mehri, Benhamouda, Boumaza et Karim Younès

Bouhadja
Ould Abbès et Bouhakja lors de la nomination de ce dernier à la tête de l'APN. New Press

Par Hani Abdi − Depuis Bouira, le secrétaire général du FLN charge violemment Saïd Bouhadja qu’il pousse à la démission depuis une quinzaine de jours.

Djamel Ould Abbès, qui réclame toujours la tête du président de l’APN, affirme que «la sortie de Bouhadja jeudi dans les rues d’Alger n’est pas celle d’un homme d’Etat». Le secrétaire général du FLN invite Bouhadja à faire preuve de «discipline» et à s’inspirer de «ceux qui l’ont précédé à ce poste de responsabilité».

«Le FLN est le parti qui dirige le pays. Et dans l’histoire de l’Algérie indépendante, jamais un membre de ce parti n’a été à l’origine d’une crise dans le pays », a-t-il déclaré devant un parterre de militants qui lui sont acquis. «Durant la guerre du 1er Novembre, on nous a appris la discipline. Nous ne permettons à aucun responsable au sein du parti de crise une crise dans la pays», insiste Ould Abbès en pointant encore une fois d’un doigt accusateur Saïd Bouhadja qui refuse d’obtempérer aux «tirs de sommations» du secrétaire général du FLN.

Djamel Ould Abbès invite dans ce sillage Saïd Bouhadja à prendre l’exemple sur Mehri, Boumaza et Messaâdia et présente sa démission du poste de président de l’APN, comme le veut la majorité parlementaire composée du FLN, RND, MPA et du TAJ. «En 1996, il y a eu un problème au comité central du FLN, Abdelhamid Mehri a compris qu’on collectait des signataires pour le destituer et il s’est retiré dignement en démissionnant. En 2001, Boualem Benhamouda avait fait l’objet d’une tentative de destitution et il a démissionné. En 2004, Bachir Boumaza a également démissionné suite à un problème au Sénat. Karim Younès aussi a quitté son poste de président de l’APN dignement, la même année», lance Djamel Ould Abbès, avertissant ainsi Saïd Bouhadja qui fait de la résistance en refusant de démissionner malgré la forte pression exercée par les députés de la majorité présidentielle.

Le secrétaire général du FLN «conseille» ainsi à Saïd Bouhadja de faire preuve de sagesse et de partir dignement. Djamel Ould Abbès réclame le départ de Saïd Bouhadja de son poste de président de l’APN. En vain. Le blocage des activités de l’APN n’a pas poussé son président à quitter son poste. Bien au contraire. Il refuse de démissionner.

H. A.

Comment (29)

    Anonyme
    15 octobre 2018 - 20 h 45 min

    C à toi ,ould Abbas de partir et imiter messaadia,benhamouda mehri…et surtout Karim younes qui ont démissionné pour ne pas être complices de derives qui ont pollué le FLN et l’apn,un FLN dévoyé au service de khobzistes larbins sans honneur sans aucune conviction,des faux militants qui y viennent pour les privileges,qui n’ont pas la stature pour dire leur mot encore moins le courage de dire non à ce qui n’est pas dans l’intérêt du peuple.
    Vous même M Ould Abbas vous avouez que si le predident vous dit de partir vous partez!! C lui qui vous a dedigné!! C un parti,ça ?? Un parti où le sg est designe par le president de la république ?? Un president de la république réputé être le president de tous les algeriens?? Le plus drôle c que même sidi said ugta dit la même chose!! Incroyable! Le sg de l’ugta est dedigné et donc obéit au president!! Drôles d’hommes politiques. Drôle de république.
    Tiens bon,bouhadja.

    Malek
    15 octobre 2018 - 18 h 21 min

    Il est vraiment gonflé Ould Abbès! Lui comme Boutef et Bensalah, tous les 3 originaires de la Wilaya de Tlemcen, comptabilisent enâge près de 2 siècle et demie. Et il vient faire la leçon à M. Bouhadja..
    C’est l’ hôpital qui se fout de la charité!
    J’étais recemment à Tlemcen, labas ils ont tous la trouille que le pouvoir échappe à leur clan. Ils savent bien ce qui les attend.

    Rayés Al Bahriya
    15 octobre 2018 - 11 h 47 min

    Honte à vous ya s.g du p.fln ….
    Honte à vous….
    Que le président de la république fasse de même aussi , de suivre l’exemple de ses prédécesseurs à l’image de Liamine Zeroual ou de Chadli Bendjedid.

    Honte à vous, vous avez transformé le pays en monarchie ,
    Allah ne vous pardonnera pas….

    BENALLAL Hichem .
    15 octobre 2018 - 7 h 53 min

    ce oueld abbas , qui est a la base un lecheur de bottes , un voleur sans scrupules , avant qu’il cite des monuments de l’Algerie souveraine à l’image du défunt Messaadia , Benhamouda et consorts , doit se laver la bouche avec de l’eau de javel .

    2
    1
    Lghoul
    14 octobre 2018 - 14 h 51 min

    Et lui le senile de 84 ans quel exemple a t il suivi pour s’accrocher toujours au fln ? Comment nous explique t il l’affaire des tetes de liste de son fils pris pourtant la main dans le sac avec des preuves ? Il ose encore montrer sa face du plus grand menteur d’Algerie comme si on ne savait pas et que tout va bien ! Quelle bassesse.

    faites moi pas rire ...
    13 octobre 2018 - 21 h 05 min

     » le fln est le parti qui dirige le pays… » (dixit djamel ould …). sauf que le pays est dans une paralysie socio_economique sans precedent surtout depuis presque une dizaine d’années…donc c’est une honte plutot ya si djamel ould …

    13
    Tredouane
    13 octobre 2018 - 19 h 45 min

    C est vous autant que premier responsable irresponsable du F.L.N qui êtes l’instigateur de cette fausse crise,un Homme responsable aurais agit selon les règlements qui régissent l’A.P.N ,et un varie homme d’État marche au seins de son peuple car au faite il n’est que le serviteur de ce dernier,un jour l’histoire et les générations a venir vous condanerons.vive l’Algerie Digne .

    13
    Anonyme
    13 octobre 2018 - 18 h 59 min

    Ils ont une culture de la Mafia.Ils t’embrassent avant de t’assassiner.

    9
    1
      momax
      13 octobre 2018 - 19 h 23 min

      faut pas comparer avec la mafia car la mafia a un code d’honneur par contre cela …

      moi
      13 octobre 2018 - 19 h 42 min

      non non il ne faut pas comparer l’incomparable la mafia c’est connue elle a un code d’honneur ….

    Apache
    13 octobre 2018 - 18 h 09 min

    « Durant la guerre du 1er Novembre, on nous a appris la discipline ». « La sortie de Bouhadja jeudi dans les rues d’Alger n’est pas celle d’un homme d’Etat »(Dixit Ould Abbès). Contrairement à Ould Abbès, La sortie de Ould Abbès est celle d’un vrai Moujahid qui n’a pas peur du terrorisme, ni des voyous du « faux FLN ». Je parie qu’il va à la mosquée et ne fait pas sa pière « avec la télévision » (Dixit Ould Abbès)Et si le FLN vous a appris la discipline, pourquoi ne démissionez vous pas Monsieur le « faux grand Moujahid » Ould Abbès du moment que la majorité du peuple vous déteste de par vos mensonges.

    18
      Apache
      13 octobre 2018 - 21 h 33 min

      Correction : Lire « Contrairement à Ould Abbès, La sortie de Bouhadja est celle d’un vrai Moujahid… » Désolé pour la confusion, mais vous avez certainement corrigé par vous même

    Lady Faria
    13 octobre 2018 - 18 h 07 min

    Depuis Bouira, et plus exactement depuis… le siège du théâtre régional Amar Laskri. Il fallait le faire quand même!

    Felfel Har
    13 octobre 2018 - 17 h 52 min

    Si j’étais Bouhadja, je le prendrais au mot, à la condition expresse que lui aussi, le fouteur de pagaille disparaisse de la circulation, qu’il s’en aille. L’Algérie s’en portera mieux! Finis les mensonges, les exagérations, les vantardises, les contorsions clownesques, les gesticulations et postures don quichottesques! Nous aurons la paix et la sérénité.

    10
    2
    Anonyme
    13 octobre 2018 - 17 h 50 min

    Ould-Abbas ferait mieux de conseiller à son Capo de fakhamatouhou de suivre l’exemple de Chadli, Kafi, et Zeroual. D’autant plus que ces derniers étaient encore debout et en possession de toutes leurs facultés mentales et physiques, lorsqu’ils ont démissioné. Alors que le Capo est cloué sur une chose et ignore les malheurs que ses sbires ont infligés à l’Algérie.

    Ould Abbas défend son avenir. Il sait qu’après Bouteflika il se retrouvera, lui et son fils à Sarkadji.

    18
    Abou Langi
    13 octobre 2018 - 17 h 48 min

    Dis comme ça avec de l’humour en plus: « sans tarder », je crois qu’il va partir à l’heure!

    Quand son heure viendra, biensour !

      Zaatar
      13 octobre 2018 - 19 h 34 min

      @Abou langi,

      En mettant les pieds en canards, c’est toute la clique qui est au départ. Et c’est vrai avec cet humour fait aux voyageurs, la clique partira toujours à l’heure…(la compagnie créole).

      2
      3
    Gatt M'digouti
    13 octobre 2018 - 16 h 56 min

    Si le FLN historique existe encore ya si Ould Abbés « l’idole des jeunes », on t’aurait coupé la langue, les oreilles et les couilles pour en faire un collier !!!!
    360 dipités demandent le départ de Bouhadja ! OK et toi ? 40 millions d’Algériens te vomissent toi et Ouyahia et ne souhaitent plus vous voir !
    Dégagez !!!!

    22
    Karamazov
    13 octobre 2018 - 16 h 47 min

    Fais ce que je te dis mais ne fais pas je que je fais. Et pourquoi il n’y va pas lui, hein? Il n’a pas la tête à y aller ou lui il est boulonné à sa place?

    11
      Zaatar
      13 octobre 2018 - 19 h 36 min

      @Karamazov,

      En parlant de boulons et de boulonnés, il y en a pas mal à démonter…

      3
      2
    Anonyme
    13 octobre 2018 - 16 h 29 min

    Quand ould abbes et son acolyte ouyahia prendront la porte sans retour la la jeunesse qui pris un café avec le mahgour BOUHADJA , décidera si ce moudjahid restera ou pas ! echaab faak bikoum et il n a pas vote pour vous les khousistes cooptes par la force des baïonnettes ! maintenant c est la volonté populaire reelle qui décidera qui mettre au pouvoir ! ces khobsistes disaient qu ils allaient fermer le parlement , mais qu ils ont vu BOUHADJA prendre un café avec les jeunes dans les rues populaires ,ils sont devenus des poules mouillées!

    13
    Anonyme
    13 octobre 2018 - 16 h 06 min

    charité bien ordonnée commence par soi meme espèce d’ opportuniste dégage et donne donne le bon exemple vielle baderne

    14
    Souk-Ahras
    13 octobre 2018 - 15 h 23 min

    La distillation est en cours, l’étape de fraction de tête est amorcée. Le temps est compté. Ould Abbes s’impatiente. Il veut récupérer le distillat, objet de toutes les convoitises, qui tarde à venir. Bouhadja est très peu « volatil ».

    11
    awrassi
    13 octobre 2018 - 15 h 18 min

    Quelqu’un peut-il me dire ce que le FLN reproche à M. Bouhadja ? Est-ce qu’un journaliste a demandé la raison et si oui quelle est -elle ? Sinon, nous parlons tous pour ne rien dire …

    15
    2
    mouatène
    13 octobre 2018 - 15 h 04 min

    ould abbes conseille bouhadja à suivre l’exemple des anciens !!!! ou ? el-alia ? (…) y sera tot ou tard.

    9
    1
    Rascasse
    13 octobre 2018 - 14 h 48 min

    Comment un pays avec une population majoritairement jeune assiste bras croisés à un combat de sénile ?? La magie des labos algériens : faire de la passivité du silence et du désintérêt des algériens de la politique,des affaires de la cité et de leur avenir comme un geste de citoyenneté, un geste de sagesse, un geste de maturité, rohe tefhame

    17
      Anonyme
      13 octobre 2018 - 17 h 38 min

      Ils ont inoculé à la jeunesse un sédatif puissant : l’islam.

      15
      3
        Rascasse
        14 octobre 2018 - 3 h 50 min

        Plutôt le wahhabisme mon ami, mélangé à du rationalisme morbide.

        Rascasse
        14 octobre 2018 - 10 h 38 min

        Je dirais plutôt le wahhabisme mélangé à un morbide rationalisme, l’islam n’a rien à voir avec La psychopathie généralisée actuelle, les différentes politiques jusqu’à présent ont généralisé l’immaturité dans une large frange des jeunes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.