La révision de la loi sur les hydrocarbures «arrive à sa fin»

Révision de la loi sur les hydrocarbures
Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni. D. R.

La révision de la loi sur les hydrocarbures «arrive à sa fin», a affirmé dimanche à Alger le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni.

«Quand on élabore une loi, on a toujours des difficultés pour la faire aboutir. Il vaut mieux que la phase de son élaboration dure pour qu’on puisse étudier tous les risques. Maintenant, on a introduit l’exploitation off-shore et le non conventionnel. Actuellement, on arrive à la fin de la révision de la loi sur les hydrocarbures», a indiqué Guitouni lors d’une conférence-débat tenue à l’issue de l’inauguration du nouveau siège de l’Agence Nationale pour la Valorisation des Ressources en Hydrocarbures (ALNAFT).

Le ministre a relevé que depuis l’amorce, en juin 2014, de la baisse des cours du pétrole passés de 140 dollars jusqu’à atteindre 29 dollars, une dizaine de pays producteurs de pétrole ont déjà procédé à la révision de leurs lois respectives sur les hydrocarbures.

Dans ce sens, a-t-il poursuivi, l’Algérie fait de même afin de s’adapter aux changements géopolitiques enregistrés : «On ne peut pas (continuer à) appliquer la loi en vigueur alors que les cours se sont dramatiquement effondrés» depuis juin 2014.

Ainsi, pour plus d’attractivité, l’Etat a décidé de revoir le texte en vigueur, et ce, en introduisant beaucoup de «souplesse» à l’effet d’attirer davantage les investisseurs étrangers, selon le ministre.

Pour Guitouni, l’Algérie est aujourd’hui décidée à poursuivre ses projets d’investissements notamment en partenariat avec les étrangers : «il faut reconstituer les réserves du pays. Et la seule façon pour y arriver, est de lancer des investissements avec le partenaire étranger. Sonatrach seule ne peut y arriver. Les investissements sont très grands et le risque est d’autant plus grand».

«On va reconstituer les réserves du pays, d’autant que l’Algérie s’oriente aujourd’hui vers la diversification du bouquet énergétique», a-t-il avancé.

Mettant en exergue l’importance de la révision de ce texte, Guitouni a souligné que la prochaine loi devra être «bénéfique» pour le pays et sera en adéquation avec les changements qui caractérisent aujourd’hui le marché international.

R. E.

Comment (8)

    Tbehdila
    15 octobre 2018 - 11 h 39 min

    Bagra plastique subventionnée (lait en poudre et d’eau transformés emballé dans du plastique dangereux et polluant importé) nom arabe = sachi .
    Baguetta subventionnée (Blé importé dont 50% finit à la poubelle) nom arabe = tipèna
    Batata (semences et traitements importés)
    On maintient le besoin d’importer par tout les moyens, juste pour s’en mettre plein les fouilles.
    Aller voir ce qui fait vivre le souteneur du makhzaza avec ses containers dans les ports.
    On attrape quotidiennement des orpailleurs équipés mais on n’a pas produit 1 gr de ce métal précieux depuis des décennies?
    Si le voisin blanchit l’argent sale, pourquoi nous, on ne crée pas une banque protégeant officiellement les détenteurs de comptes et les laissant disposer librement de leur devises avec garanties inaliénables par des lois claires. Même en offrant un taux meilleur pour les gros déposants, afin de rapatrier d’énormes richesses qui nourrissent l’ennemi.
    ====!Faites VENIR l’argent au lieu de le faire FUIR !====
    Les patriotes vivants à l’étranger ne demandent qu’un guichet Algérien à l’étranger pour y faire virer leurs rémunérations et épargnes.
    Ah ! Fafa ne veut pas c’est ça ?
    Mais qui nous gouverne à la fin ?

    anonyme
    15 octobre 2018 - 0 h 01 min

    SONATRACH N’EST PAS TA PROPRIÉTÉ
    ON N’EN VEUT PAS PAS DE CETTE REVISION QUI NE PROFITERA QU’AUX PRÉDATEURS ET AUX MULTINATIONALES
    C’EST LE PEUPLE QUI DECIDE

    5
    2
    PREDATOR
    14 octobre 2018 - 23 h 57 min

    Ils veulent vendre le pays au plus offrant

    5
    1
    Felfel Har
    14 octobre 2018 - 19 h 53 min

    Assurons-nous que contrairement à la Loi de Chakib Khellil, ce n’est pas un Acte de Vente des bijoux de famille aux multinationales du pétrole! Nos experts devraient la décortiquer pour débusquer le moindre petit détail qui trahirait les intentions secrètes des fossoyeurs de Sonatrach. Faute de quoi, nous ne tarderons pas à mendier pour survivre. Il y a péril en la demeure, ne regardons pas ailleurs.

    9
    1
    Zaatar
    14 octobre 2018 - 18 h 17 min

    Réviser la loi sur les hydrocarbures pour améliorer la situation financière du pays c’est bien. Je pense même que c’est le but recherché. Cependant tabler encore que sur les hydrocarbures pour asseoir une économie au pays c’est encore suicidaire. Connaissant nos chariots aux commandes du pays, gageons que leur seul soucis est simplement comment faire rentrer de la tune sans trop se casser la tête, Et en prélever pour soi chacun à son niveau selon son rang dans la hiérarchie du pouvoir. L’Algérie a toujours fonctionné ainsi et ce n’est pas maintenant qu’elle va changer ni demain d’autant plus qu’ils rencheriront les caisses avec cette révision de la loi sur les hydrocarbures.

    7
    1
    Chaoui
    14 octobre 2018 - 18 h 04 min

    L’Algérien que je suis n’a AUCUNE confiance dans la « modification » de la loi sur les hydrocarbures…
    J’invite le sieur Mustaha Guitouni comme le Gouvernement à soumettre cette nouvelle loi au PEUPLE par la voie référendaire au sens où Sonatrach et les hydrocarbures sont patrimoine de TOUS les Algériens.
    Aussi, chaque Algérien a ici son mot à dire.
    Surtout quand on sait que cette nouvelle loi sort d’un « cabinet d’avocats » américains !…
    Pourquoi ? Nous n’avons pas de juristes compétents ? Et dans ce cas, pourquoi n’avoir pas eu recours à d’autres cabinets tels que Russes ou Chinois ?
    C’est comme pour notre réserve d’or ! Il est incroyable qu’elle soit stockée encore à aujourd’hui aux…États Unis quand TOUS les pays qui avaient aussi entreposé leurs réserves rapatrient en urgence leur or !…C’est le cas de l’Allemagne et y compris de la Turquie qui sont pourtant membres de l’Otan tandis que nous ne le sommes pas ! J’aimerais bien savoir qui a donné l’ordre de transférer NOTRE or et pourquoi ?
    Non à la loi nouvelle sur les hydrocarbures si elle n’est pas soumise à tous les Algériens.

    10
    1
      Apache
      14 octobre 2018 - 19 h 26 min

      Pensez vous sincèrement que si les décideurs soumettaient cette nouvelle loi au PEUPLE par la voie référendaire, il y aurait un quelconque changement? Combien y a t’il d’Algériens qui savent lire et comprendre cette loi des hydrocarbures? J’ai vu des gens, lors du vote sur le changement de la Constitution qui ne savaient même pas mettre une croix sur une case à cet effet. Il faut admettre que l’Algérie est foutue car elle est à la mérci de nos décideurs corrompus pour la majorité.

      11
      2
      Chibl
      14 octobre 2018 - 23 h 33 min

      Et le peuple il comprend quoi, rien du tout, vous pensez que vous vous adresser à des Allemands, ceux la pourvue que la pomme de terre et le sachet en lait ne soient pas chers et que la baguette ne change pas de prix. qu’est-ce qu’ils comprennent aux lois des hydrocarbures?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.