Refus de Bouhadja de démissionner de l’APN : début de panique au FLN

FLN Ould-Abbès Bouhadja
Ould-Abbès et le FLN n'arrivent pas à déboulonner Saïd Bouhadja. New Press

Par R. Mahmoudi – Le secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès, a de nouveau usé de menaces directes contre l’indétrônable président de l’APN, pour l’amener à céder, après plus de deux semaines de bras de fer et de guerre psychologique qui semble loin de connaître son épilogue.

Après donc l’avoir, tour à tour, menacé de le faire passer devant la commission de discipline en vue de le radier des rangs du parti, puis de l’empêcher par la force d’accéder au siège de l’APN et, ensuite, sortir des «dossier compromettants» sur lui, la direction du FLN, par la voix de son secrétaire général, vient de lui donner jusqu’à lundi prochain pour «se rendre à la raison», avant de prendre des mesures coercitives à son encontre, montrant ainsi les premiers signes d’une panique qu’il déguise en multipliant les ultimatums et les menaces.

Djamel Ould-Abbès, qui s’exprimait ce vendredi devant des cadres de son parti à Bouira, n’a pas précisé la nature des mesures coercitives qu’il envisagerait d’appliquer contre Saïd Bouhadja, mais on comprend aisément qu’il ne peut s’agir que d’une convocation devant la commission de discipline du parti. D’ailleurs, cette mesure avait déjà été envisagée au début de la crise comme moyen de pression. Mais, loin d’avoir dissuadé Bouhadja de maintenir sa position, cette menace n’aura fait que le galvaniser. En témoignage cette audace et cette opiniâtreté qui ont surpris plus d’un.

En somme, une éventuelle expulsion de Saïd Bouhadja des rangs du parti ne réglera pas le problème, dès lors qu’une telle mesure n’aurait aucun effet sur son double statut de député et de président de l’APN. Elle pourrait même le renforcer, dans la mesure où il aurait une plus grande marge de manœuvre, une fois libéré du joug du parti qui l’étreint.

Après cet engagement solennel pris par Djamel Ould-Abbès devant ses militants à Bouira, une question revient avec acuité : que fera la direction du FLN et son patron si Saïd Bouhadja ne démissionne pas à la date qui lui est fixée – c’est l’hypothèse la plus plausible – et s’il continue à se maintenir quoiqu’il arrive ?

Ould-Abbès, anticipant sur un tel scénario qui ne pourra que précipiter la dissolution de l’APN, donne sa parole que son parti n’acceptera jamais, quelle que soit la suite de ces événements, d’être à l’origine d’une crise politique dans le pays. Un vrai dilemme pour le FLN.

R. M.

Comment (47)

    Mhand
    15 octobre 2018 - 10 h 53 min

    S’ils ont vraiment pris l’intérêt de leur pays, ils auront démissionné du gouvernement, tous deux étant inutiles pour l’Algérie

    Yes
    14 octobre 2018 - 23 h 54 min

    Tiens bon ,bouhadja ils ont perdu le sommeil,ils font dans leur froc. Ils ont tellement peur de dissolution.. Ils vont venir te voir et désavouer ould Abbas,et te dire qu’ils n’y sont pour rien..

    Anonyme
    14 octobre 2018 - 23 h 50 min

    Tiens bon bouhadja ,on est avec toi et la loi aussi. Garanti que c soit disant députés vont se coucher et reprendre à l’apn et meme lâcher ould Abbas. Ils ont tellement peur de perdre leurs privileges qu’ils vont tourner la veste. Continuez à sortir dans la rue,eux ils ne peuvent pas ils ont trop peur du peuple qui les vomit. Dans quel pays y a-t-il des députés qui ont besoin de protection dans la rue?? C deputes sont censés être élu par ce peuple pourquoi en auraient-ils peur??

    kadri rabah
    14 octobre 2018 - 22 h 21 min

    En mon nom et sympathisant du village ,Je suis très fier de vous mon député , heureux d’être votre Citoyen. Vous avez en effet réussi ce que d’aucuns auraient pu accomplir, mais il leur aurait manqué le courage, et donc la persévérance dans l’effort. Crois-moi, réussir ce que vous avez entrepris n’est pas donné à tout le monde.
    « La difficulté attire l’homme de caractère, car c’est en l’étreignant qu’il se révèle à lui-même. » Vous avez appliqué cette formule du général de Gaulle, qui savait de quoi il parlait.
    Cette difficulté a aussi un effet rassurant, car on sait que la non-facilité crée une sélection, et que donc la vaincre nous rapproche de l’excellence et élimine les autres concurrents, dans le cas d’une compétition. La tienne étant surtout par rapport à vous-même, d’où certainement la profonde joie et le bien-être ressenti lors de la difficulté dépassée. Vous voilà devenu quelqu’un de différent et paradoxalement égal à Vous-même.
    Je crois que vous avez réussi parce que votre envie de dépasser l’obstacle, était supérieure à votre appréhension de ne pas le surmonter. mettant en pratique le sens de la formule, déjà évoquée précédemment, du premier président de la cinquième République.
    Il me vient d’ailleurs à l’esprit une autre citation adaptée à ta situation. « Ce n’est pas parce les choses sont difficiles que nous n’osons pas ; c’est parce que nous n’osons pas que les choses sont difficiles. » Cette phrase appartient au célèbre philosophe espagnol Sénèque.
    Pour apprendre à surmonter une difficulté, il faut d’abord se persuader que c’est possible.
    Merci mon député ,votre humble et sincère citoyen.
    bonne continuation , ne lâche pas comme disent les québécois.

    7
    2
    DZLander
    14 octobre 2018 - 21 h 21 min

    @Anonyme -14 octobre 2018 – 9 h 18 min
    « Et pourquoi pas la dissolution du FLN otage d imposteurs et de khobsistes ! » —————————————- Excellente suggestion que j’approuve entièrement, sans hésiter. J’irais même jusqu’à dire que tout cet attentisme voulu à ce jour, de la part du régime actuel, contribue malheureusement à faire perdurer ce système -pourtant responsable du désastre multidimensionnel national- parce qu’il continue de reposer précisément sur ses rouages essentiels, tels le parti dit du FLN post indépendance, l’antithèse même du FLN canal historique, et tous ses satellites que sont ces organisations de «masse» dites abusivement populaires, ainsi que certains ministères, dont celui dit des Anciens moudjahidine, lequel, 56 ans après l’indépendance, continue -au nom de la sacro-sainte redistribution de la rente- d’exister comme une survivance, voire un anachronisme alors qu’un simple Office national des Anciens Moudjahidine aurait suffi ; et ainsi continue de dévorer comme un tonneau des Danaides un budget colossal, en tout cas bien plus important que celui de l’Education nationale et/ou de l’Enseignement supérieur. Moralité : un imposteur guignolesque comme Ould Abbès devrait sans plus tarder passer à la trappe-musée au même titre que ce dit parti du FLN post indépendance, qui aurait dù aussi, depuis belle lurette, ètre dénommé parti de la Félonie Liberticide Nationale.

      Yes
      14 octobre 2018 - 23 h 40 min

      Oui,dzlander. Le FLN aurait dû être au musée. FLN se justifiait à la limite jusqu’en 78 sous boumediene,on sortait de guerre et la construction du pays etait la priorité avec un parti unique au service de cet objectif et yavait justice sociale. Mais après 78 et le multipartisme il aurait dû être au musée et sigle interdit aux partis. C faux FLN devaient créer leur parti et l’appeler comme ils veulent sauf FLN. Maus tout ça ils le savent et utilisent ce sigle pour tromper les algeruens qui votent FLN en référence au parti historique; ils l’utilisent comme fonds de commerce tout comme l’ugta de aissat idir.

    Stop
    14 octobre 2018 - 20 h 47 min

    Rendez l’Algérie au son peuple !
    La nation est panne à cause de ces partis,et de cette APN,qui ne servent strictement à rien, sinon à dépouiller et à piller les richesses du pays.

    Anonyme
    14 octobre 2018 - 19 h 21 min

    Ces bandits de grands chemin du FLN et ses satellites gèrent le pays comme une véritable camora le pire c’est que dès le prix du pétrole baisse, ils te ressortent les vielles recettes et accusent les « infiltrés harkis »,  » les islamistes »,  » les séparatistes » ………

    13
    Sprinkler
    14 octobre 2018 - 19 h 20 min

    Cette tragi-comédie parlementaire n’a que trop duré ! C’est toute cette Assemblée délibérante – les gorges chaudes comme les thuriféraires du cinquième mandat – qu’il faut libérer de ses obligations pour faire place nette à des élus authentiques…Cette bataille de polochons entre octogénaires qui fait les choux gras de la presse doit se poursuivre dans une…maison de retraite !

    10
    Anonyme
    14 octobre 2018 - 18 h 06 min

    Le FLN : l’imposture historique des origines et à ce jour la cirque continue.

    15
    2
    Larnaque
    14 octobre 2018 - 16 h 51 min

    Très probable dénouement de ce carnaval fi majlis. Mr Bouhadja va tirer sa révérence d’ici vendredi prochain, moyennant rétribution bien évidemment. Le retrait ne se fera pas ce lundi juste pour narguer Ould Abbas et son ultimatum. Mr Bouhadja va justifier son abdication par le fait qu’il ne souhaite pas être à l’origine d’une crise institutionnelle aux conséquences désastreuses pour la stabilité du pays et patati et patata. Une telle décision de sa part prouve, toujours selon lui bien sûr, qu’il ne s’accroche pas au koursi et que son seul souci demeure le bien de l’Algérie et de son guide suprême. Enfin quelque chose dans ces eaux là. Certains iront même jusqu’à soutenir que tout ce feuilleton n’est qu’un scénario adroitement monté pour faire diversion sur les sujets qui ciblent le palais et ses occupants dont le principal. Comme il a dit lui tout ça va faire pshttttttttt très prochainement.

    9
    2
      Fakouu
      14 octobre 2018 - 17 h 51 min

      Ould Abbes n’a-t-il pas compris que Bouhadja le nargue uniquement parce qu’il est soutenu quelque part ,sans quoi,il y aurait longtemps qu’il ait été dégommé .
      En fait c’est le pauvre Ould abbes qui devrait se questionner sur son avenir à la tète du FLN qu’il a sali avec ses acrobaties et sa chitta…

      13
    Sens Interdit
    14 octobre 2018 - 16 h 27 min

    Salima Ghezali vient d’être exclue par son parti,le FFS,pour avoir osé dire certaines vérités. Alors franchement,à quoi servent tous ces partis Guignols, et l’APN,si ce n’est qu’à caresser les prédateurs dans le sens du poil.

    17
    HAIL
    14 octobre 2018 - 16 h 27 min

    J’espère qu’il ne démissionnera pas. Zkara comme ça, ils ressentiront ce que ce peuple ressent parce qu’ils ne veulent pas partir. Alors monsieur BOUHADJA ne démissionner pas. Qu’ils (…) tous autant qu’ils sont.

    15
    Kahina-DZ
    14 octobre 2018 - 16 h 19 min

    Pour moi, cette  »crise du parlement » est un film en direct qui relate comment l’Algérie est gérée par des vautours qui passent leur tube digestif avant les intérêts du pays et du peuple.
    C’est ça la réalité amère de notre pays en 2018.
    BON APPÉTIT !!!

    14
    Anonyme
    14 octobre 2018 - 15 h 06 min

    A mon Avis, Boutef est un renard qui va mettre tout le monde à nue. Voilà le résultat des manœuvres que boutef est entrain de faire. Il va finir par mettre le pfln au musée. Il va discréditer toute la junte de malfaiteures. Il va les mettre au piquet et après devant la justice et cela inclura ces pseudo tozzz de grand moudjahid de ould abbés. Après sera tour du rnd et du msp…il formera 3 nouveaux parti ..un du centre et un gauchiste et un droitiste…et après il annoncera la nouvelle république. Les grand leader de ces nouveaux parti seront des gens très éduquer et très expérimenter qu il choisira avec des consignes stricte et sous surveillance temporaire du Drs pour honorer les grandes lignes tracer pour le renouvèlement de notre pays. J espère qu il le fera pour laisser son nom en tant que père de l Algérie nouvelle. Que dieu l aide à éradiquer la médiocrité du pouvoir…dite amine ya rani El 3alamin.

    9
    8
      Anonyme
      14 octobre 2018 - 16 h 14 min

      Boutef n’est même pas au courant que Ould Abbes existe.

      14
      HAIL
      14 octobre 2018 - 16 h 54 min

      Vous rêvez mon ami. BOUTEFLIKA qui a détruit toutes les institutions de ce pays et le semblant de démocratie va faire ce que vous dites. Il va détruire ce qui reste de ce pays avant de partir dans sa tombe.

      11
    Gatt M'digouti
    14 octobre 2018 - 14 h 36 min

    Je ne pense pas qu’il va démissionner de sitôt. Sa probité volera en ruines s’il le fait, ce serait reconnaitre les erreurs de gestion qu’on lui impute et l’existence du fameux « dossier noir » !
    Ould Abbés est mal barré et se trouve pris à son propre piégé.

    11
    2
    صالح/ الجزائر
    14 octobre 2018 - 14 h 14 min

    Ce n’est pas » son » parti , mais c’est lui-même , qui est à l’origine d’une crise politique , réelle ou fictive , que traverse le pays .
    Il semble que le secrétaire général du FLN craint avant tout pour lui et son devenir plus que pour la stabilité du pays , car s’il échoue sa mission , qui consiste à faire démissionner ou à faire dégager le Président de l’APN , c’est lui qui irait payer les pots cassés .
    La meilleure solution , la plus rationnelle et la plus sage et la plus demandée par la majorité des Algériens , est celle qui consiste dans la dissolution de l’APN budgétivore et le renvoi des complotistes FLNistes et RNDistes … chez eux , car ils sont entrain d’exposer le pays à un risque grave et latent , qui peut survenir à l’improviste , pour leurs intérêts personnels et claniques .

    14
    Rayés Al Bahriya
    14 octobre 2018 - 13 h 51 min

    Ce regime autocratique a mis l’Algérie sur les rails de l’enfer , de la gehenne.
    Ils veulent faire démettre le président de l’assemblée nationale, bouhedja , moudjahid de la première heure du front intérieur, alors que le président de la république, malade, impotant,
    Affaibli par la maladie, est promu pour un 5e mandat.
    C’est dans quelle logique on évolue…???
    Le pays va vers l’éclatement et l’enlisement total , par le jeux dangereux du front extérieur, le clan d’Oujda et les complotiste du RND….la république néo dictatorial….

    15
    Rayés Al Bahriya
    14 octobre 2018 - 12 h 41 min

    Écoutez, ça…
    La tribu Kounief , juifs d’Algérie, le plus proche du clan Bouteflika, leur lobbying, usurpateur, est derrière tous les complots anti Rebrab …

    Restons vigilants….

    19
    2
    Rayés Al Bahriya
    14 octobre 2018 - 12 h 04 min

    Bouhedja , est une vraie légende populaire.
    Il prend des bains de foule , comme un président de la république…
    BRAVO….1000 BRAVO….

    25
    4
    Anonyme
    14 octobre 2018 - 11 h 34 min

    Il est inconcevable aujourd’hui que l Algérie reste dirigée par des khoubsistes du FLN et du RND et de ce systeme sclérosé ! des pays comme l Éthiopie qui soufrait de la famine sans ressources naturel vient de démarrer économiquement loin devant l Algérie! les pays qui lutter pour leur indépendance comme le vietnam qui vient de franchir de 70 milliards de dollars d exportation hors hydrocarbures ! des pays qui vivevaient sous les dictatures militaires comme l Espagne ou le Portugal et que l Algérie a aidés sont au top des économies mondiales ! il est urgent de se débarrasser de ce systeme de la rente car le pays et le peuple algérien sont en danger par la faute d un systeme périmè et dictatorial !

    29
    Eh bien
    14 octobre 2018 - 11 h 25 min

    Même Ould abbes devrait démissionner si vraiment il savait c koi la dignité. Tout le monde l’insulte chaque jours. il est vomi par le peuple ya personne qui l’aime. Alors de grâce monsieur si ta le nif quitte on te crache dessus chaque jours. Quitte avec dignité. t vieu et l’alzheimer te ronge le cerveau. Prend tes médicaments est reposer toi.

    33
    Anonyme
    14 octobre 2018 - 11 h 12 min

    C est l occasion ou jamais de se débarrasser du FLN et du RND . Les partis du systeme fraudeurs qui ont coulè l Algérie et fait fuir harragas la jeunesse de ce pays !

    27
    1
    Anonyme
    14 octobre 2018 - 10 h 49 min

    cher OULD comment tu peut supporter qu’il te taquine comme ça ne te laisse par faire étale ce que tu sais sur lui moi je n aurait hésité un seconde ,fait l obliger a se limoger lui même et puis tout le monde saura qu il a mains sales et pas que les mains et sortir les dossiers c est un devoir un geste patriotique qui fera doré ton blason et ton nom restera figé a jamais dans l histoire
    ( la flatterie ça marche des fois)

    6
    15
    Anonyme
    14 octobre 2018 - 10 h 48 min

    cher OULD comment tu peut supporter qu’il te taquine comme ça ne te laisse par faire étale ce que tu sais sur lui moi je n aurait hésité un seconde ,fait l obliger a se limoger lui même et puis tout le monde saura qu il a mains sales et pas que les mains et sortir les dossiers c est un devoir un geste patriotique qui fera doré ton blason et ton nom restera figé a jamais dans l histoire

    18
    Souk-Ahras
    14 octobre 2018 - 10 h 39 min

    Ces gargotiers en manque de recettes savent-ils au moins qu’ils ont mis sur le feu une cocotte dépourvue de soupape de sécurité.
    On n’en fera jamais d’eux des maître-queux, mais plutôt des chefs de queues……… de casseroles.
    Bienvenue à la cantine APN où l’on vous servira le meilleur des ratas à prix d’ami !

    18
      Zaatar
      14 octobre 2018 - 14 h 11 min

      Salut Souk Ahras,

      Tu penses qu’ils savent cuisiner avec une cocotte minute?

      7
      1
    On a marre
    14 octobre 2018 - 10 h 36 min

    On a marre de vous chaque jours même music. Vous avez détruit le parti et le pays. Cassez vous. Double statut de député et de président d’APN et aussi moudjahidin tous deux dite moi vous gagner combien le mois sachant k’énormément dalgeriens gagne ke le smig souffres pr alimenter leurs enfants. La planche à billet c pr vous ps pr le simple.

    14
    1
    ghedia
    14 octobre 2018 - 10 h 22 min

    Said Bouhadja a rsison de ne pas demissionner. Rien ne l’oblige à rendre le tablier ou plutôt le perchoir. Nous aimerions plutôt voir le FLN dissous et mis dans un musée fe l’histoire et ses caciques dans des asiles pour vieillards seniles.

    29
    1
      Anonyme
      14 octobre 2018 - 11 h 08 min

      Et dissolution aussi du RND des énarques et de l administration qui abloque l Algérie !

      20
    Tarass Boulba
    14 octobre 2018 - 10 h 20 min

    Rouh ya dzaier, rouh ! !!! Purée de Manon, cette photo illustrative de l’article dit tout sur le FLN actuel ! Au FLN , il ne reste plus dans ces rangs que ces têtes de brigands, tous coincés et l’air haineux ! Ils croient qu’ils nous font peur ces zigotos, ces zigomars !

    26
    Vulpis
    14 octobre 2018 - 10 h 16 min

    Il a raison de tenir bon, vouloir destituer une personne sans raison ! Ou va t on ?

    24
    Nour
    14 octobre 2018 - 10 h 04 min

    Pauvre « FLN » malmene par un Ould Abbes ! Quand on arrive a la menace c’est que quelque part nous manquons de lucidite politique et que par consequent notre place est plutot avec la MAFIA qu’a la tete d’un parti politique et non des moindres celui qui a enclanche la revolution de 54! Mediocrite quand tu nous tiens !

    21
    Anonyme
    14 octobre 2018 - 10 h 02 min

    ils ont un compte tous a rendre au peuple algériens massacré !

    22
    2
    Anonyme
    14 octobre 2018 - 9 h 37 min

    Regarder moi ces croque mort. A les voir sur la photo j ai déjà une idée sur ces troubadour..gassaba.

    14
    2
    Anonyme
    14 octobre 2018 - 9 h 18 min

    Et pourquoi pas la dissolution du FLN otage d imposteurs et de khobsistes !

    22
    2
    Rascasse
    14 octobre 2018 - 9 h 12 min

    Effectivement les grabataires commencent à manquer de couches , mais faut savoir une chose le peuple La Liberté et la démocratie ne sont pas la finalité de cette lutte de clan, alors le combat pacifique se poursuit

    11
    Anonyme
    14 octobre 2018 - 9 h 12 min

    Le FLN menace de «sortir des dossiers compromettants» sur Saïd Bouhadja TOUT LE MONDE ATTEND AVEC IMPATIENCE TOUTE L ALGÉRIE A LES YEUX BRAQUER SUR OULD ,,de je ne sais qui? f l n numbr one

    14
    1
    Rabah
    14 octobre 2018 - 8 h 12 min

    Wa inkala essihr aala essahir !
    A malin, malin et demi !

    Bravo Si Bouhadja !

    20
    Anonyme
    14 octobre 2018 - 7 h 42 min

    Il a raison de ne pas démissionner vu les menaces de ce Ould Abbès qui se comporte comme un vrai mafieux. Bouhadja doit bien l’embêter ce Ould Abbès, ne serait-ce que pour faire dégonfler la baudruche Ould Abbès, Bouhadja doit rester.

    22
    1
    elhadj
    14 octobre 2018 - 7 h 24 min

    avec ces joutes oratoires,ces menaces de diffusion de dossiers compromettants,de blocage d une institution républicaine par une grève illégale entreprise par des députés frondeurs,la tentative de salir l honneur et la dignité d un ancien moudjahid président de l APN qui ne veut pas céder aux diktats sans connaitre les motifs qui lui sont reproches ce qui d ailleurs reflète un comportement courageux et légitime , la vacance du principal dirigeant du pays,les affaires de corruption,l épuisement des réserves constituent des ingrédients éruptifs qui ont mis a rude épreuve la patience trop longtemps contenue des citoyens , ce qui n augure rien de bon pour l avenir du pays si cette situation perdurerait .pour sauvegarder la stabilité, la cohésion sociale,la paix n est il pas opportun de renvoyer tout ce monde chez lui pour pouvoir organiser dans un climat serein le prochain scrutin pour élire un nouveau président qui nous sortira de ce bourbier inacceptable

    14
    Khaled
    14 octobre 2018 - 7 h 08 min

    Cher Bouhadja, je t’en prie, ne démissionnes-pas. Il faut que ces voleurs, ces voyous et cette racaille de faux députés du FLN et du RND et des mouwalates avalent leur défaite. ca ne sera que du bien pour l’Algérie. Non au 5eme mandat et vive Mouwatana.

    21
    1
    Zaatar
    14 octobre 2018 - 7 h 07 min

    Semblerait il que Ould Abbes le comique aurait été déposé de son poste de secrétaire général du FLN.

    9
    1
    K. DZ
    14 octobre 2018 - 6 h 53 min

    Sans etre pour l’un ou l’autre des ces gugus, il apparaît toutefois que l’article manque cruellement de l’impartialité nécessaire pour une analyse realiste. Supposant que Bouhadja refuse de partir, avec qui travaillera t-il si 350 députés le boudent ? Avec les islamistes ? Les pseudo démocrates ? Avec Louisa ? Soyant sérieux ! Ce combat est un combat à mort pour récupérer le fln, ni plus ni moins. Bouhadja attend l’arrivée de la Cavalerie pour l’assaut final. Et là, sans risque de me tromper, beaucoup de députés retourneront leurs vestes, dont ils déjà repeint l’intérieur aux couleurs souhaitées. En fait, actuellement ceux qui ne dorment pas ce n’est ni Ould Abbas ni Bouhadja, ce sont ces députés girouettes qui n’arrivent pas à faire la bonne analyse de la situation et le bon pronostic sur l’issue du bras de fer. Wait and see there will be great expectations!

    9
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.