Oran : trente candidats à l’émigration clandestine interceptés au nord de Cap Falcon

émigration Falcon
Les jeunes continuent de tenter l'aventure de l'émigration au prix, parfois, de leur vie. D. R.

Trente candidats à l’émigration clandestine ont été interceptés, jeudi, au cours de deux opérations distinctes, au large de Cap Falcon (Aïn El-Turck), par des unités du groupement territorial des garde-côtes d’Oran, a-t-on appris de la cellule de communication de ce corps de sécurité.

Lors de la première opération, 13 personnes, dont 2 femmes et 2 mineurs, ont été appréhendées. Elles ont été interceptées à bord d’une embarcation pneumatique à 7 h du matin et à 4 miles au nord de Cap Falcon par une patrouille des garde-côtes.

La seconde opération a eu lieu à 10 h et à 17 miles au nord de Cap Falcon. 17 candidats à l’émigration clandestine ont été interceptés, a indiqué la même source.

Après les formalités d’usage, les mis en cause ont été remis à la Gendarmerie nationale. Ils doivent être présentés à la justice, a-t-on noté.

R. N.

Comment (15)

    Alerte !
    25 octobre 2018 - 19 h 41 min

    Ces harragas ont compris qu’il n ‘ y pas de justice dans notre pays et si par malheur un citoyen déposerait plainte contre un responsable c’est lui qui sera condamné même avec des preuves d’où ce désespoir !
    Attention a la déflagration !

    C'est l'exode !
    25 octobre 2018 - 19 h 07 min

    Rien que la semaine dernière la mer a rejetée le corps d’une femme enceinte et hier la marine a arrêtée 113 harraga de l’ouest parmi eux des mineurs et de couples sans parler de ceux qui réussi leur traversée ou qui ont coulés, ceux là personne n’en parle, c’est l’exode !

    Pendant ce temps les proches des responsables sont casés dans les institutions algériennes comme l’ambassade à Paris, le centre culturel algérien, les consulats, l’école algériennes et leurs parents sont immunisés contre les poursuites en Algérie.
    N’est pas Hamech, Bejaoui ou Chakib Khelil qui veux, Louh veille sur leur protection.

    Lghoul
    25 octobre 2018 - 19 h 01 min

    Et pourtant quelqu’un a dit un jour a l’algérien, il y a 2 ou 3 mandats, comme une prière de l’aid: « Lève ta tête ». Aujourd’hui on voit le résultat:
    L’algérien l’a tellement baissée qu’elle est tombée sous l’eau pour cohabiter avec les poissons de la méditerrannée. Le résultat du fameux programme dont ne cessait de nous parler ould abbas.

    Anonyme
    25 octobre 2018 - 17 h 02 min

    il n est pas trop demander aux imams d aller réciter la prière de la mort face a la mer pour les dizaines de jeunes enfants d Algérie disparus pour avoir tenter de quitté la mère patrie par désespoir

    Zaatar
    25 octobre 2018 - 14 h 37 min

    On tape à tort sur cette jeunesse déboussolée. Certains prétendent qu’il y a du travail chez nous… Connaissent ils au moins le nombre de chômeurs qu’il y a en Algérie ? Et pourquoi il y a ce chômage ? Les salaires il faut pouvoir les payer. Et pour les payer il faut faire des bénéfices. Et pour faire des bénéfices il faut créer de la richesse pour emballer l’économie du pays. Or nous n’avons comme source de richesses que les hydrocarbures et que celle ci est limité dans son pouvoir à créer des emplois, car il y a le fonctionnement de l’État et de toutes ses institutions qui ponctionnent la plus grosse part. Le reste est investit dans les réalisations publiques et versé dans le fonctionnement des entreprises d’etat comme Sonatrach et sonelgaz. Et le pays se retrouve coincé dans cet engrenage. Pas d’investissements créateurs de richesses, Donc pas travail en plus pour les algériens. Et on s’étonne qu’il y ait des harragas.

      Anonyme
      25 octobre 2018 - 21 h 02 min

      Et pourquoi des centaines de milliers de marocains d’une part et des manœuvres Subsahariens ( là je ne sais pas combien car il y a surtout des mendiants nigériens) trouvent ils du travail en Algérie, eux ?

    Anonyme
    25 octobre 2018 - 14 h 13 min

    Les jeunes algériens sensés ne font pas cette traversée de la méditerranée, cette aventure n’intéresse que les voyous qui ne peuvent être utiles nulle part.

    6
    3
      Anonyme
      25 octobre 2018 - 18 h 22 min

      si tu permet de t informer que la vie n est pas faite que de travailler manger boire et dormir il y a qui rêvent d avoir d avoir une maison ,une famille une voiture une tele partir en vacance et ce n est rien a coté de ceux qui pavanent a longueur d année dans la luxure partout dans le monde avec des biens mal acquis , et ce n est pas parce qu on est honnêtes et intègre qu on est obliger de vivre dans l a soumission ,,,,tuuu comprend ça??

        Anonyme
        25 octobre 2018 - 21 h 25 min

        Oui, avoir une maison ou un appartement, une voiture, une télé, fonder un foyer, ça se fait quand on travaille, justement. Chercher du travail, en trouver et s’y tenir au lieu de disparaitre trois jours après l’embauche, ça s’appelle la lutte pour la vie; mais je crois que les Algériens sont tellement habitués à l’assistanat que certains ne savent pas que la vie est une compétition, qu’il faut faire des efforts, se lever tôt, tenir huit heures de travail.

        La vie en Occident est extrêmement dure pour celui qui n’adhère pas à ces règles élémentaires de survie. Là-bas il n’y a pas la tribu derrière pour soutenir les feignasses qui ne veulent pas se lever tôt, c’est marche ou crève ou  » finir sous les ponts « . Là où atterrissent nos glorieux harragas promis à vivre dans la plus totale précarité clandestine. Franchement, y a mieux comme projet de vie

    Anonyme
    24 octobre 2018 - 23 h 17 min

    Pourtant il y a du boulot en Algérie pour les sous doués, et s’ils ne veulent pas se faire d’ampoules aux mains dans le bâtiment et dans la construction, il y a des centres de formation professionnelle de la seconde chance pour apprendre un tas de métiers; il y a aussi l’ANSEJ pour les moins bêtes.
    Il y a des usines qui s’ouvrent tous les jours pour les ingénieurs et les ouvriers, des bâtiments à construire dans tout le pays pour les architectes et tous les corps de métier, des gens à soigner pour les médecins, des magasins qui recrutent des employés et je parle d’expérience. Il n’y a ni la guerre ni la misère en Algérie mais un tas de mesures pour permettre aux gens de s’en sortir. Il n’y a pas que le commode secteur public qui embauche, maintenant c’est le secteur privé qui emploie le plus en Algérie.

    Mais non, ils veulent aller en Europe pour vendre des cigarettes de contrebande à Barbès ou piquer des colliers en or au cou des femmes à Marseille, jouer les gigolpinces à voile ou à vapeur ou faire les folles au Bois de Boulogne, voilà leur projet de vie. Éternels assistés en Algérie à vivre aux crochets de leurs père,de leur soeur ou de leur frère, éternels assistés il resteront. Car s’ils n’ont pas appris le gout de l’effort en Algérie où ils refusent de travailler, ils ne l’auront pas davantage en Europe. Ces gens ne sont pas des désespérés, ce sont juste des sous doués du QI candidats au parasitisme qui nous font la honte.

    14
    8
    tergui
    24 octobre 2018 - 22 h 41 min

    malheureusement notre jeunesse a perdu cette volonté d affronté le monde du travail et essayer de vivre de leur travail car nous leur avons pas donner d arme pour reussir dans vie professionnel sauf le TRABENDOU et TBEZNISS et quand il y a rien a vendre il essaye de changer d endroit mais l immigration aveugle n a jamais etait la seul solution a une vie prospere il faut retrousser les manches que sa soi ici ou labas

    10
    7
    Wah-Wah
    24 octobre 2018 - 21 h 36 min

    Qui fait fuir notre jeunesse,et pourtant tout baigne dans notre pays;on a le meilleur président;les meilleurs SG des partis y compris Ould abbès;le meilleur pétrole;les meilleurs patates et aussi les tomates;meilleur sidi brahim et les coteaux de Tlemcen ainsi de Mascara;sauf qu’on a les plus mauvais dirigeants et corrompus ou monde;il faut choisir vivre éternellement malheureux ou vivre très peu mais heureux

    9
    4
    الهوارية
    24 octobre 2018 - 20 h 48 min

    Madame la France construit des cités ou banlieues entières destinées totalement pour loger les réfugiés systématiques ou politiques, c’est normal qu’ils affluent comme des envahisseurs sans consulter leurs pays d’accueil…Après elharba, zadma tesselek…
    Quand un français ou émigré fait une demande de logement ou de mutation, on l’envoi droit au mur avec votre demande avait été rejetée (sans préciser le motifs de refus).
    Mais, nos chers réfugiés rameurs sont contraints de dresser un tableau noir et crapuleux sur leurs pays de naissance pour tenter leur chance afin d’obtenir un minuscule reçu de dépôt de demande de carte de résident algérien ou algérienne en France…
    C’est bon, à force d’affluer à l’improviste, les français débarquer incessamment en Algérie pour nous asservir comme jadis…
    Aux / Parents Algériens, c’est de votre faute que vos enfants-là sur la photo fuient leur pays pour aller peupler un pays étranger qui n’a rien demandé.

    11
    4
      Le Français
      24 octobre 2018 - 21 h 41 min

      Croire que vous pouvez vous installer dans le confort en France en vivant des autres n’est qu’un rêve que l’on raconte aux candidats à l’émigration.

      Ils sont condamnés à l’expulsion ou à vivre sous les ponts en acceptant de travailler dans des conditions de travail indignes pour des employeurs sans scrupules.

      Ils fuient l’Algérie pour retrouver la même chose de l’autre côté.

      10
      5
        الهوارية
        25 octobre 2018 - 2 h 21 min

        Ils sont expulsés quand ils font des bêtises très graves.
        S’ils restent sages comme des images sur les nuages, ils peuvent se construire pour recommencer une nouvelle vie loin de leurs familles. Certains trouvent une compatriote pour se marier, puis un travail et un logement de rêve. Forcément pas tous qui auront cette chance et importent leurs habitudes malsaines ou violentes pour brutaliser les gens comme la presse locale ou régionale évoque dans les faits divers de ses colonnes.

        6
        1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.