C’est le député Baha-Eddine Tliba qui a voté contre Mouad Bouchareb

Baha-Eddine Tliba
Baha-Eddine Tliba (à gauche). New Press

Par Hani Abdi – Algeriepatriotique s’est interrogé sur le député qui a voté contre le candidat de l’alliance présidentielle à la présidence de l’Assemblée populaire nationale (APN). Il s’agit finalement du trublion Baha-Eddine Tliba, député d’Annaba. Pourquoi a-t-il voté contre Mouad Bouchareb, unique candidat au remplacement de Saïd Bouhadja ? Quelles sont les motivations de ce député, connu pour être dans le monde des affaires ? Baha-Eddine Tliba, faut-il le souligner, a été le «protégé» d’Amar Saïdani quand celui-ci était secrétaire général du FLN. Ce dernier l’a propulsé au poste de vice-président de l’APN sous Larbi Ould-Khelifa.

A l’époque, Mouad Bouchareb, député de Sétif, était contre Amar Saïdani. Son principal adversaire à l’APN, qui tentait de contenir son action, n’était autre que Tliba. Les deux hommes se livraient une guerre féroce et Bouchareb avait failli être exclu du parti. Mais le vent a tourné et la liquidation d’Amar Saïdani en octobre 2016, après avoir proféré de graves accusations contre Abdelaziz Belkhadem et le général Toufik, a réduit de l’influence de Tliba au sein de l’APN et du parti en général.

En 2017, Baha-Eddine Tliba avait failli ne pas figurer en bonne position sur la liste des candidats du FLN à Annaba. Il est ensuite devenu trop encombrant pour le FLN qui a failli le faire passer devant la commission de disciple en raison de sa création d’un comité national de soutien à un 5e mandat en faveur du président Bouteflika. Tliba avait impliqué à leur insu des personnalités dans son initiative. La réaction de ces personnalités, dont d’anciens Premiers ministres et présidents de l’APN, avait mis en difficulté le député d’Annaba qui sera écarté de tout poste de responsabilité.

La désignation de Mouad Bouchareb comme chef du groupe parlementaire a poussé Tliba dans ses derniers retranchements. En votant contre lui, ce dernier risque de compromettre son avenir au sein du FLN qu’il a rejoint en 2012, après avoir été à la tête d’un micro-parti appelé le Front national démocratique (FND). L’attitude de Tliba semble beaucoup plus personnelle que politique. Le député d’Annaba n’était pas particulièrement proche de Saïd Bouhadja ; il était même parmi les députés qui œuvraient à sa destitution. Mais il ne s’attendait visiblement pas à ce que Mouad Bouchareb eût pu être désigné pour occuper le perchoir.

H. A.

Comment (14)

    Anonyme
    26 octobre 2018 - 23 h 11 min

    On vous dit
    Vous avez le choix entre Tliba et Ould-Abbes ,autrement quittez le pays à la nage.

    5
    1
    Anonyme
    26 octobre 2018 - 21 h 45 min

    J AI COMME L IMPRESSION QUE VOUS PASSEZ PLUS DE TEMPS A VOUS CRÊPEZ LE CHIGNON QU A FAIRE LE TAFFE POUR CE DONT ON VOUS VOUS FAIRE PAYEZ ET AU DÉTRIMENT DE DE TOUT ET DE TOUS,, JE NE VOUS DIT PAS CE QUE JE PENSE DE VOUS ,MAIS RIEN NE VOUS EMPÊCHE DE CHOPER LE CHOLÉRA

    K. DZ
    26 octobre 2018 - 19 h 17 min

    Tliba, saadani, Bouhadja, teboune, Louisa ont tous le même parrain.

    DYHIA-DZ
    26 octobre 2018 - 17 h 56 min

    TLIBA sait qu’il est très très lourd indéplaçable.

    Ont s'en fout
    26 octobre 2018 - 4 h 23 min

    Fichez nous la paix avec ces anarchistes.
    Qu’ils aillent se faire voir ailleurs.
    Pour moi ils ne sont rien du tout.

    23
    Anonyme
    26 octobre 2018 - 3 h 46 min

    Candidat unique,pourquoi voter??

    20
    1
    Zaatar
    26 octobre 2018 - 2 h 14 min

    Apparemment on est bien dans le jeu de la baleine bleue. Et dire qu’il est arrivé jusqu’à l’APN.

    20
    Anonyme
    26 octobre 2018 - 1 h 33 min

    Meme AP par l intermédiaire de son journaliste est du meme avis et rejoignent bcps d entre nous ; il le nomme de trublion et ds l élite des trublions il est pas mal en effet mais c est pas ce qui manque a l APN et ailleurs ds le pays. Enfin il devait passer au conseil de discipline selon son Grd mentor de trublion d ‘Ould Abbes? je vous dis et vous le redis ce Tiba a la dégêne d un tenancier de cabarets ou discothèque voir d un gangster mais rien a voir un député un parlementaire et c est pas le seul malheureusement pr la représentation de l Algerie et son peuple.

    14
    Vangelis
    26 octobre 2018 - 1 h 05 min

    Ce personnage sorti de nulle part fait tout pour qu’on parle de lui. S’il n’est pas dans le coup de torchon à El-Hadjar, il est à Paris accueilli tel un ministre et s’il n’est pas chez maman la France, il est à l’APN pour comploter.

    Pour une fois qu’il fait une bonne action en votant contre un nouveau président alors que le premier avait été jeté sans ménagement tel un kleenex. Il est évident qu’il a voté contre pour se faire remarquer.

    Le plus curieux est que l’on sache qui a voté contre et qui a voté pour alors que les votes sont secrets à moins encore une fois qu’on a compté les bras levés.

    Il est à remarquer sa Rolex bling-bling, tout en or svp, comme quoi un parvenu peut dépenser 12.000 € surtout qu’on voit par ailleurs de par sa stature qu’il est bien nourri en quantité mais pas en qualité.

    19
    Chibl
    26 octobre 2018 - 0 h 57 min

    Je savais pas que les pachydermes avaient droit au vote.

    20
    2
    Anonyme
    26 octobre 2018 - 0 h 02 min

    ils passe leur temps a se chamailler ils on en rien foutre des algériens et les algériens on en rien a foutre d eux

    11
    Gatt M'digouti
    25 octobre 2018 - 23 h 20 min

    La tour de Babel, la cour des miracles et l’auberge espagnole réunies, constituent cette assemblée bariolée, hétéroclite, bigarré ou des coquins, de fausses blondes, de vrais prédateurs, des derviches tourneurs (au gré du vent), des troubadours, des jongleurs, des faux dévots se sont associés pour composer avec une entente cacophonique la plus belle œuvre symphonique de tous les temps : « MIN ADJLIKA YA BATANI »

    11
    Felfel Har
    25 octobre 2018 - 23 h 13 min

    Dans ce combat de coqs dopés aux hormones « efélenistes », il faut s’intéresser aux maîtres plutôt qu’à ces volatiles, car à la fin de leur joute, les derniers finissent tous deux dans la marmite des premiers. Et si on parlait des intrigants (FLN, RND…), de leur motivation, de leur allégeance, des manoeuvres en coulisse, des manipulateurs de l’ombre, celà rehausserait notre intérêt pour l’évènement. Sinon, ce ne serait qu’un fait divers.

    MELLO
    25 octobre 2018 - 22 h 04 min

    Et voilà que AP revient sur un différent entre deux individus pour en faire une affaire d’État. Dans mon dernier post, j’ai effectivement écris qu’un problème personnel lié les deux antagonistes. Qui pourrait voter contre un candidat du parti , seul un militant ayant un problème personnel avec ce candidat. Dramatiquement, on se focalise sur un seul ndividu alors que tout un panel de débutés de l’opposition avait boycotté cette mahzala. Pourquoi mahzala ? C’est inconstitutionnel, puisque la loi fondamentale indique que le mandat d’un président de l’APN est de cinq années et le cas de destitution de Bouhadja n’y est pas prévu.

    18
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.