Jean Sévillia, ce négationniste chauvin et insensé

Sévillia, Indépendance
Le peuple du 1er Novembre 1954 a une histoire ancrée dans l'antiquité immémoriale. D. R.

Par F. H. – Jean Sévillia a voulu se parer du manteau de l’historien pour tromper l’opinion publique. Il n’en est pas un, et cela bien qu’il se soit essayé à quelques essais historiques. Il n’a pas le recul nécessaire, ni l’objectivité pour rappeler aussi fidèlement que possible les faits sans les interpréter.

On sent bien qu’il fait dans l’amateurisme, lui qui a fait du journalisme sa profession chez le Figaro (c’est tout dire), avant de donner libre cours à ses élucubrations catholiques. Son témoignage souffre de nombreuses lacunes, et il a la prétention de l’élever au niveau historien.

A-t-il conservé une attitude critique au regard des faits historiques ? N’a-t-il pas été piégé par des approximations, des erreurs d’appréciation, et des inexactitudes en niant des évidences ? En un mot, il a failli aux règles fondamentales en matière de déontologie en escamotant des témoignages et ses sources d’information.

La lecture de quelques extraits de sa vision de l’histoire algérienne permet de conclure qu’il ne s’est pas assuré de la véracité des faits. «Sapiens nihil affirmat quod non probet» (le sage n’affirme rien qu’il ne prouve). Avec ses grands sabots, «Jeannot» s’est fourvoyé dans l’écriture de «son» histoire en tournant le dos à de nombreux historiens qui ont longuement écrit sur l’histoire de l’Algérie depuis l’Antiquité jusqu’à la période contemporaine.

Ne lui en déplaise, l’Algérie existait à peu près dans ses frontières actuelles et des Algériens se sont battus pour préserver son intangibilité contre des envahisseurs, dont la France. En niant cette évidence, Jean Sévillia fait montre d’une cécité et d’une indigence intellectuelle hors normes.

L’Histoire avec un grand «H» n’est pas un costume que l’on se fait tailler sur mesure pour satisfaire des ego démesurés ou des intérêts sordides. Elle ne doit pas, non plus, servir à enjoliver le passé pour en tirer une gloriole indue. Renier des événements historiques aussi évidents est le propre de négationnistes, chauvins et insensés. Pauvre Jean !

F. H.

Comment (11)

    Lotfi
    30 octobre 2018 - 14 h 50 min

    Cher Mr F.F, votre commentaire montre un parti pris et un manque de serieux affigeant pour quelqu’un qui pretend defendre la vrai histoire. On a l’impression que votre seule argumentation est l’invective. Si vous avez lu le livre, on est en droit d’en douter, vous admettrez qu’il s’agit certes d’une histoire de l’algerie « vue par la france », mais vous admettrez aussi sue l’auteur a fait preuve d’une certaine honnetete quand sa denonciation de la politique francaise vis a vis de l’algerie et des erreurs et crimes commis. Que vient faire ici votre expression « d’elucubrations catholiques ». Est une critique historique avec un grand H ou une guerre de religion. On peut ne pas etre d’accord avec cet auteur, mais la critique doit etre argumentee et scientifique, et pas reduite a des approximations, des invectives, ou des insultes. Pauvre F H. Quand a la negation eventuelle de l’existence de l’algerie en tant que nation ou etat dans ses frontieres actuelles bien avant la question a ete posee par d’autres avant cet auteur et le debat a ete anime. Ceci etant, pour info, je suis algerien, je n’approuve pas tout ce que dit cet auteur, mais il est toujours interressant de lire meme ceux qu’on n’approuve pas ou qu’on suspecte de deformer certains faits, ne serait que pour les contredire sur ces faits. La verite resulte de la contreverse intelligente….

    Tin-Hinane
    27 octobre 2018 - 14 h 12 min

    AP elle est belle cette photo

    Tin-Hinane
    27 octobre 2018 - 14 h 07 min

    En 1962 de Gaule avait mis tous les espagnols dans un bateau et les avait renvoyés à Franco, il faut croire que ce Jean Sevillia avait eu plus de chance que ses compatriotes de l’époque. Il est bon d’entendre les français déblatérer sur l’Algérie cela veut dire que notre pays est sur la bonne voie. En ce moment ils sont en plein délire, et pas seulement jean sevillia, ils racontent vraiment n’importe quoi sur l’Algérie, ils en sont malades, l’Algérie les a rendus fous. Ils se sont comportés en vils criminels sous les yeux du monde entier, en prédateurs sanguinaires et le pire c’est qu’ils ont perdu! Ils ont été défaits par ce peuple qu’ils ont voulu génocider, défaits par ce peuple au courage sans commune mesure, défaits par son intelligence, défaits par sa bravoure, défaits par sa détermination, défait par son sacrifice, défaits par sa grandeur d’âme, défaits par son héroïsme. Aujourd’hui les jean sevillia peuvent sombrer dans la mythomanie et la diffamation s’ils veulent ils ne sont plus à ça près, le mensonge est la moindre des choses comparés aux crimes dont ils sont coupables. Laissons les dire ce qu’ils leurs passent par la tête, cette tête qui a l’air bien déglinguée, laissons les dire car cela ne change rien, l’Histoire est dite, l’Histoire est faite.

    9
    1
    Johnny
    27 octobre 2018 - 13 h 52 min

    Grand, grand, grand pote de… Ferhat M.

    11
    3
      Tahar
      27 octobre 2018 - 14 h 13 min

      @Johnny , tu racontes n’importe quoi ! Moi je suis un MAKiste tendance fédéralisme, et Ferhat Mehenni n’a aucune proximité particulière avec Jean Sévillia.
      C’est mieux de critiquer ce Jean Sévillia pour ses élucubrations historiques sur l’Algérie mais ne mets pas dans toutes les sauces Ferhat Mehenni ! S’il te plait !

      6
      10
        Dajazairia
        28 octobre 2018 - 13 h 43 min

        Ferhat Mhenni n’a besoin de personne pour se mettre dans les sauces de la trahison, ferhat mehenni (…) s’est mis tout seul avec joie dans la sauce juive sioniste, il est même pire que jean sevillia.

        9
        3
    Aldzairi
    27 octobre 2018 - 12 h 18 min

    Ce n est pas parce que l on s abstient de la vanite sur notre histoire aussi lointaine que glorieuse que le premier venu devrait se croire autorise a debiter son ignorance ou sa haine.
    Parce qu il souffre de veritables carences en l etude de l histoire, renvoyons ce journaliste historien a la seule lecture de Salluste sur Jugurtha, qui avait tenu tete a l empire romain, pour qu il prenne, peut-etre, conscience de ses inepties osees et commises en cette annee 2018.
    Le temps de l’ideologie colonialiste depuis la fameuse theorie du « Terra Nullius », qui a servi de pretexte et de legitimation à l asservissement des peuples, est revolu quand bien meme il peut garder des reminiscences enfouies chez certains nostalgiques de temps revolus:.
    Gloire a nos Martyrs a quelques jours de la celebration du Premier Novembre.

    9
    2
    Anonyme
    27 octobre 2018 - 11 h 31 min

    Le « journaliste et historien » français Jean Sévillia est, malgré son âge; circonstance aggravante , ce que j’appellerai au mieux un inculte – qui par paresse intellectuelle n’a pas fait l’effort de lire, de se documenter et de comprendre avant de se l’ouvrir, béante comme une bouche de métro, pour dire des inepties- , au pire un escroc qui veut manipuler l’opinion.
    Je le renvoie aux livres d’histoire des programmes des classes primaires, et s’il en est capable, de lire et comprendre l’ouvrage de Mostefa Lacheraf : » Algérie, état, nation et société ». C’est tout le mal que je souhaite à ce gus, l’ouvrage est disponible sur le net.

    8
    2
    MOHAMMED BEKADDOUR
    27 octobre 2018 - 10 h 55 min

    Au cours des années 1990, alors que El Jazaïr était à ,feu et à sang, que régnait le chaos, un historien français, celui là lucide, dont j’ai oublié le nom, avait déclaré dans un journal italien que : « La malédiction de l’Algérie poursuivra la France jusqu’à la fin des temps ». Ce Jean Sevilla et ses semblables se nourrissent du cadavre de « L’Algérie française », vous savez, un cadavre puant comme un fromage appelé « Pont l’évêque », ils aiment ça, en l’accompagnant d’un vin « bien choisi », il faut de tout pour faire un monde, disent les Français, un cadavre ça se mange, ce « Monsieur » est une Hyène qui profane le cimetière chrétien, il mange sa défunte « Algérie française », il mange les cadavres des siens, y compris son père et sa mère, à moins qu’il ne soit un extra terrestre, il parait qu’il y a d’autres « civilisations » dans l’univers, « Monsieur » est un pur produit de la « mission civilisatrice » déclenchée à Edzaïr en 1830…. BRRR !

    11
    1
    Ch'ha
    27 octobre 2018 - 4 h 51 min

    Excellent article.
    « Cessité et indigence intellectuelle HORS NORME ».

    11
    3
    Gatt M'digouti
    27 octobre 2018 - 1 h 41 min

    Et la France existe t elle encore ne ces temps modernes, au point d’avoir un président juif hongrois en ces temps modernes?
    Monsieur Jean sans terre est toujours traumatisé. Étant bébé et être bercé trop prés des murs, ça laisse des séquelles.

    26
    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.