Exclusif – Le fils de Gillo Pontecorvo se confie à Algeriepatriotique

Simone Pontecorvo
Simone, enfant, dans les bras de son père Gillo Pontecorvo. AP

Né à Pise en 1919 et romain d’adoption, le réalisateur de «La Bataille d’Alger», Gillo Pontecorvo, aura passé une grande partie de sa jeunesse en France, fuyant le régime de Mussolini et prenant part aux activités de la résistance tant en Italie qu’en France. Son œuvre principale, «La Bataille d’Alger», qui lui a valu le prix du Lion d’Or à Venise en 1966, a été précédée par «une gestation longue et compliquée» durant laquelle il fut l’objet de menaces répétées de la part d’anciens membres de l’OAS, qui supportaient mal son adhésion à l’esprit et à l’idéal de la Révolution algérienne et sa dénonciation de la torture pratiquée à grande échelle par les forces d’occupation françaises. Un film, une référence, qui aura marqué une génération d’amoureux du 7e Art et que tous les Algériens connaissent pratiquement par cœur.

Et profitant de la tenue du Festival du cinéma de Rome, son fils Simone, adhérant sans hésitation à la demande d’interview d’Algeriepatriotique, nous a donné rendez-vous dans un des pavillons de l’Auditorium pour dévoiler, plus de dix ans après la disparition de Gillo Pontecorvo, certains aspects peu connus de son père et ses souvenirs liés au projet du film «La Bataille d’Alger».

Algeriepatriotique : Les Algériens connaissent Gillo Pontecorvo, réalisateur et homme engagé. Parlez-nous plutôt de lui en tant que père…

Simone Pontecorvo : Il était un père amusant, il aimait la vie et cultivait plusieurs passions, le jardinage, la musique, le tennis et la pêche. Il aimait aussi la liberté et avait avec ses enfants un ton tantôt complice, tantôt sévère, comme il se doit pour un père soucieux et attentionné. Il fuyait les occasions superficielles et voulait qu’on grandisse sincères et authentiques. Ami de Picasso et de Sartre, il côtoyait toutes les grandes figures du parti communiste italien et la fine fleur du panorama culturel et artistique italien et international de l’époque. Il a eu à vivre des moments difficiles durant la guerre de Libération, mais jamais il a voulu nous faire peser ce vécu.

Sur une chose, il était intraitable : la lecture. Il estimait qu’elle était un des ingrédients principaux pour l’épanouissement de l’individu. La musique l’enchantait car elle donnait libre cours à sa sensibilité. D’ailleurs, pour «La Bataille d’Alger», il a cosigné avec le génie Ennio Morricone la musique du film et même pour d’autres œuvres, il a toujours collaboré à l’ébauche de celle-ci.

Comment est née l’idée du film «La Bataille d’Alger» ?

En 1962, mon père et le scénariste de tous ses films, mais aussi son grand ami, Franco Solinas, se rendirent en Algérie pour prendre part aux célébrations de l’Indépendance. Ils y étaient en tant qu’amis et soutiens convaincus de la cause algérienne qu’ils avaient suivie avec attention et passion. A l’époque, ils avaient en tête un film ayant pour titre «Para», retraçant les faits marquants de la Guerre d’Algérie. Ce voyage de 1962 et les scènes de liesse du peuple algérien qui l’ont beaucoup marqué, l’ont en quelque sorte fait dévier du projet initial. Mon père s’était rendu à Paris et avait rencontré plusieurs parachutistes, puisque le protagoniste du film «Para» devait être un ancien de la guerre d’Indochine qui se trouvait en Algérie comme reporter de guerre. Ces témoignages ont d’ailleurs servi à la formulation du personnage complexe du colonel Mathieu. Solinas et mon père ont voulu voir en ce dernier un homme intelligent et expert de tactique militaire, non pas un sadique et le classique méchant ; un homme qui servait sa nation et qui devait tout faire pour maintenir l’Algérie dans le giron de la France.

Le but étant de ne pas se focaliser sur un personnage aussi ambigu que négatif, pour aider le public à se concentrer sur le véritable mandataire des supplices racontés par le film, à savoir le colonialisme. C’est ce point précis qui a plu à la critique mondiale.

En 1964, mon père qui, pour plusieurs raisons, avait mis de côté le projet de «Para», fut contacté par Salah Bazi et Yacef Saâdi, qui étaient venus en Italie à la recherche d’un réalisateur qui puisse réaliser un film sur l’indépendance de l’Algérie. Les Algériens préféraient un regard externe et firent une proposition dans ce sens à Francesco Rosi, Luchino Visconti et mon père. Les deux premiers ayant refusé au motif qu’ils étaient déjà engagés sur d’autres projets, mon père, qui s’était déjà approché du sujet, s’est dit immédiatement intéressé. La première proposition qu’il reçut portait sur un scénario déjà écrit. Mon père déclina cette offre et obtint de repartir à zéro avec Solinas, en puisant toutefois dans les archives et toutes les informations que la partie algérienne était en mesure de lui fournir et c’est ce qui fut fait.

De par les récits de votre père, quelle idée vous êtes- vous fait de l’Algérie ?

Il nous parlait surtout du climat d’enthousiasme pour la liberté conquise, de cet élan que l’Algérie personnifiait en 1962, de ce peuple héroïque. Mon père avait participé à la Seconde Guerre mondiale et il avait vécu des moments semblables au terme de ce conflit. Cela a été un point fort de contact et de similitude entre son vécu et celui du peuple algérien. Il nous a longuement parlé, avec émerveillement et émotion, de la disponibilité et de la participation directe et spontanée de la population algéroise durant le tournage.

Le film fut une coproduction italo-algérienne avec, d’un côté, Casbah-Film, créée pour l’occasion par Yacef Saâdi, et Igor Film, constituée également pour l’occasion par mon père et par Antonio Musu. Yacef Saâdi était une des deux personnes qui avaient contacté mon père en 1964. Il était un des chefs du FLN et il parlait avec mon père une langue commune du fait de leur passé de soldats et de résistants. Mon père, trouvant son profil très intéressant, lui proposa de jouer son propre rôle dans le film. Ce qu’il fit d’ailleurs. Le tournage dura plusieurs mois. Même ma mère a fini par se rendre en Algérie et amena avec elle mon frère aîné Ludovico qui, à l’époque, n’avait qu’un an. Le tournage fut assez complexe en raison du recours à un grand nombre de figurants. Mais toute cette expérience est restée gravée dans la mémoire de mon père qui nous répétait sans cesse que de la part de ses amis algériens et des Algériens tout court, il n’a reçu que de mots et de gestes d’amitié et de sympathie.

Propos recueillis à Rome par Mourad Rouighi

(Suivra)

Comment (17)

    Rayés Al Bahriya
    4 novembre 2018 - 17 h 39 min

    Que la vérité soit dite , amère soit elle….
    Pour que le film soit réalisé et donc être autorisé à être tourné à Alger, il avait fallu que Y avec Saadi ,
    Ai donné des garanties à Houari Boumediene, que la casbah ne rentre pas en dissidence contre le régime du colonel Houari Boumediene, qui avait opéré déjà à ce moment là le coup d’État contre
    Le coopté Ben Bella et son clan de Tlemcen….

    Les garanties assurés, le film a eu le Ok pour le tournage à la casbah d’Alger où à eu la véritable rébellion d’Alger….

    Voilà essahhhhh
    Atsan Thidhets….

    10
    7
      ZORO
      4 novembre 2018 - 18 h 23 min

      Tu insinues que la CASBAH etait le royaume de koukou et YACEFson amokrane!!
      SIGNEZORO…Z…

      9
      6
    Salim Samai
    4 novembre 2018 - 17 h 00 min

    Gilo Pontecorvo, Allah Yarhamou, etait Juif! Je ne le sus que sur sa necrologie sur le NYTimes!

    Pour son IMMENSE APPORT á l´Algerie, á ma generation et á El Haq; il fut 1000 fois plus musulman que de nombreux musulmans. De par son engagement Il fut plus pres du Seigneur & de ses Enseignements!

    Ce fut une des ERREURS de l´Algerie independante d´avoir omis de SOULIGNER sa religion afin
    d´exprimer que M.Audin et G.Iveton n´etaient pas non plus musulmans et que la Liberte et le Combat contre la Hogra n´ont rien á voir avec la Religion!

    Israel-Pharaon & ses amis islamophobes jouent sur ca justement: « Nous,Judeo-Chretiens » contre « Eux les Musulmans »! Mais ni El Haq ni Pharaon n´ont de RELIGION!

    10
    1
    Nadjma
    4 novembre 2018 - 13 h 40 min

    Beaucoup d’artistes et d’intellectuels dans le monde étaient admiratifs de la Révolution Algérienne, c’est ce qu’il faut retenir. Pontecorvo nous a fait cadeau d’un très beau film, la Bataille d’Alger est l’un des plus beaux films qu’il m’a été donné de voir sur tous les plans. Ce film est beau parce que bien-sûr il été fait par des bons techniciens et d’excellents artistes mais il est beau surtout parce qu’il a été inspiré par l’une des plus belles causes au monde: la Révolution Algérienne.

    22
    amchiche
    4 novembre 2018 - 10 h 11 min

    Le régime et sa culture de commande ont acheté l’art au service du mensonge historique.
    C’est dans une des scènes du film relatant de la Kabylie- le régime ne pouvait pas parler de liberation sans citer cette règion- donc on y présente des femmes de Kabylie des années 50 parlant en arabe.
    Un mesonge et une negation d’un peuple millennaire dans sa langue et culture au service de l’arabisme d’une dictature qui venait de massacrer la meme région qui a libéré le pays.
    Pontecorvo a certes accépté une commande et des conditions d’un régime qu’il savait etre issu d’un coup d’Etat, de lui qui a participé contre le nizisme on s’attendait pas qu’il participe à la negation d’un peuple.

    7
    26
      ZORO
      4 novembre 2018 - 11 h 21 min

      @Amchiche :Si vous trouvez que la femme kabyle devait s exprimer dans son parler pour etre mieux comprise par les algeriens dans ce film , considerez ca comme une faute lourde de la part de Yacef Saadi,et comme il n est jamais tard pour mieux faire produisez un film sur la guerre de liberation en kabyle et presentez aux Algeriens
      Ils se bousculeront pour le voir comme ce fut le cas de la bataille d alger, l opium et le baton et chronique des annes de braises.
      SigneZORO. ..Z…..

      22
      8
        Anonyme
        4 novembre 2018 - 12 h 29 min

        Pourtant dans l’ Armee aussi le kabyle etait interdit.Un peuple quand il est chez lui n’ est pas traduit. Nuance!
        La mystification coloniale minorise l’ amazighite’ pour imposer l’ arabite’. Dans les annees 70 m’ ai ete au mzabe et a batna on me cpmrenait!
        Il ne peut y avoir d’ arabisation pacifique, c’ est le regime militaire dictatorial, suite a’ la defaite militaire de 63 , qui est celebre’ et pas l’ histoire .

        5
        13
      Iwen
      4 novembre 2018 - 11 h 25 min

      Sacré Amchiche, tu parles de , je cite: « négation d’un peuple » ! Dis donc, tu as compris laportée de tes propos ou estce que tu aimes t’entendre parler !?
      La France t’a réduit au silence, durant plusieurs décennies! Lui as-tu fait des remarques sur ça ou penses -tu encore que c’est par sens civilisatrice qu’elle a agit de la sorte envers nous, peuple Algérien(AMAZIGHE)!? En dernier, elle a tenté de nous diviser et crois moi, ce n’est pas les procédé&s qui ont manqués et ce n’est pas des documents qui manques, qui attestent sa volonté de, à défaut de nous détruire physiquement, ou moins nous diviser culturellement .

      20
      6
      Anonyméa
      4 novembre 2018 - 14 h 20 min

      Amchiche, vous réduisez l’œuvre de Pontecorvo à une réplique? un personnage qui parle arabe au lieu de parler kabyle la belle affaire! il y a vraiment de quoi méditer. Savez vous que ce sont des gents comme vous qui font sombrer l’Algérie.

      17
      2
      El Borfayor
      4 novembre 2018 - 14 h 31 min

      @Amchiche : Le film s’appelle « La Bataille d’Alger » pas la Guerre d’Algérie. Il relate ce qui s’est passé à Alger en particulier. Yassef Saâdi est kabyle comme l’était son neveu, Le Petit Omar, et peut-être qu’il parlaient kabyle à la maison à l’époque, je ne sais pas, mais le film nous les montre dans leurs relations avec les algérois non-kabyles.
      Ton argument est valide en général mais pas dans le contexte de ce film en particulier.

      11
      1
        Anonyme
        4 novembre 2018 - 15 h 43 min

        Le contenu ideologique est dans sa semiologie: en kabylie il n y avait pas d’ arabe parle’ , pour faire une telle affirmation en omettant la langue kabyle, que paradoxalement meme la France n’ avait jamais ose’, il y eut une Volonté’ nihiliste. Du nazisme.

        1
        6
          ZORO
          4 novembre 2018 - 16 h 11 min

          D apres toi l anonyme la douce France n a fait que du bien aux Kabyles, comment expliques le formatage de cerveaux des gens de la tribu ***??
          NB: les gens de la tribu sont les haineux des arabes et des musulmans qui, pour nuire aux kabyles portent un masque kabyle.

          13
          6
          Anonyme
          4 novembre 2018 - 18 h 32 min

          @zero de gauche,
          La France qui vous a mis au pouvoir a tout l’interet d3e voir la Kabylie isolée. En effet, vous aviez assassiné tous les kabyles qui refuserent la caste soutenue par sidi De Gaulle qui vous a encouronné.
          Vous etes passés de « qu’est ce que vous avez contre les colons » à nous traiter de parti de la France.

          6
          6
          ZORO
          4 novembre 2018 - 20 h 17 min

          @ ANONYME : 4nov 2018 18h 32:
          Tu as raison l anonyme , c est a partir de mecca que Mehenni l Arabe enturbanne trame ses complots contre l Algerie.
          SigneZORO. ..Z….

          9
          2
      Farid1
      4 novembre 2018 - 23 h 23 min

      Incroyable des bétises pareilles!!!
      c’est tout ce que tu as vu dans un film classé parmi les 50 meilleurs films de tout temps

    Med
    4 novembre 2018 - 9 h 05 min

    Gillo Pontecorvo appartient à cette génération d’Italiens qui avaient une vision bien précise de la lutte contre le colonialisme. Une génération aux idées forgées par la Résistance contre le fascisme et contre le nazisme. Ils comprenaient parfaitement les enjeux du développement pour les pays de la Méditerranée et les plus en vue parmi eux ont été brutalement éliminés. Les plus célèbres parmi eux, Enrico Mattei et Aldo Moro, ont soutenu les Algériens pour leur indépendance politique et économique et voulaient mettre sur pied un projet de développement commun des peuples, qui englobait les pays du nord et du sud de la Méditerranée. Ce projet allait à l’encontre des intérêts britanniques et américains (et même français) d’où la fin tragique de ces deux illustres personnages.
    Le film « La bataille d’Alger » a connu un énorme succès en Algérie mais également en Italie où il était projeté, dans les années 70, dans toutes les sections de parti communiste, à l’apogée de sa popularité, pendant qu’il était interdit en France.
    « Si le peuple un jour aspire à vivre, le destin se doit de répondre », disait Aboul-Kacem Chebbi.

    17
    1
    Gatt M'digouti
    4 novembre 2018 - 7 h 53 min

    Le mendiant des prix insignifiants en l’occurrence le ministre de la culture devrait s’inspirer de ce témoignage cité ci dessus : « Sur une chose, il était intraitable : la lecture. Il estimait qu’elle était un des ingrédients principaux pour l’épanouissement de l’individu. La musique l’enchantait car elle donnait libre cours à sa sensibilité. »

    20
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.