Abdelkader Zoukh organise un meeting à Alger : campagne pour un 5e mandat ?

Zoukh Alger
le wali d'Alger, Abdelkader Zoukh. New Press

Par Hani Abdi La wilaya d’Alger organise ce lundi après-midi un «spectacle» auquel devront prendre part beaucoup de gens du monde à la fois politique, associatif et sportif.

Officiellement, c’est une festivité de célébration du 64e anniversaire du déclenchement de la Guerre de libération nationale. Mais concrètement, cela ressemble plutôt à un meeting de lancement de la campagne électorale du président Bouteflika pour le 5e mandat. Fanions, t-shirt et casquettes à l’effigie de Bouteflika ont été préparés pour être distribués en cette occasion. A cela s’ajoutent les portraits géants du président Bouteflika accrochés partout, à l’intérieur comme à l’extérieur de cette salle. Des moyens de transport ont été mobilisés pour faire venir des gens de toutes les communes d’Alger. Avec le concours, bien entendu, de tous les élus des partis constituant la majorité présidentielle.

Lors de cet événement, la wilaya d’Alger devra, en effet, mettre en avant les grandes et multiples réalisations du président Bouteflika dans la capitale depuis son accession au pouvoir en 1999. Du logement aux grands axes routiers, en passant par la grande mosquée d’Alger, le métro et le tramway, les réalisations du chef de l’Etat seront donc énumérées en cette circonstance. Ce «spectacle» intervient au moment où les principaux soutiens du président Bouteflika multiplient les sorties dans lesquelles ils défendent l’option du 5e mandat, insistant sur la «nécessaire continuité» du président Bouteflika à la tête de l’Etat dans l’intérêt suprême de la nation et du pays.

Du secrétaire général du FLN au secrétaire général de l’UGTA, en passant par TAJ, les soutiens du cinquième mandat se mettent en ordre de bataille. L’offensive est donc lancée à cinq mois du rendez-vous électoral que l’opposition considère comme inutile dans le cas où le président Bouteflika confirmerait sa représentation pour un nouveau mandat ou dans le cas où le régime désignerait le successeur du chef de l’Etat.

Le 1er Novembre a été une opportunité pour le front du 5e mandat d’investir la scène politique, en affirmant que le maintien du président Bouteflika à la tête de l’Etat va être une simple formalité à remplir en avril prochain. Ils promettent ainsi un large plébiscite du chef de l’Etat par le «peuple». Ce même «peuple» qui lui demande aujourd’hui de briguer un autre mandat présidentiel.

Face à cette offensive musclée des partisans du 5e mandat, l’opposition reste sans voix. Hormis la dénonciation d’une «fumisterie» et mises en garde contre les dangers du statu quo, l’opposition peine à créer un rapport de forces en faveur du changement qu’elle réclame depuis des années. Rien ne semble donc pouvoir arrêter la marche pour le 5e mandat.

H. A.

Comment (15)

    mergou
    6 novembre 2018 - 15 h 15 min

    Un ministre (Louh) et un Wali (Zoukh) peuvent se permettre des meetings aux frais du contribuable. Tandis que pour les partis de l’opposition tout est interdit même avec leurs propres deniers. Elle est belle la démocratie de fakhamatouhou.

    Lghoul
    5 novembre 2018 - 19 h 34 min

    Il ne s’appelle pas « Zoukh » pour rien. Allons donc ! Zoukh veut dire « Se faire voir » et je suis certain que Mr Zoukh n’est pas un « zouakh » du tout. Est ce qu’ils savent au moins qu’il y a une population autour d’eux, qui les regarde et qui les « admire » pour leur savoir faire ? Je le doute car les aveugles et les « zouakhs » (aucune relation avec Zoukh) pensent qu’ils sont seuls sur terre.

    10
    Amar
    5 novembre 2018 - 18 h 16 min

    Tout ça n’est pas sérieux, faire campagne pour un cinquième mandat pour un fantôme , un candidat invisible.
    Où est l’avenir de ce pays? quel espoir pour cette jeunesse? quel sens a l’intérêt général? combien de générations allez-vous encore sacrifier?
    Vous ne comprenez pas ceux qui naitrons demains sont déjà mort aujourd’hui!

    21
    1
    OUF
    5 novembre 2018 - 15 h 57 min

    Excellente nouvelle.
    Enfin un 5 ème mandat.
    Je vais tuer un mouton pour célébré cet événement.

    3
    17
    Anonyme
    5 novembre 2018 - 15 h 34 min

    Allez préparez les sandwich et une bouteille de Fonta. Faites appel aux veuves et aux portiers qui vivent dans les oubliettes du temps et dont on se rappelle une fois tout les 5 ans.. Dites leur qu’il vont faire un tour sur le bus pour une cinquième fois.
    Une bouteille de Fonta pour chaque TWALWILA.

    10
    1
      Anonyme
      6 novembre 2018 - 1 h 36 min

      pauvre mouton, tu vas le tuer.

    Kahina-DZ
    5 novembre 2018 - 15 h 10 min

    Zoukh est devenu Wali en 1991
    M. Bouteflika est devenu président en 1999
    Que Zouth chante un 5eme mandat, n’est pas une surprise…car lui même doit s’inscrire dans Le Livre Guinness des records relatifs aux mandats.
    Pour les bilans, on laissera l’imagination de Ould Abbes galoper dans le monde imaginaire.

    32
    4
    Anonyme
    5 novembre 2018 - 15 h 03 min

    ca s appel de l idolâtrie ; y a que les despote et dictateurs qui affiche des grds portraits partout ds leurs pays , un peu comme Saddam Kadhafi et Staline aussi ; meme Boumediene n en a pas fait autant ; l Algerie n est pas une dictature et que meme Bouteflika a changé la constitution pr empêcher plusieurs mandats et aller vers un état de droit et ce serai le premier a le bafoué ds ce cas ; les photos du président sont d époque ou son dynamisme était au RDV ; photographier le président avec sa santé actuelle et plaquer le partout ds le pays ds les casquettes les tee short ect ect ; de qui se moque t on? .

    13
    1
    Gatt M'digouti
    5 novembre 2018 - 8 h 55 min

    a t il réquisitionné des bus pour ramener des gens de intérieur du pays?

    13
      zaatar
      5 novembre 2018 - 12 h 54 min

      Oui bien sur, il a même fait préparer les sandwichs au fromage…

      15
      1
        Anonyme
        5 novembre 2018 - 15 h 01 min

        Il ne faut pas oublier la coca-cola

        15
    marri
    5 novembre 2018 - 7 h 49 min

    on est foutus

    16
    Anonyme
    5 novembre 2018 - 7 h 46 min

    Restons calme et attendons la decision du president bouteflika.Dans tous les cas de figure il faut accepter la decision,reflechir et faire son choix en 2019 lors des elections.Il nous faut absolument ne pas tomber dans le piege de la confrontation et du chaos que veulent provoquer les partis proches des Islamistes freres musulmans.

    2
    14
    DZAIR+
    5 novembre 2018 - 7 h 33 min

    Le réveil des chi… de sang,ces chi… recherchent à les caresses de leur maître dans l’espoir de recevoir des récompenses, comment appellent ont un homme qui ment,qui triche, baiseur des mains et des pieds,sans aucune fierté,ni conscience,(la nouvelle race d’Algériens)les soumis de Pharaon d’Oujda et sa famille

    19
    1
    Anonyme
    5 novembre 2018 - 7 h 07 min

    La poche profonde du régime le permet.

    5
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.