Tayeb Louh clache Ahmed Ouyahia : le gouvernement au bord de l’implosion ?

LO Louh
Tayeb Louh en compagnie du Premier ministre, Ahmed Ouyahia. New Press

Par R. Mahmoudi – Lors de son intervention, lundi, devant la société civile de la ville d’Oran, le ministre de la Justice et garde des Sceaux, Tayeb Louh, s’en est pris au Premier ministre, Ahmed Ouyahia, à un moment où la solidarité gouvernementale semblait de mise face à une accumulation de problèmes et de crises qui fragilisaient l’Exécutif.

Louh reproche ainsi à son Premier ministre des manquements graves, dont celui de n’avoir pas su appliquer les directives du président de la République concernant «les règles d’équité qui fondent la politique de l’Etat». Malicieusement, le ministre de la Justice rappelait à Ouyahia le désaveu qu’il avait essuyé en 2017, en rendant hommage à la perspicacité du chef de l’Etat pour avoir décidé, en 2017, d’annuler les nouvelles taxes instituées par le gouvernement, dans la cadre de la loi de finances sur les documents biométriques.

En effet, l’instauration de taxes sur des documents administratifs aussi demandés par les citoyens que la Carte d’identité nationale avait exaspéré les Algériens et accru, du coup, l’impopularité d’Ahmed Ouyahia.

Plus pernicieux, Tayeb Louh rappelait à son auditoire l’épisode, non moins sombre, de l’incarcération de centaines de cadres d’entreprises publiques, au milieu des années 1990, sur ordre d’Ahmed Ouyahia. Louh affirmait, à ce propos, sentencieusement : «Finis les abus dont étaient victimes des cadres de l’Etat !» Plus ambigu, il ajoutera : «La justice à l’heure actuelle ne regarde pas ce qui est interdit ou ce qui ne l’est pas mais est fondée sur des bases plus larges pour être au diapason de l’évolution qui reflète les valeurs de la société de ses repères.»

Qu’est-ce qui peut bien expliquer cette attaque frontale et inédite de Tayeb Louh contre le Premier ministre dans la conjoncture actuelle ? Déjà donné par la presse comme possible successeur d’Ahmed Ouyahia à la tête du gouvernement, au moins à deux reprises, Tayeb Louh a certainement choisi un moment de flottement au sein de l’Exécutif pour lui porter l’estocade, dans le dessein, sans doute, d’en précipiter la chute.

Maintenu certainement pour faire face à un début d’ébullition sociale et assurer une rentrée qui s’annonçait difficile, voire chaotique, le gouvernement Ouyahia semble, en effet, avoir atteint ses limites. Après la série de changements qui a touché tous les secteurs, le dernier en date étant le vaste mouvement opéré dans le corps des chefs de daïra, le président de la République va-t-il, enfin, décider d’un remaniement gouvernemental ou ministériel ?

R. M.

Comment (45)

    Anonyme
    7 novembre 2018 - 17 h 34 min

    Une Mise en Scène politique tragique-comique bien calculé
    (son temps bien programmé, pour la préparation aux élections d’Avril 2019)
    Polémiquant sur la forme, et non sur le fond des problèmes graves du pays
    De courtisans-opportunistes-serviteurs zélés du système bureaucratique rentier pétrolier,
    Qui auraient reçu des instructions de jouer des roles , et des scènes bien précis,…..
    Pour déblayer, progressivement, la piste aux élections d’Avril 2019,
    En l’absence de vrais débats sur les vrais problèmes, et l’avenir du pays, et d’une opposition crédible, Légitime, et populaire
    Les luttes pour le pouvoir, la rente pétrolière, et le secteur juteux du commerce extérieur des importations
    De tout (Import-Import, et consommations de tout)

    Anonyme
    7 novembre 2018 - 10 h 19 min

    En attaquant frontalement Ouyahia,Louh veut s’imposer comme le chef du clan qui a fait de l’islamo-baâthisme son cheval de bataille qui lui a permis jusque là de s’incruster au pouvoir.Ce clan qui use et abuse des « constantes » pour se servir et nullement pour le pays ne voit pas les situations ridicules où il se met et l’autisme sidérant dont il fait preuve.Il croit que ce peuple est prêt à tout supporter mais il se met le doigt dans l’oeil car la colère gronde vu les flagrantes injustices et le favoritisme dont il fait preuve chaque jour envers les citoyens de ce pays.

    6
    1
    benchikh
    6 novembre 2018 - 19 h 44 min

    je ne vois pas comment l’Algérie vivra sans le pétrole (l’or noir)!!!!! la logique de la rente ,et je ne vois aucune autre logique pour cette majoritaire qui forme le peuple algérien.Tout le monde a eu l’habitude d’être payé sans dépenser de l’énergie ,et nos dirigeants se rencontrent autour d’une table pour parler des Dollars et comment vont elles êtres distribuer ,et si le pétrole (pétrodollars) disparaisse , comment peut on couvrir les frais d’une démagogique trompeuse ,à quoi sert elle une réunion autour d’une table sans le pétrodollar ,je pense sans pétrole le jeu est à sa fin .Et enfin on peut vivre tranquillement .

    4
    1
    Felfel Har
    6 novembre 2018 - 17 h 45 min

    Ki lalla, ki sidi! En kabyle, on a coutume de dire que le mouton dont la carcasse est suspendue à un crochet, se moque de celui que l’on va sacrifier. MDR!!!! Il ne faut pas oublier que ce n’est pas seulement le 5ème mandat qui est en jeu, ce sont aussi tous les postes de ministre à mineur, en passant par minable larbin qui font saliver les uns et les autres. Alors, on joue des coudes, on glisse des peaux de bananes, on fomente de sales coups. Qu’importe le verre (la manière) pourvu qu’on ait l’ivresse (la promotion)!

    8
    1
    Le Duc
    6 novembre 2018 - 14 h 05 min

    Pour que Ouyahia accepté toutes ces insultes et l’humiliation, de la part du clan d’Oujda,soit son sang il est Marocain,soit il est impliqué jusqu’au cou de magouilles et détournement, impossible qu’un vrai Algérien puisse accepter tout ça, mais depuis les règnes des Bouteflika, une partie du peuple s’est Marocanise

    29
    6
    Abou Stroff
    6 novembre 2018 - 13 h 51 min

    « Tayeb Louh clache Ahmed Ouyahia : le gouvernement au bord de l’implosion ? » s’interroge R. M..
    si nous acceptons l’hypothèse selon laquelle les hommes ne se posent que les problèmes qu’ils peuvent résoudre alors la question de R. M.. n’est pas à proprement parler une question. en effet, les algériens lambda que nous sommes, n’étant pas dans le secret des Dieux, attendons que bouteflika (peu importe le prénom) prenne la décision qui s’impose.

    11
    2
      celeste clochard
      6 novembre 2018 - 19 h 15 min

      « La vraie question n’attend pas la réponse. Et s’il y a réponse celle-ci n’apaise pas la question, et, même si elle y met fin, elle ne met pas fin à l’attente qui est la question de la question.
      Toute réponse doit reprendre en elle l’essence de la question qui n’est pas éteinte par ce qui y répond. »
      Maurice Blanchot
      In, « L’entretien infini »

      1
      1
    صالح/ الجزائر
    6 novembre 2018 - 13 h 51 min

    Une énième preuve d’anarchie et d’insubordination et d’existence des supra-ministres , liés à la présidence , qui devaient être normalement gérés et commandés par le premier ministre , sinon pourquoi l’un de ces supra ne s’est pas adressé directement ou par écrit à son , théoriquement , chef hiérarchique et lui rappelé «les règles d’équité qui fondent la politique de l’Etat» et «Finis les abus dont étaient victimes des cadres de l’Etat ! » .
    Quant aux simples citoyens que sommes , nous aimons rappelé que si au milieu des années 1990 , ce sont des cadres de l’Etat qui ont payés chèrement les abus dont ils étaient victimes , dans la deuxième décade du 21em siècle c’est toute la nation qui paye le narcissisme pathologique de nos certains responsables .
    « Qu’est-ce qui peut bien expliquer cette attaque frontale et inédite de Tayeb Louh contre le Premier ministre dans la conjoncture actuelle ? » .
    La réponse est peut être dans l’article du Mondafrique , « Algérie, les vraies raisons de l’arrestation des généraux majors » , du 02 Novembre 2018 , qui a ses propres sources à Alger et Paris .

    6
    1
    Ayweel
    6 novembre 2018 - 13 h 24 min

    C’est le scénario de 1967 , le faux coup d’état de tahr azbiri, qui est en train de se jouer, avec l’incarcération des generaux et leur mise en liberté et le coup de fouet sur les f… de ouyahia, dans les jours qui viennent c’est le général major gaid salah qui sera mis à la porte et sera remplacé par le general ali ben ali ou le general elhamel, l’ex général toufik sera rappelé comme ministre de la défense de type civil et louh prendra la place de ouyahia . Pour connaître la suite il faut lire lire sur les événements de 1967………

    17
    4
      Anonyme
      6 novembre 2018 - 14 h 30 min

      Une comparaison pour le moins hasardeuse. Les officiers de l’époque, qui formait le clan de Zbiri, étaient des anciens maquisards chevronnés et honnêtes. Ils avaient tenu tête à l’armée française suréquipée et l’ont même battue. Ils ont combattu pour un idéal et se sont rebellés pour des principes. Rien à voir avec les généraux chefs de région qui se font arrêter docilement pour corruption et enrichissement illicite…

      15
      2
    Statut de Lecteur
    6 novembre 2018 - 13 h 22 min

    @ Plus ambigu, il ajoutera : «La justice à l’heure actuelle ne regarde pas ce qui est interdit ou ce qui ne l’est pas mais est fondée sur des bases plus larges pour être au diapason de l’évolution qui reflète les valeurs de la société de ses repères.»
    ———————————————————————————————————————————————
    Interprétation :
    Le fleuve est sur le point d’entrer dans la pire de ses crues, mais bon, il finira par se fondre dans la mer : Elle est encore loin la mer, cher Fleuve ? Certains la voient loin, et prennent des raccourcis, on les appelle Harragas, et la mer n’accepte pas les illégaux, il faut rester dans le cours du fleuve, peu importe le cours du Dinar, alors une fois mis en mer, le fleuve disparaîtra, nous vivrons enfin dans un océan pacifique

    6
    1
    Anonyme
    6 novembre 2018 - 12 h 47 min

    Il devrait nettoyer son ministère . Trop d’abus au ministère de la justice. Il faut sauver cette institution.

    24
    1
    Anonyme
    6 novembre 2018 - 12 h 46 min

    Pourquoi n a t il pas cadenassé les portes du palais du gouvernement et pris la place de Ouyahia comme l ont fait ces chers collègues députés ?
    Maintenant on sait comment faire….c est «  tag alamen tag « ,celui qui n est pas content de son chef,il lui prend carrément sa place et en plus il ne risque rien…
    C est une grande comédie qu on nous joue et malheureusement nous ne sommes pas au bout de notre peine..
    Faire du bilan de Bouteflika un bilan positif est d une hypocrisie et d un aplomb insoutenables …
    La paix s est faite au détriment des milliers de victimes avec la réconciliation nationale,les assassins ont été largement rétribués et font partie des gouvernants..
    L islamisation des esprits a changé le visage de l Algérie qui était un pays musulman normal,les mœurs ont changé,les milliers de mosquées ont pris la place des écoles pour formater l algérien,les milliards qui il faut le rappeler ne sont pas les milliards de Bouteflika ont été utilisés à tort et à travers ….voilà le vrai bilan…

    24
    3
    Fellag
    6 novembre 2018 - 12 h 03 min

    C’est le pays de la faute aux autres;si jamais de notre faute;on a eu notre indépendance y’a cinquante six ans;mais c’est toujours la faute des colons et les harkis;et pourtant c’est les Harkis et leurs enfants qui dirigent la nation en majorité;sinon comment osé légalisé la corruption et inventé les urnes qui changent les bulletins de de vote;comment puisse osé salir une nation qui a sacrifié un quart de sa population;pour soit-disant liberté;emprisonné des généraux,journalistes,sportifs;comédiens;berger;vrais moudjahid;les fils de chahid;avoir deux présidents des faux députés,la liste est très longue

    19
    Anonyme
    6 novembre 2018 - 11 h 41 min

    c est le début de la bataille pour le trône et la couronne

    14
    Anonyme
    6 novembre 2018 - 11 h 17 min

    un autre épisode pour amuser la galerie , les généraux sont libérés donc il faut bien autre chose pour que le peuple s’occupe c’est ça notre stratégie , au lieu de s intéresse au développement du pays et être comme tout les pays qui se respectent , nous on passe notre temps a suivre ces conneries

    22
    1
    Calmos
    6 novembre 2018 - 11 h 04 min

    En France nous avons également mainte fois assistés à ce genre de querelles de chapelle entre membres du même partie et que même le président lui même en prenait plein son grade.
    Ne faites pas les effarouchées sainte ni touche.

    5
    8
    MELLO
    6 novembre 2018 - 11 h 00 min

    Un théâtre de marionnettes semble nous être offert en ce moment, non de tout temps. Ministre de la justice , de quelle justice ? Une justice qui laisse filer les vautours, voraces de tout l’argent du peuple, pour s’occuper de petits innocents qui tentent de s’accrocher. La justice de Mr Louh reste une justice au pas, qui fonctionne avec des ordres venus d’en haut. Comment s’attaquer à des jeunes que le pouvoir à voulu berner par des offres mirobolantes dans le cadre de l’ANSEJ, ANDI , CNAC et autres appâts sans leur offrir la possibilité de décrocher des marchés qui leurs permettront de réaliser leurs rêves, le rêve du travail et de la réussite. Ceux qui ont décidé de ces formules savent très bien que c’est pour amadouer cette jeunesse et acheter la paix sociale. Aujourd’hui Mr Louh ne jure que par la mise en prison de tous ces jeunes qui se sont faits avoir.
    S’attaquer à son premier ministre d’une manière aussi perfide, c’est carrément de l’inconscience.

    13
    1
    Lghoul
    6 novembre 2018 - 10 h 31 min

    Absolument rien a interpreter. C’est juste la suite naturelle de la pièce de théatre qu’on joue au peuple car ould abbas a terminé une partie de son rôle. N’oubliez pas que même belkhadem est en « stand by » en cas « d’empêchement majeur » – Si ould abbas ne peut pas se lever du lit par exemple car n’oublions pas qu’il va fêter ses 85 ans dans quelques mois. Mais ce type a des « plans » pour 2035. Nous sommes devenus la RISEE du monde – et qui ne sait pas ?

    22
    DZAIR+
    6 novembre 2018 - 10 h 03 min

    La République des reptiles ou plus qu’on à une grande gueule plus on est écouter, l’emblème de ce pays la corruption et la trahison,si vous êtes contre, vous serez emprisonné et accusés de trahison, les reptiles n’ont pas de pieds ni de jambes pour tenir debout,et pour survivre avec eux,il faut être un baiseur de mains et de pieds,les reptiles aiment le Maroc et sa politique monarchique,

    14
    1
    UMERI
    6 novembre 2018 - 9 h 59 min

    Louh, ferait mieux de nous parler de sa  »justice »a deux vitesses, l’une pour les journalistes et.les opposants au regime et l’autre pour laisser les copains et les coquins, libres dans la nature,comme l’ami Khllil et consors.

    30
    Nationfirst
    6 novembre 2018 - 9 h 51 min

    En tous les cas j’espère bien qu’Ahmed Ouyahia ne sera pad le prochain Président de l’Algérie. Un homme impopulaire guidé par les forces de l’argent. Je lui préfère Lamamra ou même Louh mais de grâce pad ce Ouyahia. Même s’il est bien soutenu par … une certaine région ce n’est pas le cas de la majorité du peuple …

    16
    18
    Anonyme
    6 novembre 2018 - 9 h 48 min

    Les jeux sont faits ,rien ne va plus!

    Anonyme
    6 novembre 2018 - 9 h 44 min

    C’est honteux de la part d’un ministre sensé être le premier à respecter les lois.
    Le non respect de la hiérarchie est signe d’un désordre total.

    22
    1
    Rayés Al Bahriya
    6 novembre 2018 - 9 h 34 min


    Honteux.

    14
    Zaatar
    6 novembre 2018 - 9 h 14 min

    Oui c’est vrai, mais dans le fond de ce que dit Louh, c’est toujours Bouteflika qui arrange les choses à la fin… dès qu’il y a une embouille savemment créée par nos augustes dirigeants complices, on la fait avaler au peuple d’abord pour que ce dernier sente la petite douleur, puis intervient Bouteflika pour le soulagement final. C’est parfait. ça ne vous fait pas rappeler le Monsieur Maso qui se remplit les chaussures de petites pierres le matin avant de les chausser et marcher ainsi avec toute la journée rien que pour ressentir le petit soulagement et le petit bonheur en les envelant le soir en rentrant chez lui?

    48
    1
      Anonyme
      6 novembre 2018 - 9 h 51 min

      mais chacun a son propre Bouteflika

      5
      1
      Amiahmed
      6 novembre 2018 - 9 h 56 min

      En Algérie tout est permis, un ministre qui ne respecte son chef de gouvernement c’est normal, un président qui ne peut pas assurer une présidence c’est normal, les ingrédients des pays sous développés, tout est normal dans tout ce qui n’est pas normal.

      14
      1
    Elle Kendy
    6 novembre 2018 - 9 h 11 min

    un bon ami de l’Algérie devrait-on lire

    1
    1
    Dramatique !
    6 novembre 2018 - 9 h 10 min

    On aurait aimé en rire en pensant à Ali Baba et les 40 voleurs mais l’heure est grave car il s’agit d’un président et ses 40 premiers ministres qui font suer le burnous au vrai dernier des ministres ! Où est la séparation des pouvoirs et le respect hiérarchique dans ce bled, où allons-nous ? Très belle image d’une république bananière démocratique et populaire.

    46
    1
    El Kendy
    6 novembre 2018 - 9 h 09 min

    un ministre ,ça ferme sa … ou ça demissione. Un bon ami de la France , Jean Pierre Chevenement aurait dit ça.

    7
    2
    Anonyme
    6 novembre 2018 - 8 h 38 min

    Tout le monde attendait que Louh annonce, depuis Oran, la candidature de Bouteflika pour un 5 eme mandat.
    Mais je crois que Louh nous aurait annoncé sa candidature. En attaquant Ouyahia, il débute sa campagne électorale.

    On ne veut pas d’un président qui s’appellerait LOUH.

    71
    2
    Anonyme
    6 novembre 2018 - 8 h 28 min

    Louh n’est pas le candidat pour remplacer Ouyahia, mais je dirais c’est leur candidat pour 2019.
    Il est en train de barrer la route à Ouyahia.
    LOUH, NON.

    80
    2
    Gatt M'digouti
    6 novembre 2018 - 8 h 24 min

    Qu’il l’ai clashé ou non ce n’est pas mon problème, mais je me rappelle de cette époque ou ce sinistre premier ministre a mit en prison des cadres dirigeants compétents et patriotes pendant des années sans jugement et qu’ils sont sortis sans aucune inculpation à leurs charges mais brisés !!!!!! ( ONACO, SNTA, SIDER, etc)
    Il a cassé l’élan patriotique de nos cadres qui, jusqu’à maintenant n’osent plus prendre d’initiatives et sont réduit à des bénis oui-oui !!
    C’était en prévision de l’ère du container et le résultat est la, on ne produit plus rien et on importe tout et n’importe quoi !
    Malgré les milliards de dollars consacrés à l’armement, en cas d’un conflit cet armement ne servira à rien du tout ! il suffit de bloquer les ports d’Algérie pour qu’une famine s’installe !

    17
    3
    DYHIA-DZ
    6 novembre 2018 - 8 h 15 min

    Louh clash Ouyahia depuis ORAN, tout un symbole (??)
    Le discours de Louh dépasse ses prérogatives. Tout le monde est président.
    Le Chaos total en Algérie.

    75
    4
    Kahina-DZ
    6 novembre 2018 - 8 h 10 min

    De quel droit ?
    Louh n’a aucun droit de clacher son chef publiquement. Où est le respect de la fonction et de la ripoublique.
    Avant de nous exposer vos lois bien taillées, apprenez vos limites pour ne pas bafouer les lois de la ripoublique .
    C’est au président de s’adresser au chef du gouvernement et non pas à Louh.
    Rien ne fonctionne. L’anarchie gère le pays. Une preuve de plus.

    85
    4
    salah
    6 novembre 2018 - 8 h 10 min

    Pourquoi faire changer de premier ministre a 6 mois de la presidentiel? Déja toute activité sera est au ralenti.
    Tout est calculé rien n’est fait sans calcul!!
    Ces hommes n’ont aucun honneur quand vous commencez a vous prosterné devant un portrait alors dite vous ce qui compte c’est leur interets
    PLUS DE PRESIDENT, PLUS DE PREMIER MINISTRE et 2 PRESIDENT DE L’ASSEMBLE NATIONAL
    Dans quel pays au monde avons nous ce genre de gouvernance??????

    17
    1
    Anonyme
    6 novembre 2018 - 8 h 00 min

    Louh n as clacher personne. Ce qu il a dit c qu il n y aura pas de répétition du passer car boutef ne le veut pas. Un marketing de boutef pour le grand publique epicitou. Une goutte d eau devenue mer.

    6
    30
    Les indices
    6 novembre 2018 - 7 h 58 min

    Ce Monsieur Ahmed Ouyahia :
    Celui que l’ont entend dire par ici et par là qu’il fréquenterai et courtiserai avec les pieds noir .

    Et qu’il se ferai subtilement leur porte voix , les décrivant de manière angélique qu’ils sont potentiellement indispensables pour l’évolution de l’Algérie.
    Cela m’a sérieusement intrigué et fait pensé qu’il se trame quelques choses à nôtres insu.
    Il faut dissiper les doutes en fouillant un peux plus sur le personnage afin dans tiré les conséquences si cela s’avérait-il exact.
    Pour l’instant jusque là preuve du contraire nul n’a apporter la preuve de ces rumeurs.
    La prudence est donc de rigueur.
    Les rumeurs. …….

    8
    4
      Anonyme
      6 novembre 2018 - 9 h 32 min

      Ouyahia n’a pas la nationalité française ou marocaine comme beaucoup de tartuffes qui nous chantent leur patriotisme et qui dynamitent l’Algérie de l’intérieur.

      5
      4
    bouteflika et ses 40 ministres
    6 novembre 2018 - 7 h 56 min

    La basse-cour est en flammes. Nous ne faisons pas de difference entre bouteflika jamais élu et sa politique de razias: les milles milliards$ en 20 ans resteront à jamais l’unique certitude de votre régime et chamailleries

    15
    BOU-GUERRA
    6 novembre 2018 - 7 h 56 min

    En république d’Oujda un simple ministre donne des ordres à son premier ministre, en république d’Oujda la fierté et l’honneur d’un homme est misent de côté,savez vous comment fonctionne cette république,corrompre tout les dirigeants et responsables, ainsi les chefs de partis et les fonctionnaires,et lorsque quelqu’un essaie de levé le doigt,il sera poursuivit comme l’exemple des généraux et Bouhadja, drôle de république, drôle de Ministres

    24
    2
    Hibeche
    6 novembre 2018 - 7 h 50 min

    Deux remarques
    1/ ça se confirme que l’Algérie ne ressemble à aucun autre pays, le seul état au monde où un ministre attaque aussi frontalement son chef.
    2/ Il n’y aura pas de 5ème mandat, Louh et mentors veulent casser un prétendant potentiel: H’mimed

    24
    3
    Anonyme
    6 novembre 2018 - 7 h 47 min

    Tous ces proches de Bouteflika na parlent de leur bouche.Comme ould abbés avec bouhadja,ils leur dictent et eux se mettent au devant de la scène par préservations de leurs mal acquis.Louh annonce la fin de mission du commis de troisième zone ouyahia

    20
    Anonyme
    6 novembre 2018 - 7 h 43 min

    Qu’est-ce qui peut bien expliquer cette attaque frontale et inédite de Tayeb Louh contre le Premier ministre dans la conjoncture actuelle ?

    Le 5eme mandat a fait surgir des divergences.
    Ouyahia serait -il contre un 5eme mandat. Louh, on a pas besoin de le lui demander. Louh est pour un 6eme mandat.

    26
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.