Trump donne son accord pour la voie ferrée reliant Israël aux pays du Golfe

Trump Israël
Donald Trump en compagnie du roi saoudien Ben Salmane. D. R.

Par R. Mahmoudi – Alors que les médias et autres forums de débat dans le monde arabe sont toujours absorbés par les retombées de l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, la normalisation des relations entre Israël et les pays arabes du Moyen-Orient s’accélère et prend, depuis quelques jours, un tournant décisif.

Après la visite «historique» du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, au sultanat d’Oman, il y a dix jours, suivie de la participation d’une délégation israélienne à une manifestation sportive à Dubaï, dans les Emirats arabes unis, où l’hymne national de l’Etat hébreu a été entonné pour la première fois dans ce pays, les Etats-Unis viennent d’approuver officiellement un plan de construction de voies ferrées devant relier Israël à certains pays arabes comme la Jordanie, l’Arabie Saoudite, le Qatar et d’autres pays du Golfe.

L’information a été dévoilée lundi par la télévision publique israélienne. Mais le projet en soi avait été dévoilé, la première fois, par le ministre des Transports et du Renseignement israélien dans une interview au site saoudien Elaph.

Il reste à savoir pourquoi un tel projet devait être «approuvé» par les Etats-Unis. Fait-il partie du fameux «pacte du siècle» que Donald Trump est déjà en train d’appliquer au Proche-Orient ? Les Etats-Unis sont-ils les «garants» de ce projet qui risque, s’il est réalisé, de bouleverser toute la carte géopolitique de la région ?

En juin dernier, l’édition française du site d’information britannique Middle East Eye (MEE) a révélé que le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, et son ministre des Transports et du Renseignement, Yisrael Katz, avaient donné leur accord final pour la réalisation d’une ligne de chemin de fer entre l’Europe et l’Arabie Saoudite, passant par Israël. Le projet s’intitulait «Les rails de la paix régionale».

Ce projet, qui prévoit de faire passer la ligne de chemin de fer d’Israël vers l’Arabie Saoudite, en passant par la frontière jordanienne et la ville de Jénine, en Cisjordanie, avait eu, dès le départ, le soutien de Washington.

Le gouvernement israélien a chargé le ministre Yisrael Katz de présenter «les avantages» de ce projet à plusieurs pays européens et asiatiques mais, aussi, arabes, particulièrement l’Arabie Saoudite et ses voisins du Golfe.

R. M.

Comment (10)

    Vroum Vroum 😤..
    7 novembre 2018 - 9 h 38 min

    je m’adresse à des menteurs…Tous noutexte Juridique s savons qu’Israël est illégale , la façon de l’usurpation de la Palestine par la Gb/ Sionisme..le viol du droit des Palestiniens..Israël ne repose sur aucun texte Juridique ni Droit international ou Charte de l’ONU..Israël a été Autoproclamé État sur la Palestine !….et maintenant on veut officiellement légaliser le Hold-up sioniste sur la Palestine..par une voie ferré « Israël « ….Vers Arabie.. Trahison.. Tout L’occident est derrière Israël et le vol de la Palestine ..!…et les Arabes capitulent….de 50% Israël vol toute la Palestine !!..

    Anonyme
    6 novembre 2018 - 13 h 03 min

    Trump est en mission civilisatrice dans le proche orient .

    Ch'ha
    6 novembre 2018 - 12 h 08 min

    Excellent article.
    Kayz est à Mascate au congrès IRU Union internationale des transports routiers. Le projet « voie ferrée de la paix » élaboré par Netanyahou avait déjà été présenté en 2017, visant à relier l’Arabie Yahoudite et pays du Golfe au port de Haïfa.
    Sur le plan géopolitique et géostratégique cette voie ferrée permettrait au trafic de marchandises de ne plus avoir à passer par les détroits d’Ormuz et Bab el-Mandab contrôlés par l’Iran et de longer les côtes yéménites.

    3
    3
    oui seigneur...
    6 novembre 2018 - 9 h 34 min

    la posture du » roi des arabes  » en dit long ….

    3
    1
    Anonyme
    6 novembre 2018 - 8 h 22 min

    Ce projet concurrence le projet chinois..silk road… écoutez je remercie le bon dieu que je suis algérien ne en Algérie et d origine algérienne 100%. Les zarabes sont des traitres et resterons des traitres tant que le riz est disponible pour gonfler leur panse …. Je vous le jure qu ils sont des traitres de natures, des soumis, des….. Nous sommes pas arabe merci le bon dieu..quiconque qui se sent arabe qu il aille en Arabie bande de traitre. Salam

    13
    3
      Anonyme
      6 novembre 2018 - 9 h 50 min

      Le monde bouge et progresse et vous,restez dans votre monde paranoiaque à insulter et à traiter les autres de harkis,de traites etc…

      4
      7
        Ch'ha
        6 novembre 2018 - 12 h 18 min

        @Anonyme 9h50
        Vous vivez dans le monde de oui oui, votre reveil n’en sera que plus dur si tant est qu’il se réalise. Relisez l’article très objectif.
        @Anonyme 8h22
        Le projet du Grand IsRatHell encore et toujours.

        3
        2
          Anonyme
          6 novembre 2018 - 18 h 55 min

          Soucie toi plutôt de ton RMI.

          1
          1
    Anonyme
    6 novembre 2018 - 8 h 07 min

    Ils veulent carrement saboter le projet de la ligne de chemin de fer allant d Istamboul en passant par Damas et Bagdad..qui s appelait jadis la ligne de chemin de fer du Hijaz pour rallier la Mecque et Medine.
    Deux parties de la ligne du Hedjaz fonctionnent toujours à l’heure actuelle, en Syrie et en Jordanie, et constituent d’ailleurs l’essentiel des chemins de fer jordaniens. Une ligne relie Damas à Amman, et l’autre les mines de phosphates de Ma’an au golfe d’Aqaba. En 2004, le terminus historique de la gare du Hedjaz à Damas est fermé, et la ligne finit maintenant à la gare Qadam, dans la banlieue de Damas.
    En Arabie saoudite, des vestiges du chemin de fer, voie, bâtiments et matériel roulant, sont conservés comme attractions touristiques à Médine. Les trains détruits par Lawrence d’Arabie peuvent encore se voir.
    En août 2005, au prétexte de sécurité, la municipalité de Médine démolit un pont de l’ancienne ligne, malgré l’opposition des habitants et des historiens. Le Prince Sultan ibn Salman, ministre du tourisme, à la suite de ces protestations, évoque la reconstruction de ce pont et la rénovation de la ligne à des fins touristiques.
    Israel veut s octroyer aujourd hui le projet et veut le detourner a son avantage pour mieux controler le commerce et les richesses et agrandir son influence geostrategique dans la region….ce qui est d une importance capitale pour sa domination geostrategique des pays du golfe et isoler ses voisins directs

    Nous y sommes
    6 novembre 2018 - 7 h 24 min

    Si j’ai bien compris, sans l’accord de Trump rien ne se décide.
    Le début de nouvel ordre mondial commence par les bédouins.
    Aux doigt à l’oeil et à coups de lattes …

    8
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.