Un agent du Makhzen pris en flagrant délit de manipulation à Strasbourg

Makhzen Commission
Abderrahim Atmoun (à droite). D. R.

Par Kamel M. – Abderrahim Atmoun, coprésident de la Commission paritaire mixte Maroc-UE (CPM), a été pris en flagrant délit de manipulation, comme l’illustre une correspondance de réprobation que lui adresse Ayala Sender, la coprésidente de cette même instance, et dont Algeriepatriotique détient une copie.

Le lobbyiste de Mohammed VI a, en effet, fait circuler de fausses informations dans les couloirs du Parlement européen à Strasbourg en vue d’induire en erreur les eurodéputés et d’influencer leur prochain vote sur l’amendement de l’accord agricole UE-Maroc, qui vise à étendre les préférences tarifaires aux produits originaires du Sahara Occidental.

Présenté sous forme de fiche d’information (questions/réponses), ce document de deux pages, non daté et non signé, indique, entre autres énormités, que la «signature d’un accord avec l’UE n’incluant pas le Sahara serait perçue comme une reconnaissance implicite de la non-souveraineté du Maroc sur ce territoire».

Ledit document comporte d’autres contrevérités qui s’inscrivent en droite ligne de la propagande marocaine et de ses lobbyistes patentés. Ainsi, le document affirme que la modification du protocole sur l’accord agricole est conforme à l’arrêt de la CJUE et que les «services juridiques de la Commission et du Conseil ont déclaré que l’adaptation était conforme à l’arrêt de la Cour», alors que ces avis juridiques ne sont ni publics ni accessibles aux eurodéputés. Ceci laisse supposer que la mission marocaine a eu accès à des documents confidentiels, ce qui constituerait une grave violation des règles de confidentialité de l’UE. En outre, il convient de rappeler que le service juridique du Parlement européen a déclaré dans un avis rendu récemment qu’«il n’est pas certain que l’exigence de l’arrêt de la Cour dans l’affaire C-104/16P soit remplie».

Dans un autre point, le document affirme que «le consentement du peuple du Sahara Occidental requis par l’arrêt de la Cour de justice a été obtenu», alors qu’il n’appartient pas au Maroc mais à l’Union européenne d’obtenir le consentement du peuple sahraoui sur l’accord proposé, conformément à l’arrêt de la CJUE, sans oublier le fait que le processus de «consultation» qui a été engagé par la Commission européenne est complètement biaisé et n’a concerné quasi exclusivement que des colons marocains ou des associations pro-marocaines prétendument «sahraouies». Par ailleurs, le document indique que «selon l’ONU, 80% des Sahraouis vivent au Sahara Occidental et 20% dans les camps de Tindouf», sans citer ses sources et en occultant au passage le rapport de l’UNHCR de mars 2018 qui a évalué le nombre de réfugiés sahraouis vivant dans les camps de Tindouf (5 camps sur les 7) à 173 600 personnes.

Le document avance également que le Maroc ne peut signer un accord n’incluant pas le Sahara Occidental, en occultant le fait que le royaume du Maroc a signé des accords commerciaux avec les pays de l’AELE (Norvège, Suisse, Islande et Liechtenstein) et les Etats-Unis qui ne s’appliquent pas expressément au Sahara Occidental.

Enfin, le document affirme que le Front Polisario «ne représente qu’une petite minorité de la population» et qu’«aucune autorité internationale n’attribue un rôle au Polisario : le représentant du Polisario n’est pas autorisé à prendre la parole ni devant le Conseil de sécurité ni devant l’Assemblée générale», alors que, comme l’a souligné la Cour de justice de l’Union européenne dans son arrêt (paragraphe 35), la résolution 34/37 du 21 novembre 1979 de l’Assemblée générale des Nations unies reconnaît le Front Polisario en tant que représentant du peuple du Sahara Occidental. Le Front Polisario est également signataire des Conventions de Genève, faut-il le rappeler.

Cette énième manœuvre marocaine s’inscrit dans une entreprise de propagande bien orchestrée qui a gagné en intensité ces deux derniers mois, dans la perspective notamment du vote prévu au niveau de la Commission du commerce international du Parlement européen (INTA), le 3 décembre prochain, en témoigne les visites quasi permanentes de hauts responsables marocains à Bruxelles, en particulier du ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, Aziz Akhanouch, principal acteur de la relation UE-Maroc.

Cet activisme intense s’appuie également sur le volet parlementaire à travers la présence «permanente» de députés marocains, notamment les membres de la Commission parlementaire mixte UE-Maroc, sous la houlette de son coprésident Abderrahim Atmoun. Ce dernier, aidé notamment par lobbyiste et eurodéputé français Gilles Pargneaux, président du Groupe d’amitié parlementaire UE-Maroc, n’hésite, d’ailleurs, pas à instrumentaliser cette instance «bilatérale», en lui attribuant des communiqués fictifs à chacun de ses déplacements à Bruxelles.

Cette instrumentalisation de la part d’Atmoun a fini par faire réagir la coprésidente de cette instance et présidente de la délégation Maghreb (DMAG), l’eurodéputée espagnole Ines Ayala Sender, sous la pression de ses pairs parlementaires, qui a invité son homologue marocain, par correspondance datée du 2 octobre 2018, à «éviter toute déclaration qui ne refléterait pas nécessairement les positions officielles de nos deux Parlements, de bien vouloir faire parvenir un rectificatif aux organes de presse concernés et de ne plus avoir recours à l’avenir à la mention communiqué ou déclaration de la CPM UE Maroc, à moins que cela n’ait été agréé préalablement entre les des deux parties».

Cette mise au point semble avoir été «prise en compte», puisque les dépêches de l’agence officielle marocaine MAP de ces dernières semaines relatives aux activités de cette CPM mentionnent qu’il s’agit de «déclarations» ou «communiqués» de la CPM «dans sa composante marocaine».

K. M.

Atmoun
Couriel de Ayala Sender à Abderrahim Atmoun.

Comment (7)

    Felfel Har
    7 novembre 2018 - 21 h 45 min

    Je qualifierai Mr. Atmoun d’escroc pris la main dans le sac! Celà nous permet d’avoir une idée de la qualité du « savoir-faire » des fonctionnaires du roi au sein des institutions internationales. Le roi leur a appris les « bonnes manières » pour exécuter ses sales besognes, au demeurant futiles, vaines et contre-productives. Le Makhzen va bien sûr tenter de rattraper le coup, en pure perte, car le mal est déjà fait. Depuis que l’écrivain et jourmnaliste français Grégoire Lacroix l’a écrit, sous savons que « il y a des escrocs qui vous feraient croire qu’un cheval blanc est un zèbre albinos.(Le Penseur Malgré Lui, 2012). Wallah, que les zèbres albinos, têtus et bêtes, ce sont les canailles dont s’est entouré le roi.

    9
    4
    Mokrane
    7 novembre 2018 - 15 h 42 min

    Je comprend mieux maintenant les raisons du discours mielleux mais hypocrite du fils de Glaoui H2 d’hier soir envers l’Algerie.

    31
    6
    Yeoman
    7 novembre 2018 - 15 h 38 min

    En lisant certains passages, je ne comprends pas où l’auteur de l’artIcle veut en venir. Par exemple: “Présenté sous forme de fiche d’information (questions/réponses), ce document de deux pages, non daté et non signé, indique, entre autres énormités, que la «signature d’un accord avec l’UE n’incluant pas le Sahara serait perçue comme une reconnaissance implicite de la non-souveraineté du Maroc sur ce territoire».” Bien sûr que c’ est le cas. Elle est où l’enormité?

    13
    3
    Les gueux.
    7 novembre 2018 - 15 h 34 min

    Ce marocain à du être inspirés et conseiller par les gaulois et les castagnettes espagnols comme toujours.
    Mais les intérêts des autres 25 pays membres de parlement européen ont mis l’intérêt de l’Europe avant de ces trois pieds nickelés.

    17
    4
    Kahina-DZ
    7 novembre 2018 - 14 h 37 min

    Et il ya ceux qui osent croire au discours sucré-empoisonné de moumou le Fraudeur
    Les coups bas, la trahison, le double jeux, la fraude et mensonges sont la spécialité des marroukis…
    Il faut toujours activer la garde. Les coups derrière les portes est la base de la politique des vipères du makhzan.

    54
    11
    Anonyme
    7 novembre 2018 - 11 h 07 min

    Ne soyons pas naïfs, tout cela est de bonne guerre.

    26
    17
    PIXEL
    7 novembre 2018 - 10 h 37 min

    Dommage ça marche moins bien avec les hommes, qu’avec les Rachida et Nadjet,

    43
    15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.