Conseil de la nation : le collège électoral convoqué pour le 29 décembre

Conseil de la nation
Le Conseil de la nation. D. R.

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a signé un décret présidentiel portant convocation du collège électoral en vue du renouvellement de la moitié des membres élus du Conseil de la nation, qui aura lieu le samedi 29 décembre, selon le dernier numéro du Journal officiel.

La convocation du collège électoral se fait conformément à la Constitution, notamment ses articles 91-6 et 119 (alinéa 3) et à la loi organique 16-10 du 25 août 2016 relative au régime électoral dans ses articles 107, 108 et 109. Le collège électoral est composé de l’ensemble des membres de l’Assemblée populaire de wilaya (APW) et des Assemblées populaires communales (APC) de chaque wilaya.

La dernière élection pour le renouvellement partiel des membres de la Chambre haute du Parlement s’est déroulée le 29 décembre 2015. Elle a été marquée par la victoire du Front de libération nationale (FLN) qui a gagné 23 sièges, suivi du Rassemblement national démocratique (RND) avec 18 sièges, des Indépendants avec 4 sièges, du Front des forces socialistes (FFS) avec 2 sièges et de Fadjr El Jadid avec un siège.

Le Conseil de la nation a été créé lors de la révision de la Constitution en 1996. Il est composé de 144 membres, dont 96 élus au scrutin indirect et secret (deux tiers) et 48 désignés par le président de le République dans le cadre du tiers présidentiel.

R. N.

Comment (3)

    MELLO
    15 novembre 2018 - 14 h 27 min

    Pourquoi un conseil de la nation ? Ce sénat est une création de l’administration française, puisqu’on est entrain de calquer nos institutions sur celles de l’ancien colon. Honnêtement, pourquoi ce conseil de la nation ?. Son utilité ne se limite qu’à libeller les travaux de l’APN , autre institution à valeur creuse. C’est faux, toutes ces institutions budgetivores doivent disparaître . L’organisation politico-administrative du pays doit subir un degraissement pour pouvoir acceder à l’efficacité. L’Algérien lambda ne comprend pas l’existence d’un wali ,alors que le président d’APW ,élu, peut accéder à cette responsabilité. Sinon , pourquoi un président d’APC gère sa commune et pas un président d’APW pour sa wilaya?.

    Mir
    14 novembre 2018 - 16 h 14 min

    La vraie démocratie ne se limite pas à l’habillage de façade avec des assemblées bidon. Mais à l’alternance au pouvoir. Depuis l’indépendance nous n’avons jamais assisté à la passation de pouvoir entre un président vainqueur et un président vaincu par des élections. Cela résume parfaitement notre démocratie de façade.

    2
    1
    Zid-Ya-Bouzid
    14 novembre 2018 - 14 h 44 min

    D’après ceux qu’ils disent les journaux Algérien;sa ressemble bien à une vraie république;mais en fouillant bien sur tout les magouilles et les manipulations de l’exécutif des dirigeants aussi des députés et sénateurs;c’est plutot une république Bananière;Deux Présidents;Abdelaziz et Said Bouteflika,puis Deux présidents Assemblée populaire;Said Bouhadja et Mouad Bouchareb;deux premiers Ministres Ahmed Ouyahia et Tayeb Louh;reste pour les prochains jours le deuxième du sénat; et le deuxième du conseil constitutionnel bidon;un quart d’une population sacrifiés pour arrivée la ou n’est;gloire a nos CHAHID et ils ont bien fait de mourir avant une indépendance confisquée

    4
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.