Le duel entre Ould-Abbès et Bouhadja se termine par un double K.-O.

OA duel
L'ère Ould-Abbès est bien terminée. New Press

Par Karim B. – Le duel qui a opposé deux ténors du parti FLN s’est terminé par un double K.-O. Ni Saïd Bouhadja ni Djamel Ould-Abbès ne sont sortis vainqueurs de cette confrontation qui a fini par les emporter tous les deux.

Les deux hommes ont néanmoins ceci de commun : officiellement, ils n’ont pas démissionné. Le jeu se poursuit-il dans les coulisses, chacun avançant ses pions et tirant les ficelles derrière les rideaux ? La situation est inédite et crée une confusion au sein des deux institutions importantes que sont le parti majoritaire et le Parlement.

La guerre ne semble pas être finie entre les deux hommes et les camps qu’ils représentent. Saïd Bouhadja est constitutionnellement toujours le président légitime de l’Assemblé populaire nationale à partir du moment où il n’a pas déposé sa démission. Dès lors, le vote de la loi de finances 2019 est entaché d’irrégularité et peut être révoquée en doute en raison de son adoption par une APN issue d’un coup de force, donc illégitime.

Au FLN, Djamel Ould-Abbès invoque un «congé de maladie de longue durée» mais ne dit à aucun moment qu’il cède les commandes du parti à son remplaçant provisoire. Pour l’instant, le FLN est censé être dirigé par un secrétaire général intérimaire et qui se trouve être le président d’un Parlement croupion.

Djamel Ould-Abbès et Saïd Bouhadja s’éclipseront bientôt définitivement de la scène politique nationale et laisseront derrière eux un parti et un Parlement déstabilisés, à quelques mois seulement d’une échéance électorale importante. Légalement, s’ils ne déposent pas leur démission de façon officielle, l’Algérie se retrouvera dans la même situation que le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) dont le dernier Conseil n’a pas été levé à ce jour et qui est, quelque part, la source de tous les problèmes politiques que vit l’Algérie depuis l’Indépendance.

Si les deux hommes sont politiquement déjà morts et enterrés, l’entorse ainsi faite aux lois de la République enfoncera le pays dans une illégalité institutionnelle qui pourrait remettre en cause jusqu’à l’élection présidentielle de 2019.

K. B.

Comment (21)

    Marredelui
    17 novembre 2018 - 9 h 19 min

    je suis trop triste que jamel ould abbés s’est en allé.Qui va nous raconter des blagues maintenant?

    djazairi hor
    17 novembre 2018 - 6 h 36 min

    Ceci est la fin logique des laudateurs, mais Ould Abbès a été beaucoup plus que ça il était allé jusqu’à vénérer un être humain, qu’est-ce qu’il a gagné? oui beaucoup:
    il est devenu la risée de tout un peuple, comment à cet âge il ne peut pas tirer les leçons de ceux qui l’ont précédé; comment ont fini les: Belkhadem, Saadani,…la liste est longue. CHAH FIK YA CHIYAT

    Anonyme
    16 novembre 2018 - 23 h 52 min

    Ils ne boxent pas tous dans la meme catégorie déjà ; les deux sont des poids coq mais l un boxe loyalement et peut sortir dignement par compte l autre avec tricheries et fourberies sort par la p’tite porte et se fait tout petit à jamais car l étiquette le colle pour toujours ; en tout cas dans la catégorie mi lourd lourd c est pas les mêmes boxeurs ; y a de temps en temps de tensions par exemple PM et garde des sceaux mais pas de match réel ; enfin les poids lourd Tartargue Gaid Salah et d autres généraux le « président lui meme » ; en fait tt ceux qui portes des lunettes de soleil hihihihi boxe en catégorie poids lourds et ca c est du LOURD; vaut mieux pas qu il s y frotte les autres .Et tant qu il y aura des lunettes de soleil ; ca sera comme ca et pas autrement.. Juste pour finir ; Un autre poids lourd ttes catégories « le peuple algerien ».

    2
    1
    Anonyme
    16 novembre 2018 - 23 h 09 min

    Ould abbes court circuité 45 jours le temps des senatoriales. Les 45 jours se terminent le 29/12 comme par hasard, lui qui voulait controlé durant tout le processus le choix des candidats…

    K. DZ
    16 novembre 2018 - 21 h 05 min

    Qui a dit que le duel etait entre Ô. Abbés et Bouhadja, c’est un combat par procuration. Les multi-KOs collatéraux seront encore plus nombreux.

    Zaatar
    16 novembre 2018 - 20 h 15 min

    En attendant ce sont les richesses du pays qui sont dilapidées. Ce sont toutes les sources de revenues du peuple qui partent par ci et par là dans une distribution de la rente orchestrée par cet illégitime pouvoir en place depuis près de 60 ans maintenant. Et on est là à suivre les épisodes d’entre les fraudeurs qui se tapent dessus à celui qui monopolisera la plus grande part du gâteau. Il faut quand même applaudir, car cela fait prés de 60 ans que ça dure et ce n’est pas prêt d’être terminée pour eux. le scénario continue et est en éternel revalorisation.

    MELLO
    16 novembre 2018 - 20 h 09 min

    Un passage de l’article retient l’attention , c’est la  » destitution du GPRA  » dont le dernier conseil à été « flashé ou zappe' » . La mise en retraite de Ould Abbés et la nomination il « legale » de Bouchareb, laissent augurer une recomposition forcé des institutions. Un jeune à la tête de l’APN , un même jeune à la tête du FLN , sans etre membre du comité central, ni membre du bureau politique, un OVNI en quelque sorte. Les statuts du parti FLN ont ete bafoués par un bras plus puissant. Ce même jeune sera, peut être candidat en 2019 , pourquoi pas ?. Le régime Algérien fait sa mue discrètement, mais sûrement, sans l’avis des principaux concernés : les citoyens.

      Apache
      17 novembre 2018 - 18 h 19 min

      Pour être citoyen digne, il faut d’abord savoir voter. Ce qui n’est malheureusement pas le cas pour la majorité des Algériens!

    CYTOYEN
    16 novembre 2018 - 16 h 40 min

    Le moudjahid Djamel Ould Abbas à été congédié du poste de secrétaire général du parti du Front de Libération Nationale (FLN) .Il va certainement nous manquer lui qui nous a habitués à ces sorties certes ubuesques mais qui brisaient quand même un temps soit peut par leurs caractère farfelues l’atmosphère morose et moribonde de la scène publique en ces temps de disette .
    Il est remplacé par un jeune volontaire qui viens d’une wilaya qui constitue un fleuron du développement nationale et footballistique et si ce n’est les déboires de la statue de Ain Fouara on l’a qualifieraient de ville paisible à la différence de beaucoup d’autres villes du pays .
    Le hic et il y a même un double hic car cette nomination n’est pas conforme au règlement de ce parti comme est son intronisation à la tete de l’APN suite à l’éviction d’un autre moudjahid qui a été initié sous la conduite du même FLN donc il y a bien dédoublement du déficit de crédibilité .Cette récidive finira t elle par porter définitivement atteinte à la crédibilité du FLN . Bien dommageable parce que tout de même il a été le symbole d’une résurrection à ne pas dilapider .
    Mais il reste un encore plus illustre moudjahid à la tété de ce parti en sa qualité de président .Que pense t il de tout cela ? Le considérera t il dans le cadre de la réal politique ou bien dans le cadre d’une réelle politique allant dans le sens du redressement des contradictions du pouvoir politique qui minent le pays depuis 1962 ? Pou ma part je reste optimiste ,nous somme dans le dernier tiers de la nuit je crois.

    3
    9
    Felfel Har
    16 novembre 2018 - 14 h 15 min

    Puisque le championnat de ski sur peaux de banane bat son plein, je souhaite assister à d’autres chutes spectaculaires de caciques corrompus, de gestionnaires prévaricateurs, d’hommes d’affaires véreux et de fonctionnaires ripoux. Pourquoi s’arrêter en si bon chemin quand la campagne de nettoyage vient à peine de commencer? L’avenir du pays exige de nous que nous extirpions tous les germes qui causent la pourriture, la déliquescence, la corruption. Serais-je le seul à applaudir d’autres KO? Moi, je dis, c’est OK!!!

    15
    1
      El Kendy
      17 novembre 2018 - 6 h 03 min

      Non Felfel Har vous n’êtes pas tout seul à applaudir, moi et beaucoup d’autres algériens aussi et demandent enfin un grand nettoyage.

    Constitution Bafouée
    16 novembre 2018 - 13 h 24 min

    @Gatt M’digouti. Va jusqu’au bout de ton raisonnement, notre Président aussi est illégitime car on devrait appliquer la constitution soit l’article 102 vu son état de santé. Il ne devrait plus pouvoir se représenter car un sème mandat serait violer la Constitution!!! Pour conclure, nous vivons dans un Etat de NON DROIT et dans une situation ANTICONSTITUTIONNELLE.

    22
      Algerien Pur et Dur
      16 novembre 2018 - 17 h 47 min

      Il a triture 2 articles de la constitution pas seulement 1. Il a aussi bafoue l’article qui stipule qu’un president ne peut se presenter pour un 3eme mandat. En somme, on est en train de parler d’une constitution qui ne vaut meme pas le papier sur lequel elle est ecrite.

      9
      1
    Ali-Baba
    16 novembre 2018 - 12 h 13 min

    Notre héro national des mensonges et les détournements et vendeurs des sièges à l’APN, nous manque beaucoup,comment on va faire sans lui,on s’est habitué a ses histoires drole;espérant qu’il ne va rejoindre sa camarade de classe Mme Merkel;a 86 ans est encore assoiffé du pouvoir et l’arnaque;unique ou monde des république Bananière

    18
    damafeloued
    16 novembre 2018 - 11 h 38 min

    c’est l’entame de l’extinction d’une espece ould khelifa ould abbas et prochainement ouyahia sidhoum said haddad etc…

    16
    Tab Djanou
    16 novembre 2018 - 11 h 28 min

    Voilà le bilan du Président! Un pays ou règne l’anarchie, la corruption, la médiocrité avec un constitution piétiné et un peuple ridiculisé qui a perdu a dignité par la faute de ce Président. Il est temps de tourner la page de cette présidence. Je suis écœuré, dégoûté et en colère par toute ces années perdu par une gouvernance qui à terni notre image et ruiné notre économie. Toute cette gérontocratie, malade et incompétente aux postes stratégiques du pays doivent partir avant que la colère du peuple éclate.

    25
    Gatt M'digouti
    16 novembre 2018 - 10 h 13 min

    Ce qu’on doit retenir dans cette république couscoussiere, c’est :
    1° Nomination de Ould Abbes à la tete du néo FLN illégale
    2° Nomination de Bouhadja à la tete de l’APN illégale
    3° Nomination de Bouchareb à la tete de l’APN illégale
    4°Nomination de Bouchareb à la tete du néo FLN illégale
    5° Bouhadja et Ould Abbes à l’heure actuelle n’ont pas démissionné
    6° Nul n’est censé ignorer la loi !!!!!!

    A mes compatriotes, je vous invite à voir en urgence la video d’AP relative au comportement des nos « Zelus et Zelotes » durant la séance relative à l’étude de la loi de finance 2019. Un moment d’anthologie !!!!!

    14
    2
    El Kendy
    16 novembre 2018 - 9 h 50 min

    Non, Bouhedja a gagné par points

    11
    4
    Le Duc
    16 novembre 2018 - 8 h 56 min

    Nous voulons si Amar Autoghoul, comme SG du parti de la Faillite et Liquidation de la Nation (FLN), comme on est habitué a des comédiens hors norme comme chef du FLN il nous faut un meilleur que les ex chefs affairistes magouilleurs, l’Algérie est foutu et son peuple avec

    22
    4
    Duc2Oran
    16 novembre 2018 - 8 h 37 min

    Cela preuve que nous vivons bien dans une jungle,ni loi,ni foi où le le plus puissant dévore le plus faible,132 ans de colonisation barbare,un quart de la population sacrifiés pour un résultat pire, pour que des incapables voyous aux mains sales prennent le pouvoir,ni Ould Abbes,ni Bouhadja,ni Bouteflika,ne sont innocents,le pouvoir et l’argent au détriment de la nation et son peuple,on oubliant que la vie n’est pas éternelle et même les dirigeants du FLN-RND ont le droit aussi, notre seul soulagement que Dieu tout puissant châti sévèrement ces corrompus destructeurs Amen

    25
    2
      Bahri
      16 novembre 2018 - 12 h 32 min

      Duc2Oran je ne suis pas d’accord avec vous quand vous parlez de jungle car elle a ses règles que tout le monde respecte: Le lion est roi ,le tigre vice-roi etc….
      Chez nous une fourmi peut empêcher un éléphant de passer avec ses connaissances.
      De grâce respectez la jungle!

      17
      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.