L’écrivain Akli Tadjer rencontre les lycéens qui ont refusé de lire ses textes

racisme Tadjer
L’écrivain Akli Tadjer. D. R.

Par R. Mahmoudi – Comme promis, le romancier franco-algérien Akli Tadjer a rencontré cette semaine, à Péronne, dans le nord de la France, les lycéens d’une classe de vingt-cinq élèves qui avaient refusé d’étudier ses textes, sous prétexte qu’il n’était pas français et que ses textes comportaient des noms arabes. La rencontre s’est déroulée en présence de quelques responsables et de pédagogues, dont le responsable de la cellule laïcité de l’académie d’Amiens. La presse n’était pas conviée à cette rencontre.

«Je me suis enrichi des autres, a résumé l’écrivain dans une déclaration à France 3. Avoir connu beaucoup ‘’d’autres’’ ne m’a jamais lésé mais cela m’a rendu plus fort, plus ouvert et plus tolérant», ajoute-t-il.

Au-delà du travail pédagogique que l’écrivain d’origine algérienne s’était engagé à faire, il ne s’est pas empêché de décocher des flèches en direction des autorités politiques françaises, en regrettant que cette histoire n’ait pas fait d’avantage réagir Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education nationale. «J’ai trouvé le ministre hyper silencieux sur cette histoire», s’est-il indigné. Et de poursuivre : «Quand il y a eu le type qui a braqué sa prof avec un pistolet à eau, ça été repris en boucle mais quand il y a eu cette histoire, c’était presque ‘’silence radio’’. C’est tellement cul-cul de dire qu’il faut combattre le racisme. Il faut mettre les mains dans le cambouis et aller rencontrer les élèves qui ont un problème avec ça», insiste Akli Tadjer.

Dans un message publié sur Facebook, l’auteur avait partagé un mail d’une enseignante de français, qui indiquait : «Il y a eu une levée de boucliers de certains élèves car l’auteur n’est pas français (…), l’histoire ne concerne pas la France, et il y a du vocabulaire en arabe (…) Autrement dit, des réflexions vraiment racistes.»

Fin septembre, certains élèves de cette classe de terminale professionnelle du lycée Pierre-Mendès-France à Péronne avaient refusé de lire des extraits du roman Le Porteur de cartable, paru en 2002. Ils ont fait l’objet d’un rapport. L’un a eu un conseil de discipline, deux une exclusion temporaire de huit jours et quatre des sanctions éducatives.

R. M.

Comment (5)

    karimdz
    20 novembre 2018 - 21 h 04 min

    Il y a quelque part une part de jalousie dans le comportement de ces lycéens, un écrivain qui excelle ne peut être que français, sauf que Akli Tadjer démonte ce préjugé, qui a du mal à se défaire de la part de ces enfants très entrainements de parents incultes, haineux, forcément pas intelligents.

    Ces lycéens prennent presque comme une insulte, le fait que cet algérien puisse les défier sur leur terrain, qui plus est, quand il s’impose, foutu racisme !

    54
    4
    Anonyme
    19 novembre 2018 - 11 h 41 min

    En général les élèves des lycées professionnels en France ne sont pas des lumières et comme beaucoup de jeunes de cette génération ils n aiment pas lire,ils ont dû trouver ce prétexte pour se débarrasser de ce travail scolaire…
    L affaire a été monté en épingle…je suis sûr qu ils n ont pas vu plus loin que leur nez.
    Je les connais car j ai enseigné longtemps dans ce genre de lycée..

    19
    16
      Hamid
      20 novembre 2018 - 19 h 08 min

      Anonyme
      19 novembre 2018 – 11 h 41 min
      Je ne suis pas de votre avis cher ami, Vous voyez bien qu’on conditionne les esprits et ce quel que soit l’origine,
      c’est comme chez nous ou on s’est emprisonné nous même dans une situation et on appelle ça suivre la religion, comme on dit, on s’est fabriqué une réalité dans la réalité.
      Là, Les enfants ont déjà un certain age pour comprendre et ça serait passé de la même manière dans un lycée à un endroit huppé, mais comme on leur a vendu une très mauvaise image concernant les musulmans en général et nous en particulier car dans l’esprit de beaucoup d’entre eux, la guerre est interminable comme chez nous avec notre guerre de libération.

      46
      2
    Anonyme
    19 novembre 2018 - 9 h 33 min

    Vous avez esquinté l’école algérienne avec la littérature islamo-baathiste et vous vous attaquez maintenant à l’école française.

    22
    12
    MOHAMMED BEKADDOUR
    19 novembre 2018 - 8 h 59 min

    La France a vraiment changé, ses médias ont bousillé les esprits, il y a aussi l’impact d’une actualité « arabe » constamment négative, au point que « l’Arabe » lui même s’auto insulte, donc… Il fut un temps, voici une anecdote : En 1968, dans un collège du sud de la France, classe de cinquième, je suis alors l’unique « arabe » de la classe. Le professeur de français choisit un texte de l’écrivain algérien Mohammed Dib, pour la dictée, et cela, notez, rien que pour honorer ma singulière présence. Aucun élève, fille ou garçon, n’avait émis la moindre réflexion négative ! La France va sombrer dans le chaos à cause de… ses médias !

    54
    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.