Sommet du CCG : l’Arabie Saoudite et le Qatar ont-ils fait la paix ?

AE CCG
Khalid Al-Jarallah, vice-ministre des Affaires étrangères du Koweït. D. R.

Par Sadek SahraouiLe ministère koweïtien des Affaires étrangères a annoncé la participation du Qatar au prochain sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG) qui se tiendra à Riyad. «Le prochain sommet du CCG prévu dans la capitale saoudienne, le 9 décembre, se tiendra en présence de tous les Etats membres du Conseil de coopération du Golfe», a confirmé le vice-ministre des Affaires étrangères du Koweït, Khalid Al-Jarallah, dans une déclaration faite à la presse, le dimanche et cité par l’agence officielle Kuna. Il a souligné que cela était un «geste encourageant».

En attendant, le journal Opinion du Koweït, citant des sources bien informées, croit savoir aussi que «le sommet aura lieu en présence de tous les dirigeants du CCG ou de leurs représentants». Les sources du journal disent espérer aussi que le prochain sommet «ouvrira un nouveau chapitre dans les relations entre les Etats du Golfe, d’autant plus que la situation est sur le point de connaître une escalade dans la région exigeant l’unité des rangs et de discours». Les sources du journal Opinion ajoutent que «des efforts sont en cours pour trouver des points communs de convergence sur lesquels on peut s’appuyer pour mettre fin à la crise du Golfe».

Les sources n’ont pas exclu la possibilité de tenir des réunions informelles préparatoires avant le sommet, réunissant des hauts responsables de divers pays du Golfe «afin de rédiger un accord pour la prochaine phase, fondé sur la transparence». Elles ont souligné que fondamentalement tous les dirigeants du Golfe «adhèrent au système du Conseil de coopération du Golfe».

Le sommet se tient à un moment où la région du Golfe connaît une tension interne majeure à la suite de l’annonce faite le 5 juin 2017 par l’Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte de rompre les relations diplomatiques avec le Qatar et de le mettre sous blocus. Les quatre pays ont accusé Doha de soutenir le terrorisme, de déstabiliser la région et de pactiser avec Téhéran au détriment de ses voisins arabes. Le Qatar a fermement démenti ces accusations, soulignant que «ces accusations sont fausses et non fondées».

Le Koweït a déployé des efforts de médiation pour résoudre cette crise qui n’ont abouti à aucun résultat tangible. Le 6 novembre, l’émir du Qatar, Cheikh Tamim Bin Hamad Al-Thani, a prononcé un discours dans lequel il a estimé que la poursuite de la crise reflétait l’échec du CCG à atteindre ses objectifs.

La participation du Qatar au prochain sommet du CCG peut donc laisser penser que les choses ont avancé, surtout que les Américains ne cessent de faire pression sur Doha et les autres capitales arabes pour obtenir une normalisation de la situation.

S. S.

Comment (12)

    Les masques
    20 novembre 2018 - 0 h 21 min

    Un sac de mouches à la recherche d’odeurs nausées abonde.
    L’ombre d’eux mêmes voilà ceux qu’ils sont.

    Mohamed djamel
    19 novembre 2018 - 22 h 41 min

    Il n’est pas trop tard pour corriger les errements, les erreurs, les dérapages et trouver le juste milieu qui manque grandement aux pays musulmans. Un dialogue direct entre les saoudiens et l’Iran mettrait tout le monde à l’abri de l’appétit grandissant des grandes puissances dont l’industrie militaire ne peut vivre qu’avec nos divisions.

      Tredouane
      20 novembre 2018 - 18 h 21 min

      Permettez moi d’ajouté ,hélas ces monarchies qui peuvent avoir un impacte considérable sur les questions géopolitiques et géoéconomiques n’ont pas pu bâtir des états nationalistes en réalité c’est eux qui protègent les politiques qui vont a l’encontre des aspirations populaires.Fraternellment.

    Mohamed djamel
    19 novembre 2018 - 22 h 39 min

    Il n’est pas trop pour corriger les errements, les erreurs, les dérapages et trouver le juste milieu qui manque grandement aux pays musulmans. Un dialogue direct entre les saoudiens et l’Iran mettrait tout le monde à l’abri de l’appétit grandissant des grandes puissances dont l’industrie militaire ne peut vivre qu’avec nos divisions.

    1
    1
    Ch'ha
    19 novembre 2018 - 21 h 38 min

    Les saoudiens ont tenté un rapprochement récemment en se déplaçant au Qatar mais ils ont vite été échaudés par l’accueil qatari.
    La seule différence entre ces Dîn Kelb sionistes est l’obédience terroriste wahhabisme pour l’un (USA) frères musulmans pour l’autre (UK). Ils vont vite redevenir larrons en foire d’où la présence du Qatar au CCG.
    De voir des pourvoyeurs de terroristes comme la Jordanie se pointer en Syrie aujourd’hui dans le but de réactiver les relations alors que la Jordanie notamment avec le MOQ regroupant USA France UK Arabie Yahoudite ont tout fait pour renverser le gouvernement syrien, la mission du MOQ financer armer entraîner et commanditer les groupes terroristes.

    Vroum Vroum 😤😤😤..
    19 novembre 2018 - 21 h 34 min

    Le Qatar est la Propriété de Exon mobile propriété de Rotshild et à ce Titre la Famille al Thani étaient des Commerçants avant que la GB ne les nomment Émir du Protectorat Qatar…Les Saouds ne sont Roi que Grâce à la GB qui les a fait passer du statut de Bédouins à Roi..et ceux ci changerent de Crêperie et passèrent sous Protectora US….Donc Qatar/Saouds ou Saouds/Qatar sont toujours sous Colonisation Anglo-saxons Sionisme ..Deux enfants qui se chamaillent et ramené à L’Ordre par le Papa Gb ou Toton usa…Tout celà à la sauce Wahbisme/Sionisme très apprécié de Papa et Tonton …Rien de nouveau…à part quelques plumes qui volent.

    صالح/ الجزائر
    19 novembre 2018 - 19 h 25 min

    C’est la Monarchie de l’Arabie saoudite wahhabite qui a commencé à soutenir le terrorisme .
    La guerre d’Afghanistan c’est les Al saoud ; les 15 terroristes sur 19, des attentats du 11 septembre 2001 , sont des citoyens de l’Arabie saoudite .
    Le prince héritier Ben Salman , lui-même , a reconnu qu’ils ont » propagé le wahhabisme à la demande de nos alliés » c’est-à-dire à la demande de leurs maitres occidentaux de l’OTAN .
    le Qatar n’a commencé à soutenir et à financer le terrorisme que relativement récemment , à partir du  » Printemps Arabe  » , mais il a essayé de surpasser sa grande sœur du Golfe pour attirer l’attention et plaire à ses maitres Américains , Britanniques et Français dans la destruction de la Lybie et la Syrie .
    L’ex. Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de 1992 à 2013 , « HBJ » , a déclaré dans un entretien du Financial Times ceci : « Je vais dire une chose pour la première fois… Quand nous avons commencé à nous engager en Syrie, en 2012, nous avions le feu vert pour que le Qatar dirige [les opérations], car l’Arabie saoudite ne voulait pas le faire à cette époque . Ensuite, il y a eu un changement dans la politique et Riyad ne nous a pas dit qu’elle nous voulait sur le siège arrière . Aussi, nous nous sommes retrouvés en concurrence et cela n’était pas sain ».
    Quant à la Libye, le « HBJ » avait résumé l’agression meurtrière des coalisés par cette odieuse métaphore : « Il y avait trop de cuisiniers, le plat a été gâché !» .
    L’unique différence entre les deux monarchies c’est que le Qatar soutient  » les frères musulmans  » , tandis que le prince héritier des Al saoud et le Rais de l’Egypte les classent comme  » organisations terroristes  » .
    Le serviteur docile de Washington , le monarque de l’Arabie Saoudite , cherche , avec la complicité du Président américain , de sauver son fils de la descente aux enfers , c’est pour cette raison , et peut être sur des conseils de leurs  » alliés ?!  » , qu’il est tout à fait prêts à faire la paix avec le Qatar , à cesser la destruction totale du Yémen et à lâcher les terroriste abominables de la Syrie .
    Le Koweït a déployé précédemment des efforts tangibles de médiation pour résoudre cette crise mais il n’a pas réussi , car le prince héritier se croyait , avant d’ordonner l’abominable assassinat de leur consulat d’Istanbul , plus fort que ses maitres américains .

    IMAZIREN
    19 novembre 2018 - 16 h 21 min

    Il faut lire, le sommet ouvrira un nouveau chapitre dans les relations, entre les membres du CCG et l’état sioniste, car la région du golf, connait une tension interne majeure.

    Felfel Har
    19 novembre 2018 - 16 h 11 min

    Ce sommet est pour nous un non-evenement. En mathematiques, la somme de plusieurs zeros donne toujours zero.Ce qui se passe dans la fosse aux crocodiles ne nous concerne nullement. Occupons-nous de nos affaires et cultivons notre jardin! Nous ferions alors preuve de sagesse et d’intelligence.

    violon
    19 novembre 2018 - 14 h 45 min

    Et si c’était de la comédie…Comme l’arrestation de trafiquants de drogue ou de cellules terroristes fantômes chez certaines monarchie kharab subversives sur conseil de fafa.
    De toutes les façons Frantcha est gangrenée jusqu’à l’os elle ne peut même plus réagir, elle ne fait qu’étouffer les affaires…

    4
    1
    Debout
    19 novembre 2018 - 11 h 10 min

    Présence ou non d’un représentant de Doha à Ryad, ce serait à peine un geste encourageant. Les deux pays se détestent et la volonté de l’Arabie saoudite de détruire le Qatar ne va pas s’estomper d’un coup. La pression se renforce sur Ryad depuis l’assassinat de Jamal Khashoggi mais les objectifs restent les mêmes : faire de l’Arabie saoudite et du wahhabisme, les seuls modèles pour le reste du monde musulman….

    7
    5
      Vector
      19 novembre 2018 - 13 h 48 min

      Le Qatar et les Frères Musulmans ne sont pas meilleurs que le wahhabisme et l’Arabie Saoudite, ils sont pire !!!

      11
      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.