Les étudiants algériens devront payer dix fois plus pour étudier en France

Etudiants étudiants
Des étudiants devant l'Institut français d'Algérie. D. R.

Par Lina S. – Le président français, Emmanuel Macron, a décidé de multiplier par dix les frais d’inscription aux universités françaises pour les étudiants maghrébins et africains. La mesure annoncée par les médias français a choqué les lycéens algériens qui envisageaient de poursuivre leurs études dans ce pays où les universités demeuraient jusque-là les plus accessibles en Occident sur le plan financier.

Cette mesure contredit les discours des autorités politiques françaises et des ambassadeurs successifs de France à Alger qui ont de tout temps loué le choix d’un certain nombre d’étudiants algériens de poursuivre leurs études universitaires en France où les conditions d’accueil et de scolarité étaient, jusque-là, moins contraignantes que dans d’autres pays d’Europe, comme l’Angleterre, notamment, où les frais de scolarité sont tellement élevés que même les Anglais ont du mal à s’inscrire.

Cette nouvelle donne risque de chambouler le programme de milliers de candidats au baccalauréat qui tentent leur chance en France où le niveau des cours dispensés à travers les nombreuses universités est de loin meilleur que ce qu’offre l’université algérienne. De nombreux lycéens passent, en effet, en candidats libres, les épreuves préliminaires du lycée français Alexandre-Dumas en deuxième année secondaire qui précèdent l’examen principal en terminale. Beaucoup réussissent à décrocher le sésame qui leur permettait d’obtenir le visa pour étudiants et de s’inscrire dans les universités françaises. Certains rentrent au pays une fois leur diplôme obtenu, tandis qu’une majorité préfère faire carrière sur place ou poursuivre le cursus en post-graduation.

L’augmentation des frais d’inscription aux universités françaises pour les étudiants hors Europe coïncide avec un vaste mouvement de protestation des Gilets jaunes qui contestent, justement, le recours «abusif» du président français et de son gouvernement aux taxes. Une approche jugée injuste par la majorité des Français dont les conditions de vie se dégradent de plus en plus.

L. S.

Comment (57)

    Anonyme
    22 novembre 2018 - 13 h 01 min

    Rare sont les enfants de parents modestes qui franchissent le pas d aller étudier dans un pays occidental…
    Ceux qui se le permettent ont les moyens et ce n est pas 3000 euros de plus par an qui vont changer la donne…

    TARZAN
    21 novembre 2018 - 20 h 29 min

    quand vous avez des ministres et députés marocains en france et un Etat français profondément anti algérien, ben attendez vous à ce que la france fera tout pour isoler et écarter les algériens de tout. déjà tous les sans papiers marocains auront leur carte de séjour en disant juste qu’ils font parti du mouvement hirak au maroc, ils sont inexpulsables! quant aux bourses aux étudiant étrangers , les marocains se taillent la part de lion depuis des décennies, la naturalisation des marocains est accélérée et constitue la première communauté en france à être naturalisé; les visas sont les premiers parmi les pays qui ont eu leur visa. et c’est là qu’on mesure que la diaspora algérienne est inexistante car longtemps délaissé par l’Etat algérien; maintenant on pousse même des algériens à critiquer notre pays à la télé française contre un ou deux contrat ou aide sociale. la meilleure réponde d’alger pour cette attaque française contre les algériens c’est l’interdiction de vente des voitures françaises et boycotte des produits français et croyez moi là la france va bouger. si les entreprises françaises perdent le marché algérien alors macron va se retrouver avec des chômeurs et des entreprise en faillite dur les bras. CHAKIB KHELIL AVAIT RAISON LA FRANCE N’AIME PAS L’ALGERIE ET FERA TOUT POUR NOUS DÉTRUIRE

    2
    3
    Abou Langi
    21 novembre 2018 - 12 h 09 min

    Que d’amertume que d’amertume que d’amertume !

    Il fallait donc attendre que Fafa tghelli fechorba pour que nos vaillants fennecs fassent le renard et crachent dans une soupe qu’on veut pas leur servir.

    Sincèrement, Sans dénigrer ni l’un ni l’autre, combien parmi-vous échangeraient un visa ta3 Fafa contre un visa pour la Russie ?

    Faut-il vous rappeler que l’Algérie n’est pas spécifiquement visée par cette mesure ? Tout les pays extra-européens sont concernés.

    Arrêtez donc de vous comporter comme des ayant-droits.

    Fafa tbi3 ghali, et alors ? Echri oullah rouh !

    6
    1
    Farid1
    20 novembre 2018 - 22 h 35 min

    Qu’ils aillent ailleurs….Pourtant du temps de Boumediène beaucoup de jeunes ont été envoyé par l’état en Angleterre aux USA en URSS en Allemagne…. C’étaIt bien des francophones mais ça ne leur a pas empéché d’apprendre ‘Anglais le Russe pour étudier…..
    ça me rappelle un ami directeur de banque qui a fait les USA le Canada le Brésil le Moyen Orient l’Asie l’Europe ….il n’a pas rencontré une seule personne parlant le Français

    6
    4
    Anonyme
    20 novembre 2018 - 21 h 49 min

    qu’ils aillent au diables ces colonisateurs et que nos gosses apprennent le sens de la dignité celui qui a permis à leurs aieux de chasser ces gouers suceurs de sang africain

    7
    7
    Chaoui Ou Zien
    20 novembre 2018 - 20 h 00 min

    J’etais francophone avant de devenir anglophone tout en gardant le francais comme « butin de guerre. » (Expression que j’emprunte a notre grand Kateb Yacine). Pour moi, c’était un passage difficile une fois amorce, mais oh combien bienfaisant une fois acheve. Un horizon beaucoup plus vaste, satisfaisant et dynamique s’est ouvert a moi sur le plan intellectuel (entendez academique) mais aussi geographique. Je suis sur que beaucoup d’Algeriens qui sont devenus aussi anglophones vous diront la meme chose. Puisque les universites francaises sont devenues trop cheres, au lieu de desesperer, les jeunes Algeriens qui songent a l’emigration devrait au contraire jubiler en y voyant l’occasion de se mettre a l’anglais en mettant le cap sur un pays anglophone. Cette langue leur serait infiniment plus utile dans la vie que le francais car Ils seraient beaucoup mois limites dans leur choix. Prenez comme example les Algeriens qui ont immigre au Canada. Beaucoup restent dans sa province francophone peut etre par crainte de sortir de l’ordinaire. D’autres par contre n’hesitent pas a en sortir une fois l’anglais suffisamment maitrise. Ces gens la, pour la plupart, semblent reussir beaucoup mieux dans leur vie qui ceux qui sont restes dans le Quebec. Base sur ma propre experience, dans un pays anglophone, on vous juge aussi sur ce que vous avez dans la jugeotte, pas sur votre pays d’origine, une tendance tres facheuse en Europe et surtout en France.

    15
    3
    karimdz
    20 novembre 2018 - 19 h 36 min

    C’est pas forcément une mauvaise chose. Beaucoup de nos étudiants allaient étudier en France, pour y rester en général une fois le diplôme en poche.

    La principale préoccupation des étudiants c’est de trouver un débouché une fois qu’ils ont terminé leurs études, et l emploi doit être la priorité des priorités pour l’Etat algérien, avant même le logement.

    8
    2
      Corrompu
      20 novembre 2018 - 22 h 10 min

      Les responsables Algériens sont les premiers a envoyer leurs enfants étudier en France et ailleurs avec des bourses, une fois leurs diplômes en poches ils les casent dans les ministères ou ils leur achètent des postes a l’étranger a coups de contrats.
      Ils s’en foutent de l’emploi en Algérie.

      13
      1
    Anonyme
    20 novembre 2018 - 18 h 56 min

    Merci à Nos chère représentants qui ont fais de l’Algérie de 62 à une Algérie de 2019 à la limite de la déchéance culturelle, économique ect…..ect………. un pays du Tiers Monde qui a des dirigeants juste honnête font mieux que les notre et leur Milliards qu’ils entassent sans commune-mesure !!
    Pensent t’ils être immortelles et user de leur argent après la mort ??
    Savent t’ils qu’ils auront des comptes à rendre devant le créateur ou pensent t’ils s’échappés comme ils arrivent à le faire sur la terre des hommes ??
    Quand je pense que si ont n’avais eu des gens qui aimer leur pays et l’aurais ouvert sur le monde je peux vous jurez que les Français nous supplierez juste pour un regard !!

    14
    5
      Anonyme
      21 novembre 2018 - 19 h 15 min

      Ils sont convaincus qu’un petite « omra »suivi d’un hadj blanchira leurs os pourris jusqu’à la moelle.

    Iwen
    20 novembre 2018 - 18 h 22 min

    l’Avantage et qu’en procédant de la sorte, les pays  » accueillants  » les étudiants, faisaient d’une pierre deux coups, dans la mesure ou les étudiants qui venaient faire de grande études doctorant (avec thèse), offraient des BREVETS à ce pays, en guise de récompenses et par conséquent donnaient l’avantage à ces pays accueillant.

    et ces universités après avoir asséchés leurs pays d’origines, en les affaiblissant, leur renvoie des personnes qui ne croient en plus rien, car leur motivation de départ a été saboter !

    C’est une bonne chose qu’a fait la France.. .Par gourmandise! par ignorance! mauvais calcule, sans doute !

    7
    3
    Anonyme
    20 novembre 2018 - 18 h 21 min

    Je pense que c’est une très bonne nouvelle, ainsi ceux qui veulent vraiment faire des études sérieuses à l’étranger auront le choix entre plusieurs pays qui ont un niveau d’enseignement meilleur que la Frensh. Cela permettrait aussi à l’ambassade française en Algérie de compter ses sous et faire moins la fête dans les centres culturels français qui sont devenus des nids de…….! Vous le savez.
    FaFa saura enfin la vérité: ce n’est pas par amour qu’ils allaient chez elle plutôt qu’à d’autres pays.!

    6
    8
    MELLO
    20 novembre 2018 - 17 h 36 min

    Pourquoi choisir la France ? Pour une raison bien simple ,elle est proche de notre pays mais aussi il y a des proches sur lesquels on peut compter. Mais nous oublions une chose, en plus de payer les études, il faudrait penser au logement et comment manger. Toutes ces raisons ont poussé mon ami Abdelkader à envoyer son fils en Russie par le biais du bureau de Racus ( Ouled Fayet ) . Il est bien arrivé, il est logé dans un foyer pour étudiants , il a été assuré et mon ami est réconforté dans son bon choix. Il m’a fait savoir que Les Études en Russie sont purement professionnels et les Algériens sont bien vus et respectés et toutes les fileres sont ouvertes pour un BAC à partir de 10 de moyenne. Pour lui, au diable la France et même nos universités qui exigent des moyennes élevées pour certaines filières.

    12
    7
    Felfel Har
    20 novembre 2018 - 16 h 48 min

    Pourquoi sommes-nous si obnubiles par la France decadente qui s’accroche desesperement a la francophonie pour poursuivre son illusion de puissance et de grandeur? C’est pour moi la pire des filouteries car ses concepteurs tentent hypocritement de promouvoir des « valeurs » que le pays, peuple et dirigeants, foule a ses pieds.
    On nous parle « vivre ensemble’ quand l’immigrant est mal vu, mal accueilli, maltraite sur leur sol. La justice, la liberte de culte , l’egalite ne signifient plus rien. La Francophonie est un leurre contrairement au Commonwealth brittanique. La France est a la traine dans tous les domaines.
    Les etudiants algeriens devraient s’orienter vers d’autres pays emergents, futures puissances du monde. La, ils se frotteront aux meilleurs pour acquerir savoir et savoir-faire de pointe. Ils formeront l’elite de demain qui remplacera les vieilles carcasses qui gerent actuellement le pays et qui sont en voie de disparition. Les cadres algeriens, etablis a l’etranger, se feront alors un plaisir de revenir au pays pour contribuer a sa renaissance et son developpement.

    13
    8
      Erracham
      21 novembre 2018 - 17 h 09 min

      Oui Felfel, c’est comme cela que Macron promeut la Francophonie, en dressant des obstacles sur la voie de ceux qui viennent apprendre sa langue et les « valeurs » de son pays. Apprenons l’anglais, c’est la voie de notre salut!

    Le Français
    20 novembre 2018 - 16 h 31 min

    L’Algérie est le seul pays qui demande à la majorité de ses jeunes de partir étudier ailleurs plutôt que de tout faire pour qu’ils restent.

    21
    6
    Brahms
    20 novembre 2018 - 16 h 16 min

    Ils partent car ce sont des enfants de corrompus. Leurs parents commettent des délits en Algérie et ce, tous les jours afin de ramasser de la devise pour placer leurs marmots à l’étranger. Ils viennent enquiquiner l’émigration algérienne installée depuis 50 ans en France. Dernièrement, j’ai discuté avec un algérien de 38 ans de la ville de Relizane, il a contacté une française qui avait déjà 02 enfants avec un tunisien et cette femme cherchait un géniteur et bien cet idiot a été au charbon et lui a fait 03 gosses de plus en 05 ans de présence sur le territoire français. Il va maintenant demander la nationalité française et s’amuse à faire des va et vient incessant en Algérie à remplir sa voiture de marchandise diverse et variée qu’il revend en Algérie pour s’enrichir. Voilà, leur business. D’autres algériens sont avec avec des femmes de 45 ans, 55 ans juste pour faire des papiers et pour ramasser de la devise. Bref, que des escroqueries aux sentiments et après cela donnera que des contentieux ternissant au final, l’image de l’émigration algérienne. Il y en a ras le bol de tous ces gens là.

    18
    5
    Anonyme1
    20 novembre 2018 - 16 h 01 min

    Un moyen hypocrite de pomper l’Algérie.
    Auparavant ils vendaient de la pièce détachée des engins ou véhicules dont les prix étaient multipliés par cinq.
    Leurs interventions sur des sites algériens par des techniciens français de mêmes étaient facturées à des milliers de francs, et certains frais étaient gonflés.
    Une société française a monté une centrale solaire au Sud, et une fois celle-ci en panne juste après son démarrage, la société a demandé à être indemnisée pour les frais de réparation et de remise en marche, alors que le système de la centrale venait de démarrer (quelques mois) donc aucune garantie.
    Ils savent qu’il y a des milliers d’étudiants, ils vont profiter pour faire entrer de l’argent au maximum en gonflant leurs prix, les chambres vont voir leurs prix doubler, la cantine des universités de même, les autres restaurants et vendeurs de sommeil et de casse croute vont faire des affaire sur le dos des algériens niais.
    Et le plus grand niais est le responsable algérien qui a autorisé et signé pour que ces étudiants aillent faire des études en France sans garanties, ainsi ils sont jetés dans la gueule du loup. A croire que ces signataires ont quelque chose à glaner.
    – C’est plutôt la France qui y gagne.
    – des migrants instruits à l’œil, (fuite de cerveau)
    – des études pour des cadres payés par l’Algérie,
    – et ces étudiants en majorité vont rester en France. Un gain pour la population française et les femmes qui vont trouver un compagnon. Alors qu’en Algérie il y a plus de 8 millions de femmes célibataires.
    Conclusion : décision bonne mais irréfléchie et désavantage l’Algérie sur tous les plans.

    7
    11
      mouatène
      20 novembre 2018 - 16 h 22 min

      c’est une manière de faire la manche. juste hier, le grand pacha de renault a été arrété au japon pour escroquerie. c’est à dire voleur. c’est la culture de ces messieurs.

      13
      6
        Zaatar
        20 novembre 2018 - 20 h 18 min

        La bas au moins il a ete arrete… chez nous khelil lekhla n’est meme pas justiciable… c’est aussi cela notre culture avec la nomination au poste de PDG du porte feuille du pays un ancien bagnard qui a divulgue des secrets defense a l’etranger. Ben oui entre les deux cultures y a pas photo.

        10
        1
    MOHAMMED BEKADDOUR
    20 novembre 2018 - 15 h 36 min

    Très franchement :Dans le pur principe de notre Tahya El Jazaïr de 1962, aller chez les Français ne devait pas être, mais compte tenu du très brillant résultat de la mission civilisatrice française, nos illettrés ET nos égarés continuèrent le flux, sauf que là l’histoire crie limite, peu importe l’impact sur les Algériens « étudiants », lettrés, toujours à lorgner vers leurs sidi étrangers, incapables de l’endogène, de l’algéro algérien, qu’ils aillent donc en Russie en Chine en Inde, etc., un jour ils seront face à la vérité qu’un petit chez soi vaut mieux qu’un grand chez les autres, et devront payer le prix. Tout a une fin ! Embellis ta maison !

    8
    2
    Anonyme
    20 novembre 2018 - 15 h 12 min

    À Jean-Luc
    L’Algérie sera un hangar gigantesque pour les mendiants analphabètes sud africains avec des millions de gamins noirs africains sur les boulevards et avenues entrain d’attaquer les voitures pour obtenir avec violence des billets de dinars. L’Algérie par l’ignorance de certains algériens est mise à la disposition des peuples les plus moyenâgeux et illetres , paresseux et surtout mafieux affluant par cette porte du Niger, L’Algérie est entre les mains des mendiants africains et ils vont la raser., criquets redoutables, il ne fallait pas leur laisser la porte entrouverte , ils sont des destructeur s confirmés.

    13
    5
    Anonyme
    20 novembre 2018 - 14 h 44 min

    SI Macron ne veut que les africains apprennent le français qu il en soit ainsi,, tant pis si Molière fait la tête,, les étudiants on plus a gagner a apprendre l anglais d une part,d autres part les algériens ayant obtenu les diplômes ne rentre pas au pays et les cadres laisse aller , ça les arrange vu qu il y a rien a gratter et un problème de moins

    5
    2
      Anonyme
      20 novembre 2018 - 15 h 35 min

      Anonyme
      20 novembre 2018 – 14 h 44 min
      Les africains ne nous concernent pas dans cette décision prise par les autorités françaises. ici nous essayons de débattre le sujet pour les algériens qui voudraient étudier en France. L’Algérie a offert cette année des bourses à des guinéens et des autocars aux nigériens, en plus des 20 millions de dollars/caravane de rapatriement pour transporter leurs mendiants africains vagabonds en Algérie qui partent en vacances au Niger, voyage financé par l’Algérie et reviennent déplumer les cons algériens qui nous attirent cette peste africaine.

      7
      7
        kaderette
        21 novembre 2018 - 22 h 35 min

        non, monsieur, les africains sont chez eux ! nous sommes tous africains, culturellement peut etre pas mais de là à nous exclure de notre contexte naturel, vous faites un faux pas!

    Ania
    20 novembre 2018 - 14 h 34 min

    Les jeunes algériens compétents avec un niveau universitaire remarquable et qui s’orientent vers la recherche scientifique doivent choisir les pays anglo-saxons dont les USA. Les Etats Unis d’Amérique est pratiquement l’unique pays au monde qui subventionne les grands labos de recherche, il ne s’agit pas de la recherche fondamentale pour l’obtention d’un doctorat mais de la recherche pour des professionnels.
    La Chine aussi tentent d’attirer les jeunes éléments brillants repérés à travers leurs publications scientifiques ?? à découvrir

    6
    4
    Tin-Hinane
    20 novembre 2018 - 14 h 25 min

    Eh ben oui c’est qu’ils n’ont plus d’argent ces braves gens. Les guerres (de conquête ha,ha,ha) les ont ruiné. Daesch leur coûte cher, le sahel leur coûte cher alors Ils raclent les fonds de tiroirs. Je comprends qu’il ait des jeunes étudiants en Algérie et dans d’autres pays qui souhaitent faire leurs études en france et qui doivent être déçus, cela mis à part, franchement c’est une bonne nouvelle. L’Enseignement en général et l’enseignement universitaire en France n’ont plus la même qualité qu’avant. Les différentes réformes et la déliquescence de la classe intellectuelle en france ont drastiquement baissé le niveau. Pour les algériens étudier en france avait l’avantage de ne pas être trop loin et nous connaissons la langue donc cela facilitait les choses pour nous c’est vrai. Mais il faut découvrir d’autre modèles d’enseignements, apprendre d’autres langues et ne pas rester indéfiniment dépendants de la france. Comme on dit à toute chose malheur est bon. Moins d’étudiant algériens en france moins d’influence française en Algérie.

    12
    7
    jluc
    20 novembre 2018 - 14 h 24 min

    La France n’est envahi que par des jeunes mâles migrants étudiants…mais les caméras aiment nous montrer des femmes et enfants… (0.01%)

    13
    4
    jean-luc
    20 novembre 2018 - 14 h 21 min

    En même temps combien de gens ne s’inscrivent que pour avoir la carte d’étudiant qui signifie droits…et ne plus quitter la France.
    Étudier la langue Arabe ne mène à rien de développant.
    L’Algérie a été vidée de ses Médecins, Cadres, Bons éléments… Aucune volonté de les retenir.
    Nous sommes dépassés par la Démographie qui je le répète nous rapproche du Chaos !
    Les Migrants mendiants Africains remplacent nos émigrants clandestins.
    L’aide anti migrants Européenne devrait être proportionnelle à la longueur des frontières avec d’autres pays et non pas donner 5 fois plus au Maroc (argent détourné) qui est la vraie passoire permanente bien entretenue.
    Pays spécialisé en réseaux de trafic…

    21
    4
    souad
    20 novembre 2018 - 14 h 14 min

    multiplier par 22 ou par 300 les études en france c’est pour n’importe qui en majorité de ces étudiants sont soient les fils des patrons de ce bled qui puisent dans les ressources du peuple soient les fils des médecins « specialistes  » qui font la fortune au dos de nos pauvres malheureux.

    10
    6
    Kahina-DZ
    20 novembre 2018 - 14 h 11 min

    Les étudiants Algériens doivent se mettre à apprendre l’anglais pour qu’ils aient un meilleur choix que la France.
    Il faut aller ailleurs dans le monde. Il ya beaucoup mieux que la France !!!

    22
    9
    Anonyme
    20 novembre 2018 - 13 h 55 min

    A quelque chose malheur est bon. Les Algériens doivent maintenant se réveiller et ne plus croire ni au père Noel, ni au Messie, ni à l’homme providentiel, ni à la rente , ni à l’ANSEJ, ni à l’assistanat, ni à la solidarité des « faux frères Arabes », ni à l’aide de la France ou d’un autre pays. Finies tous les mensonges, le populisme et toutes ces balivernes. Il faut sortir de l’enfance et mûrir rapidement. Il faut instaurer  » le compter sur soi  » et se dire :  » Oui nous pouvons, car nous avons des idées, de la jeunesse, des ressources, de l’énergie et un pays de la taille d’un sous-continent ! ».
    Nos étudiants ne peuvent plus s’inscrire en France, parce qu’ils y trouvent de meilleures études et des libertés individuelles et collectives ? Oui et tant mieux ! A condition que nos bacheliers comprennent, s’organisent, revendiquent ces qualités qui nous font défaut et prennent leur destin en main en adultes conscients et responsables. Il faut aussi qu’au préalable les parents d’élèves s’impliquent pour arracher une école de qualité ouverte sur le monde et la modernité.
    Aujourd’hui le BAC français passe pour de la rigolade à côté du BAC chinois du BAC Hindou ou du BAC coréen. Pourquoi ? Et bien parce que les Chinois les Hindous et les Coréens ont compris qu’ils doivent être les leaders mondiaux dans le domaine des Sciences et Technologies et ils y ont mis le paquet, car en dehors de ce domaine, point de salut. De nos jours le plus taré des humains peut constater les immenses progrès accomplis par ces peuples qui ont fait de leurs pays des puissances économiques de premier plan.

    15
    4
      Anonyme
      20 novembre 2018 - 14 h 43 min

      Mais les français reste quand même les managers,ils confient aux ressortissants de ces pays que ce qu ils ne veulent pas faire,des travaux répétitifs et lassant comme les calculs…

      6
      2
    Demande saine et légitime à orienter vers d’autres offres alternatives
    20 novembre 2018 - 13 h 49 min

    Cette mesure prise par le gouvernement français, augmentant les frais de scolarité à l’université pour les étudiants non-européens, dont les Algériens, ne touchera en fait dans ses répercussions pratiques que les étudiants les moins nantis, étant donné qu’ils ne pourront pas, pour des raisons de limitations dressées aussi sur la délivrance des permis de travail, y subvenir (dignement) d’eux-mêmes.

    Tenant compte de cette nouvelle donne et au vu des montants à débourser sur ces droits (2770 euros en licence et 3770 euros en master, soit le «tiers du coût réel », comme cela est avancé par des responsables du gouvernement français), l’occasion est propice pour les pouvoirs publics dont la tutelle (MESRS) de commencer à réfléchir sur ce volet et à agir en concertation avec d’autres pays concernés, pour faire émerger une riposte (une sorte d’organisation à niveau politique sur la base des valeurs du tiers-mondisme à réactiver) dont les objectifs seront la défense des intérêts de ces pays et qui par la suite pourrait servir aussi pour d’autres causes, en l’espèce et au départ à coloration africano-francophone mais qui pourrait être même élargie à d’autres pays évidemment…).

    L’essentiel est de déboucher sur une force de proposition et de concrétisation d’une offre alternative (en France ou ailleurs par spécialités, en associant toutes les bonnes volontés souhaitant y contribuer, à commencer par nos compatriotes, enseignants et gestionnaires, installés à l’étranger) à même de réorienter cette demande saine et légitime de poursuite des études, par exemple à travers la création ou toute autre formule possible d’universités ou d’écoles internationales de niveau mondial, ou sinon à travers des accords ou mieux encore des partenariats à tisser avec des pays amis pour y parvenir.

    Cela permettra de préserver les ambitions saines et légitimes de nos concitoyens et donnera naissance à une dynamique positive pour notre pays.

    2
    4
    Le Berbère
    20 novembre 2018 - 13 h 19 min

    C’est une occasion en or pour rompre définitivement avec l’ancien colonisateur. Je suggère aussi de faire remplacer le français par l’anglais dans les trous cycles de l’éducation nationale..On ne veux plus de cette France orgueilleuse et raciste .

    14
    9
      A bon !!!
      21 novembre 2018 - 8 h 34 min

      @ Le Berbère
      20 novembre 2018 – 13 h 19 min
      A vous lire, vous suez le racisme plus que celui que vous accusez.
      D’autre part avec vos lumières, vous voulez remplacer une langue alors que vous n’en maîtrisez aucune, vous serez toujours comme une chaise à trois pieds.

      4
      1
    H'chicha Talba M'iicha حشيشة طالبة معيشة
    20 novembre 2018 - 12 h 28 min

    Chers concitoyens,
    Plutôt que de penser à boycotter les grandes ecoles et universités de FAFA, optez pour autre chose, C.A.D. plus d’investissements français (tournons-nous vers d’autres horizons plus cléments et peut-être mieux rémunerés.
    Laissons ces racistes …. pour toujours.

    A bonne entendeur!!

    14
    10
    Lghoul
    20 novembre 2018 - 12 h 26 min

    Pourquoi tout le monde veut fuir en France. Et pourtant on a la stabilité grace a 4 mandats successifs de fakhamatouhoum et bientot le 5ie pour consolider la stabilité encore plus. Et puis nous avons les meilleures univesités du monde, les meilleures conditions, les meilleures cantines universitaire, le meilleur transport et surtout les meilleures bourses provenant de notre rente adorée. Alors pourquoi aller ailleurs ? Tout se trouve chez nous. Le seul problème qu’on a en ce moment est que l’on n’aime pas les prix Nobel. On a refusé un pour notre guide car ils étaient trop jaloux de nos exploits et un autre pour la science du sommeil (ca existe), car appremment on ne dort pas encore assez.

    14
    11
      Vector
      20 novembre 2018 - 13 h 40 min

      Construisez une université gratuite en Algérie avec des professeurs prix Nobel !
      Offrez gratuitement en plus un restaurant 5 étoiles, des duplex comme chambres d’étudiant et des transports en limousine : les étudiants et étudiantes d’Algérie demanderont encore d’étudier en France !
      Pourquoi ?
      Parce que les étudiants recherchent en priorité les libertés individuelles tels de mœurs ou de conscience !

      16
      4
    Chibl
    20 novembre 2018 - 12 h 11 min

    Meme s’ils multiplient les frais d’inscriptions par 1000 les jeunes irons en France, les gens ont compris que l’Algerie est un pays en faillite sur tous les plans.

    19
    8
    anonyme
    20 novembre 2018 - 12 h 04 min

    Excellente nouvelle. Adieu le français, nous allons faire comme presque tous les ex-colonies : passer à l’anglais, la seule langue que tout le parle en politique, économie, sciences, etc. ! La francophonie mourra d’elle-même, puisque la France reste avant tout un pays élitiste et néo-colonialiste.

    9
    16
      Anonyme
      20 novembre 2018 - 19 h 17 min

      Comment se fait-il que tu t’exprimes en français? Passe en anglais, ce que tu dis aux autres applique-le à toi-même. Tu seras plus crédible.

      7
      2
    socrate
    20 novembre 2018 - 11 h 54 min

    Ces dernières années c’est comme si la France offrait une bouée de sauvetage aux étudiants algériens face au naufrage de l’université algérienne. Ce n’est pas le rôle de la France de suppléer à la faillite algérienne. Vous êtes indépendants et fiers de l’être et c’est à vous de faire en sorte que votre jeunesse soit épanouie et formée. En plus, vous avez les moyens avec le pétrole et donc aucune excuse si cela ne fonctionne pas.

    37
    4
    Vector
    20 novembre 2018 - 10 h 50 min

    Si les étudiants algériens veulent venir en France, ce n’est pas seulement pour les qualités réelles ou fantasmées des universités françaises !
    C’est aussi pour être libre : s’habiller comme ils veulent, boire ce qu’ils veulent, croire à ce qu’ils veulent, fréquenter qui ils veulent, lire ce qu’ils veulent, etc, etc !!!

    50
    13
      Zaatar
      20 novembre 2018 - 11 h 11 min

      Pas faux du tout l’ami vector… la langue aide aussi.

      26
      5
    Selecto
    20 novembre 2018 - 9 h 58 min

    Faire les poches des pauvres étudiants du tiers monde c’est un mauvais signe pour les finances de l’état.

    24
    16
    Ch'ha
    20 novembre 2018 - 9 h 34 min

    Cette augmentation ne vaut que pour les étrangers hors Europe, le message est clair.
    Déjà le niveau universitaires en France est loin d’être la panacée, il faut viser des écoles d’ingénieurs des cursus professionnalisant écoles de commerce mais là aussi et surtout comme partout en France y compris le concours de médecine c’est UNE SÉLECTION PAR LE FRIC. Lrs fils et filles à papa s’offrent les meilleures écoles de commerce non pas par critère de niveau mérite mais sélection par le fric, les autres les écoles abordables financièrement. Pour médecine les fils et filles de médecins ont des prépas réservées exclusivement pour eux avec sujets des examens du concours !
    Les échanges universitaires existent avec la Russie alors pourquoi toujours viser l’ancien colonisateur (j’ai lu un article sur sputnik où des étudiants algériens temoignaient notamment) !
    De plus viser les USA le Canada ou l’UK certes il faut le budget et l’Anglais j’insiste l’anglais est incontournable.

    24
    10
      toto
      20 novembre 2018 - 10 h 21 min

      Pour l’instant les études en Russie n’attirent pas beaucoup d’étudiants ,il faut aller en Russie ;c’est attrayant et un grand pays ami .Pour le Canada ,les USA ,l’Australie ,le Royaume – Uni il faut une fortune ,même les étudiants locaux doivent emprunter aux banques .Le choix rester étudier au pays ou se diriger vers des pays émergents du continent africain comme l Afrique du Sud .

      23
      1
    Gilet, et j'ai lu...
    20 novembre 2018 - 9 h 15 min

    Les Gilets Jaunes c’est une nouvelle Révolution Française, 2019 lointain écho du 1789, c’est le vrai peuple de France qui s’éveille, quant à nos candidats aux études en France, ils doivent prouver leur génie face à la difficulté de chez eux ! Qu’ils apprennent à étudier les problèmes comme la génération qui a fait Novembre 1954 !

    25
    6
    Adam
    20 novembre 2018 - 9 h 09 min

    …En France où le niveau des cours dispensés à travers les nombreuses universités est « de loin » meilleur que ce qu’offre l’université algérienne…. Pourquoi !! de quoi manquons-nous ??!! n’avons-nous pas autant de professeurs performants et de moyens meilleurs ? ou est-ce justement ce genre de pensée qui fait que nous devrions éternellement nous sentir inférieur !! …

    23
    7
      Anonyme
      20 novembre 2018 - 11 h 19 min

      Vous avez raison je ne pense pas que ce soit le niveau de nos universités qui est en cause puisque beaucoup d étudiants qui viennent pour des masters réussissent parfaitement,ce qui est recherché c est de meilleures conditions de vie pour un jeune(sortie,loisirs,liberté de conscience )et surtout leur employabilite que ce soit en Algérie ou en Occident…
      une personne qui a fait des études dans un pays occidental trouve plus facilement du travail.
      Maintenant si les frais d inscription ont augmenté pour les non européens c est je pense pour éviter une émigration cachée car la plupart ne retourne pas dans leur pays

      11
      Anonyme
      20 novembre 2018 - 14 h 09 min

      Réponse :
      Après 32 ans d’activité au 12 ème échelon :
      1) un Maitre Assistant touche 9 millions de centimes en moyenne, l’équivalent de 450 euros.
      2) un Professeur touche 17 millions de centimes en moyenne, l’équivalent de 850 euros.
      Des salaires pareils n’incitent pas les Enseignants à mettre les bouchées doubles, mais les poussent plutôt à commercer dans l’informel comme maquignons occasionnels, agriculteurs, apiculteurs, quincailliers, vendeurs de lingerie féminine etc..

      7
      1
        Anonyme
        21 novembre 2018 - 17 h 57 min

        Mais en France,vous pouvez touchez 3000 euros mais vous payez minimum 1500 euros votre loyer sans compter les impôts,la taxe d Habitation etc.
        Donc la vie n est pas si facile que ça seulement vous avez des services performants,des rues propres et surtout la liberté de croire en Dieu ou de ne pas croire et ça c est le plus important…être libre de la pesanteur religieuse qui pèse sur chaque algérien malgré lui,bessif tu fais Ramadhan,bessif tu vas à la mosquée,bessif tu commences chaque action par un appel à Dieu…mais bien sûr il ne faut pas vivre dans les ghettos islamiques car c est pire qu en Algérie…

    Anonyme
    20 novembre 2018 - 8 h 53 min

    Il semblerait qu’avec l’argent ainsi récolté, des bourses seront attribuées à un étudiant sur quatre. Espérons au moins que l’on ne se retrouvera pas dans une situation où les algériens paieront pour ceux qui ont l’habitude de demander la charité, si vous voyez ce que je veux dire.

    8
    10
    Eh oui
    20 novembre 2018 - 8 h 35 min

    Il n’y a pas trente six solutions.
    Soit vous avez les moyens et vous payez.
    Soit vous allez étudiés ailleurs ou les prix sont moins chers.
    Il n’y a pas que la France sur cette planète.
    Il faut s’adapter aux circonstances .
    C’est chez eux et ils sont souverain.

    36
    1
    Zaatar
    20 novembre 2018 - 8 h 33 min

    Je l’ai deja dit, on ne devrait plus se rendre dans ce pays. Vous en avez plein d’autres qui peuvent vous offrir des opportunites. Pour ma part, j’ai toujours apprecie la Russie… hormis peut etre la langue, pour le reste il ne devrait y avoir beaucoup de handicaps.

    16
    8
    zad
    20 novembre 2018 - 8 h 16 min

    très très bonne nouvelle. merci la France d’abord ils vont selectionner les plus riches donc les plus maivais. ensuite ils vont décourager pas mal de monde pour le bien de l’Algérie….vove la France

    30
    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.