Abdelkader Messahel, pionnier des hommes politiques arabes des réseaux sociaux

réseaux sociaux
Abdelkader Messahel. D.R.

Abdelkader Messahel a reçu, mardi à Dubaï, le Prix d’excellence et la mention d’honneur des pionniers arabes des réseaux sociaux dans la catégorie «politique».

Organisée par le Club de presse de Dubaï, cette édition est placée sous le haut patronage de Cheikh Mohamed Bin Rached Al-Maktoum, vice-président des Emirats arabes unis, président du Conseil des ministres et gouverneur de Dubaï.

Lors de cette cérémonie, Mouna Ghanem Al-Meri, présidente du comité d’organisation du Sommet arabe des réseaux sociaux, a salué la qualité du compte twitter de Abdelkader Messahel, mettant en exergue notamment la densité et la qualité de l’information qu’il véhicule, la créativité qui le caractérise et l’engagement qui se manifeste à l’échelle du réseau Twitter en utilisant trois langues : l’arabe, le français et l’anglais, comme vecteurs de communication.

Animé d’une profonde conviction sur la nécessité d’interagir positivement sur les réseaux sociaux, Abdelkader Messahel fut l’un des premiers ministres du gouvernement algérien à se lancer sur les réseaux sociaux, toujours suivi par des personnalités de renommée mondiale, d’institutions internationales, de ministres des Affaires étrangères, de ministères et de think tanks porteurs de projets de réflexion d’envergure.

Le compte twitter de Abdelkader Messahel compte plus de 200 000 abonnés depuis son lancement, en septembre 2016. Il jouit  d’une grande forme de bienveillance sur les réseaux sociaux, les interactions sont majoritairement positives, touchant une audience plus large au double plan national et international.

Classé par la presse nationale parmi les dix personnalités politiques algériennes qui ont marqué l’année 2017, il est également désigné en février 2018 par le magazine New African parmi les personnalités les plus influentes d’Afrique. Il est sans nul doute, selon plusieurs observateurs, le ministre le plus représenté et le plus médiatisé.

Par cette distinction au plan arabe, c’est tout le travail communicationnel et diplomatique de M. Messahel qui est remarquable à plus d’un égard. Il rend  compte d’un dévouement bien vivant, ancré dans le réseau twitter, s’efforçant à rendre publiques ses actions puisées des différents axes du plan d’action du gouvernement pour la mise en œuvre du programme du président de la République.

Bio express

Diplomate de carrière, Abdelkader Messahel intègre le ministère des Affaires étrangères en 1971 où il dirige la section des «mouvements de libération nationale» jusqu’en 1979, date à laquelle il est affecté à la mission permanente à New York, où il sera chargé entre autres du dossier africain. Directeur Afrique en 1986, puis successivement ambassadeur au Burkina Faso en 1988 et au royaume des Pays-Bas en 1997, il est de retour à Alger en 1993 pour être nommé au  ministère ambassadeur conseiller.

Originaire d’El-Bayadh, né à Tlemcen le 11 juillet 1949, il est doté d’un sens aigu de la communication. Déjà en 1970, il se distinguait en tant qu’éditorialiste et brillant chroniqueur au journal La République. En 2013, il est nommé ministre de la Communication, un secteur qu’il connait bien.

Fin négociateur, il est envoyé spécial du Président en République démocratique du Congo et dans la région des Grands Lacs (1999).

En 2015, le poste de ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes lui est confié. Sa nomination en tant que ministre des Affaires étrangères en 2017 est perçue par les observateurs comme le couronnement d’un parcours exceptionnel.

R. N.

Comment (19)

    Mea maxima culpa
    11 décembre 2018 - 11 h 55 min

    Ministre « arabe » dite-vous !. Pauvres Algériens va. Vous ne changerez jamais. Moul tbi3a maynétba3. Le jour où vous commencerez à moins renier votre véritable identité, ce jour là vous commencerez à hisser vos têtes des méandres de la médiocrité « arabesque » que vous semblez chérir hacha limayésthalch.
    Vos dirigeants vous ont tellement metastasié d’ignorance qu’on a fait de vous ce que vous n’êtes pas ! Ni l’histoire ni la géographie n’a fait de vous des arabes. Il a fallu que quelqu’un qui passait son temps à djama3 Zitouna disent que cha3bou el Djazaïr mouslimoune wa il el khouroubati yantami ( les oulémas musulmans : ce qui ont inventé l’électricité et qui ont découvert la pénicilline…..) pour que cet falsification de l’histoire soit actée pour toujours.
    Qu’attendre d’un peuple qui accepte d’être ce qu’il n’est pas ? Qu’attendre d’un peuple qui accepte d’être confondu à une entité à qui il n’appartient pas, qui plus est une entité médiocre. Depuis que les pouvoirs publics qui ont confisqué l’indépendance ont décidé d’arrimer l’Algérie à la pseudo nation arabo musulmane, nous coulons, et plus le temps passe et plus ne descendons dans les abysses de la médiocrité intellectuelle, scientifique et culturelle. Le fond n’est plus bien loin….
    Les grands peuples ne renient jamais leur histoire et leur identité. Il n’y a que les peuples faibles qui acceptent d’être arrimés à une identité qui n’est pas la leur et cette faiblesse vient du manque d’instruction, de la médiocrité, du fatalisme, du laisser aller, de la fénéantise, du manque de confiance en soi.
    La fierté mal placée n’est qu’une forme d’imbecilité heureuse car peut on être fier lorsque l’on renie son identité? Peut on être fier lorsque l’on embrasse l’ignorance avec joie? Peut on être intelligent lorsque l’on ne sait pas à un moment remettre les bobards des borgnes. Ce n’est pas pour rien que le proverbe latin dit « Beati monoculi in terra caecorum » : « au pays des aveugles le borgne est roi ».
    Vive l’Algérie algérienne, méditerranéenne, africaine, numide !

    10
    3
      Réponse
      11 décembre 2018 - 20 h 03 min

      Le sujet n’a rien a voir avec Arabe ou Berbère et puis il y a des colonialistes Berbères Marocains qui colonisent le Sahara occidental ceux là doivent retourner dans leur pays le Maroc auprès de leur roi Marocain qu’il soit Berbère Arabe ou Juif ça changera rien.

      1
      3
      Berbèrophile
      12 décembre 2018 - 8 h 44 min

      Vous déshonorez tous les berbères, libres et fiers, avec tant de haine inexplicable. Le terme « pays arabe » signifie tout simplement « arabophone » car c’est la langue comprise par tous les algériens, alors que peut-être vous n’auriez rien protesté s’il était francophone. C’est bien nos glorieux ancêtres berbères qui ont conquis l’Espagne et la moitié de la France pour y répandre l’Islam et la langue Arabe.

      2
      1
        MOHEND
        12 décembre 2018 - 16 h 43 min

        A Berbérophile: Qui déshonneur les berbères ? Vous qui suivez ceux qui vous crachent dessus et qui vous reconnaissent pas arabe ? Ou nous qui affirmons fièrement qui nous sommes sans assujettissement instinctif de servir l’ étranger et de l’ aimer même s’ il nous déteste. Puis vous osez dire que les berbères ont conquis l’ espagne pour y répandre l’ arabité quand on sait que ce qui a entrainé la chute de l’ islam en Espagne est le conflit entre berbère et arabe ? Quel infâme propagandiste wahhabo-arabisant vous êtes. Les berbères ont conquis l’ Espagne pour y répandre l’ Islam surement pas l’ arabité. C’ est vous qui n’ avez aucun honneur monsieur ! ( laissez passé AP svp)

    le Terroir
    11 décembre 2018 - 10 h 58 min

    Belle promotion Monsieur Messahel, mais prudence avec les pirates du Gulf. Chez nous on dit que celui qui te ramène une djadja yashak hadja.

    5
    4
    K. DZ
    11 décembre 2018 - 8 h 02 min

    Une distinction en papier cartoné, decerné par un Club en papier mâché.

    11
    2
    Zz
    11 décembre 2018 - 7 h 47 min

    Laab H’mida,wa Rachem, H’mida, c’est de la pub payer par le peuple,Mr Larmamra oui et rien d’autre, comme preuve, où nous sommes nous

    8
    6
    Anonyme
    10 décembre 2018 - 22 h 42 min

    Lamamra les dépasse tous , lui c est Antonio Guterres l ONU ; ou bien un par des think thank américain qui le félicite et pourtant il mettait toujours l Algerie en avant ; il parle plusieurs langues ; il paie pas de mine mais c est un vrai gentleman de la diplomatie un numéro 10 un chef d orchestre et en plus il donnait la nausée aux marocains et son roi meme le Mae Marocain n existait pas face à Lamamra et meme les occidentaux européens et Français réfléchissait dix fois avant de s adresser ou d attaquer l Algérie pendant sa fonction au MAE ; je le trouve juste un peu réservé c est pas un show man et n aime pas la polémique donc se retire face a nos propres requins mais je peux comprendre aussi c est un homme intelligent , le royaume obscur est content qu il ne soit plus la ; quel dommage pour l Algerie et son peuple ; Macron a berné toute l Algerie et moi le premier avant qu il soit président et s est rendu en Algerie donc j en veux pas à Lamamra quand il a dit qu il était l ami de l Algérie , on y croyait plus ou moins tous et il a meme berné son propre peuple  » les gilets jaunes » ; bref c est l’ Homme du consensus et de l avenir de l Algerie en 2019 ; il a de la clarté et une compétence inégalée du moins par rapport aux autres qui nous gouverne ; il a donné une belle image de l Algerie et Bouteflika ne l avait pas mis au hasard à la place de Medelci ; les deux ensemble Messahel et Medelci ne le valent pas et tout le monde le sait . Il ne traine pas de casseroles et ne demande rien mais il est efficace meme ailleurs la preuve il fait parti des membres proches du secrétaire général de l ONU .Moi perso j ai beaucoup de respect pour Mr Messahel mais je constate qu avec le Maroc par exemple ce royaume se faisait plus petit ou frappais par derrière comme a ses habitudes mais la je le trouve arrogant ce Maroc pays de tout les vices ; dommage que Lamamra a été écarté du MAE ; généralement c est les grands diplomates qui finissent président de leur pays et c est l homme qu il nous faut car influent et compètent et connais le monde et ses enjeux ; en finesse avec Lamamra ; il montre rien et ne fais pas de pub , il aboie pas pour se faire entendre , il a du tact et du répondant. J espère que l’ ANP et le peuple algerien surtout appelleront cet homme pour briller la présidence si dieu le veut, ,voila l Homme qu il nous faut mais ca n engage que moi.

    14
    5
    beloud
    10 décembre 2018 - 20 h 58 min

    UNE DISTINCTION MÉRITÉ DE DUBAÏ A NOTRE ÉMINENT MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES QUI SÛREMENT FAIRE MAL AU PETIT ROI DU MAROC ET SURTOUT A LA PRESSE MAROCAINE.

    7
    13
    Anonyme
    10 décembre 2018 - 17 h 19 min

    Y a t-il de plus pire que d’etre félicité par les arabes.Ne dit-on pas pour un travail mal fait que c’est du travail arabe ?

    22
    14
    IMAZIREN
    10 décembre 2018 - 16 h 01 min

    Ce n’est que la partie émergente de l’iceberg de la diplomatie d’EL DJAZAÏR, il ne fait pas dans l’amateurisme du mégaphone.

    18
    16
    Pas en mon nom
    10 décembre 2018 - 14 h 59 min

    Il peut être meilleur ministre des arabes mais pas au nom de ceux qui ne sont ni arabes ni se feraient représenter par l’ État arabe!

    19
    20
      Anonyme
      10 décembre 2018 - 16 h 26 min

      Faut s’y faire, bonhomme, faut s’y faire. tu finiras par t’y faire, tot ou tard.

      9
      11
        Anonyme
        10 décembre 2018 - 17 h 31 min

        Un mensonge répété ne deviendra jamais vérité. Petit apprenti paternaliste. Ni tôt ni tard la dictature ne sera qu’une tare. Pas tous sont à ton image!

        12
        3
    BENKALFATE
    10 décembre 2018 - 14 h 48 min

    Excellent orateur et diplomate de haut niveau. Félicitations Monsieur le Ministre.

    22
    19
    Chaoui
    10 décembre 2018 - 14 h 29 min

    Le mérite va toujours à la qualité. Bravo et félicitations à notre MAE !

    21
    23
      Naturalisé
      10 décembre 2018 - 18 h 36 min

      @Chaoui et les autres pseudos t’appartiennent y a chiatte, tu pourras changer autant de pseudos tu seras toujours repéré.

      Ton Msahel est souvent au Maroc en voyage « touristique » et il est très apprécié par le Marocains qui l’appellent affectueusement « Dadi » comme les protégés du MAE aux origines douteuses, ce n’est pas comme Lamamra qu’ils appelaient  » Le cauchemar de la diplomatie marocaine » par ce qu’en plus les les hait.

      17
      14
        Anonyme
        10 décembre 2018 - 19 h 34 min

        Chaoui est une brosse métallique.

        11
        13
          Rachid
          10 décembre 2018 - 21 h 30 min

          Oui une brosse en métal pour servir de longues années.

          4
          5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.