Raffinerie d’Augusta : l’organisation patronale italienne Confindustria salue la présence de Sonatrach

Confindustria
La raffinerie d'Augusta acquise par Sonatrach. D. R.

La principale organisation patronale italienne Confindustria a salué la présence en son sein de la raffinerie d’Augusta de Sonatrach en relevant que c’est «une opportunité pour les entreprises italiennes de s’ouvrir au marché algérien», rapporte le média italien Siracusanews, repris par l’agence de presse officielle APS.

Lors de la réunion annuelle des sociétés membres de la représentation locale de la Confindustria de Syracuse, organisée mercredi dernier dans cette ville sicilienne, s’est tenue la «journée d’accueil» des 23 nouvelles entreprises entrées dans Confindustria de Syracuse au cours de l’année 2018. «Il s’agit notamment de Sonatrach, une entreprise publique algérienne qui a clôturé, le 1er décembre 2018, l’achat de la raffinerie Esso à Augusta (Sicile)», note ce média.

Dans son message d’accueil cité par Siracusanews, le directeur général et directeur de la raffinerie d’Augusta de Sonatrach, M. Rosario Pistorio, a déclaré que «Sonatrach a décidé d’investir dans ce territoire, acquérant, outre la raffinerie d’Augusta, les gisements d’Augusta, de Palerme et de Naples, vision du projet Sonatrach 2030, qui vise le développement de la société d’Etat algérienne dans le contexte des sociétés pétrolières internationales». Selon lui, «le choix est certainement un signe de confiance envers le territoire, la direction et l’ensemble du personnel de la raffinerie d’Augusta. Les valeurs resteront celles du respect de la sécurité, de l’environnement et de l’intégrité, ainsi que de l’attention portée aux besoins des communautés et du territoire, dans le respect total d’un développement compétitif et durable», a-t-il poursuivi.

Pour sa part, le président de Confindustria Siracusa, Diego Bivona, a déclaré: «Je remercie Esso Italiana pour le cadeau que nous avons reçu : la présence de Sonatrach, une entreprise publique algérienne, une multinationale, un grand groupe pétrolier qui a choisi ce territoire pour investir et qui offrira de nouvelles opportunités en termes de poursuite et de relance des activités de la raffinerie.» De plus, a-t-il poursuivi, «le choix d’un dirigeant sicilien, Rosario Pistorio, directeur général et directeur de la raffinerie d’Augusta de Sonatrach, est un signe précis d’une grande sensibilité et d’une grande attention portées au territoire.» Pour le président de Confindustria Siracusa, «la présence de la raffinerie Sonatrach à Augusta, au cœur de la Méditerranée est également une opportunité pour nos entreprises (italiennes) de s’ouvrir au marché algérien. J’espère que Sonatrach recevra du territoire l’accueil qu’il mérite et qui sera mis en condition de fonctionner de manière optimale pour la croissance de notre économie et du tissu productif de Syracuse».

La Confédération générale de l’industrie italienne, connue sous le nom de Confindustria et dont relève Confindustria Siracusa, regroupe 116 000 entreprises italiennes représentant plus de 4 millions de travailleurs.

Pour rappel, Sonatrach et ESSO Italiana (ex-filiale du groupe américain ExxonMobil) ont clôturé le 1er décembre à Milan (Italie) la transaction portant sur la raffinerie d’Augusta. Le périmètre de cette transaction inclut la raffinerie d’Augusta, les trois terminaux pétroliers de Palerme, Naples et d’Augusta, ainsi que des participations dans des pipelines reliant la raffinerie aux différents terminaux.

La filiale raffinage italienne de Sonatrach, dénommée Sonatrach Raffineria Italiana Srl, est devenue propriétaire de ces actifs à partir du 1er décembre 2018. A travers cette acquisition, le système de raffinage de Sonatrach est renforcé d’une capacité de raffinage supplémentaire de 10 millions de tonnes de traitement par an et d’une capacité de stockage équivalent à une autonomie supplémentaire de trois jours de consommation en gasoil et de trois jours de consommation en essence. Cette capacité de raffinage place cette raffinerie deuxième parmi les positions de Sonatrach en matière de capacités après la raffinerie de Skikda (16 millions de tonnes/an).

La raffinerie d’Augusta permettra de couvrir les déficits algériens en essence et en gasoil, et ce, même dans l’hypothèse d’un décalage de deux années dans la mise en service des nouveaux projets de reforming de naphta, du projet d’hydrocrackage de fuel à Skikda et de la nouvelle raffinerie de Hassi Messaoud.

R. E.

Comment (5)

    Anti khafafich
    18 décembre 2018 - 14 h 55 min

    Bon vent pour notre fleuron NATIONAL !

    TARZAN
    16 décembre 2018 - 9 h 15 min

    je me vois contraint d’écrire car je vois que les marocains écrivent des contre vérités. OUI SONATRACH A FAIT UNE AFFAIRE EN OR ET LES ITALIENS SONT NOS MEILLEURS PARTENAIRES ECONOMIQUES EUROPEENS. maintenant qu’on a les pieds en europe, c’est à sonatrch de fructifier cet investissement et d’envahir le marché européen;, c’est de cela qu’on doit parler avec le nigeria pour contrer le gazoduc israelien

    4
    6
    L'Opprimé
    15 décembre 2018 - 17 h 49 min

    Bienvenue a l’argent des corrompus Algérien;si l’Italie à innocenté notre champion toutes catégorie de la magouille et la corruption;ce n’est pas gratuit,

    10
    11
    Anonyme
    15 décembre 2018 - 17 h 45 min

    Sonatrach a fait un bon choix….reste a le faire fructifier et moderniser.Les Italiens sont tenus aujourd hui a acheter leurs produits energetiques de la Sonatrach….un pieds dans l economie Italienne est un premier pas pour un veritable partenariat.

    12
    4
    bozscags
    15 décembre 2018 - 17 h 34 min

    c’est normal ils vont pouvoir magouiller ensemble.

    8
    9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.