Louisa Hanoune : «Il y a d’inquiétantes fissures au sommet de l’Etat»

PT Hanoune
Louisa Hanoune. PPAgency

Par Hani Abdi La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, exprime des inquiétudes quant à la tournure que prennent les événements politiques. Intervenant à l’ouverture du 7e congrès du PT, Mme Hanoune affirme qu’«il y a des signes de l’existence de fissures inquiétantes au sommet de l’Etat». Des divisions qui mettent à mal la stabilité et la cohésion de l’Etat. La pasionaria du PT décrit tout au long de son intervention un système politique en pleine décomposition dont les principaux acteurs se livrent une bataille de repositionnement dans la perspective dans changement d’habillage.

Le désaccord entre les différentes parties composant le pouvoir actuel constitue, selon Louisa Hanoune, un «danger» pour le pays en ce sens que les institutions de l’Etat risquent de connaître à nouveau l’instabilité. La pasionaria du PT s’élève dans ce sillage contre les forces de la prédation qui cherchent le contrôle total de la richesse nationale au détriment de la majorité du pays. Louisa Hanoune appelle dans ce contexte au renforcement du front intérieur afin de contrer les ennemis de la nation.

Louisa Hanoune remet sur la table son projet d’une assemblée constituante dans le but de reconstruire le consensus national. Elle estime que c’est la seule manière de consacrer la souveraineté du peuple afin qu’il définisse la nature des institutions qu’il veut. Pour elle, c’est la seule façon d’instaurer une véritable démocratie.

Mme Hanoune considère que ni la prolongation du règne de Bouteflika ni le report de la présidentielle, comme le demande le parti islamiste MSP, ne constituent une solution pour la crise que connaît l’Algérie. Louisa Hanoune s’interroge aussi sur les réelles visées de la conférence nationale de consensus à laquelle appelle depuis une semaine le président de TAJ, Amar Ghoul, également membre de l’Alliance présidentielle.

La secrétaire générale du PT dit mesurer la «gravité de la situation» du pays et estime que seule la mobilisation du peuple est en mesure de faire face à toutes les manœuvres internes et externes en vue de préserver l’héritage de la Révolution.

H. A.

Comment (18)

    Un scoop !!
    23 décembre 2018 - 19 h 48 min

    La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a été réélue, dimanche 23 décembre à la tête de sa formation politique. Extraordinaire !

    Iwen
    23 décembre 2018 - 19 h 03 min

    Elle m’a toujours fait flipper cette bonne femme, par le passée, cette dame avait un discours tout ce qui a de plus virulent à l’égard de tous non Algérien, j’allais jusqu’à soupçonner mes parents et mes enfants de ne pas être Algériens, je n’osé même pas me regarder dans une glass !

    c’est elle qui n’est pas Algérienne !
    Cette dame est Dangerous !!

    mouatène
    23 décembre 2018 - 15 h 26 min

    éééhh yal hadja Hannoun, échaykhoukha étouadar el-aaqal. le dernier paragraphe le prouve très bien. c’est depuis le 19 Mars 1962 que le peuple algérien a commencé à faire face aux manoeuvres de tout genre pour préserver cette nation. si non, comment se fait il que vous etes là !!

    Hocine-Nasser Bouabsa
    23 décembre 2018 - 9 h 06 min

    Le peuple algérien n’a nul besoin des lunettes de Louisa Hanoune pour constater que le moteur ne tourne pas rond au sommet de la pyramide du pouvoir.

    S’il y a bataille pour le contrôle du pouvoir, espérons que c’est le courant patriotique qui incarne l’esprit de Novembre 1954 qui l’emportera contre les clans de la prédation qui ont privatisé l’économie nationale au profit d’une caste oligarchique ingrate et insatiable, devenue un risque majeur pour la sécurité et la pérennité de la nation algérienne en raison de son accointance avec les milieux capitalistes étrangers hostiles à l’Algérie.

      Argentroi
      23 décembre 2018 - 18 h 50 min

      C’est qui ce courant patriotique qui pourtant compose avec le clan, et non les clans, de la prédation depuis 62 ? Il n’y a ni courant ni Sidi Abbou ni Sidi Zekri, il n’y a que des clans !

    Anonyme
    22 décembre 2018 - 19 h 12 min

    Cette femme 👩 qui croit être politicienne, et aussi qui croit en faisant beaucoups de bruit on devient politicien ce trempe ou se trompe le bec dans un tronc d arbre dur…vos messages sont creux et creux et creux et ne valent même pas le papier 🧻 sur lequel on l à écrit. Depuis longtemps on vous a vue oscillait pour plaire à tout le monde…vous êtes juste une route à secour utiliser lorsqu on a besoins. Vous n avez aucun poids sur l échiquier politique…regagnez la cuisine pour apprendre comment faire un bon couscous …sinon la politique ainsi que être opposant te dépasse …Vous êtes tous la risée de la vraie élite algérienne. …

      Anonyme
      23 décembre 2018 - 6 h 54 min

      Elle se fait une carrière sans alternance au pt en tant que semeuse d intox et de rumeurs. Mais ou es donc passer ornicar delà politique…oust et vive la deuxième république qu on attend sans ses vermines qui se font passer comme politiciens.

    lhadi
    22 décembre 2018 - 17 h 35 min

    Le citoyen algérien, que je suis, met toujours en garde contre l’aventurisme et dévoilera sans pitié les illusions qui se terminent nécessairement par une déception totale.

    Un parti révolutionnaire ne mérite son nom que s’il dirige réellement le mouvement populaire et son devoir est de participer activement au travail d’élaboration des procédés et des moyens de luttes de la masse populaire qui prend des formes infiniment variées, élaborant constamment de nouvelles, rejetant les anciennes, créant des variétés ou de nouvelles combinaisons de formes anciennes et nouvelles.

    Tout ceux qui cherchent honnêtement la voie de la transformation de la société doivent être soustraits de toute influence et complaisance pour mener avec fermeté un combat politique constant contre l’opportunisme des uns aussi bien contre le révisionnisme des autres qui savent se rejoindre souvent.

    Aujourd’hui, bien de gens se veulent révolutionnaires…C’est qu’il y a révolution et révolution et qu’il faut prendre garde au label révolutionnaire.

    Libres à quelques éléments de faire parade d’un révolutionnarisme verbal et de prodiguer des phrases sonores. Ceux qui luttent à l’étape actuelle pour une démocratie véritable abordent la question du changement avec sérieux en s’efforçant avec persévérance de trouver les chemins qui conduisent de la façon la plus sure et en accord avec les conditions de notre temps et de notre pays. Cette perspective tourne le dos aux aventures et ouvre la voie à une Algérie nouvelle.

    Travailler à l’acharnement du changement, ce n’est pas débiter de grands mots. C’est agir sur la réalité pour gagner la majorité du peuple. C’est cela être révolutionnaire dans l’Algérie de notre temps.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    anonyme
    22 décembre 2018 - 14 h 37 min

    Louisa Hanoune : «Il y a d’inquiétantes fissures au sommet de l’Etat»

    IL N Y A PLUS D’ÉTAT !

      Anonyme
      22 décembre 2018 - 20 h 05 min

      Il y en a jamais eu. La meme caste vivait dans la paix quand tombaient les patriotes par les balles et par la misère

    Le problème de l'Algérie, vous avez-dit?
    22 décembre 2018 - 12 h 38 min

    Le problème de l’Algérie est de ne appliquer pas les lois, la constitution, de lutter contre la corruption, la délinquance, le népotisme, les conflits d’intérêts, la médiocrité. Pas besoin de constituante! Appliquer les lois de la République, ne plus être un pays dépendant de la rente au niveau économique. Aller ver une économie ouverte. Les « Compradores » sont les parasites de notre société. Sortir l’armée de la politique et du business. … que des serviteurs de la République (Président de l’ APN, Président du Sénat, Président de la Cour Constitutionnel, Ministre de la Justice et tout les autres) n’appliquent pas les lois votés. Il ne faut pas s’étonner que le poisson est pourris de la tête.

    LE NUMIDE
    22 décembre 2018 - 10 h 51 min

    LA CONSTITUANTE C’EST LA PORTE VERS LA GUERRE CIVILE : le problème de l’Algérie n’est pas la Constitution … L’Algérie comme Révolution , comme peuple, comme état , comme société et comme Nation s’est déjà constituée depuis 1954 en Novembre , en 1956 à la Soumam et en 1962 à l’indépendance , tant bien que mal et sur ses vérités et avancées nationales et démocratiques , comme elle pouvait .. Constitution que le président Bouteflika vient d’enrichir par de grandes avancées dans la Voie Berbère … ;ON VA PAS REVENIR EN ARRIÈRE , ON DOIT AVANCER … Le problème en Algérie c’est AVANT tout et depuis 1990 la Cinquième Colonne wahabiste Ommeyade impériale et Terroriste qui ne reconnait pas le Concept même de Nation Algérienne qui définit l’Existence même et la Survie de cet Etat et ses attributs de République une et indivisible et sans lequel il n’y a ni paix , ni vie ni rien du tout .. Et le Deuxième Problème est une Question de Civilisation : c’est le retard historique et la corruption du peuple , des élites et des dirigeants qui empêche la TRAVAIL ET LE DÉVELOPPEMENT et qu’il faudrait résorber …. le PT et le FFS , continuent dans leur aveuglement de Constituante se croyant en été 62 et ouvrant grandes les portes à l’Aventure Islamiste wahabiste et sa guerre civile permanente , comme ils l’ont fait en 92 au nom de leur joujou démocratique au détriment de la vie des gens et de l’Existence même de la patrie et sa Survie , comme nation et comme état .. Louisa Hanoune ne sait -elle pas que ce pays qui a à peine 60 ans d’existence tient à un fil ( rongé par les rongeurs wahabistes ) et que si ce fil est rompu , c’est l’Ouragan qui se déclenche et que ce sera la pire catastrophe et le pire Cauchemar que nous allons vivre comme algeriens .. Elle continue dans sa fiction marxiste se croyant dans les rues de Berlin ou de Stuttgart avec Rosa Luxembourg , ne sait-elle pas encore qu’elle vit en Afrique du Nord ? NOUS SOMMES UN PEUPLE MAUDIT COINCES ET MENACES ENTRE LES PIRES DES ISLAMISTES ET LES PIRES DES CORROMPUS … Que devons-nous faire ?

    YOUYOU
    22 décembre 2018 - 9 h 42 min

    Les corrompus bergers ont de moins en moins d’agneaux a offrir a leurs chiens de garde;l’émeute sa commence au suivant

    Chachi
    22 décembre 2018 - 9 h 03 min

    Oui, une assemblée constituante quand la majorité est attribuée en cota, le seul problème c’est la justice, quand celle ci est absente rien absolument rien ne pourra nous sortir des ténèbres, l’impunité la complaisance, la rachoua, la delapidation, tout ça ne pourra être combattu qu’avec une justice libre est indépendante est tout le reste se mettra en place tout seul

    Anonyme
    22 décembre 2018 - 8 h 56 min

    Elle a découvert cela après 50 ans de cohabitation que la grotte du baath Fln se serait fissurée, usure du temps ou caisses vides?

    anonyme
    22 décembre 2018 - 7 h 42 min

    Louisa, Trotsky, tout comme toi, n’a jamais été du côté du peuple; il est temps d’arrêter de tromper les Algérie. Le communisme se conjugue avec une seule personne NOUS . Le JE n’y existe pas. On ne peut pas vivre indéfiniment dans la compromission …

      Anonyme
      22 décembre 2018 - 10 h 29 min

      Nuance, Trotsky est pour le changement permanent de la classe dirigeante qui peut etre destituée à tout moment, or elle est là depuis son enfance, tout comme l’ami de Matusalem le secrétaire du syndicat arabe…

    K. DZ
    22 décembre 2018 - 5 h 51 min

    Oui Tata Louisa, Je suis entièrement d’accord avec vous car VOUS ÊTES L’UNE DES EXPRESSIONS DE CETTE FISSURE. Vous rendez-vous compte que vous êtes au pouvoir depuis 1989??? Cela vous fait 30 ans de pouvoir, passez le témoin et passez votre chemin, on vous a assez vue. OUSTE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.