La «révélation» du magazine français pro-marocain sur l’affaire de la cocaïne

cocaïne Jeune Afrique
Amir Ben Yahmed, directeur exécutif de jeune Afrique. D. R.

Par R. Mahmoudi – Citant «plusieurs sources judiciaires», l’hebdomadaire français Jeune Afrique affirme dans sa dernière édition que les commissions rogatoires délivrées en juin dernier au Brésil et en Espagne, dans le cadre de l’affaire de la saisie de 701 kg de cocaïne en juin dernier au port d’Oran, ont bien transmis en novembre leurs conclusions aux autorités algériennes, mais celles-ci n’auraient pas encore été mises à disposition du juge d’instruction.

Pour les avocats, cité par l’hebdomadaire français, ce retard dans l’examen des conclusions en question limite, à ce stade, l’enquête judiciaire au périmètre des six principaux prévenus, à savoir l’homme d’affaires et promoteur immobiliser Kamel Chikhi dit «le boucher», ses deux frères, son associé, son agent de consignation et son directeur commercial, poursuivis pour «importation, commerce, distribution de drogue et blanchiment d’argent».

La défense laisse entendre que désormais l’enquête peut prendre une autre tournure et impliquer ainsi d’autres personnes, en supposant l’existence d’une chaîne de complicités qui remonteraient jusqu’à de hautes sphère de l’appareil administratif.

Il y a quelques semaines, le juge de la 9e chambre pénale spécialisée près la cour d’Alger a entendu vingt-trois mis en cause dans cette affaire qui a défrayé la chronique. Les prévenus sont soupçonnés d’avoir des liens avec Kamel Chikhi, principal accusé dans l’affaire.

Le magazine français ne précise pas si ses «sources judiciaires» sont brésiliennes, espagnoles ou algériennes. L’article de Jeune Afrique contient des insinuations qui laisseraient supposer que l’Etat algérien serait noyauté de longue date par des trafiquants de drogue, assimilant insidieusement notre pays à ceux d’Amérique latine où les cartels font la loi et sont infiltrés dans les sphères les plus élevées de l’Etat. Connu pour son obédience pro-marocaine, Jeune Afrique tente ainsi de ternir l’image de l’Algérie en détournant les regards du premier pays exportateur de cannabis au monde : le Maroc.

R. M.

Comment (40)

    Anonyme
    10 janvier 2019 - 22 h 47 min

    Avant tout c est une affaire algérienne et restera une affaire algérienne en Algerie . Maintenant les prises en Europe et en particulier en France dépasse mais très largement la cocaïne saisie en Algerie dans cette affaire des 703 kg ; qui a voulu inonder l Algerie en sachant que ce pays ne blague pas avec la drogue ; pourquoi l Espagne et d autres pays n ont pas saisie cette drogue chez eux avec ce bateau , bcps d interrogations sur cette affaire qui a une ampleur seulement en Algerie et rien qu en Algerie mais qui a réussi a foutre le boxon dans les institutions de l état et réduit ou affaibli l état algerien donc l Algérie et à qui ca profite ca surtout car c est des tonnes dans les pays occidentaux et au Maroc idem qu on saisi tout les jours ; nos responsables qui devront donner le modèle et l exemple ont trahi l Algerie car avide d argent et de pouvoirs ont cherché à avoir les amitiés et rapprochements avec ce dealers algerien et sa famille , ils en a rincé énormément des responsables et haut fonctionnaires pour se permettre ses dérives alors que pour un sac de patates volés vous risquez l emprisonnement dans ce meme pays le mien en l occurrence aussi et la justice algérienne s en est emparé et fait son travail apparemment mais je comprend pas qu aucuns journalistes algériens n a pas fait d enquêtes auprès du brésil Espagne et de l Algerie c est ce qu ils font les autres en général mais en Algerie on couvre que la guerre dans les pays étrangers nos journalistes ne sont pas formé pour faire des révélations ou meme comme les journaux en Europe et ailleurs révélé et dénoncé des affaires de pots de vins un exemple le canard enchainé ils les emmerde bien lui les politiques et responsables Français; pas chez nous ca existe pas?? ; des juges des inspecteurs des procureurs et d autres ont été inculpés ; la purge des généraux n arien a voir avec cette affaire je pense et ont été libéré car ils sont accusé de corruptions en dehors de l exercice de leurs fonctions et que le tribunal militaire de Blida n avait pas les compétences mais un tribunal civil plutôt mais ca prouve aussi que ca vole partout c est honteux j aurai honte de porter l uniforme et le grade et être mesquin à ce point ; qui a essayé de déstabilisé l appareil d état et l Algerie avec cette affaire de cocaïne certes il y a le dealers Chiki mais lui est juste un pti poisson ; il faut attrapé les requins et quels qu ils soient et meme les complicités extérieurs , Espagne Brésil et d autres j en sais rien mais pourquoi pas? Les USA et leur DEA et FBI surtout ont droit d ouvrir une enquête juste parce que les transactions se font en Dollars US . Ils pourront être appréhender partout dans le monde sauf peut être en Algerie si les faits sont révélés et peuvent être traduit à la justice américaine si toute fois la justice algérienne les épargnent dans son sol si ils ont fait l échange de la drogue avec des dollars mais faut le prouver mais eux sont spécialistes en la matière et savent enquêter et seront si ca été acheté en euros ou en dollars faites leurs confiances .

    6
    3
    Chibl
    10 janvier 2019 - 21 h 41 min

    Daniel Ortega ete bien general dans son pays le Panama et il ete ami evec Pablo escobar si ma memoire est bonne.

    5
    5
      Argentroi
      11 janvier 2019 - 7 h 55 min

      Chibl, ta mémoire est plus que défaillante. Daniel Ortéga, le révolutionnaire sandiniste qui a renversé les Somoza au Nicaragua, et non le Panama, devenir ami avec Pablo Escobar de Colombie, mais c’est une hérésie de dire cela !

      9
      1
    Anonyme
    10 janvier 2019 - 21 h 41 min

    C’est incroyable d’être aussi bête. Le ministère du tourisme annonce triomphalement que plus d’un million de touristes tunisiens et 80 317 marocains sont venus  » visiter  » l’Algérie l’an dernier. Et parmi les Tunisiens, combien sont ils venus piller le marché Dubaï d’ El Eulma et parmi les marocains combien sont ils tout simplement des travailleurs qui renouvellent leur titre de séjour tous les trois mois ? En clair, 80 000 marocains sont venus grossir les centaines de milliers de leurs compatriotes qui travaillent déjà chez nous, et les officiels pavoisent !

    10
    3
      Anonyme
      11 janvier 2019 - 0 h 37 min

      Faut croire que ces «officiels» sont certainement très heureux de voir ainsi de la famille qui débarque en Algérie par… dizaines de milliers !

      8
      2
    TOUBIB
    10 janvier 2019 - 19 h 12 min

    Ça finira comme l’affaire khalifa bank. Les petits paieront pour les gros.

    Même dans les services de sécurité, MDN, DGSN, exDRS, Douane, Ministères, Fonctionnaires, Oligarques,… il y a beaucoup de pomme pourris, de corrompus.
    .
    Nous avons tous au moins une anecdote que nous avons personnellement vécu. On a l’air de s’étonner tel que des vierges effarouchées mais le peuple vit cette déliquescence, cette corruption depuis 20 ans.
    .
    La responsabilité incombe en premier lieu au Président actuel qui depuis 20 ans à favoriser la corruption afin de s’acheter des « clientèles », la mauvaise gouvernance, la vacance du pouvoir.
    .
    Le résultat se voit à tous les niveaux, le seul objectif est de gagner de l’argent sur le dos du peuple pendant ce temps l’éducation national se déprécie, la culture se meurt, les maladies se propagent, l’informel prospère et renforce l’économie de bazar, l’incivilité augmente, la délinquance s’aggrave, le secteur du sport est à l’abandon, la médiocrité est la règle de la méritocratie, les bureaucrates se nourrissent de l’Etat de non droit, l’évasion fiscale est un sport nationale, les femmes sont méprisées.
    .
    Le peuple condamné à se taire, à mourir en silence et à consommer afin de permettre à une minorité de privilégiée, de nantis de se maintenir au pouvoir et de prospérer sur notre dos.
    .
    Les idéaux de notre lutte pour l’indépendance ont été spolié par ces usurpateurs qui ont privatisé le pays au détriment du peuple.

    10
    3
    Anonyme
    10 janvier 2019 - 19 h 07 min

    Comment se fait t’il qu’une personne venant de nulle part engendre en si peu de temps une fortune colossale ?

    Pourquoi n’y t’il pas d’enquête dés que des signes extérieurs de richesses apparaissent ?

    Comment se fait t’il que la sécurité militaire n’est pas tiré le système d’alerte dés q’un fonctionnaire militaire acheté une villa pour 35 milliard et construise pour 200 ?

    Faut t’il attendre 700 Kg de cocaïne pour ouvrir des enquêtes sur l’enrichissement illicite qui ronge le pays ? moi c’est ça que je n’arrive pas a comprendre.

    7
    2
    Carioca
    10 janvier 2019 - 19 h 05 min

    Faut fermer les frontières avec le Brésil ! Hhhhhhh

    4
    4
    Bibi
    10 janvier 2019 - 19 h 03 min

    Les gens qui vendent de la drogue sont en général obnubilé par l’argent. Ils veulent brasser à tout prix des billets de banque, des grosses sommes afin de se sentir supérieur aux autres. Ils ont 10 000 € puis 40 000 €, 100 000 €, et ils commencent à claquer dans des vêtements de luxe, des grosses berlines, alcool, femmes aux mœurs légères, champ de courses où il flambe des milles et des cents, casino jusqu’à 04 heures du matin où ils laissent 2000 € sur des tables en poker, machine à sous. Puis, un jour, il y a des dénonciations, la Police, Gendarmerie surveillent de loin et à 06 heures du matin c’est la visite du laitier qui casse la porte pour une perquisition à domicile avec (saisies conservatoires des véhicules, compte bancaires, coffres à la Banque, biens immobiliers) tout y passe. Ensuite, le trafiquant va se mettre à table pour tout raconter de A à Z et va prendre entre 8 à 20 ans de prison avec des fortes amendes à payer pour le Trésor public. Voilà, où mène l’argent facile, l’argent du diable. Pablo Escobar avait 141 appartements aux USA donc il a bossé pour les USA à renflouer les caisses du Trésor Public. Dans le trafic de drogue, tous les trafiquants du monde font toujours la même erreur : Ils étalent leurs richesses au vu et au su de tout le monde (Rolls Royce, Mercedes, Robinet en or, Villas démesurées, traînent les boites de nuit) train de vie fastueux avec en prime beaucoup de faux amies donc très facile à faire tomber. C’est le revers de la médaille, que du sable dans les mains et le Trésor Public s’en donne à cœur joie de récupérer tous les biens de ces trafiquants car cela permet de payer les dettes de l’Etat.
    Ah oui, quand vous êtes trop riche cela attire des convoitises, des jalousies donc toujours tournez sa langue 07 fois dans sa bouche c.a.d, ne jamais parler de son patrimoine à une femme ou à des amies sinon ce sera la case prison comme le Kamel Chiki qui avait les yeux plus gros que le ventre (appartement à 06 milliards de dinars) rien qu’en vendant des steaks hachés. Mouhahahahahaha.

    El gringo
    10 janvier 2019 - 17 h 48 min

    Le limogeage de hautes personnalités de l’état liées de prêt ou de loin avec le trafic de cocaine était necessaire afin d’éviter que les autorités américaines n’interviennent avec toutes les conséquence néfastes qui toucheront aussi bien le pays que ceux qui le gouvernent.

    En matière de trafic de cocaine,les americains se sont arrogés le droit d’intervenir dans n’importe quelle région du monde et contre toute personne ou état qui est impliqué dans ce trafic. l’affaire de la Cocaine dépasse nos frontières et touche les interêts et la sécurité interne des Américains.Cette affaire est une chose bénie pour notre pays,car elle ébranle tout le système bouteflikiste.

    15
    15
    Procureur
    10 janvier 2019 - 17 h 45 min

    J’ai comme l’impression,à moins que je ne me trompe que cette rocambolesque affaire des 701 kg de cocaïne serait classée sans suite comme toutes les autres et les auteurs blanchis et même promus si les Américains et les Espagnols qui ont donné le tuyau directement à l’ANP ne la suivent pas de prés.C’est une supposition mais ça a l’air d’être du sérieux qui a ébranlé le sommet de l’Etat.Il ne faut pas oublier que c’est la justice italienne qui a permis dans le passé de confondre Chakib Khalil et Farid Bedjaoui. Encore cette sacrée « main de l’étranger » qui se mêle de nos affaires et qui empêche nos « braves » compatriotes de se sucrer sans être inquiétés.

    13
    8
    Anonyme
    10 janvier 2019 - 17 h 39 min

    le canabis est une richesse national comme le petrol dans votre pays allahoma admha ni3ma wa hfadha mina azzawal yarabi al 3alamine

    8
    18
      mouatène
      10 janvier 2019 - 20 h 28 min

      Allah issalateha aalik , toi et toute ta tribu, jusqu’à la fin de vos jours. et crois moi, je jour ou vous serez devant azrayne, ce ne sera pas la joie !!!

      2
      3
    Anonyme
    10 janvier 2019 - 17 h 37 min

    bravo .ce chiffon b’enqu’ete oas sur les dux quuntaux de cocaine interceptes en espagne et lagrande qyantite saisue au maroc il ne s’interresse qu’a lalgerie.

    15
    7
    co5
    10 janvier 2019 - 17 h 24 min

    « Le magazine français ne précise pas si ses «sources judiciaires» sont brésiliennes, espagnoles ou algériennes », les ouïe dire spécialité de scribouillards en mal d’informations que les commères et autres perroquets de réseaux partagent .

    9
    4
    Anonyme
    10 janvier 2019 - 17 h 08 min

    « Jeune Afriquge » revue bourgeoise, libérale, élitiste, conservatrice,nostalgiquement bourguibienne,
    Qui a participé, dans le passé, à une campagne anti-boumédiennienne , ant-socialiste
    Pro-marocaine, louant « le libéralisme triomphant », la libre entreprise, l’ouverture de la grande porte
    Aux importations de tout, promotrice de l’économie marocaine comme économie émergente,
    Sous traitante industrielle des Multi nationales françaises, espagnoles, et italiennes, en particulier
    Des I.D.E Investissement Direct à l’Etranger, où (F.D.I de Foreign Direct Investment )
    Jeune Afrique capitaliste, ultra-libérale reve de voir l’Algérie, économiquement faible, consommatrice
    Non productive, importatrice de tout, et un marché-poubelle des produits fabriqués au Maroc,
    En Tunisie, où en Egypte sous licences, bien sur, de leurs maitres-patrons français
    Leurs maitres-patrons espagnols, et leurs maitres-patrons italiens, pays néo-colonialistes, opportunistes
    Et peu fiables qui transmettent très peu leurs savoirs faire industriel, technique,et technologique
    Le Maroc, et la Tunisie, pays refuges des évasions fiscales, des capitaux, et des investissements
    De France, d’Espagne, d’Italie, et de d’autres pays à problèmes

    25
    9
      Anonyme
      10 janvier 2019 - 20 h 12 min

      Excellente synthèse, merci.

    Eliot Ness
    10 janvier 2019 - 17 h 06 min

    Pendant que 21 petits pauvres imams de quartier de la wilaya Bouira sont entendus par la police dans l’affaire de la cocaine Zoukh, le wali d’Alger, au vu des rumeurs persistantes mais surtout des facilités dont avait bénéficié El Bouchi de construire des tours n’importe ou, est laissé tranquille.

    18
    12
      Anonyme
      10 janvier 2019 - 17 h 54 min

      Normal chez les photos, l’argent n’a pas d’odeur ni d’identité, y’a pas que Zoukh, l’affaire est ancienne et même un journaliste Européen l’a relaté y’a environ quatre ans de ça, tout nos dirigeants sont mouillés dans cette affaire, mais il faut un coupable de préférence un pauvre qu’il paye pour les autres

      10
      4
    Chaoui Ou Zien
    10 janvier 2019 - 17 h 05 min

    Dommage qu’on continue d’abattre des arbres pour qu’ils servent de papier a ce torchon. Et dire que son proprietaire tunisien cirait a l’epoque les pompes de Boumedienne pour qu’il continue de lui fournir du capital de lancement. L’hypocrisie est une seconde nature chez certains.

    24
    4
    Anonyme
    10 janvier 2019 - 16 h 41 min

    « Jeune Afrique » promarocain alors que des pages de publicités d’entreprises algériennes lui sont achetées ? A d’autres ..

    10
    23
    Felfel Har
    10 janvier 2019 - 15 h 26 min

    Dans cette affaire de cocaïne, la justice algérienne a entamé un processus visant à identifier tous les tenants et les aboutissants pour les traduire en justice et les condamner pour leurs crimes. La procédure est certes lente, mais elle aboutira. « The wheels of justice grind, they grind slowly ».
    Qu’en est-il au Maroc voisin que le magazine aux ordres, « Jeune Afrique » tente vaille que vaille d’absoudre, en vain. Pourquoi ne confirme-t-il pas que le vrai baron de la drogue dans le monde est actuellement El Chapo 6 et que sa came voyage en première classe dans les vols réguliers de la RAM ou dans les bagages des officiels en tournée dans le monde? Ce magazine a vraiment perdu sa verve et sa vue, pire il est devenu vieux, sourd et un peu gaga; il déblatère, il délire et il dégénère. Il vaut mieux qu’il disparaisse s’il ne veut pas finir dans des poubelles!

    39
    12
    mouatène
    10 janvier 2019 - 15 h 22 min

    je penses que le conseil de sécurité de l’ « ONU », devrait voté une résolution permanente donnant DROIT DE SUITE envers tout pays producteur de drogue quelle qu’elle soit sa teneur. la drogue doit etre classée comme « arme de destruction massive ». c’est le cas au quotidien pour les générations montantes. c’est très important et « URGENT ».

    42
    3
      OX
      10 janvier 2019 - 16 h 52 min

      Oui, et cette même ONU devrait mettre en quarantaine tous les régimes corrompus coupables de protection de ses rejetons complices de trafic de cocaine…je parle pas du hashich, cette drogue commence à etre légalisée un peu partout.

      12
      6
    khorty
    10 janvier 2019 - 13 h 25 min

    Ce n’est qu’une sorte de chantage indirect visant la perennisation de la vente de ce torchon FRANKO-NAROCAIN ;
    Bien tranquille le pays où l’on ne trouve pas ce genre de papier propagande.
    Avec leur très bonne rémunération, nos hommes politiques n’ont pas besoin de se spécialiser dans le Marocotraffic pour bien vivre.
    Dans les titres de trouvailles de drogues, de migrants et de cellules machin par le Mahzen cela sert uniquement d’enfumage et de manipulations pour que l’occident continue ses aides envers ce pays…
    <<>>.
    Ô combien d’attentats dans le monde ne sont que des montages de services secrets, surtout des pays F,I,M… en somme les colonisateurs.
    On infiltre mieux un service avec une belle et généreuse femme de ménage ou « secrét »aire qu’un cravaté instruit…
    Jamais ce papier … n’a émis une seule critique « négative » contre le protectorat vassal.

    33
    22
    La tulipe
    10 janvier 2019 - 13 h 20 min

    J’ai jamais pu comprendre la signification du nom du magazine « jeune Afrique », l’Afrique étant le plus vieux continent. « Le jeune » me paraît incongru 😎

    40
    14
    Bouchaib Escobar
    10 janvier 2019 - 12 h 42 min

    Cette dernière année, seulement, il y a eu 2250 kg de cocaïne saisies au Maroc. Un Maroc qui est devenu une plaque tournante du trafic de cocaïne d’Amérique du Sud, vers l’Afrique et l’Europe. Certains charlatans essayent de faire tout un film sur cette affaire de saisie de 701 kg de cocaïne en Algérie, alors que chez les voisins, c’est devenu la routine et avec des quantités beaucoup plus grandes!
    À l’instar du commerce du cannabis qui est un segment économique vital au Maroc, géré par les officines de l’État marocain et qui brasse 23 milliards $ de recettes par an(c’est presque ce qu’a rapporté les recettes des hydrocarbures en Algérie en 2017). La cocaïne semble être un nouveau créneau lucratif que les pontes du makhzen et du palais essayent de valoriser.
    Un pays dont les institutions de l’État protègent et encouragent la culture, la production et le commerce de 23 milliards $ de haschich par an, ne va pas se morfondre dans des considérations morales ou juridiques pour ne pas profiter de toute cette cocaïne qui atterrit chez lui(et les quantités saisies ne sont surement que la partie visible de l’iceberg).

    47
    22
    nectar
    10 janvier 2019 - 10 h 50 min

    Venant de ce torchon, qui ne mérite même pas d’être lu… De telles désinformations sont faîtes pour servir ses maîtres dans les chancelleries occidentales, qui cherchent à cacher le soleil par un tamis, en ce qui concerne notre voisin dans le rôle premier de fournisseur de toute la planète en drogues de tout genre. Le maghnaz a bien compris. Qui maîtrisera la culture et la distribution des drogues sera le plus grand complice protégé des occidentaux pour détruire la jeunesse des pays pauvres…Même les terroristes qui agissent au nom de l’islam sont drogués pour détruire les fondements des sociétés musulmanes sous l’œil et la complicité des gouvernants de ces pays.

    40
    18
    صالح/ الجزائر
    10 janvier 2019 - 10 h 24 min

    Qu’il soit pro-marocain ou non, l’hebdomadaire français , Jeune Afrique , ne découvre pas des secrets inconnus des Algériens .
    Les citoyens sont assez convaincus que sans qu’il y ait eu des chaînes de complicités qui remonteraient jusqu’à de hautes sphère de l’appareil administratif , le «Boucher» , le «marchand de légumes » (illettrés ou presque) , et autres «Ali el goudron» et cie , n’auraient jamais pu arriver là où ils sont , à la tête des empires de l’«importation, commerce, distribution de drogue et blanchiment d’argent» pour l’un , du «transport universitaire » et de «montage de pneus» de véhicules pour le second , et de «magnat du BTP proche du cercle présidentiel» pour le dernier .
    Parmi les chaines de complicités le chef de l’Etat a cité autre fois les «15 chats» , tandis qu’un quotidien national a parlé de la république des «Fils de…» .
    C’est les conflits d’intérêt , qui font que les clans de la haute sphère recourent aux services des hebdomadaires et quotidiens français pro ou anti marocain .
    Les algériens n’ont pas besoins des articles de Jeune Afrique pour apprendre et comprendre que l’Etat algérien serait noyauté , de longue date , par des trafiquants , et d’import/import , de tout genre , y compris de la drogue .
    La plupart des scandales sont révélés ou repris par la mass média du Bled al izza wa al karama .
    Il faut citer , à titre d’exemple , l’enquête menue en 2006 par la journaliste d’investigation d’un quotidien national osé , sur l’affaire Zendjabil , et les révélations mises à jour sur le cartel d’Oran .
    A l’une des questions posées par la journaliste : Peut-on connaître quelques détails du contenu du rapport que vous avez transmis ( aux autorités supérieures de l’Etat ) ? .
    L’ancien directeur de l’action sociale d’Oran, le premier à avoir dénoncé le cartel de l’Ouest en 2001 , a répondu : J’ai dénoncé l’existence d’un vaste réseau de trafic de drogue parrainé par le trio … , ancien chef de la deuxième région militaire ( un général ) , … , ex-wali d’Oran, et … , ancien chef de la sûreté de wilaya .

    55
    29
      BABALI
      10 janvier 2019 - 20 h 38 min

      Répondre à la question suivante donnera l’explication à toutes les questions que se pose n’importe quel quidam algérien

      Que deviennent les tonnes de cannabis saisies chaque année??
      Normalement elles sont détruites – incinérées publiquement en présence des autorités judiciaires , policières, journalistes etc… comme pour un condamné à mort
      Si elles ne sont pas détruites, elles sont recyclées, par qui, comment, ou etc…..

      2
      1
    Chaâbi
    10 janvier 2019 - 10 h 24 min

    Maudit soit celui qui essayera de ternir l’image de l’Algérie ne serait ce que par un clin d’œil pays d’un million et demi de martyrs le pays qui a su mettre le colonialisme à genou cela dit nul n’est parfait que les coupables soient punis et que la justice règne Vive l’Algérie.

    50
    33
      Henin
      10 janvier 2019 - 18 h 38 min

      Arrête avec tes millions de martyrs. Ceux là sont morts et bien tranquilles qu’ils n’aient pas vu ce qui s’en est suivi de l’indépendance. Bien l’histoire est encore récente, on commence a découvrir a travers les écrits, que les »chefs » de la révolution n’étaient animé que présider aux destinées du pays, quoi qu’il en coûte, et jusqu’à la mort.

      1
      3
    Menhir
    10 janvier 2019 - 10 h 04 min

    Article de vérité jeune Afrique est bien obédience pro marocain et ne parle jamais de ce pays comme étant le 1er exportateur mondiale de cannabis qui déversent leurs poisons en Afrique comme en Europe. Moi je ne lis pas depuis des années

    61
    24
    Pas de fumée sans feu!
    10 janvier 2019 - 9 h 20 min

    Il est évident que dans un pays comme l’Algérie avec un niveau de sécurité élevé, il est certain que les complicités sont dans les niveaux hiérarchiques les plus élevés des services de l’Etat à défaut c’est que le niveau d’incompétence, de médiocrité dans les services sécuritaires a atteint un niveau de déliquescence inquiétant. Nous n’avons jamais atteint un niveau de dégradation à ce point, la raison est la vacance du pouvoir par la mauvaise gouvernance voir la non gouvernance. L’anarchie, la corruption et la médiocrité sont devenus le leitmotiv et le socle de notre Etat de Droit. Nous sommes en situation de risque extrême.

    40
    28
    M'hamed HAMROUCH
    10 janvier 2019 - 9 h 14 min

    —-Quid des 1004 kg de cocaïne interceptés accidentellement le mois dernier par la soldatesque du Makhnez au Maroc après un transit par le port de la ville occupée Dakhla au Sahara Occidental ?

    —Quid des 13 tonnes de Haschich interceptées cette semaine au port de Tanger et encore une fois, accidentellement, par la gendarmerie du Makhzen alors que cette drogue était en partance pour les pays du Moyen-Orient avec sur chaque emballage un étendard du drapeau israélien.

    49
    20
    Abou tamtam
    10 janvier 2019 - 8 h 14 min

    Et dire que ce torchon a été récemment autorisé à être vendu en ALGERIE. Il faut croire que nous sommes un petit chouïa, MASO.

    52
    19
    Slim
    10 janvier 2019 - 8 h 10 min

    vous semblez encore étonné de ce fait? il n’y a ni justice ni administration ni tout simplement un Etat digne de ce nom. on vit dans un territoire appelé Algérie sous l’emprise d’une bonde de criminelles.

    32
    42
    La réalité
    10 janvier 2019 - 7 h 58 min

    Lorsque les Algériens tenaient le pouvoir,on entendait pas parlé de ce poison très rentable aux voyous au col blanc, soyant franc et prennent le taureau par ses cornes y’a pas de fumé sans feu, qui dit que les Marocains ne sont pas dans le coup avec leurs cousins vivant en Algérie et certains où pouvoir,ou sont ils les mille milliards de dollars volatilisé, une grosse partie de trouve au Maroc, quand le peuple se réveillent sa sera trop tard

    24
    35
      abdel
      10 janvier 2019 - 11 h 38 min

      il va se réveiller quand le peuple,? si cette information est confirmée,que ce trafic impliquerait des hautes personnalités coupables de vouloir empoisonner une partie de la population,alors le peuple doit éxigiser la peine de mort,comme ça se pratique dans certains pays asiatiques,ou le trafic de drogue, est considéré comme un crime grave!

      27
      26
        La réalité
        10 janvier 2019 - 16 h 16 min

        Vous êtes naïf l’ami le peuple est en anesthésie générale impossible qu’il se réveillera un jour la dose est Marocaine

        8
        25

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.