Election présidentielle : les nouveaux sous-entendus de Mouad Bouchareb

présidentielle
Bouchareb confirme la tenue de l’élection présidentielle à la date prévue. PPAgency

Par Kamel M. – La déclaration du nouvel homme fort du FLN, ce samedi lors d’un point de presse tenu à Alger, tend à confirmer la tenue de l’élection présidentielle à la date prévue. «L’élection présidentielle est notre priorité», a affirmé le successeur de Djamel Ould-Abbès. Un changement de cap semble avoir été opéré en haut lieu après une période de flottement marquée par les annonces bruyantes du versatile Amar Ghoul.

Cependant, si Mouad Bouchareb a tenu à insister sur le fait que son parti mettait le cap sur l’échéance d’avril, cela ne dissipe les doutes qu’en partie. En effet, on passe de l’interrogation sur le maintien de la présidentielle ou la prorogation du mandat finissant de Bouteflika à celle qui concerne la décision du président de la République de rempiler ou de se retirer après vingt ans d’un règne marqué par un bilan en dents de scie. Autrement dit, on ne sait toujours pas si Bouteflika se présentera pour un cinquième mandat ou non.

Le président de TAJ, qui a occupé la scène médiatique après l’éviction de Djamel Ould-Abbès du secrétariat général du FLN, se voit ainsi signifier une fin de mission en tant que porte-voix d’une option qui semble abandonnée. L’idée d’une conférence nationale pourrait avoir été remisée au placard faute de consensus autour de son organisation. Il faut dire qu’une telle initiative avait peu de chance de réussir au vu du large fossé qui sépare les partis de l’alliance présidentielle et l’opposition. Le chef de file du MSP avait bien tenté de «vendre» cette solution de rechange, mais son échec est patent. Abderrazak Mokri n’a réussi à convaincre personne à travers ce qui semblait être une mission commandée mais qui s’est fracassée contre les intérêts par trop contradictoires des différents protagonistes.

Après la volte-face d’Amar Ghoul, la déclaration de Mouad Bouchareb vient sans doute confirmer la mise à mort d’un plan qui aurait permis au président en exercice de conduire une transition pendant une courte période, le temps de préparer le terrain à une véritable succession qui verrait une nouvelle génération de dirigeants politiques prendre les rênes du pouvoir et tourner une fois pour de bon la page de la «légitimité historique».

K. M.

Comment (15)

    Zaatar
    13 janvier 2019 - 13 h 24 min

    Je lis dans l’article le bilan de Bouteflika marqué en dents de scie!!!! vraiment? vous croyez qu’après 20 ans de règne il y a eu du positif dans ce bilan? près de 1500 milliards de dollars jetés par la fenêtre car rien n’a été construit qui puisse garantir l’avenir de nos enfants. Et en ce moment même on déplore la chute de notre production d’hydrocarbures, autrement dit demain bonjour la galère pour tous les citoyens qui viennent à la vie. Et vous parlez de bilan en dents de scie…. c’est plutôt un bilan de gouffre, qui a englouti toutes les richesses du pays sans avoir laissé une miette aux autres et sans avoir rien produit d’une quelconque autre source de travail. Autrement dit un bilan des plus catastrophiques qu’il puisse en exister.

    Nadim
    12 janvier 2019 - 22 h 10 min

    « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres » Antonio Gramsci

    Hamid
    12 janvier 2019 - 21 h 22 min

    To the anonymous commentator who doubts my love for my country and urges me to revisit my history books .I love my country immensely but history isn’t my subject though I like it .I read mathematics at the university here in the UK .I answer you .Remember that disagreements between people can be developed into disputes, conflict , rivalry , antagonism and even settling score.Well , do you know why we are where we are ? the reason is that we can’t accommodate our ddifferences .Yes , the coup d’e’tat was a turning point in post-independent Algeria politics .I speculate that President Boumediene ousted President Ben Bella believing that his leadership didn’t abode well for the future of our country He took over swiftly without bloodshed unlike the dark decade in the 90’s , which we lived through.Thanks to President Bouteflica’s initiatives and efforts , we recovered our national unity or national reconciliation for which he will be dearly remembered . So will be President Ben Bella and President Chadli for their leadership regardless of whatever people think of them .It’s easier said than done, in other words criticising for the sake of criticising , and that’s we always do .The whole point of my debate is to stop being negative , let’s move on and put the past events behind us .Our generation isn’t responsible for all these historical ills.I may be wrong , this comment is my only conjectures .Take care and tahia ElDzair as always !

    Mohwali Awamar
    12 janvier 2019 - 20 h 39 min

    l’Algérie ne se résume pas à la période de 1962 à nos jours. Le vouloir ainsi c’est jeter le bébé avec l’eau du bain.l’Algérie est le bébé. Mohwali Awamar.

    UMERI
    12 janvier 2019 - 20 h 38 min

    La majorité de nos politiques, sont loin d’être dans l’intimité du cercle restreint du pouvoir, ils détiennent leurs informations des Médias et agissent en fonction des circonstances.Ils disent un jour une chose et le lendemain son contraire, c’est le flou total. C’est le cas d’ Amar Ghoul, de Makri, de Bouchareb. On se rappelle, lorsque feu le président Boumedienne était gravement malade, l’un de ses ministres, écoutait la radio Monte Carlo, pour avoir des nouvelles de la présidence algérienne.Alors, il ne faut pas prendre pour argent comptant, ce que présentent comme un Scoop, nos politiques, ils sont dans le brouillard, comme tout citoyen ordinaire.

    Anonyme
    12 janvier 2019 - 20 h 34 min

    vous n avez pas marre de gaffer,??? faite vous remplacer par les personnes compétentes Ce n est pas ce qui manque en Algérie

    8
    2
    Anonyme
    12 janvier 2019 - 19 h 40 min

    Election présidentielle : les nouveaux sous-entendus de Mouad Bouchareb
    Mr. Mouad Bouchareb est en train d’appliquer, une feuille de route, avec un plan, et des instructions précises
    De ses commanditaires, maitres des jeux, pour préparer, déblayer, et jalonner la route aux promoteurs
    Du 5ème mandat, en usant de tout les moyens, pour atteindre les objectifs tracés dans le plan
    Un parti-bureau d’enregistrement en désarroi,qui transmet les instructions d’en haut, aux « militants » ,
    Des institutions instables, et paralysées, et une économie pétrolière-rentière importatrice, en faillite

    10
    2
    MELLO
    12 janvier 2019 - 18 h 27 min

    De sous entendu en sous entendu, l’Algérie glisse irrémédiablement vers un abîmé. Bien qu’il y ait , incontestablement, des changements , imposés par la rue ,comme toute cette reconnaissance forcée de l’identité Amazighe, il n’en reste pas moins que la force de nuisance du régime demeure réelle. Résultat des courses , une crise de confiance s’est installée durablement. Ne pouvant forcer les responsables à changer leur comportements irresponsables , les Algériens, dans leur écrasante majorité, expriment leur défiance à travers des abstentions records. Mais le pouvoir reste insensible à ce signal en organisant , comme de coutume, ses élections sans concurents potentiels. Le pouvoir le sait et quelque soit son candidat, la continuité est assurée. Ce n’est guère la candidature éventuelle de ce Bouchareb qui apportera un quelconque changement , puisqu’il se prononce sur le maintient de l’échéance.

    8
    3
    Mohamed
    12 janvier 2019 - 18 h 13 min

    Le pays continuera de fiasco en fiasco a travers les improvisations quotidiennes.

    13
    3
    Felfel Har
    12 janvier 2019 - 18 h 12 min

    Avez-vous remarqué que, dans toutes les basse-cours, il suffit qu’un dindon se mette à glouglouter pour que tous les gallinacés et les autres volatiles se mettent à reprendre, dans une cacophonie totale, le cri de leur male alpha, pour faire écho?
    C’est pareil dans la volière du FLN, il suffit que quelqu’un qui se sent pousser des ailes, donne de la voix pour que son caquètement soit pris pour le ‘la’ du chef d’orchestre. Tout un cirque!

    22
    3
    elhadj
    12 janvier 2019 - 18 h 10 min

    trop de commentaires ,parfois contradictoires, des responsables autoproclames de pseudo-partis politiques au pouvoir qui n intéressent guère la société, laquelle démissionnaire n aspire qu a un changement pacifique, transparent et honnête du système au demeurant déconnecté de la réalité et des risques auxquels est confronte le pays ainsi que des préoccupations majeures des citoyens en proie a la précarité et la vie chère.dans une société désorganisée subissant l exode massif de ses cadres et de sa jeunesse;envahie par la migration de subsahariens,des dangers d insécurité aux frontières,de l inflation aggravée par la planche a billets,l augmentation des charges et des prix ne peut être mobilisée pour participer pacifiquement dans un cadre organise a la vie politique ni a l expression de ses idées en raison du verrouillage inflige a l opposition , aux associations, a la presse et aux médias et de l interdiction de réunions.c est pourquoi ,il est indique dans l intérêt du pays que tout le monde sans aucune exception se regroupe, discute pour proposer les solutions qui s imposent pour juguler cette crise sociétale et moralo politique .

    6
    2
    la verité
    12 janvier 2019 - 17 h 28 min

    Le Nouvel homme fort du FLN ! vous m’avez fait rire.fort comme Saidani et ould Abbas qui ont été éjectés par un simple coup de téléphone.le FLN et le RND sont de simples appareils du pouvoir dirigés en façade par des opportunistes que seuls leurs intérêts les intéressent. avec d’autres partis microscopiques qui ne méritent même pas d’être cités.seuls Khider et Mehri, que dieu ait leurs âmes, ont essayé de faire du FLN un parti politique indépendant de l’influence du pouvoir.ils n’ont trouvé personne à leurs cotés pour les soutenir.

    15
    Anonyme
    12 janvier 2019 - 17 h 25 min

    Un bilan non en dents de scie mais fiasco total.Perte de temps et perte d’argent.Pour les gens,on parle de plus de 1000milliards de Dollars et pour d’autres plus de 1500milliards pour se retrouver avec un bilan désastreux.

    12
    3
    FELLAG
    12 janvier 2019 - 17 h 24 min

    Ne surtout pas changé une équipe qui à transformé le Harki en Moudjahid, et le Moudjahid en Harki;elle a réhabilité les traitres et les ex collabos a multiples visages;elle a crée une justice aux plus offrant unique ou monde humain;elle a inventé les urnes caméléons;et la meilleur faire disparaitre mille milliards de Dollars que personne n’aperçois,légalisation de la corruption;détournement de l’argent des mosquées;si vous trouverez mieux ailleurs je quitterais ce pays qui m’a couté très chers

    19
    4
    Rascasse
    12 janvier 2019 - 16 h 16 min

    Les dés étaient jeté depuis longtemps, depuis Le jours où le tliba avait voulu créer des comités de soutien, les labos avaient décidé de présenter boutef même comateux, le reste n’était que matraquage des cerveaux et des consciences pour mieux faire passer la catastrophe du 5 eme horda, maintenant on est des damnés les algériens car les voyous et les occidentaux s’accommodent très bien de cette situation et tout le monde trouve son compte :

    25
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.