La missive du roi Macron à ses sujets

Macron Françaises
Emmanuel Macron semble sourd aux revendications de son peuple. D. R.

Par Mesloub Khider – «Chères Françaises, chers Français, mes chers compatriotes,

Par la grâce présidentielle qui s’attache à mes fonctions, en cette période de fronde populeuse conduite par une foule haineuse, j’ai pris la résolution de m’adresser directement à mes admirateurs citoyens afin de les rassurer sur ma détermination de conserver le cap de ma politique pour laquelle les seigneurs de la finance m’ont intronisé à la tête du pouvoir suprême de la France.

Je tiens à dissiper quelques malentendus répandus à mon sujet. Certes, longtemps j’ai occupé les fonctions de gestionnaire de la finance dans une prestigieuse banque internationale. Mais j’ai rempli ma mission d’enrichissement de mes plus fortunés clients de la royauté financière avec loyauté. En récompense de mes services rendus, de ma fidélité aux banquiers, les barons de la finance m’ont gratifié du portefeuille de ministre de l’Economie dans le quinquennat de François Hollande.

En outre, mes compétences de grand argentier à Bercy m’ont permis de m’ouvrir la voie royale de la Présidence. Avec le soutien de la royauté financière, j’ai pu briguer l’investiture de la magistrature suprême présidentielle avec réussite. Mes efforts électoraux ont été couronnés de succès. Ma candidature s’est imposée à la tête de L’Elysée grâce aux suffrages des électeurs mobilisés massivement contre la candidate du Front national.

Aussitôt intronisé au sommet de la couronne présidentielle républicaine, j’ai prêté serment au capitalisme mondial en jurant de le sacraliser par l’observance impénitente des sacro-saintes règles de la finance mondiale. J’ai décrété concourir fidèlement à la prospérité des revenus de l’aristocratie financière. De préserver militairement ses intérêts. De lui témoigner sans défaillance toute ma confiance.

Avec la régente de ma vie, la reine du détournement de mineur, j’ai intégré mes fonctions de roi de la République financière française dans le Palais de L’Elysée. Aussitôt, dans le cadre de ma politique des réformes, j’ai promulgué quelques édits en faveur des barons de la finance afin de leur permettre d’accroître leur patrimoine, d’assurer la longévité de leur lignée capitalistique. Pour augmenter leur richesse, je les ai exonérés de l’impôt sur la fortune, cet impôt injuste, inique.

Quant à mes sujets du royaume de la misère de France, j’ai pris la résolution de les impliquer à l’effort du relèvement du pays des riches par une politique de taxation tous azimuts sur leurs produits de consommation courante. Par la réduction drastique des dépenses publiques réservées à ces populations surnuméraires. Par l’allongement du départ à la retraite, par la baisse de leur pension de retraite. Par la réduction de tous les budgets sociaux alloués à ces populations assistées. Par l’introduction de mesures draconiennes en matière de surveillance des chômeurs, ces fainéants incorrigibles et irrécupérables.

Enfin, pour préserver la planète, j’ai invité ces intoxiqués de la consommation et fanatiques de l’automobile à s’acquitter de diverses taxes écologiques pour sauvegarder les finances de l’Etat, trop malmenées ces dernières années par les multiples avantages accordés aux seigneurs de la finance, sans oublier les industriels de l’armement, ces ossatures de notre économie nationale patriotique.

Mais, égoïstes comme à leur habitude, ces misérables ingrats sujets se sont révoltés contre mes mesures. En guise de bouclier, pour affronter mes réformes, ces gueux contemporains se sont affublés d’un Gilet Jaune. Depuis deux mois, ces frondeurs du XXIe siècle se sont ligués contre mon intemporel régime. Ils ont érigé des citadelles autour des ronds-points pour bloquer l’économie. Ils ont juré d’envahir Paris pour prendre d’assaut mon Palais : l’Elysée. Fort heureusement, ces foules haineuses ont été neutralisées par mes chevaliers des temps modernes, les CRS, équipés comme des Robocops.

Bien que j’eusse accordé quelques libéralités à ces Gilets Jaunes, ils maintiennent leur pression par des revendications inconsidérées, irresponsables. Ces Gilets jaunes me poursuivent encore de leur haine tenace. Certains exigent mon abdication. D’autres réclament ma décapitation.

Aujourd’hui, dans cette période de grande agitation politique, d’effervescence sociale, j’ai pris la résolution de rédiger à l’intention de mes fidèles sujets une missive. J’espère qu’elle sensibilisera l’ensemble de mes administrés.

‘’Comment ne pas éprouver la fierté d’être français ? Je sais, bien sûr, que certains d’entre nous sont aujourd’hui insatisfaits ou en colère. Parce que les impôts sont pour eux trop élevés, les services publics trop éloignés, parce que les salaires sont trop faibles pour que certains puissent vivre dignement du fruit de leur travail, parce que notre pays n’offre pas les mêmes chances de réussir selon le lieu ou la famille d’où l’on vient. Tous voudraient un pays plus prospère et une société plus juste.’’

Eh bien, mes chers compatriotes, en guise de solution radicale, je vous propose l’institution d’un ‘’débat national’’. J’ai chargé mes subalternes officiers municipaux de mettre à votre disposition des cahiers et des stylos. Rassurez-vous : les cahiers et les stylos seront pris à la charge de la Mairie, grâce à vos impôts. Vous pourrez ainsi exprimer librement toutes vos opinions. Nous savons, par expérience, qu’une missive politique ne ressemblera jamais à un missile révolutionnaire.

Alors, mes chers compatriotes, n’hésitez pas de vous saisir de cette précieuse plume mise à votre disposition pour donner des ailes à votre imagination. Libérez votre conscience. Nos psychanalystes politiciens se feront un plaisir de lire vos Délires personnels. Et faute de vous apporter des solutions économiques, sociales et politiques, nous soignerons vos démons intérieurs : vos instincts de révolte.»

M. K.

Comment (6)

    Rachid Tazoulti
    16 janvier 2019 - 18 h 01 min

     »Le débat national » drôle de farce à la française… Ça me rappelle, 1976 et feu Boumediene lorsqu’il pris  »la décision historique » de rapatrier le projet de discussion des thèmes politiques du Parti Unique pour en faire après  »corrections » par les  »ténors » de la politique de l’époque  » Belaid Abdeslam, Mostapha Lacheref, Taleb Ibrahimi, Mohiédine Amimour, Driss Jazairi, … **  » pour en faire le projet de charte national… Le débat a eu lieu et ceux qui ont ouvert un peu trop leur gueule… ont été réduit à =jamais au silence. Est ce que Macron osera faire ce que Boumediene a fait ?

    ** les guillemets mettent l’accent sur les choix des hommes qui ont fait le lit de la démocratie inachevée en Algérie…

      Anonyme
      16 janvier 2019 - 22 h 30 min

      Bien entendu que macron fera comme feu Boumedienne et même pire, il va ouvrir des camps d’internements pour y mettre tous les gilets jaunes.
      Et je ne sais pas s’il ne va pas se proclamer empereur ou roi des français.
      La france prend l’eau de toute parts. Le naufrage de la fameuse démocratie franchouillarde n’est pas loin. Bientôt on va voir arriver les gaulois sur des radeaux pour nous quémander un droit d’asile comme notre grand ami Gérard Depardieu.

    Vroum Vroum 😤..
    16 janvier 2019 - 1 h 41 min

    Joli article satirique..y’a pas photo !!! . . Macron est le jouet ..je ne parle pas de la personne mais du rôle dans le scénario .

    Anonyme
    15 janvier 2019 - 22 h 59 min

    Quelle ironie! Constructive bien sûr..j’ai bien aimé..! En tout cas, ce macron a prouvé que c’était un pauvre gamin entre les mains de Brigitte d’abord, mais surtout entre les mains (la machine) des Rothschild et du Crif qui lui dictent la conduite à tenir…sinon comment expliquer q’un enfant de 39 ans puisse devenir président de la France alors qu’il n’était pas connu ! C’est ça la démocratie qu’ils veulent nous faire avaler, ils se comportent pire que les pays du tiers monde qu’ils colonisent jusqu’à ce jour!
    Les français savent ce qu’ils ont à faire….Ils doivent se débarrasser de l’emprise des sionistes qui ont pollué la France.

    Anonyme
    15 janvier 2019 - 22 h 45 min

    Il me semble que la dame Lepen, après un long silence, a repris ses activités depuis hier. Sur un média internet elle s’exprimait à propos des GJ. Bizarrement ses commentaires ressemblaient à ceux qu’avaient tenus plusieurs manifestants GJ lors des manifs de décembre.
    En gros, il ne s’agissait nullement de questions fondamentales relatives au pouvoir des financiers, des banquiers, des milliardaires, des patrons, des politiciens, de tous les représentants du capital en vue de réduire leur puissance et leur nuisance par la diminution de leurs revenus et l’abolition de leur mainmise sur l’état. Ses commentaires se résumaient à « Virons Macron et tout ira mieux avec Moi».
    Derrière ces GJ se cachent pas mal de zozos d’extrême droite qui manipulent ce mouvement. Lequel témoigne effectivement d’un malaise de la société française.
    Vouloir comparer ces GJ à des révolutionnaires affamés et à la lutte des classes c’est rêver aux lendemains qui chantent, et qui n’arrivent jamais.

    Il faut quand même se souvenir que les résultats du Premier Tour montrent qu’environ 20 % des français seulement adhéraient pleinement au programme de Macron, tous les autres votants étaient contre ou n’étaient pas concernés.
    Au second tour, Macron obtient 66% et Le Pen 34% avec une abstention de 25%. Il est à noter que c’est la plus faible participation à un second tour d’une élection présidentielle depuis 1969.
    Il ne faut pas oublier que Lepen a recueilli 10 638 475 voix. Un français sur dix adhère à l’idéologie fascisante et raciste du clan lepen. La société a changé idéologiquement comme en Italie.
    Nous verrons ce que feront les extrêmes droites s’ils prennent le pouvoir. Ce qui est certain c’est que les petites gens resteront toujours des pauvres. Et que le liberté sera restreinte.

    Felfel Har
    15 janvier 2019 - 13 h 27 min

    Le débat national,tel que voulu par Macron et ses supports, n’a pas plus de chance de réussir que son discours de fin d’année. Il a tout verrouillé en choisissant les thèmes à débattre et en nommant les « modérateurs » (ils lui sont tous fidèles). La messe est dite, mais nombreux sont les GJ qui ne mordent pas à son hameçon. Ils se sont rappellé le conte du petit chaperon rouge:
    « Mère-grand, vous avez de longues oreilles.
    -C’est pour mieux t’endendre mon enfant.
    Mère-grand, vous avez de longues dents.
    -C’est pour mieux te manger mon enfant. »
    Macron pense rouler le peuple dans la farine en imposant 5 caporaux (comme les 5 doigts de la main) pour étouffer les revendications populaires légitimes qui s’inscrivent à contre-courant de ses initiatives. Ne cherche-t-il pas à envoyer un message subliminal en pointant bien haut son majeur? Tenez!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.