Les travailleurs «arbitrairement» licenciés par Cevital se mobilisent à Béjaïa

Cevital travailleurs
Le collectif des travailleurs déterminé à mener son combat. D. R.

Par Hani Abdi Le collectif des travailleurs «arbitrairement» licenciés par le groupe Cevital a appelé à un sit-in ce mercredi 16 janvier devant le siège de la wilaya de Béjaïa pour exiger leur réintégration. Dans son appel, le collectif des travailleurs revient sur l’affaire de leur licenciement jugé «abusif et illégal». Il a déjà tenu un premier sit-in, il y a plus d’une semaine, devant le siège de Cevital pour réclamer la réintégration de tous les travailleurs licenciés. Leur réintégration était un engagement de Cevital en 2013. Un engagement, accuse le collectif, sur lequel le groupe de Rebrab est revenu.

C’est en 2013 que «le patron, soucieux de l’emploi et de ses concitoyens, justifie le licenciement en nous faisant croire que le sous-traitant chez qui on allait partir travaillera toujours pour Cevital et assurera toujours nos emplois». Ce collectif des travailleurs estime que le groupe Cevital «omet volontairement de dire, c’est qu’on était avant tout et depuis longtemps des ouvriers de Cevital et (qu’)il nous a obligés, sous peine de licenciement, à quitter nos postes d’emploi initiaux pour travailler chez le sous-traitant qu’il a engagé, avec la promesse de nous reprendre à Cevital dans le cas où le sous-traitant Prosmi se retirerait».

Ainsi donc, pour ces travailleurs licenciés, le protocole de 2013 est de fait reconduit et l’ancien employeur (Cevital) est tenu de respecter ses engagements. Mais concrètement, rien n’a été fait. «On se retrouve ballotés entre un patron est un autre. Le contrat de Cevital avec Prosmi n’est pas reconduit. Cevital fait machine arrière et refuse de tenir parole et de nous réintégrer dans nos postes», relève le collectif des travailleurs, estimant que devant une telle situation et face au mutisme du patron, des autorités et de la presse, la seule voie conséquente pour faire aboutir les revendications de ces employés licenciés reste la rue.

L’action de ces travailleurs est soutenue, notamment, par le mouvement des chômeurs du Sud.

H. A.

Comment (9)

    Rea
    18 janvier 2019 - 0 h 41 min

    Rebrab est vraiment inutile pour le pays. Hormis quelques trucs dérisoires dans l’agro-alimentaire (soit-disant), il n’a fait que profiter des largesses de l’Etat. Son staff est vraiment nul, nul nul. Les recrutements se font à la tête du client. Son VP qui s’occupe des finances a instauré un système digne des goulags. Sans vergogne, Rebrab est un petit magnat sans envergure, qui a profité du système, sans rien apporter au pays. Ses super marché croulent mais ne ferment pas. Ses cadres supérieurs sont des incompétents notoires. Ses fils ne font rien, terrorisent le personnel, ne savent rien faire mais sont supers riches.Qui paiera les gabegies de Rebrab , de ses enfants et des wled leblad chéris (beni Douala)? Rebrab etconsorts (nemmar, les quatre cherubins et d’autres) me dégoutent

    Rayés Al Bahriya
    17 janvier 2019 - 11 h 29 min

    Cevital c’est pas la maison du bon dieu…
    Je parie que c’est des bras cassés….
    C’est l’état qui crée la richesse , de repartir la richesse , de créer des caisses de chômage …
    De lancer des programmes de formation, orientation de carrière…
    Rebrab est créateur de richesse …
    Il ne va pas créer sa propre faillite…
    C’est l’état qui a failli à sa mission de régulateur de la richesse et de programmes sociaux..
    Quand au pssssstttttt, il joue le jeux du système.
    Il insulte les patrons de l’économie….
    Eux versent dans la polémique stérile depuis Lénine trotsky bronstein…

    3
    1
    jughurta
    16 janvier 2019 - 13 h 34 min

    La vérité est que le pouvoir maléfique machiavélique patenté dans sa façon de ruminer n’ a pas ingurgité la mobilisation massive des bejaouis organisé par Cevital et donc Rebrab, ils essaient ainsi, par manipulation, de montrer que certains Kabyles sont départagés sur Cevital hors la vérité c’ est que les Kabyles sont massivement autour de Rebrab, l’ élément déclencheur est certes le blocage au niveau de la douane maritime de bejaïa. Les Kabyles loin d’ être dupe savent que Cevital est la barrière locale contre l’ austérité et la paupérisation de la Kabylie voulu par ce pouvoir en place. A quand un grand soulèvement de millions de Kabyles avec des banderoles  » Pouvoir assassin » comme au bon vieux temps ?? Peut importe le prix… Ce pouvoir aime la flagellation, il l’ aura bientôt… cette fois de manière décisive.
    Quand à Rebrab, c’ est aux Algériens qu’il pense et aux Kabyles en particulier, sinon croyez moi, c’ est des miettes qu’il ramasse en Algérie, son plus gros chiffre d’affaire se trouve à l’ Étranger. Quant au DAF harki connu pour son anti Kabylisme reflétant la glorieuse Wilaya III leur ayant fait tant de mal, il est qu’ une question de temps pour eux même s’ ils sont floués par leurs arrogances et leurs orgueils. L’ Algérie ce n’ est pas eux, l’ Algérie c’ est le peuple et certes ils devront répondre de leurs actes, de leurs takhrib, si ce n’ est pas eux, ce sera leur semblable ou le portefeuille de leurs enfants… La vengeance est certes un plat qui se mange froid.

    23
    14
      Massanissa
      16 janvier 2019 - 15 h 01 min

      Sectaire et un soupçon de racisme

      11
      8
      Anonyme
      16 janvier 2019 - 22 h 30 min

      Jugurta,non,c pas seulement les kabyles qui soutiennent c tous les algeriens qui sont pour le juste. Ça pourrait être pour kouninef ou benamor c pareil. La cause juste: aucune autorité n’a donné le motif du blocage de l’usine de trituration,même pas la présidence car il n’y a aucun motif légal ou réglementaire.

      4
      2
    Anonyme
    16 janvier 2019 - 11 h 33 min

    UN COUP TORDU et une réponse du clan qui bloque les investissements, dans la région et ailleurs, pour salir cette grande entreprise. Ces gens n’ont qu’à s’adresser à l’inspection du travail s’ils ont raison, car le délestage ou externalisation d’activité est un acte courant en gestion, quant à la pérennité d’une entreprise et partant de l’emploi personne ne peut le garantir, même Cevital peut demain fermer ses portes.
    Ils devraient plutôt s’attaquer aux gens qui veulent asphyxier leur région et bloquent les investissements, car si les nouveaux projets avaient démarrer c’est Cevital qui aurait besoin d’eux et non l’inverse.

    22
    10
    Anonyme
    16 janvier 2019 - 9 h 19 min

    Tout est fait pour perturber la marche pour les prochaines elections presidentielles…qui est derriere ces troubles et qui en profite pour……creer un chaos et renvoyer la date des elections aux calendes grecques…..soyons vigilents….ceux qui veulent s accrocher au pouvoir sont capables de creer le chaos general…..
    A Cevital de chercher de negocier et de trouver une solution…..a l amiable,car cela risque un debordement general……Rebrab ne doit pas jouer avec le feu….la solution est possible ..dans trois mois les elctions doivent se derouler dans le calme et la transparence.

    9
    8
    Le vrai visage de Rebrab
    16 janvier 2019 - 8 h 45 min

    Sa seule religion est l’argent, son seul objectif « son propre intérêt, son pays « là ou il peut prospérer financièrement », le reste il s’en fout. C’est un prédateur sous son air charmeur mais il est partie prenante de ce système avec ses propres parrains qui sont les détenteurs (une partie du moins) qui ont privatisé et colonisé le pays. Sous ses faux airs de patriotisme pour l’Algérie, il manipule les Algériens et joue de leurs divisions. Il commence à apparaître sous son vrai visage.

    21
    33
    Argentroi
    16 janvier 2019 - 8 h 15 min

    Ces remous dans la maison hafside ne sont que la réponse du berger à la bergère ! Cela n’est que le prélude des grandes manœuvres qui s’annoncent dont l’enjeu reste bien sûr les présidentielles. Mais une question me taraude l’esprit : quels sont les véritables protagonistes ?

    15
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.