Soltani contredit Mokri et refuse de parler de crise en Algérie

Soltani
Aboudjerra Soltani, président du Forum du juste milieu. New Press

Par Hassan Abid – Bouguerra Soltani contredit le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrazak Mokri, en affirmant qu’il n’y a pas de crise en Algérie.

S’exprimant en sa qualité de président du Forum du juste milieu, l’ex-premier responsable du MSP continue en estimant que «la convocation par le président Bouteflika du corps électoral dans les délais est un signe de la stabilité institutionnelle». Il critique ainsi les «discours défaitistes et pessimistes» selon lesquels le pays traverserait une grave crise qui nécessiterait un report de ce grand rendez-vous électoral.

L’ancien ministre lance des piques à Mokri qui a fait campagne pendant des semaines pour le report de la présidentielle. Une campagne qui a été soldée par un échec cuisant. «Le président Bouteflika nous a habitués au respect des rendez-vous électoraux. La convocation du corps électoral a été normale et conforme à la Constitution. Mais ce qui a précédé cette convocation a semé le doute avec, notamment, les appels au report de la présidentielle», soutient Soltani, en faisant allusion à Mokri.

Soltani considère la convocation du corps électoral comme un «message fort à l’opinion nationale» et aux «semeurs de doute» sur la stabilité du pays. Il prédit que la présidentielle va se dérouler dans de bonnes conditions. Soltani ne semble donc pas avoir enterré la hache de guerre en continuant à lancer des attaques contre son successeur qui se prépare à se présenter à l’élection présidentielle, après avoir tenté vainement d’obtenir le report de la présidentielle.

Bouguerra Soltani a toujours eu des relations tendues avec Abderrazak Mokri qu’il critique ouvertement. Lors du dernier congrès du parti en 2017, Soltani allait se présenter contre Mokri, auquel il reprochait son «radicalisme politique». Après ce congrès, Mokri a changé de stratégie politique en prônant le dialogue, allant jusqu’à proposer une conférence nationale pour le consensus.

La rivalité entre les deux hommes influents du MSP risque de desservir Mokri qui ne pourrait pas compter sur le soutien des autres formations islamistes qui sont dans d’autres logiques.

H. A.

Comment (4)

    TnT
    20 janvier 2019 - 20 h 12 min

    Je connais une personne qui partegerait vos valeurs, c’est l’ex chef du parti FIS réfugié en Belgique,il a des nombreux amis aux seins des renseignements Marocaine et Israélienne

    4
    3
    elbiour
    20 janvier 2019 - 16 h 32 min

    mokri et soltani …..??????!!!!!00000000000000

    5
    1
    elhadj
    20 janvier 2019 - 16 h 30 min

    bénéficiant de privilèges matériels et grassement paye ,en dehors de la réalité et des préoccupations des citoyens et du pays comment voulez vous qu on accorde du crédit a ce genre de gens sans conviction .les électeurs devront être prudents quant a leur choix pour l élection prochaine afin de doter le pays d un nouveau président en capacité physique et intellectuelle de remplir toutes ses obligations constitutionnelles et instaurer une 2 eme république dotée d institutions légitimes
    représentées selon la volonté populaire..

    34
    1
    TIC
    20 janvier 2019 - 15 h 10 min

    La soumission et la lâcheté se sont deux gènes dans les sangs des traîtres et les corrompus

    22

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.