Un journal saoudien révèle l’existence d’une filière terroriste arabe à Oran

migrants Oran
Des terroristes tentent de s'infiltrer parmi les réfugiés. D. R.

Par R. Mahmoudi Une nouvelle filière de «migrants arabes», soupçonnés de liens étroits avec des groupes armés, a été découverte ces derniers jours à Oran où les garde-côtes de la marine algérienne ont repêché les corps de deux Palestiniens et secouru 12 autres personnes, de nationalités irakienne, yéménite et palestinienne, alors que les opérations de sauvetage se poursuivent sans relâche.

Selon le quotidien panarabe Al-Hayat, qui rapporte l’information, les personnes naufragées, parmi lesquelles se trouvaient deux femmes algériennes, avaient emprunté une embarcation de fortune pour tenter de gagner la rive sud de l’Espagne.

La découverte de cette nouvelle filière de l’immigration clandestine indique, pour les autorités algériennes, que le même réseau de passeurs, démantelé il y a quelques semaines, dans la région de Tamanrasset a été réactivé et que, par conséquent, les risques d’infiltration du territoire national par des terroristes sous couvert de migrants clandestins sont toujours à prendre au sérieux.

Preuve de cet intérêt exceptionnel accordé à ce dossier, l’ANP a décidé de s’en charger directement à la place de la Gendarmerie nationale et de la Sûreté nationale au niveau de la wilaya d’Oran, principal point de passage pour les migrants arabes. Du coup, une enquête est ouverte pour connaître les itinéraires et les profils de ces migrants arabes qui, depuis quelques mois, affluent vers l’Algérie par les frontières sud.

En décembre dernier, les autorités avaient annoncé l’expulsion vers le Niger d’une cinquantaine de «migrants arabes», en majorité syriens, soupçonnés de liens avec la milice dite «Armée syrienne libre». Le directeur central au ministère de l’Intérieur, chargé du dossier des migrations, Hassan Kacimi, a révélé que les migrants arabes provenant de Syrie, du Yémen et de Palestine suivaient des routes encadrées par des groupes armés. Ce qui permet à des éléments terroristes de s’y infiltrer.

Pour toutes ces raisons, l’Algérie «ne fera aucune concession à ce sujet» afin de sécuriser et de protéger au mieux ses frontières dans le cadre de la lutte soutenue contre l’immigration clandestine, avait expliqué le même responsable. Et d’ajouter : «L’Algérie n’acceptera aucune négociation dans le domaine de la sécurisation et de la protection de ses frontières dans le cadre de la lutte contre l’immigration clandestine.»

En janvier, un ancien lieutenant de l’armée syrienne, qui aurait fait dissidence en 2012, a reconnu qu’il était entré en Algérie de façon illégale en compagnie d’autres membres de la milice dite «Armée syrienne libre».

R. M.

Comment (8)

    ON CE REVEILLE !
    13 février 2019 - 3 h 13 min

    Depuis le temps qu’ on savait que derrièrre les migrants ce disimule des mercennaires terroristes que certains pays nous envoient.(D’ailleurs ce sont toujour les mêmes !)

    Mme CH
    12 février 2019 - 23 h 39 min

    Il faut doubler de vigilance, car les terros mercenaires financés et armés par le Mossad et la CIA ont été battus en Syrie alors ils essayent de se répandre dans la nature et d’autres sont affectés pour s’infiltrer en Algérie afin de semer la Roubla surtout en ce temps d’élection présidentielle…! Il faut dire aussi qu’il y a de la complicité de la part de certains traîtres algériens sans foi ni loi dans le but de gagner de l’argent sans se soucier de la sécurité du pays…! Restons unis et vigilants..!

      Abou tamtam
      17 février 2019 - 6 h 39 min

      « Il faut dire aussi qu’il y a de la complicité de la part de certains traîtres algériens sans foi ni loi dans le but », et surtout de plus en plus de débiles qui leur donne le bâton (l’argent) pour mieux nous battre. Autre chose, à Oran il y a un nombre impressionnant de noirs qui au vue des habilles qu’ils portent ne sont pas des migrants misérables comme nous les présentent certains de nos politiques qui assurent leurs arrières avec les Ong et autres associations mafieuses.

    Elephant Man
    12 février 2019 - 22 h 42 min

    ASL groupe terroriste dont les chefs sont basés à Istanbul.
    FRONTIÈRES HERMÉTIQUEMENT FERMÉES DE TOUTE PART
    Mur et blindage 20m de haut et tout le matos sophistiqué qui va avec.
    VIVE L’ANP QU’ALLAH PROTÈGE LA MÈRE PATRIE ALGÉRIE SON PEUPLE ET SON ANP

    K. DZ
    12 février 2019 - 19 h 37 min

    On appelle ça un coup fourré ! Les wahabites, de concert avec les officines européennes, révèlent *l’existence* de cette filière terroriste, ce qui signifie une menace directe pour la securite de l’Europe et donc un droit de regard et meme plus sur ces mouvememts. L’UE qui n’a pas pu faire plier l’Algérie sur la création de centres de rétention pourrait, grâce à cette manœuvre, revenir à la charge et imposer son dictat. L’Algérie, au risque de se voir accusée d’héberger de terroristes aura fort à faire pour se sortir de l’étau. A suivre.

    Anonyme
    12 février 2019 - 9 h 39 min

    il doit bien les connaitre puisqu’il est l un des créateur de cette mouvance avec israel catari et us

    36
    6
    Vérité
    12 février 2019 - 8 h 34 min

    Si le journal Saoudien l’écrit alors c’est bien vrai,mais malheureusement cette filière nuisibles aux intérêts Algériens,elle existe depuis Avril 1999 venant d’Oujda avec des membres venant de Tunisie et en grande majorité du Maroc

    56
    45
      Anonyme
      13 février 2019 - 15 h 02 min

      Bravo!
      Je voulais un commentaire mais vous le résumez très bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.