Cette démocratie-là

Algérie oppositionnisme
Ils ne cherchent ni argent ni pouvoir... New Press

Par M. Aït Amara – Les opposants au cinquième mandat nous reprochent de ne pas nous y opposer, les opposants aux opposants nous blâment de donner de la voix à ceux qui s’opposent à eux, et Algeriepatriotique s’oppose à cet oppositionnisme tous azimuts qui n’apporte rien à l’Algérie, sinon un retour à l’instabilité.

L’Algérie avant tout, disait feu Slimane Amirat. Que ceux qui veulent rester au pouvoir et ceux qui s’échinent à y accéder s’affrontent dans l’arène politique et laissent les Algériens loin de leurs tentations ! Toute cette agitation pré-électorale, au fond, n’intéresse les citoyens que par la menace qu’elle fait peser sur leur tranquillité. Eux ne cherchent ni le pouvoir ni l’argent. Ils veulent vivre dans le calme et la sérénité et n’aspirent qu’à voir grandir leurs enfants dans leur pays apaisé et loin des tumultes.

Battez-vous pour l’empire si cela est votre désir le plus profond mais, de grâce, laissez la rue à sa vocation citoyenne de partage et de vivre-ensemble et n’en faites pas un champ de bataille et de division pour aboutir à vos fins ! Les Algériens en ont marre de voir le sang couler. Ils en ont ras-le-bol de cette surpolitisation qui leur empoisonne la vie depuis qu’on leur a fait découvrir les vertus de la «démocratie».

Cette démocratie-là nous a appris à parler plus et à travailler moins, à mimer l’étranger en nous reniant, à chercher le salut ailleurs, à ériger la cupidité et l’égoïsme en religion. Cette démocratie-là n’a pas réalisé les rêves et les idéaux pour lesquels sont tombés nos martyrs. Cette démocratie-là a ouvert les portes de l’enfer à nos enfants qui ont choisi le péril des mers à l’oppression – au sens psychique du terme –, faute de leur avoir tracé la voie vers la félicité et la plénitude qu’on leur a promises. Cette démocratie-là que pouvoir et opposition résument à la seule volonté de régner ne les intéresse pas.

M. A.-A.

Comment (30)

    ben
    20 février 2019 - 14 h 53 min

    Les algériens en France ou dans le monde on le droit de manifester et de dire non au cinquième mandat

    Zaatar
    19 février 2019 - 1 h 00 min

    C’est quoi ce contraire de la contraposee? La lecture de l’article donne l’impression d’un carquois rempli de fleches empoisonnees chez H’mida. Ce n’est pas H’mida qui appelle au secours voyons. Et puis le peuple adore jouer au domino dans les cafes en fumant une cigarette et en sirotant un cafe ou un the. Pourquoi H’mida s’amuserait il a le piquer d’une fleche empoisonnee de surcroit? Comme chantait Souchon, « attention, Jimmy ne tourne pas rond », apres qu’il eut tourne en rond.

    basta
    18 février 2019 - 22 h 18 min

    Vous pillez le pays et on se tait et on creve
    ça ne marche plus

    10
    1
    Anonyme
    18 février 2019 - 21 h 53 min

    L’opposition est-elle crédible ?? Se réunir à l’étranger pour faire campagne électorale est tout ce qu’il y a de plus antipatriotique.
    Au lieu de manifester pour des antipatriotes il eut été plus judicieux de créer et oeuvrer pour une opposition constructive ou plus exactement avec un réel programme et non un « non au 5ème mandat » ça c’est juste un slogan publicitaire.
    Face à Lamamra aucun poids lourd à l’horizon.

    2
    13
    MELLO
    18 février 2019 - 20 h 52 min

    Le parti unique, la pensée unique, l’ordre unique avec en prime l’unique article 120 qui ouvre les portes de la gloire. Octobre 1988 est arrivé, par inadvertance ou programmé, les fondamentaux de l’unicité n’ont pas changé. Des associations à caractère politique ouvrent le droit à l’existence pour la plupart issues de cette unicité. Depuis, d’élection en élection les tenants du pouvoir savent que le changement ne vient pas de ces élections. La démocratie n’est pas nécessairement une suite d’élections. Les élections sont devenues un véritable bouclier de la classe dirigeante pour éviter au peuple d’accéder à ce droit d’avoir des droits. Nous avons vu qu’en Afrique , par exemple, tous les pays en guerre civile ou sous dictature militaire, ne sortiront jamais de leurs problèmes par la voie des urnes. Car voter ne change, au final , rien. Une élection ne pourrait elle pas réconcilier un peuple, supprimer la corruption , en finir avec une dictature ? La réponse est ,sûrement, négative. Mais alors , qu’elle est cette démocratie que nous opposons à cette comédie appelée Élection ?
    La démocratie , dont rêve les citoyens, nécessite qu’ils puissent se réunir librement , pour discuter de leurs problemes en se donnant les moyens de les résoudre. La démocratie c’est ce droit des citoyens de décider des choix à tous les niveaux , allant jusqu’a retirer aux gouvernants leur mainmise sur la gestion des affaires de l’État. Comme disait feu Hocine Ait Ahmed : la démocratie , c’est le droit d’avoir des droits.

    13
    2
    Felfel Har
    18 février 2019 - 19 h 33 min

    Voilà que nous entendons les mêmes arguments développés en continu sur les chaînes proches de Macron, comme BFM, LCI, France 24 etc… en direction des GJ. Cessez vos manifestations de rue leur recommande-t-on et portez votre combat dans l’arène politique, cad là où vous n’avez aucune chance, sachant que le pouvoir a tout verrouillé en sa faveur! Dans un pays comme le nôtre, ce serait se faire harakiri!
    Les vrais stratèges militaires ont toujours su choisir un théâtre des opérations qui leur est favorable et qui ote tout avantage à l’ennemi. C’est toujours dans la rue que le peuple, bien que privé d’armes, affronte ses oppresseurs pour exprimer à haute voix ses doléances. Quand aucun dialogue n’est possible, quand le pouvoir refuse d’écouter, quand il n’en fait qu’à sa tête, il se condamne à entrer dans un cycle manifestations-répressions-escalade de la violence, sans garantie de succés.
    A ceux qui « conseillent » au peuple de rester tranquille, qu’ils se rappellent que c’est le peuple, descendu dans les rues d’Alger en décembre 1960, qui a forcé le processus de négociations qui ont mené aux Accords d’Évian!

    18
    3
    ripper
    18 février 2019 - 19 h 03 min

    Lors de la guerre entre le Yémen du Nord et le Yémen du Sud en 1994, (ayant eu un bilan particulièrement lourd : de 7 000 à 10 000 morts et des infrastructures ravagées), des sages arabes ont proposé aux belligérants « Si ça vous chante battez vous tant que voulez, mais de grâce faites le dans les montagnes et les plaines, loin des villes ».
    Ça rejoint dans un sens l’idée de l’auteur dans son respect de la rue à sa vocation citoyenne de partage et de vivre-ensemble.
    Le problème en Algérie est que la bataille ne peut se faire dans les arènes politiques, ni à travers les institutions prévues à cet effet, la seule issue disponible reste l’usage de la rue, en Algérie et ailleurs.
    C’est loin d’être un simple combat de coqs entre ceux qui veulent avoir la mainmise sur la bassecour, c’est le ra-le-bol d’un peuple qui voit ses enfants malmenés dans ce qui ressemble à un Far-West politique, suite à l’écartement des objectifs fixés de l’exécutif, du législatif et même en matière de choix de société.

    16
    3
    Anonyme
    18 février 2019 - 17 h 54 min

    Hélas , cent fois hélas,il ne reste plus grand chose a dire sur la situation du bled , tout le monde parle a des sourds ou plutôt a des gens assoiffés de pouvoir , l’Histoire nous montre ce qui arrive aux dictateurs qui ne veulent plus écouter leur peuples. personnellement je souhaite un grand menage dans le calme et la dignité.

    19
    1
    Abou Langi
    18 février 2019 - 17 h 03 min

    Exactement, Cher Abou Stroff ! Vivement que tous ceux qui réussissent à se goinfrer comme nous et à roter leur plaisir sans que des envieux pauvres viennent les en empêcher. puissent témoigner leur suffisance et leur joie de vivre dans un pays où les privilégiés sont protégés plus que dans les paradis fiscaux.

    Non , mais? ces pauvres , ne s’imaginent pas la chance qu’ils ont d’avoir de l’appétit ! Si c’est pas indécent de montrer , comme ça, sa pauvreté.

    Wala hewa wa la qewa illa bi allahi el 3adhim!

    6
    1
    Tin-Hinane
    18 février 2019 - 16 h 45 min

    Il serait certainement beaucoup mieux et bien plus compréhensible pour les algériens de manifester à Alger plutôt qu’à Paris. Pourquoi manifestent ils à Paris, que doit on en penser? oui c’est sûr un 5e mandat est vraiment un de trop mais en même temps quand on voit des algériens manifester à Paris eh ben on comprend pas, Paris est la capitale du pays qui est l’origine de tous nos malheurs, oui les français et les européens sont à l’origine de nos malheurs. Qui nous fait la guerre depuis 1830 sans nous laisser un instant de répit. Qui nous a imposé l’actuel président de force oui de force, qui n’a même pas laissé notre ex président Liamine Zeroual finir son mandat qui, sinon eux toujours eux. Et maintenant les algériens vont manifester chez eux pour dire non au 5e mandat franchement mashallah!

    59
    11
    Aissa
    18 février 2019 - 15 h 44 min

    Je jure Sur le sang des martyrs que le peuple Algerien veut un changement pacifique et qu IL est pret a pardonner et que si violence il y a; Elle emane du pouvoir dictateur qui se croit au dessus de tout et chargé d une mission divine avec bien sur la complicite des grandes puissances car IL sait les menager. Les Algeriens savent lire et ecrire ils savent distinguer le bon grain de livraie . C est dans la rue que se crie le mal profond d un peuple en detresse livré à lui meme . La vie c est un combat permanent c est dans la nature humaine. pourquoi mourir a petit feu et etre a la merci des oppresseurs . IL faut lutter la main dans la main contre la tyranie contre le mensonge et le desordre Avec des idees inovantes et pratiques. Debarassons nous du systeme d un autre age et faisons confiance a nos jeunes .
    L Algerie peut renaitre se moderniser et progresser avec une gouvernance transparente et une justice juste et efficace.
    IL faut en finir avec le culte des idoles humaine .
    L homme est mortel et le temps passe Barrons la routes a cette idolaterie et a ces faux heros qui ne sont que des escros.
    Je suis pour cette grande manifestation pacifique pour denoncer cette mascarade .
    Non aux fantomes , non a la dictature ,non au mensonge ,non a l intimidation.

    18
    2
    Lahouaria
    18 février 2019 - 15 h 41 min

    Le peuple est formaté par les mêmes domestiques de l’Occident assoiffés de pouvoir rongés par la haine et la vengeance et quêteur d’argent. ils veulent coute que coute sacrifier des jeunes algériens pour ostraciser le Pouvoir vers la Justice, comme si le Pouvoir était une dégueulasserie ou une obscénité.!!!!
    Le jour où vous assiérez sur le Koursi, d’autres Patriotes viendront vous chasser, comme a été chassé Abdeljalil Mostafa et consorts parce que le chaos c’est la confusion, et l’anarchie chacun se vengera de son coté …
    On a pas besoin de votre Liberté, on a déjà Libre
    On a pas besoin de vos Manifs qui dégénèrent en chaos, on a déjà vécu cette époque tragique.
    On veut vivre tranquille, laissez-nous en Paix.
    Y’en a marre de ces opposants de (…) .

    6
    32
    Anonyme
    18 février 2019 - 14 h 55 min

    Tout parle pour le rejet du 5e mandat et rien ne le justifie aux yeux du peuple. Le peuple a le droit et meme l´obligation d´exprimer son refus.
    Où peut il exprimer son refus, si ce n´est dans la rue de manière civilisée ou sur les réseaux sociaux??
    Les Algériens ont démontré lors du soi-disant printemps arabe qu´ils sont politiquement mûrs et qu´ils aiment leur pays, sinon ils auraient suivi la vague.
    Aujourd´hui, trop c est trop! Et c´est parce que les Algériens aiment leur pays, qu´ils voient en danger, qu´ils sortent dans les rues malgré les menaces.
    ya khouya, on veut autre chose que ce dont on nous a habitué.
    On veut avoir un lion comme président, pour nous faire respecter à nouveau à l´étranger.
    Un président qui rétablisse la justice et la morale dans le pays.
    Un président qui remotive les Algériens à se remettre au travail pour leur pays par son intégrité et sa force morale.
    Un président avec qui la harga ne sera plus une option pour notre jeunesse!

    61
    4
    ANONYME 1
    18 février 2019 - 13 h 59 min

    A ceux qui sont au pouvoir et ceux qui veulent se l’accaparer de grâce fichez nous la paix avec vos mensonges et manipulations. Vous cherchez ce pouvoir pour vous-mêmes pas pour les citoyens ou pour le pays.
    Pourquoi donc laissez-vous un président malade gérer le pays alors que vous êtes tous en bonne santé autour de lui.
    Pourquoi rien n’a été fait pour les chômeurs ni pour les jeunes qui se jettent à la mer, et encore moins pour la vie chère.
    (…) Pourquoi auparavant on ne vous entendait pas parler des jeunes au chômage, des jeunes haragas, de la mal vie des citoyens, de la vie chère, où étiez vous???
    Que les dirigeants de ces mouvements qui appellent à sortir sortent eux les premiers au lieu de rester cachés et de suivre de loin. Sortez et mettez vous dans les premiers rangs si vous voulez avoir du crédit ou ne serait-ce un respect pour vos actions et courage.

    11
    7
    Kassaman
    18 février 2019 - 12 h 47 min

    Lorsqu’un peuple est brimé, martyrisé et dépouillé de ses droits à une vie juste paisible et prospère son droit et même son devoir est de se lever contre la tyrannie. Il doit être prêt, comme nos aïeux, au sacrifice suprême pour restaurer la dignité du peuple et des générations futures.
    La question maintenant qui se pose avec acuité est, sommes-nous actuellement dans la situation de nos grands-parents qui subissaient le joug des colons? sommes-nous martyrisé, mis en esclavage, expulsé de nos terres et de nos maisons? La réponse est non, à l’évidence. Donc allons-nous faire la révolution contre nous-même, comme jadis nos martyrs contre le système colonial et ce pour des problèmes du quotidien? Allons-nous faire appel à des armées étrangères pour qu’elles viennent régler nos différends ? Nos martyrs se sont-ils sacrifiés pour que l’on mette l’Algérie sens dessus dessous au premier mécontentement politique ?
    Ce qui ont un mécontentement à exprimer doivent pouvoir le faire, doivent pouvoir se réunir et manifester, se réunir et discuter. Mais jamais ils ne doivent faire rentrer le loup dans la bergerie en allant chercher de l’aide dans des pays étrangers, car ce monde est sans pitié, il n’y a pas de réelles démocraties, pas d’amis.

    54
    22
    ben
    18 février 2019 - 12 h 28 min

    oui l ALGÉRIE va bien très bien même
    quand des femmes embarquent avec leur bébé dans une barque pour aller quemander en occident ça ne peut qu aller mieux
    sinon le pouvoir vous allez bien le céder en 2080 comme convenu ? parce que le peuple lui commence à vieillir il risque d avoir un AVC avant…

    16
    6
    Abou Langi
    18 février 2019 - 11 h 57 min

    Je rejoins complètement Monsieur Ait Amara pour sa lucidité et pour crier mon indignation face à ceux qui viennent nous perturber dans notre quiétude alors que nous nous n’avions rien fait pour les déranger, bien au contraire.

    Nous ne faisons partie ni du pouvoir, ni de l’opposition , ni du peuple d’ailleurs. La présidentielle , ne nous intéresse nullement , car notre avenir ne dépend pas de ces contingences qui font l’ordinaire des petites gens.

    Alors , si vous avez des doléances à faire , faites-les donc comme des gens civilisés par écrit. Si vous ne savez pas écrire , ce ne sont pas les écrivains publics qui manquent.

    Figurer-vous qu’en cherchant à déranger l’ordre établi, vous dérangez aussi notre quiétude , alors que nous n’y sommes pour rien dans votre misère, bien au contraire nous compatissons et nous prions à l’occasion kay allahou youghayirou ma bi anfoussikoum.

    Alors réfléchissez donc avant d’aller semer la zizanie. Après tout, tout le monde n’est pas malheureux en Algérie. Ne soyez donc pas si égoïstes, pensez un peu à ceux qui n’ont pas de problèmes comme vous.

    N’oubliez donc pas que vous êtes musulmans et mène yesbar yanalou : inna allahou ma3a essabirine.

    4
    23
      Moi, mon ego et ma personne
      18 février 2019 - 12 h 59 min

      Moi aussi ils me fatiguent, ces gens qui me rappellent sans cesse que le ras-le-bol est bel et bien réel chez nous. On ne peux pas vivre tranquille dans son petit confort, on ne peut pas jouir de ses petits privilèges, de ses menus passe-droits sans que des rabat-joie invétérés viennent vous rappeler qu’il existe un pays réel et qu’il s’appelle ALGÉRIE.

      13
      2
        Abou Langi
        18 février 2019 - 14 h 16 min

        Absolument! Absolument ! Très Cher.

        Alors que nous autres nous ne nous plaignons jamais de nos privilèges que nous assumons sans complexe, eux ils n’arrêtent pas de se plaindre de leur situation. Ils nous dégaine leur pauvritude en toute occasion.

        Alors qu’ils savent bien se passer de toutes les choses qui leur manquent.

        7
        1
          Abou Stroff
          18 février 2019 - 15 h 47 min

          je suis de tout coeur avec vous Mister Abou Langi!
          en effet, grâce à mon comportement de lèche-botte confirmé et de serviteur zélé des puissants du moments (et j’en ai vu passé des puissants depuis le début des années 70), j’ai pu, grâce à un subterfuge, m’approprier la villa (et ses dépendances) qui servait d’ambassade à un pays aujourd’hui disparu. je suis, aussi, grâce à des prête-noms, et grâce à des prêts (que je ne rembourserai jamais) à la tête d’entreprises (de transport, entre autres) florissantes qui me rapportent des centaines de millions par an.
          conclusion imparable: je voue une haine incommensurable à ceux et celle qui veulent perturber mon bien-être et je prie……………. le Bon Dieu pour que la gestion démocratique des foules soit utilisée démocratiquement contre tous ces perturbateurs qui me jalousent et jalousent tous les opportunistes qui me ressemblent.
          PS: Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite. par conséquent la censure n’a aucune raison de sévir.

          60
    Rchidblidi
    18 février 2019 - 11 h 32 min

    C est bien de rappeler que il y avait un patriote de la trampe de amirat. Seulement depuis 2014 rien ne va surtout avec les prix du pétrole qui font du yoyo. Puisque il n ya aucune institution légitime issu du peuple qui peut contre carrer l omniprésence de la présidence. Donc à chaque élection présidentielle toute les différences remonte et les conflits submergent.
    Le peuples est convoité pour prendre ces responsabilités et faire » ghachi « devant les urnes. Triste sort à mon peuple tenu en tenaille par les clans aux intérêts très étroit. Une nouvelle vague de dirigeant est inévitable qui n à rien avoir avec le guerre de l indepense et ces cassures doit émergé pour mettre l Algérie 🇩🇿 sur les failles. Partez svp.

    DZA
    18 février 2019 - 11 h 15 min

    La démocratie ? Nous ne sommes pas là. Et encore moins au type de démocratie.
    L’Algérie est en faillite, ne pas le voir, le nier, vouloir continuer la politique des 20 dernières années, c’est vouloir anéantir le pays au bénéfice de l’oligarchie rentière.

    La conscience du peuple s’est faite par la douleur, à ses dépens, nos fils se suicident, prennent le large et meurent en mer, la corruption empoisonne la vie des citoyens, les inégalités sociales se banalisent, la misère matérielle et culturelle frappe toutes les couches de la population, et encore et encore.
    Nous sommes sur le bord du gouffre.
    Quel choix avons-nous ?
    Il ne s’agit plus de démocratie.

    19
    2
    archil
    18 février 2019 - 10 h 55 min

    bonjour Monsieur Ait Amara, merci pour votre commentaire « mesuré » discret et presque moralisateur !!mais franchement dites nous comment les choses peuvent change,si i chacun de nous reste « sagement » chez lui et laisse les tenants du pouvoir , qui veulent le prolonger indéfiniment, fou serions nous aujourd’hui qui, si les « 22 » qui ont déclenche la révolution et dénonce le colonialisme ,étaient tristes chez eux sagement, laissons faire les choses??Franchement j ai toujours apprécié vos commentaires et vos positions, mais la je rejoins sans équivoque ceux qui accusent. Algerie patriotique « d aplaventrisme » et de « henini nhanik », car dans bien des occasions ,on a apprécié ces positions, et cette fois dans la crise la plus importa,,te du pays, il faut, a un moment donne se définir, sans violence ,sans insulte ,sans manque de respects
    cordialement
    KARIM

    13
    2
    Karamazov
    18 février 2019 - 10 h 42 min

    A qui vous adressez exactement ? Suggéreriez -vous que le peuple est inconscient et qu’il ne bouge que s’il était activé par des forces occultes.

    Dois-je vous rappeler que le peuple algériens est aussi conscient que mûr et qu’il est vacciné contrer l’aventurisme : on l’a vu comment il est resté distant face aux révolutions Zarabes. Aujourd’hui encore il manifeste pacifiquement contre ce cinquième mandat.

    Le danger, si danger il y a, viendrait plutôt de ceux qui cherchent à le dissuader de manifester son désaccord avec ce cinquième mandat,

    Car des manifestations il y en aura, et toutes les sorties comme la votre , n’y feront rien.

    Bien au contraire , elles ne feront qu’exaspérer les gens et a pousser ceux qui ne comptaient pas manifester à sortir soutenir ceux que vous vilipendez.

    Je me demande même si ce n’est pas là le but de votre article, car je ne vois pas comment il susciterait une autre réaction.

    18
    1
    Rafik Chettab
    18 février 2019 - 10 h 24 min

    je suis entiérement d’accord avec votre analyse ; il faut plus d’articles qui vont dans le même sens et que d’autres quotidiens qui prétendes défendre la démocratie prénent leur responsabilité

    2
    14
    Raminagrobis
    18 février 2019 - 10 h 15 min

    La rue , cher monsieur , n’est pas un choix , mais reste l’unique levier disponible pour recouvrer sa liberté et ses droits quand le dés sont pipés . C’est – et il ne faut jamais l’oublier – par la rue que l’Algérie a recouvré son indépendance !
    Maintenant , si vous pensez votre approche objective , allez donc développer vos thèses soft dans l’arrière – pays , au cœur de l’Algérie profonde , celle où vivent des populations qui , elles , n’ont rien à perdre ,parce qu’elles n’ont …rien !!!
    Cessez également d’incriminer  » cette démocratie-là  » : elle a sûrement un autre nom !!!

    16
    1
    lhadi
    18 février 2019 - 9 h 55 min

    « Quand on plonge un peuple dans la misère et qu’il se trouve exposé aux sévices du pouvoir arbitraire… vous pouvez faire passer les gouvernants pour ce que vous voudrez, vous arriverez toujours au même résultat. Le peuple qu’on maltraite d’une manière illégale saisira la première occasion de se libérer d’un fardeau qui lui pèse lourdement. Il appellera de ses voeux le moment opportun et il guettera : les affaires humaines sont sujettes à tant de fluctuations, de faiblesses et d’accidents, qu’il est rare que l’occasion tarde à se présenter d’elle-même ». John Locke –

    « Ce qui détermine la volonté et nous porte à l’action, selon ce philosophe anglais, c’est l’inquiétude causée par le désir, le désir étant d’ailleurs « un état d’inquiétude ».

    P.S : J’invite mes compatriotes et plus particulièrement monsieur Ait Amara à lire absolument les « deux traités de gouvernements » de ce penseur des lumières.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    15
    1
    Rabah
    18 février 2019 - 9 h 13 min

    Si les aventuriers, prédateurs, cupides et obstinés du clan présidentiel ne sont pas stoppés dans leur énième tentative d’humiliation du peuple algérien en usant et abusant de la force publique brutale et de la fraude massive, pour imposer à la nation une cinquième mascarade grosse de tous les périls pour la cohésion, la stabilité, la sécurité et l’unité nationales, ils plongeront le pays dans un chaos indescriptible.

    Leur fuite en avant suicidaire, mènera sans aucun doute le pays au chaos, que les puissances occidentales qui convoitent notre immense et riche pays et qui poussent le régime aux abois à commettre la faute fatale, vont exploiter pour s’ingérer directement ou indirectement dans nos affaires intérieures.

    Les tenants du pouvoir, qui s’y accrochent pour ne pas avoir à rendre compte de leur gestion désastreuse du pays depuis Avril 1999, porteront l’entière responsabilité de la guerre civile qu’ils auront provoqué

    20
    4
    Anonyme
    18 février 2019 - 8 h 52 min

    L’Algérie avant tout, disait feu Slimane Amirat…..Moi je dirais l ALGERIE au dessus de nous tous…sur nos tetes c est notre couronne.et comme chante Lotfi Bouchnak je cite : »Prenez les situations ..prenez les fauteuils..et prenez les revenus (argents)..mais laissez nous la Patrie….

    14
    7
    Yeoman
    18 février 2019 - 8 h 44 min

    Désolé mais je ne peux pas “vivre dans le calme et la sérénité” et je ne suis pas tranquille quant à l’avenir de mes enfants quand une bande de charognards sans foi ni loi est en train de déciqueter mon pays.

    26
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.