Contribution de Bachir Medjahed(*) – Des conditions d’intervention de l’armée

pouvoir armée
Des éléments de la Garde républicaine. New Press

Par Bachir Medjahed – On dirait qu’aussi bien le pouvoir à travers le ministre de l’Intérieur, l’armée à travers son chef d’état-major et les citoyens savent tous ensemble qu’il va y avoir des émeutes plus que de simples manifestations. Les forces de rétablissement de l’ordre public vont recevoir des mandats de réquisition avec des recommandations spécifiées telles que ne pas recourir à l’usage des armes feu.

De quelles autorités dépendent les autorisations d’en faire usage ? D’abord, qui donne l’ordre de commencer à réprimer ? Certainement pas des troupes réquisitionnées sur le terrain mais des autorités politiques qui émettent leurs consignes.

Normalement, il s’agit d’opérations de l’ordre public qui impliquent les forces de police et de gendarmerie gérées opérationnellement par le ministère de l’Intérieur. Faire appel à l’armée pour rétablir l’ordre public est très lourd comme décision. Dans tous les pays, on dit que l’armée n’est pas faite pour s’impliquer dans des contrôles de foules. Ce n’est pas sa vocation. Elle est impliquée avec l’objectif de détruire son adversaire, de gagner la guerre. Elle n’intervient que quand il est estimé que les intérêts de la nation sont mis en péril.

Souvent, on implique un ennemi extérieur, une main étrangère. On sait qu’actuellement des forces étrangères alliées à des intérêts s’efforcent de miner pour toujours les cohésions nationales dans les pays musulmans, et plus particulièrement les pays arabes, pour ce qui concerne la création actuelle d’un environnement proche des guerres civiles.

Dès qu’elles occupent un pays musulman, et même avant, c’est-à-dire dès qu’elles manifestent l’intention d’y changer la géopolitique, elles s’y emploient à redonner vie aux clivages ethniques, confessionnels, dans le sens belliciste. Il est vrai que ces clivages ne sont pas toujours créés de l’extérieur. Ils y étaient avant. Ce sont ces clivages qui constituent pour la sécurité nationale les plus grands et plus graves des périls dans le cas de l’ethnicisation des relations internes.

Pourrait-il exister un espace de solidarité nationale, de défense si les différentes communautés ne participaient pas à égalité à l’exercice du pouvoir, à la définition des politiques de développement et à la mise en œuvre de ces dernières ? Ce sont d’abord ces vulnérabilités de la sécurité nationale qui créent les menaces extérieures.

Lorsque les minorités sont marginalisées, lorsque des identités sont brimées, exclues, lorsqu’une identité nationale n’est pas collective et intégrante, qu’elle exclut certaines de ses composantes, lorsque l’accès au pouvoir n’est pas fondé sur la citoyenneté mais sur l’appartenance communautaire, toutes les conditions sont ainsi réunies pour que s’exercent des menaces sur la sécurité nationale. Une logique ethnique et une logique démocratique sont fatalement incompatibles.

Les vulnérabilités sont immatérielles mais les menaces réelles et concrètes.

B. M.

(*) Ancien analyste à l’Institut national des études stratégiques globales (INESG), ancien conseiller au HCE.

 

Comment (22)

    samir
    18 février 2019 - 23 h 50 min

    le vase a déborder ,cette bande … doit quitter le pouvoir ,et laisser le chef de bande aller se reposer et se faire soigner , on veut juste que vous dégagiez au plus vite ça sera le mieux pour tout le peuple algérien.

    samir
    18 février 2019 - 23 h 43 min

    ils n’ont qu’a partir ,ne pas présenter un homme malade ,et âgée ,inconscient ,nous sommes devenu la risée du monde ,mes collègues de différentes nationalités me nargue tous les jours je vous assure,même qui sont issu de républiques bananières ,..

    Jimmy
    18 février 2019 - 22 h 21 min

    Laissons les urnes parler, attendons de voir pour le croire.! ..J’aspire et j’espère la paix et la sérénité pour le peuple algérien.

    3
    4
    Bouzorane
    18 février 2019 - 20 h 03 min

    Le peuple critique les dirigeants. Les dirigeants critiquent le peuple…. Cela a toujours été le sport national en Algérie.
    Aujourd’hui, il est clair que ce sont les dirigeants qui sont des (…)… et ce n’est même pas une question d’avarice ou d’amour d’argent et de pouvoir…
    Parler d’enrichissement ou d’amour du pouvoir, c’est leur attribuer une importance qu’ils ne méritent pas…
    Car ce sont juste de purs (…), de purs irresponsables, de purs incultes… rien d’autre!

    9
    1
    anonyme
    18 février 2019 - 15 h 35 min

    ça rappelle les derniers jours de Salvador Allende paix à son âme
    le peuple ne veut pas de cinquieme mandat un point c’est tout

    25
    6
      Zenaty
      18 février 2019 - 18 h 27 min

      La liberté et la Démocratie c est égale à L Amour pour sont pays. À vous de choisir le meilleurs chemins pour LA Paix.

      11
    NORD DEAN
    18 février 2019 - 14 h 57 min

    Bravo Mr Bachir Medjahed pour votre analyse fructueuse et apodictique.

    Merci aussi de me corrigez si je me trompe. La préoccupation actuelle du citoyen Algérien est éventuellement de clamer ou proclamer haut et fort son « Raz le Bol » pour de rationnelles raisons.
    Bien entendu, l’émeute ou la désobéissance civile ne sont ni adaptées ni recommandées. Reste le domaine légal, légitime, sociétal, perturbant (oblige) mais élégant : La manifestation pacifique.

    La difficulté réside dans les questions suivantes :
    – Est-ce que les « Forces de rétablissements de l’ordre » se confirment à la Constitution, Loi, Règlements, … , afin d’encadrer une marche et de la préserver des dommages collatéraux tels que : Dépassements, casse, brutalité, l’infiltration des virulences obscures, affrontements claniques … ?

    Ou

    – Est-ce que ces « Forces » obéiront à des instructions occultes et arbitraires qui préservent des centres d’intérêts en ayant comme objectif d’empêcher une marche par des moyens artificiels et féroces, qui ne répondent pas à la déontologie. —

    14
    7
    Anonyme
    18 février 2019 - 12 h 16 min

    Maintenant que la jeunesse est sortie dans la rue et ce n est qu un début pour exprimer leur ras le bol de ce systeme ; le pouvoir impuissant face au peuple et face à la communauté internationale panique et veut utiliser la nouvelle ruse qui est la sécurité nationale pour sa propre survie ! Par expérience les algeriens ont senti la combine et exigent la tenue des élections à la date fixée par le systeme avec ou sans bouteflika et refusent le report accompagnè par un état de siège qui est le dernier recours pour leur perrenitè ! car la tenue des élections sans Bouteflika en cours de route exclue de facto ses soutiens que sont le FLN _RND_TAJ _MPA ! le report des élections et un état de siège travaille est un piège imaginè par l oligarchie et certains membres du pouvoir réelle ! c est important de se dresser contre ce projet macabre contre la démocratie en Algérie !

    27
    2
    Moskosdz
    18 février 2019 - 10 h 42 min

    Pas besoin d’être expert en science politique pour le savoir,si vraiment ceux qui sont au pouvoir aiment leur pays et cherchent à lui éviter le chaos,ils n’ont qu’à écouter les doléances de leur peuple.

    31
    4
    Anonyme
    18 février 2019 - 9 h 37 min

    si l armée intervient c est a cause des boulons

    12
    1
    Lghoul
    18 février 2019 - 9 h 09 min

    Ces brigands qui ont institutionalisé la corruption pour déplumer le pays et le rendre dans un état des plus vulnérable de son histoire croient que le pays, ses ressources, l’armée, la gendarmerie et la police sont aussi leur propriété. Je pense que s’ils ne retombent pas sur leur pieds a terre, dans la raison, , ils commettront la plus grave erreur qui ne les sauvera pas du peuple algérien qui ne fait que souffrir depuis 1962. Quand en 2019, des haddad, des tliba et consorts et toute sorte d’ignards s’accaparent du pays et de ses ressources, l’algérien qui est déja zombisé par la religion a outrance et la superstition et la drogue, toutes introduites du maroc pour avoir toute la liberté de faire ce que bon lui semble, il n’a absolument rien a perdre car plus ce pouvoir qui a dramatiquement échoué persiste, plus l’algérien deviendra pauvre dans un pays pourtant riche. Un système qui a échoué a maintes reprises et qui a ruiné l’Algérie, de ses richesses humaines et materielles doit partir une bonne fois pour toute. Quand on voit en 2019, des gens arrivés a offrir un cadre a un autre cadre, il est difficile de croire qu’ils sont algériens. Ils sont des sujets asservis prêts a vendre et leur dignité et l’Algérie dans son ensemble. Jamais des images d’idôtrie similaires qu’on a tous vues en direct existent dans n’importe quel pays du monde, même en Corée du nord ! Ces gens ont dépassé les limites de l’accéptable. Ils doivent partir pour que l’Algérie soit prise en main pas ses fils et filles.

    46
    4
      Anonyme
      18 février 2019 - 10 h 14 min

      Lghoul
      18 février 2019 – 9 h 09 min

      Excellent commentaire, bien résumé, clair et net.

      22
      4
    Momie 5
    18 février 2019 - 8 h 36 min

    Chaque personne est surveillée, chaque Douar est encerclé,la route est sécurisée pour un cinquième mandat voir six,si Dieu le veut,j’y suis j’y reste,je suis bien entouré et protéger part ma famille et mes Amis,et tout les Zaouias prient pour moi, pour ceux qu’ils sont pas contents qui partent ailleurs,ICI c’est chez nous

    28
    6
      Farida
      18 février 2019 - 10 h 15 min

      Ca nous rappelle l’ere coloniale.

      27
      2
      Anonyme
      18 février 2019 - 15 h 33 min

      EN EFFET LEUR LYCAONS SONT VISIBLES PARTOUT POUR PASSER COÛTE QUE COÛTE LE CINQUIEME MANDAT, MAIS POUR ARRETER LES CRIMINELS ET TRAFIQUANTS ILS SONT ABSENTS

      12
      1
    Anonyme
    18 février 2019 - 8 h 10 min

    La question qu’on se pose, nous citoyens algériens, c’est, avec quel audace et en l’absence de toute logique et sans honte, ces personnes au pouvoir osent-ils insister pour présenter un bouteflika gravement malade qu’on a vu il y a des mois à peine pouvoir bouger que ses lèvres.

    Ces hommes au pouvoir doivent disparaître à jamais et laisser les bouteflikas sortirent tranquillement par la grande porte car Bouteflika ne devrait pas être aussi ridiculisé par la planète entière et ne mérite pas cette « souillure ». Dans cette situation inédite, dramatique, nous citoyens sommes aussi concernés, les algériens se voient abaissés pendant que ces vautours au pouvoir dont certaines têtes n’inspirent aucune confiance, décident d’une campagne présidentielle pour grand malade .

    37
    4
    Ali baba
    18 février 2019 - 7 h 50 min

    … comme pour chaque dix citoyens existe un ange gardien, soit un militaire soit un policier, ou un gendarme, s’ils osent présenter une personne virtuelle, qu’ils sont bien préparer,un colon peut caché un autre

    23
    4
    Anonyme
    18 février 2019 - 7 h 30 min

    Votre théorie est imparable, mais je vous rassure, le peuple est plus unis que jamais. Nous voulons tous une 2ème République qui garantisse un état de droit, les libertés individuelles et collectives, la promotion par le mérite, le développement, la justice sociale, l’alternance etc. de façon civilisée et pacifique.

    39
    1
    Antisioniste
    18 février 2019 - 7 h 10 min

    Monsieur Bachir Medjahed, permettez-moi de commencer mon commentaire avec la petite blague d’un juif et d’un algérien (que vous connaissez probablement) un algérien se rend chez un juif et lui acheté une grande quantité de soutient gorge, le juif les lui vend ensuite il dit à son ami qu’il a entubé cet imbécile d’algérien car ses soutient gorge il les lui a vendu 3 fois leur prix réel et que c’était une marchandise dépasser. Quelque temps plus tard le même algérien se rend chez le même juif et lui propose de lui vendre des kipa de qualité pour un prix raisonnable, le juif accepte la transaction se fait et quand l’algérien repart le juif se rend compte que les kipa qu’il a acheté n’était en fait que les soutient gorge qu’il lui avait vendu auparavant.
    Revenant maintenant au menaces potentiel dont vous parler et qui sont comme je n’ai cessé de le répéter bien réel et non pas une vue de l’esprit. Vous conviendrez Monsieur Bachir Medjahed que le fait de savoir leur existence ne peut en aucun cas exclure leur réalisation et nuisance, alors posons-nous la question suivante en examinons brièvement et sans partie prix la situation intérieur du pays.
    Politiquement- c’est le vide sidéral et la mainmise des oligarques sur le pouvoir
    Economiquement- on peut encore manger à notre faim, mais….
    Socialement- c’est l’anarchie avec music et ballet ……… Fi yedou khatem
    Qiu est responsable de cette débâcle généralisé ?
    La réponse est évidente même pour un enfant, c’est le pouvoir, qui est le pouvoir actuellement et depuis 20 ans c’est Bouteflika et consort, quel est la solution, c’est le divorce immédiat ou el Khoul3.
    Le peuple Algérien dans toutes ses composantes qui sont une richesse que certains pense et crois être une faiblesse et à lui seul et sans l’aide de la synarchie mafieuse qui le gouverne malgré lui, de faire face à toute sorte d‘ingérence étrangère quel qu’elle soit, et de mette à nu tout intrus vendu de l’intérieur qui pourrait servir les intérêts de ses force occultes.
    Dans les manifs qui ont eu lieu j’ai entendu des slogans, et l’un d’eux ma interpeler particulièrement ce slogan dit : had echa3b yourid etaghyir la tahtim oua la taksir. Ce peuple veut le changement, il ne veut ni casser ni détruire.
    Je crois Monsieur Bachir Medjahed que le peuple est mature et qu’il faut non seulement l’entendre mais répondre à ses exigences légitime avant qu’il ne soit trop tard.

    30
    3
      voila
      18 février 2019 - 9 h 07 min

      Mr antisioniste,d’après ce que je lis vous êtes une personne raisonnable et censé donc vous devez certainement être au courant des manigances qui se trament juste a cote de nous en tunisie et au maroc,des personnes sont formées spécialement pour infiltrer les manifestations et produire l’effet que tout algérien ne cautionne pas et ces personnes sont manipulées par des hommes ou des forces de l’ombre qui n’ont pour but que le chaos d’un pays et même certains traitres algériens dt surement vous connaissez le nom sont totalement prêt a ce scenario ,donc méfiance méfiance algériens et algériennes,on veut vivre une vraie vie ds la paix et la sérénité avec incha Allah un changement du pouvoir et la disparition des grattes papiers qui se sont constituer des fortunes plus élevées que l’état et j’ai foi en Allah pour nous protéger et nous faire sortir un homme ou des hommes qui redresseront le pays

      14
      5
        Antisioniste
        18 février 2019 - 10 h 43 min

        Cher Monsieur Voila,
        Ce qui se passe en Tunisie au Maroc ou à Tombouctou ne nous concerne pas directement, et ses personnes formées selon vous pour foutre la pagaille elles l’ont été depuis au moins 2009, et elles sont déjà sur le terrain. Mais posé vous la question suivante. Comment pourraient-elles arriver à leur fin si le pouvoir en place n’a pas tous bouclé, c.a.d interdiction de manifester, de se rassembler, d’avoir une tribune pour s’exprimer que ce soit pour le peuple ou la dite opposition, ce qui à pousser certains, selon les dire d’autre à aller se réunir en France pour parler ?
        Ce que font les tenants du pouvoir actuellement ressemble exactement à ce que font les sionistes en France à titre d’exemple, si quelqu’un ose dire non à ce pouvoir mafieux c’est un infiltrer, c’est un réactionnaire, un ennemi de l’Algérie, un traitre etc… Les médias contrôler par cette même mafia refuse de laisser les gens parler, sur les plateaux on ne voit que FLN RND TAJ et compagnie qui ont le droit de se rassembler et de palabrer autant qu’ils le veulent, alors que le reste qui sont la majorité écrasante au sens littéral du terme sont considérer comme des pestiférer et des parias, est-ce une façon de traiter un peuple qui en a marre et qui étouffe dans cette pseudo démocratie de façade? Maintenant posé vous la question suivante, qui est dans cette équation l’allier véritable de ses forces obscurs qui veulent mettre le feu, le peuple, la dite opposition, ou le pouvoir en place?
        Je vous laisse répondre à cette question pour vous-même.

        10
        5
    THE GAME IS OVER
    18 février 2019 - 6 h 51 min

    Dans cet article on nous parle de clivage ethnique, je peux vous assurer que les algériens n’ont jamais été aussi unis ( contre le pouvoir maffieux),et s’il y a une supposée « main de l’extérieur » ce sont leurs valets ( dirigeants algériens) qui lui ont ouvert la porte du chaos. Le peuple a perdu toute patience,il est en train de donner un ultimatum à ce pouvoir pour une issue pacifique et digne. Faire l’aveugle et la sourde oreille serait une très grave erreure, alors rejoignez vos appartements et compte bancaires en France et laissez le peuple algérien prendre son destin en main. THE GAME IS OVER !

    56
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.