L’ambassadeur d’Algérie à N’Djamena réagit à un article tendancieux sur l’Algérie

Algérie
L'auteur de l'article est inconnu dans le microcosme journalistique tchadien. D. R.

Nous publions la mise au point adressée par l’ambassade d’Algérie à N’Djamena à un journal local suite à un écrit tendancieux sur l’Algérie qu’Algeriepatriotique avait commenté dans un précédent article.

L’article publié le 1er février 2019 dans la rubrique «point de vue» sur le site du journal électronique Alwihdainfo, sous le titre «Algérie : grandes manœuvres internationales avant les élections», est devenu un phénomène viral, car repris par d’autres sites, dont le seul souci semble de participer à une opération de propagande hostile à l’Algérie, sans se soucier, le moins du monde, de la crédibilité ou des arrière-pensées des auteurs de cet écrit.

Cet article, signé d’un certain Mounir Al-Hassan, un illustre inconnu dans le microcosme journalistique tchadien et qui est probablement un pseudo journaliste, est un bel exemple de politique fiction. Le sus dit auteur montre une rare prétention à maîtriser les ressorts de la politique interne et étrangère de l’Algérie. Si c’était le cas, il aurait dû «jouer carte sur table» et ne pas se contenter de s’identifier par de simples nom et prénom, mais par une qualité et une identité professionnelles. Cette manière de procéder éclaire d’ailleurs suffisamment sur les intentions et les buts de l’auteur présumé. Présumé car, de par sa nature, sa portée et son contenu pernicieux, cet article a certainement été élaboré dans les laboratoires d’officines occultes.

Le dit «point de vue» n’a, en effet, ni la qualité d’une étude sérieuse ni celle d’une réflexion prospective, telles que celles auxquels nous ont habitués certains «cercles de réflexion» (think tank), comme contribution à la compréhension des relations internationales et des affaires du monde.

Nous avons longtemps hésité avant de commettre ces quelques commentaires dans le cadre de ce droit de réponse, car l’étrange «point de vue» auquel Alwihdainfo a ouvert son espace est le genre d’écrit à ne susciter ni intérêt ni curiosité, mais au mieux de l’amusement.

Sur le fond, l’auteur de l’article fait preuve d’une stupide inconscience en affirmant des inepties qui déroutent par leur audace. Tellement, qu’il est tout à fait évident, pour le lecteur le plus novice, que les pseudo-informations (infox) qui y sont égrenées ont été susurrées par des officines qui n’ont d’autre objectif que d’essayer de nuire à la sérénité d’un processus électoral bien ancré dans la tradition démocratique algérienne. C’est bien entendu peine perdue.

Le lecteur lui-même est en effet surpris, assommé par tant de «certitudes», au point où l’on est tout simplement tenté de croire à un film de science fiction sorti tout droit des studios d’Hollywood. On hésite, il faut l’avouer, entre poursuivre sa lecture ou tourner rapidement la page, devant tant de séniles hallucinations.

L’auteur de l’article Mounir Al-Hassan, qui a accepté de louer son «nom» pour la publication d’un «point de vue» dont le contenu transcende sa petite personne, aurait été plus avisé de mieux soupeser l’affaire avant de commettre un tel forfait. L’article incriminé est, de ce point de vue, inclassable. En tant que «marchandise», il est invendable.

Que le ou les auteurs de cet article se rassurent : l’Algérie se prépare sereinement aux élections présidentielles qui auront lieu le 18 avril 2019 et elle abordera, avec cet important scrutin, malgré les défis de l’heure, une nouvelle étape qualitative dans son devenir vers plus de démocratie et plus de progrès. Rien, au demeurant, ne viendrait perturber la progression assurée du peuple algérien sur la voie du développement et de l’émergence. Celui-ci, qui a combattu l’ogre du terrorisme durant la noire décennie, l’un des plus abjects que l’Afrique ait connu, est sorti, tout seul, sans l’appui d’aucun pays, victorieux de cette épreuve, faisant l’admiration du monde entier.

Mais les succès que le peuple algérien n’a cessé de remporter, durant toute son histoire, sur l’adversité, continuent de déranger certains esprits malades, donnant lieu aux scénarios du type de l’article publié par le sieur Mounir Al-Hassan.

Pour éclairer le public, voici quelques rappels utiles :

  • L’Armée nationale populaire, institution nationale, est fermement attachée à ses obligations et devoirs constitutionnels et cela a été maintes fois et imperturbablement affirmé et réitérée par sa plus haute hiérarchie.
  • Le rôle de l’Armée nationale populaire est encadré par la Constitution. Ce rôle sacré consiste en la défense de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du pays. Au demeurant, la Constitution algérienne, adoptée par voie référendaire, interdit à l’ANP toute intervention en dehors du territoire national.
  • La politique étrangère de l’Algérie est fondée sur des principes et valeurs immuables, héritage de la glorieuse Guerre de Libération nationale : appui aux peuples opprimés en lutte pour leur indépendance, respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale des Etats, non ingérence dans les affaires intérieures des autres pays, attachement aux idéaux d’unité, de paix et de stabilité.
  • La question du Sahara Occidental n’a jamais été une «monnaie d’échange» pour la diplomatie algérienne. La cause du peuple sahraoui a suffisamment de soutiens à travers le monde et surtout en Afrique. Sans vouloir entrer dans le vif du sujet, pour des raisons de convenance, il est toutefois malsain, incorrect et irrespectueux pour un «journaliste» de prétendre parler au nom de chefs d’Etat et de pays, en tentant d’exploiter leurs positions diplomatiques dans un scénario inventé de toutes pièces, à l’occasion d’une échéance électorale qui concerne l’Algérie.

Ledit article vise peut-être, également, à «impliquer» l’Algérie dans le conflit du Sahara Occidental, en lui attribuant sournoisement un statut qui n’est point le sien. L’Algérie n’a d’autre statut, en effet, que celui de : 1) pays observateur du processus de règlement initié dans le cadre des Nations unies et de l’Union africaine ; et 2), pays d’accueil des réfugiés sahraouis fuyant les affres de l’occupation.

L’Algérie a fait de la lutte contre le terrorisme et le crime organisé transfrontalier un axe stratégique de sa politique étrangère. Sans hypocrisie et sans duplicité. La situation au nord du Mali est prise en charge dans le cadre des Accords de paix et de réconciliation nationale patiemment élaborés sous la sage direction de l’Algérie qui en est le chef de file au titre du processus d’Alger. Les insinuations quant à un rôle de l’ANP dans certaines situations liées au contexte malien et régional ne sont que purs fantasmes.

Cette mise au point est rendue nécessaire par le seul souci de recadrer l’auteur présumé de l’article, de corriger certains faits et de permettre aux lecteurs d’Alwihdainfo de faire clairement la distinction entre réalité et imagination.

L’ambassadeur d’Algérie à N’Djamena

Zineddine Birouk

 

Comment (13)

    NORD DEAN
    19 février 2019 - 9 h 18 min

    Etant entièrement solidaire avec le fond du problème, mais surpris par la forme dont il a été présenté.

    Pourquoi une GRANDE mise au point pour une PETITE personne et MICROCOSME journalistique?

    Ester en justice l’auteur pour diffamation est la meilleur procédure pour authentifier, consolider les dires, beaucoup plus médiatique et surtout dissuasif en cas d’autres reproductions ou de récidive.

    Affirmer que : « Le lecteur lui-même est en effet surpris … tenté de croire à un film de science fiction … poursuivre sa lecture ou tourner rapidement la page … etc. ».
    Je suis curieux et intéressé de connaitre le procédé utilisé pour lire dans les pensées des lecteurs !!!
    De croire aussi que le lecteur doit fonctionner tel qu’on le désir !!!

    Enfin, il y’a une manière beaucoup plus courtoise et élégante de défendre une noble cause sans faire appel à un langage qui frise le verbiage superflus.

    Avec tous mes respects Monsieur l’Ambassadeur. —

    7
    3
    Anonymeplus
    18 février 2019 - 22 h 48 min

    Fallait-il que notre ambassadeur à ndjamena réponde aux délires psychédéliques d’un apprenti scribouillard ?
    Je crois que non, non notre ambassadeur a donné trop d’importance à un insignifiant article posté par un insignifiant personnage.
    La meilleure des réponses aurait été l’indifférence, l’indifférence étant le summum du mépris, comment pourrait-il en être autrement avec des pays aussi méprisables que sont les pays francophones de l’afrique de l’ouest et ceux du sahel, ils sont dans cette niche de pays, il faut par conséquent les traiter ainsi et les remettre à leur place par l’indifférence la plus marquée.
    Quand on parle aux c… ça les instruits, donc il est préférable de ne rien dire et ainsi les laisser à leur intelligence de brousse ou de savanne, dans les deux cas, les éclats de rire seront là pour témoigner de caractère bouffon de l’auteur de cette satire.
    L’ambassadeur d’Algerie au tchad devrait décerner à cet apprenti scribouillard, un nez rouge pour le remercier des fous rires qu’il nous aura procuré.

    5
    5
    Farid
    18 février 2019 - 21 h 33 min

    Ces qui a fait cet Ambassadeur avec un grand A expliqué la grandeur de cet homme nationaliste .
    Comme ça sous somme sur que nous arrières sont protégés par des hommes pareils.
    Milles merci à vous Monsieur .

    2
    6
    Anonyme
    18 février 2019 - 19 h 53 min

    Tous ces assauts prouvent que les fondations sont solides et la tour Algérie est imprenable.

    19
    16
      habre
      18 février 2019 - 23 h 36 min

      Quelle aurait été sa réaction si c’était de la part de l’oncle d’Amérique mais comme c’est de Nhjamena bof
      Rappelez vous comment ils se sont rendus en arabie demander pardon pour une simple pancarte d’un supporter

      7
      5
    Ahmed
    18 février 2019 - 18 h 36 min

    Cet Ambassadeur avec un grand A représenté l’élite qui défends l Algérie, bien fait pour eux, nous somme sûr que nos arrières sont protégés avec des cadres comme vous Monsieur
    Milles fois merci

    15
    18
      Anonyme
      18 février 2019 - 21 h 31 min

      Il défend son bien être et sa fratrie
      nous sommes la risée de tous
      Du temps de feu Boumediene paix à son âme personne n’osait s’attaquer au pays qu’il soit même puissant

      9
      3
    Cheikh
    18 février 2019 - 17 h 02 min

    A ma connaissance Déby travaille toujours avec les services Français et l’auteur de l’article est un agent marocain désigné dans la presse des services marocains c’est un service qui offre sa collaboration à certains pays africains dont les régimes fantoches. Déby est devenu une marionnette entre les mains des services Saoudiens, Israéliens, Français et marocains.. Il est mouillé jusqu’au cou par les finances de ses dits services. Encore, ce sont des agents Tchadiens qui ont provoqué le chaos au Soudan contre Omar el Bachir. Déby lui tienne rancune depuis une affaire d’Etat..
    Il ne faut rien attendre de ces « chefs d’Etats Africains fantoches à la solde des services secret occidentaux.. On peut nommer, le Tchad, le Sénegal, Burkina Fasso, Ruwanda qui est une base centrale du Mossad, Centre Afrique, Gambie et aujourd’hui l’Egypte et la Tunisie.
    Il existe une grande pression sur l’Algérie par les Etats Unis (le visage pâle Trump) Israël et la France, au sujet des accords amicales et fraternelle avec le Niger, le Mali et la Mauritanie…

    24
    20
    naaja
    18 février 2019 - 16 h 31 min

    c’est normal , depuis que le Tchad s’est rendu esclave d’israel il faut s’attendre a tout .le bokoharam a meme envoye des milliers de terros au tchad nord posez vous la question , pourquoi ?

    16
    14
    Honte à ces dirigeants
    18 février 2019 - 15 h 26 min

    Ces gens qui dirigent le pays se croient tout permis et n’ont pas froid aux yeux, c’est la dictature .

    Il faut aussi voir les vidéos de certains humoristes français sur le 5éme mandat, on a honte à la place de ces massacreurs qui soutiennent bouteflika mourant.

    26
    25
    No ambassador
    18 février 2019 - 15 h 10 min

    Cet ambassadeur défend son clan au pouvoir, pas le peuple algérien ; car si c’était le cas, il démissionnerait devant la honte d’un 5è mandat. En tout cas, ce système bouteflika trie ses hommes et ne met que les larbins aux postes.

    30
    27
    Tbahdila Internationale
    18 février 2019 - 14 h 22 min

    Tapez sur un petit journal local á N’Djamena, c´est trop facile!!! … c´est la risée internationale, quand on veut un cinquième mandat dans des conditions déplorables, il faut assumer les conséquences et les moqueries, la « Tbahdila » c´est nous qui l´avons cherchée…

    32
    35
      Argentroi
      18 février 2019 - 16 h 10 min

      @ Tbahdila Internationale
      Avant de lire ton conseil, on a bien consulté en ligne l’article en question, on l’a lu et on n’a pas relevé une quelconque allusion au cinquième mandat.

      16
      9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.