Un meeting du FFS pour le boycott interdit à Relizane

présidentielle Front
Lors d'un rassemblement de manifestants du FFS. PPAgency

Par Hani Abdi Le Front des forces socialistes (FFS) dénonce l’interdiction de son meeting à Relizane. Le premier secrétaire, Mohamed Hadj Djilani, affirme, dans un communiqué, que la direction du parti a déposé une demande en bonne et due forme auprès des services administratifs de la wilaya de Relizane pour la tenue de cette rencontre populaire. Mais voilà que les services de la wilaya de Relizane rejettent cette demande, arguant qu’ils ont reçu «des instructions venues d’en haut». «Cette pratique dictatoriale nous renseigne sur la nature autoritaire et liberticide du régime. Cela confirme la volonté exprimée de neutraliser l’opposition démocratique», dénonce Mohamed Hadj Djilani qui exige «l’arrêt des intimidations à l’encontre des militants et des structures du parti, particulièrement à l’intérieur du pays et notamment au sud».

Le FFS réaffirme sa volonté de mener une campagne «en direction des Algériens et des Algériennes en vue d’un boycott actif, massif et pacifique de la mascarade électorale du 18 avril». Il relance son appel à la mobilisation de la population et des forces vives de la nation pour une alternative démocratique sociale en opposition à un Etat libéral, antidémocratique et antisocial et pour l’avènement de la deuxième République».

H. A.

Comment (7)

    MELLO
    23 février 2019 - 14 h 35 min

    Boycotter , n’est surtout pas d’ouvrir la voie au pouvoir. Le FFS se dit que les élections ne ramènent rien de nouveau en Algérie , même si la candidature de Ali Ghediri est là, l’Algérie aura son système Ghediri , comme ce fut le cas du système de Boumedienne, le système de Chadli, le système de Zeroual et enfin le système de Bouteflika. Pour le FFS le boycott actif augure une alternative au système. La proposition d’un consensus national est seule à même de ramener la paix, la démocratie et un changement de système.
    Toutes les élections , de par le monde, dans des pays dictatoriaux , n’ont jamais abouti à un changement de régime. La population est sortie , pas seulement contre le 5e mandat , mais pour le changement de régime , le changement de système. Y en a mare de ce pouvoir.

    2
    3
      Mir
      23 février 2019 - 21 h 49 min

      Continuez à boycotter. Laissez le Pouvoir profiter de votre démission. Ensuite pleurez sur la nature anti démocratique du Pouvoir. Ce même Pouvoir qui vous donne à chaque législative une wilaya ou 2, mais toujours Tizi ou Bejaia, histoire de vous enfermer dans le ghetto kabyle et vous ôter toute crédibilité nationale. Vous Boycottez la présidentielle mais vous participez aux législatives et aux communales. Et pourtant c’est ce même Pouvoir qui organise et traficote toutes ces élections ! Un pied dans le Système, un pied dans l’opposition. La stratégie du nini. Il est temos de mettre à jour votre logiciel obsolète.

    Mir
    23 février 2019 - 13 h 51 min

    Arrêtez avec vos histoires de Boycott, ça fait 50 ans que vous boycottez pour laisser le Pouvoir libre de faire ce qu’il veut. On veut de l’action positive, voter pour un autre candidat et dégager ce systeme pourri. Boycotter = Démissionner de ses droits civiques = être complice du Pouvoir !!
    Il est temps de changer de siècle !!!

    Le Rouspétodonte
    23 février 2019 - 13 h 25 min

    FLN-FFS, mêmes fondements, mêmes méthodes : Culte de la personnalité (voir portraits de morts ou de morts-vivants), dictature, opacité totale et exclusion!

    4
    2
      MELLO
      23 février 2019 - 14 h 15 min

      Qui a volé ? C’est le FLN et pas le FFS,
      Qui est responsable de la faillite intellectuelle , culturelle et morale de l’Algérie ? C’est le FLN et pas le FFS,
      Qui a pillé les richesses du pays ? C’est le FLN et pas le FFS,
      Qui bloque le pays et l’empêche d’accéder à sa souveraineté ? C’est le FLN et pas le FFS.
      Le FFS et ses militants ne cessent de subir les blocages et la diabolisation par ce pouvoir honni.

      4
      3
    indigné
    23 février 2019 - 12 h 24 min

    Arrêtez de quémander des autorisations à un pouvoir dictatorial et de pleurnicher de son refus de vous les accorder.vous êtes devenus des complices de son autoritarisme et ses violations des lois qu il a lui même promulgués et vous faites semblant d’exercer une activité partisane. appelez à des marches à travers Face book et rassemblez vos militants, les citoyens soutiendront toute action venant d’un parti crédible et tendant à mettre un terme à la dictature et à la mauvaise gouvernance.

    Tredouane
    23 février 2019 - 12 h 04 min

    Ils ne se rendent pas contes ces pseudos partis qu’il sont totalement dépassés; qui parle de boycott,
    La Nation Le Peuple à dit son mot ,pas de mandat!! une seul revendication un redressement de la situation s’impose; le front pour la sauvegarde de la Nation Algérie est née, toutes les forces de la Nation Algérie y adhèrent de facto les pseudo partis son dissous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.