Le RCD répond à la lettre de candidature de Bouteflika

Belabbès
Mohcine Belabbès, président du RCD. D. R.

Par Hani Abdi − Le RCD réagit à la lettre de candidature de Bouteflika pour un cinquième mandat. «L’opération de dépôt des dossiers de candidatures à l’élection du 18 avril a fini d’avilir l’ensemble des institutions officielles», lance-t-il d’emblée, soulignant que «le viol de la constitution perpétré par la candidature illégale du chef de l’Etat est doublé d’un dépassement des procédures formelles exigées par le conseil constitutionnel».

«Les Algériens sont humiliés. Aucun peuple, aucun groupe social, aucune personne ne peut accepter de supporter autant de mépris», relève le RCD qui estime que «la lettre lue par le directeur de campagne du chef de l’Etat, spoliant l’opposition de son projet pour mieux le pervertir résonne comme une insulte de plus, une insulte de trop à l’intelligence collective du peuple algérien».

«Qui peut croire qu’un homme dont l’action politique se confond avec la longue liste des coups de force, des reniements et des intrigues qui ont mutilé la nation peut se transformer en son contraire pour réaliser – maintenant que les forces l’ont abandonné et que les caisses sont vides – ce qu’il a scrupuleusement et méthodiquement combattu sa vie durant», soutient-il, assurant que «le propre de tous les pouvoirs tyranniques est de perdre contact avec le monde réel et la morale». «Le système algérien ne fait pas exception à la règle. Autiste, il spécule sur l’essoufflement d’une dynamique citoyenne inédite, qui exige une rupture complète et radicale et manœuvre pour tenter de se survivre à travers la relance d’alternances claniques», dénonce cette formation, qui boycotte la présidentielle.

«Nul ne peut insulter l’Histoire indéfiniment, nul ne peut opprimer le peuple impunément», ajoute le RCD, qui en appelle à l’ensemble des forces politiques et sociales conscientes des enjeux et soucieuses d’offrir au pays les issues qui redonnent au peuple le libre choix de son destin.

H. A.

Comment (5)

    mergou
    4 mars 2019 - 19 h 15 min

    N’oubliez pas messieurs du Rcd que par votre présence à l’Apn vous cautionnez la  » démocratie  » bouteflikienne.

    Anonyme
    4 mars 2019 - 18 h 24 min

    Vous hurlez avec les loups et pleurez avec le berger. Vous a la fois des chyattines et des teaitres, l’histoire l’a montré par plusieurs exemples. Vous me donnez la nausée comme ceux du pouvoir. Vous devez disparaître du paysage politique, votre crédibilité c’est fortement altéré. Honte a vous, opportuniste de bas étage.

    4
    11
    Anonyme
    4 mars 2019 - 17 h 49 min

    un minscule parti regionaliste et separatiste n’a pas le droit de parler au nom des algeriens qu’il meprise

    3
    13
    Mir
    4 mars 2019 - 15 h 33 min

    Amis du RCD, FFS, TALEI EL HOURYATES, PT, HAMAS Etc…
    On a compris la situation, pas besoin de littérature mais d’ACTES !
    A vous de comprendre à votre tour et de vous retirer de toutes ces Assemblées Khorti ( APN APC APW ) et de vous ranger à côté du peuple. Vous ne pouvez pas avoir un pied dans le Système et un autre dans la Rue.
    Il est temps d’agir ! Trêve de palabres.

    17
    2
    Abou Stroff
    4 mars 2019 - 15 h 10 min

    reconnaissons que boutef nous a permis d’entrer dans l’histoire de l’humanité par la grande porte.
    en effet, depuis l’apparition d’homo-sapiens, nous sommes le seul peuple à pouvoir clamer, haut et fort, que nous sommes dirigés par un mort-vivant (plus mort que vivant) et la messe n’a toujours pas été dite.

    16
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.