Sadi révèle le contenu de la discussion lors de sa rencontre avec Brahimi

gouvernement Sadi
Saïd Sadi. PPagency

Par Saïd N. Réagissant à l’article paru ce vendredi dans les colonnes d’Algeriepatriotique révélant des rencontres informelles qu’a eues Lakhdar Brahimi avec des acteurs de l’opposition dont Louiza Hanoune et Saïd Sadi, ce dernier a rendu publique une mise au point sur sa page Facebook, confirmant l’information, tout en tenant à préciser que la rencontre en question avait eu lieu dimanche, et non le mercredi comme annoncé dans l’article, c’est-à-dire avant l’entrevue qu’a eue Brahimi avec le président de la République.

Par ailleurs, l’ex-président du RCD affirme en avoir lui-même fait part, «y compris devant des journalistes», en marge du forum de Liberté où il était intervenu mercredi dernier.

Visiblement gêné par la révélation de cette information, dans le sens où, on le comprend, une simple apparition avec celui qui a été rappelé par le chef de l’Etat pour tenter de résoudre la crise et qui est déjà hué par la rue peut être compromettant à plus d’un titre, Saïd Sadi explique que Lakhdar Brahimi l’avait appelé le dimanche 10 mars pour lui dire qu’il venait d’arriver à Alger pour un bref séjour et qu’il se trouvait à l’hôtel El-Aurassi.

«Etant libre dans la soirée, je m’y suis rendu. En arrivant, je l’ai trouvé en compagnie de Rahabi», raconte Sadi. Et d’enchaîner : «Devant ce dernier, Brahimi m’a dit être arrivé pour entendre, comme il avait commencé à le faire à Paris où il venait de discuter avec l’écrivain Kamal Daoud. Je lui ai répondu qu’il risquait d’être déçu car, connaissant mieux que moi le régime, il devait savoir que l’opacité ne s’éclaircit pas dans les périodes de troubles», note-t-il.

Dans son récit, Saïd Sadi confirme néanmoins qu’un échange a eu lieu entre les deux hommes sur la situation qui prévaut dans le pays. «J’ai expliqué que j’étais assez inquiet, poursuit le fondateur du RCD, car il ne me semblait pas que le pouvoir appréciait à sa mesure la gravité de la situation», ajoutant que «de ce que j’entends et crois, le départ de Bouteflika et la démission du gouvernement étaient un des préalables à toute démarche sérieuse». «Sur ce point, Brahimi n’a pas fait de commentaires», précise-t-il.

S. N.

Comment (91)

    LIES
    16 mars 2019 - 23 h 06 min

    Brahimi discute avec Said Saadi , Kamel Daoud et Louiza tous du courant laico communistes ..Et pourquoi pas avec Sansal , et zaoui et son frere Brahimi des doits de l homme n’en parlons plus ???? Mr BRAHIMI vous n’etes pas credible , vous n’avez qu’a voir les slogans de ce vendredi a votre egard

    15
    10
      mokrane
      17 mars 2019 - 1 h 29 min

      Lakhdar Brahimi avec son frère il n’y a pas d’entente depuis des années ceux sont de monde différents.

      11
      soleil
      17 mars 2019 - 6 h 43 min

      il faut l écarter immédiatement,celui qui s afficher avec BHL fièrement,celui qui disait qu il savait tromper de peuple,qui vas aux diable,il ferait rentrer immédiatement le ver dans le fruit,il n aspire aucune confiance,le psychiatre,devrais faire son auto critique,sur son passer,il vendrais l Algérie aux sioniste,

      19
      11
    Ben
    16 mars 2019 - 22 h 38 min

    Le peuple ne veut plus ce systeme,veut dire ne veut ni said saadi,ni .louisa h.ni benflis ni makari,ni jaballah ainsi tous les representants de ces pseudo partis d’opposition et les partis aux pouvoirs bref…
    La sagesse dans ce cas le peuple autorise les militaires à prendre le pouvoir pour une durèe de 6 mois pour permettre une transition democratique,ne veut pas dire les militaires deviendront des ministres,mais de nommer une classe dirigeante capable de porter le pays à la transition,en même temps le peuple s’organise,en formant des partis politique,et dont la classe intellectuelle sera le noyau,c’est le seul moyen pour balayer le systeme,et comme ça le proletariat en tant que classe sociale reprendra l’insurrection en main car maintenant il y’a un marchandage au dos du peuple entre le pouvoir(politico-economico) et l’autre partie dont la classe bourgeoise . Soyez prudent chers frères,ce n’est pas un match de foot,notre pays est en danger.
    Et pour finir j’ai vu une autre personne dont le pseudo est Ben,j’aimerai bien changer le mien la prochaine fois à EXILÉ

    8
    25
      Anonyme
      17 mars 2019 - 10 h 36 min

      « Le peuple ne veut plus ce systeme,veut dire ne veut… » vous avez oublié de citer abassi et belhadj….

      4
      4
    mimeh
    16 mars 2019 - 19 h 42 min

    conseil d’un vieillot qui tousse ses tripes… Euheu….EUHHHHHEEuuuuuuu…..AKHHQ… Pardon….

    Tous ces personnages cités ci haut c des ingrédients de grands mères….dans une vielle marmite…. faussant le gout à une Algérie nouvelle libre et indépendante, voulue par une jeunesse éprise de justice et de modernité…et ce ne sont certes pas ces taupes qui sont en mesure de mener vers l’ère nouvelle ….
    Kamel Daoud, Said Saadi, Ibrahimi… et consorts… c’est des personnages d’anas d’anecdotes … la caravane du peuple passe…et les mains de ces accrocheurs doivent êtres pincées
    que vive l’Algérie
    Euhhheu… euheeuuuuuu

    12
    1
    Rayes Al Bahriya
    16 mars 2019 - 19 h 02 min

    Qui l’a mandaté ce boute flika bis ..
    Pour prendre langue avec ce pouvoir…
    Un homme qui a versé ds l’écologie, doit aussi politiquement propre, green, clean.
    Pourtant il avait quitté les rangs du rcd, et subitement il réapparaît rampant sur son ventre comme un serpent..
    Il sait attendre !..
    Rappelons le , il s’affichait avec BHL ; LORS des révoltes arabes de 2011…
    Le voici aujourd’hui, qui veut se refaire une virginité…neuve…
    Tiens il a inventé même, laccointance avec Ali Belhadj du PFIS…
    QUEL CULOT..
    méfiez vous de cette hydre…
    Il vit comme un nanab ds une villa cossu d’Alger avec les apparatchiks du régime, du DRS de Toufik , qu’il insulte aujourd’hui…
    Fakou bik..
    Le peuple est conscient de votre jeux mesquin.
    La preuve même louisa hanoun à été chassé par les manifestants à Alger…même rédaction pour ce S.S…qui surf sur la vague…

    14
    2
    Anonyme
    16 mars 2019 - 18 h 31 min

    Ce vendu au diable devrez retourner dou il vient 98% de son temps il le vie a letranger et il vient faire des lecons dégage toi aussi tu et pas credible ya diplomate de pacotille

    24
    7
    Aldo
    16 mars 2019 - 18 h 19 min

    Je vous assure que si vous prenez les analyses et toutes les positions de cet homme Saïd sadi depuis le printemps berbère vous nous trouverez jamais une contradiction même à 5% faites le et chiche. Il s’est éclipsé mais son retour est formidablement bien fait. Un grand bravo qu’on le veuille ou non. C est des hommes comme sadi dont on a besoin aujourd’hui tout comme d’ailleurs bien d’autres:
    Sadi. Benbitour. Fares mesdour. Ferhat Ait Ali. Djamel Zenati……plus au moins Tabou. Bouchachi. Tale Ibrahimi..

    18
    36
      TOLGA - ZAÂTCHA
      16 mars 2019 - 19 h 48 min

      TOUS LES NOMS QUE VOUS CITEZ SONT DES « HAS BEEN » DE LA SCÈNE POLITIQUE ALGÉRIENNE…

      C’EST TERMINÉ ! ON NE FAIT PAS DU NEUF AVEC DE L’ANCIEN. PLACE AUX JEUNES, DÉSORMAIS, CRÉNOM DE DIEU !

      VOUS NE COMPRENEZ PAS QUE C’EST UN TRANSFERT DE LÉGITIMITÉ GÉNÉRATIONELLE QUI S’OPPÈRE ACTUELLEMENT SOUS NOS YEUX…?

      LES ANCIENS, C’EST TERMINÉ !

      EST-CE QUE LA PRÉSENCE EN FORCE DU PEUPLE, PARTOUT DANS LES 48 WILLAYAS NE VOUS A-T-ELLE PAS INTERPELLÉ, CHER MONSIEUR !?

      C’EST DRAMATIQUE POUR VOUS !

      ÇA ME LAISSE PANTOIS !!!

      15
      Algerien Pur Et Dur
      16 mars 2019 - 21 h 03 min

      Taleb El Ibrahimi? L’un des fossoyeurs en chef de l’ecole algerienne.

      13
      5
    Anonyme
    16 mars 2019 - 17 h 56 min

    Le peuple est dans la rue tout seul face au pouvoir , et on nous offre un dialogue entre un homme sans aucun poste officiel avec un ex chef de parti, …c’est pour quand le dialogue avec le peuple?

    21
    4
      Matoub
      16 mars 2019 - 19 h 20 min

      ceux qui ont liquidé Matoub ,la kabylie leurs pardonnera jamais ,jamais et jamais. a t’il donné un coup de main ! a vous de me le dire. Merci

      3
      7
      djil
      16 mars 2019 - 20 h 20 min

      cest votre avis
      44999999 dapres les derniers sondage nous somme
      45000000

    algerian
    16 mars 2019 - 17 h 12 min

    Je vois que les legataires du « patriotisme algerien » sont de sortie… derriere leurs claviers pour s’adonner a leur jeu favori, et selon leurs dispositions testamentaires, Kamel Daoud et Said Sadi ne sont pas de vrais patriotes. Rien que ca!
    A tous eux et celles qui adorent ce petit jeu, dites-moi, vous etiez ou quand des gens comme Said Sadi se sont opposes au peril de leur vie au fascisme islamiste dans les annees 90?
    Je parie que pour la plupart d’entre-vous., vous aviez troque le costume pour un Kamis pour passer inapercu.

    27
    30
      Mir
      16 mars 2019 - 17 h 25 min

      Je soutiens catégoriquement les analyses pertinentes de Said Saadi. Je suis d’accord à 100% avec son idéologie laïque. Les anonymes qui l’attaquent n’osent même pas avouer leur idéologie islamiste ou opportuniste, ils se cachent derrière des généralités populistes pour surgir au moment opportun et tuer la République. Nous sommes à un moment décisif où il n’y a pas de place pour la lâcheté et la combine. Chacun doit afficher publiquement son idéologie et son appartenance politique et jouer franc jeu. Il est hors de question que tout ce combat populaire pour la Liberté et la Démocratie soit détourné par les islamistes intégristes et nous renvoyer des siècles en arrière. Pour le moment ils cachent bien leur jeu, ils se fondent dans le foule, mais on les connaît, on sait qu’ils sortiront du bois au moment opportun pour essayer de cueillir le fruit de la révolte Populaire. Et nous serons toujours là pour leur barrer la route. Que ce soit clair et net ! Et s’il ya ici des gens qui sont partisans de la Dawla Islamya, ayez le courage de vous montrer et de le déclarer publiquement au lieu de vous cacher derrière le Peuple !

      35
      30
        faust
        17 mars 2019 - 0 h 19 min

        Non ce n’est pas une question de Islamisme, mais c’est une question de cohérence politique et d’honnêteté intellectuel. A la différence de Daoud, qui n’est pas homme politique et dont beaucoup de gens anonymes ne le trouvent pas spécialement doué (en tant qu’écrivain) sauf au yeux d’une certaine presse, Monsieur Saadi était et est encore homme politique. Autrement dit, la moindre des choses en cette période sensible est d’informé les peuple de cette rencontre. Mais bon, c’est dur quand on est habitué à certains réflexes du régime.

        2
        3
      anonyme
      16 mars 2019 - 22 h 54 min

      non monsieur j’etais au pays et je combattais les hordes sauvages , par contre je parie que toi tu etais bien a l’abri ! Said Saadi est le pote a BHL et Kamel Daoud n’est qu’un imbecile une petite tapette des sionistes et le lakhdar barhimi est un affidé du Diable (…)

      9
      3
    Mir
    16 mars 2019 - 16 h 56 min

    A lire certaines réactions, Voilà que les choses sérieuses commencent à prendre forme. Après les slogans  » khawa khawa », il faut bien se poser les vraies questions qui fâchent :
    – Sommes nous pour une 2eme République LAÏQUE ou ISLAMIQUE ?
    – Qulle est la place de la Religion dans la future République ?
    – Quid des partis islamistes ?
    – Et des partis autonomistes/régionalistes?
    – Quelle sera l’organisation territoriale de la République? centralisme Jacobin ou Autonomie Régionale ?

    30
    10
      Anonyme
      16 mars 2019 - 21 h 28 min

      Pourquoi toujours se définir par rapport à des cadres de pensée étrangers ?
      Ni laïque à la française (une laïcité purement hypocrite), ni islamiste à l’orientale (une bigoterie purement hypocrite).
      Nous avons toujours été laïques dans les faits avant l’arrivée de l’islamisme.
      Nous étions musulmans et sincères (les islamistes n’atteindront jamais le degré de foi concrète et pragmatique que nous avons avant leur surgissement dans notre histoire).
      Interrogeons nos grands-parents, ceux qui ont 90, 80, 70 ans et ils diront comment ils vivaient leur laïcité de fait sans jamais avoir perdu leurs neurones dans des batailles byzantines.
      Ils nous diront que les gens étaient plus musulmans, plus fiables, plus honnêtes que depuis que l’islamisme est devenu une idéologie.
      Quand aux régions, rien n’est tabou. Pourquoi copier le centralisme français qui a tué et ruiné toutes les cultures locales, après les avoir sauvagement colonisé (Alsace, Corse).
      Nous avons un pays-continent extrêmement riche de diversités, de cultures régionales, de langues, pourquoi ne pas en faire un atout ?

      Il faut discuter ensemble, s’écouter et se documenter, mais surtout partir de la personnalité algérienne.

      Qui a dit que nous étions obligés de copier ou singer les modèles des autres sans faire l’effort de nous interroger nous-mêmes et entre nous de comment nous pourrions organiser l’Algérie de demain ?

      Il faut être positif, ne pas s’inquiéter outre mesure, nous avons une armée vigilante, et surtout etre ouverts entre nous, nous deviendrons par la force des choses créatifs.

      18
        Mir
        17 mars 2019 - 11 h 27 min

        Je suis d’accord avec vous, il faut ré-inventer une République Algérienne (virer déjà ces termes populistes de « Démocratique et Populaire ») avec notre socle historique et sociologique. Et sortir de ce carcan institutionnel copié (ou hérité) du colonialisme pour arriver à des institutions qui nous ressemblent. Revenir à notre islam originel et barrer la route à ces islamistes rétrogrades, tout en veillant à ce que notre laïcité ne soit pas en confrontation avec notre religion. Un imam n’a pas à s’occuper de politique, et un politicien n’a pas à utiliser la religion pour sa propagande. Une fois le Rôle du Religieux bien clarifié, on pourra enfin avancer.

    Anonyme
    16 mars 2019 - 15 h 55 min

    Mr. Said Saadi joue t il le role d’intermédiaire, où de « pompier-secouriste »
    Pour préparer un plan de sortie politique progressive, honorable, et pacifique
    D’un système oligarchique, affairiste-corrompu, clanique, et maffieux, en crise de légalité, et de légitimité

    7
    17
      Matoub
      16 mars 2019 - 19 h 25 min

      la question que je vous pose, qui a trahis Mass Matoub en acceptons de jouer le jeu de ses assassins . qui sont ‘ ils en kabylie

      2
      4
    Anonyme
    16 mars 2019 - 15 h 18 min

    Brahimi doit commencer par parler le dialecte Algérien, avant de venir appliquer les désirs de Macron &CO

    45
    8
    Anonyme
    16 mars 2019 - 15 h 16 min

    La prochaine rencontre de Brahimi serait avec les ex dirigeants du FIS (??).

    11
    18
      Dz213
      16 mars 2019 - 21 h 28 min

      Reponse à certains ,nous voulons ni une république laïc comme à la francaise ni une république wahabite,nous voulons une république purement Algerienne ouverte a toutes lès religions et lès cultures,en Algerie il n’ya dès mauvais Algeriens et des gens

      5
      1
        Dz213
        17 mars 2019 - 0 h 48 min

        En Algerie il ya un Seul peuple,le Laique,Le religieux,Le Kabyle,Le chawi,Le mouzabite,Le tergui,l’arabe,et Le sahraoui,un seul arbre qui donne le meme fruits,je crois que le peuple l’avait dit haut et fort,liberty and justice for all,il nous reste un long chemin,finissons d’abord la premiere etape .

        2
        1
    al H'memdji
    16 mars 2019 - 14 h 54 min

    ce Lakhdar Brahimi est un VRAI harki au sens propre du terme , il ne travaille que les sionistes !!!!!!!!!!!!!!! les syriens irakiens l’avaient accepté du bout des levres par la suite ne tenant plus ils ont ete obligés de le virer tellement il trafficotait avec les yankées au su et au vu de tout le monde !
    he ben heureusement qu’il y a quand meme une bonne Presse Algerienne, sinon wallah il va entuber tous les algeriens ce salaud …tout d’un coup je n’ai plus confiance en Lamamra car il avait deja auparavant rencontré ce traitre de Lakhdar Brahimi !
    et puis la grande question pourquoi Sidi Said et Kamel Daoud , le premier n’etant plus President du RCD mais neanmoins ami intime de BHL et le 2eme vil serviteur notoire des sionistes avec son compere le Boualem Sansal ??
    Oui que Boutef et sa Smala degage le plus vite possible !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    28
    38
    Sprinkler
    16 mars 2019 - 14 h 11 min

    Le  » contenu  » comme le contenant ne nous intéressent pas !

    17
    5
    -DZ
    16 mars 2019 - 13 h 44 min

    Brahimi consulte Kamel Daoud et Said Saadi… ?? ?
    Ce Brahimi ferait mieux de rentrer chez lui, il a juste ajouté de l’huile sur le feu

    43
    5
    Dz213
    16 mars 2019 - 13 h 37 min

    Dkhal fiha même kamel daoud,je ne serai pas surpris si ce dernier sera notre ministre de la bonne image dans lès plateux de tv francaise,zid djibena chab dauphin ministre de la culture et continuer à vous moqué de nous,hadak makhoussna kamal daoud !!! .

    30
    19
      messaoud pas hassi
      16 mars 2019 - 19 h 55 min

      Même si les prophètes à leur tête Mohamed 5 QLSSL) se présentent , on leur trouvera tous des défauts. c’est la foire d’empoigne . On demande à BOUTEF , aux députés , aux senateurs , aux ministres de dégager C’est bien c’est même très bien. Mais il faut comme même les remplacer. ON ne peut pas laisser la nation sans représentants élus et technocrates à ses commandes et ce n’est pas des jeunes de 25 ans sans aucune expérience du monde politique et socio économique qui vont diriger le pays. Arrêtez la surenchère qui va nous replonger en 1991 , le HCE et le cortège de souffrances .

      7
      1
    Rayes Al Bahriya
    16 mars 2019 - 12 h 50 min

    Ce S.S veut se refaire une virginité…
    Il vit comme un Roi à club des pins…
    Il a bénéficié des largesses du régime.
    Il vit à Alger ce kabylois…
    La kabylie lui a tourné le dos..

    36
    32
    Hamma SACI
    16 mars 2019 - 12 h 34 min

    ÇA Y EST, IL PASSE À TABLE ! DE MON TEMPS, ON APPELAIT CE GENRE DE PERSONNAGES….. « bouchkara » !

    34
    11
      hamma tartaga
      16 mars 2019 - 18 h 26 min

      tu as raison. Malheureusement ce sont les sinistres bouchkara qui aidèrent la France à décimer les rangs des valeureux et sincères combattants de l’Algérie en guerre, qui prirent le pouvoir en 1962 et se convertir en « s’hab chkara » et que la France continue à réactiver pour perpetuer la mainmise de ce pays sur nos richesses. Mais NO PASSARAN

      7
      2
    El Che
    16 mars 2019 - 12 h 22 min

    Mais c’est qui ce brahimi fils de gaid pour s’auto-désigner sauveur de l’algerie???
    Et il consulte Kamel daoued et said sadi!!!
    Le peuple s’est prononcé et il n’y a rien à redire.

    37
    9
    TOLGA - ZAÂTCHA
    16 mars 2019 - 12 h 21 min

    Il passe au… RAPPORT, MAINTENANT.

    QU’ILS DÉGAGENT TOUS AUTANT QU’ILS SONT. L’ALGÉRIE SAURA SE RELEVER AVEC L’AIDE DÉVOUÉE DE TOUS SES ENFANTS VIVANTS ENCORE EN ALGÉRIE ET CELLE DE TOUS SES CADRES DE TRÈS GRANDES VALEURS DONT LA COMPÉTENCE EST MONDIALEMENT RECONNUE ET AVERRÉE QUI SONT ÉTABLIS À L’ÉTRANGER.
    L’ALGÉRIE POURRA SE RELEVER ET SORTIR DÉFINITIVEMENT DE L’ÉTAT DE SOUS-DÉVELOPPEMENT DANS LEQUEL CETTE MAFIA L’A PLONGÉE DEPUIS JUILLET 1962…

    AKRAOUTH A YARACH N’TAMOURTH N’NA !!!!!

    29
    5
    elgat
    16 mars 2019 - 12 h 02 min

    Brahimi a rencontré said samedi et kamel daoud, pourquoi n’a t il pas encore rencontré bhl, ferhat le kilou et les deux félons serviteur du crif sansal et sifaoui???

    36
    29
      anti menteurs
      16 mars 2019 - 12 h 32 min

      Et qui vous donne le droit de dicter à Mr Ibrahimi qui il peut rencontrer. Saadi,Sifaoui et kamel Daoud ont ils égorgé des Algériens au nom d’une religion dont l’esprit de tolérance n’a rien à voir avec leur idiologie térroriste , oscurantiste et rétrograde .

      43
      29
        Anti menteurs
        16 mars 2019 - 14 h 12 min

        Je veux dire: votre idéologie totalitaire, terroriste , obscurantiste et rétrograde .

        15
        19
          étonné
          16 mars 2019 - 19 h 41 min

          votre cœur vous a trahis. vous êtes contre la religion de tous les algériens.

          6
          2
        Anti hypo
        16 mars 2019 - 14 h 38 min

        Vous avez oublier le mak et le lâche mehenni,nous sommes tous hypocrytes et menteurs, soukardjias et religieux.

        16
        12
      Même toi !
      16 mars 2019 - 12 h 39 min

      @Elgat – 12 h 02 min , t’inquiète , ya kho, Brahimi a prévu de rencontrer même toi !!

      11
      11
    Djamel. O
    16 mars 2019 - 11 h 55 min

    La lutte sera longue et difficile .j’ai appris cela avec mon père qui était résistant de la 1e heure , messaliste puis FLN , par le courant de l’histoire . Le congrès de la soumam a inventé le FLN pour fusionner toutes les forces progressistes en Algérie , et devait être dissous en 1962 , boutef n’était que chef des scouts algériens ; on avait assassine Karim belkacem qui était un intellectuel et brillant ministre des affaires étrangères . Je signale que benbella ( dieu ait son âme ) s’est accaparé le pouvoir , alors que l’armée a pris le pouvoir en 1965 . Elle a compris très vite qu’il fallait donner le pouvoir aux civils , mais plutôt un pouvoir démocratique , la famille militaro-industrielle s’est installée durablement en Algérie ne défendant nullement les intérêts du peuple algérien qui a payé très cher la guerre d’indépendance . Mon père qui sacrifie sa vie pour un idéal : une Algérie révolutionnaire et progressiste , condamné à mort par les forces colonialistes , il est mort avant sa retraite . Je me demande combien d’hommes politiques sont prêts à se sacrifier pour l’Algérie par le peuple et pour le peuple .
    Ça suffit , les voleurs et corronpus prenez vos valises et aller vivre et faire vos cours ailleurs , l’Algérie mérite idéaux que ça et ne fera que défendre ses intérêts . J’ai confiance en ses jeunes , ses intellectuels et sa nouvelle classe classe politique .
    Vive l’Algérie mon pays de cœur et de raison : osons et soulevons nous pour défendre l’avenir du pays .

    31
    6
    Calmons-nous, restons zen !
    16 mars 2019 - 11 h 35 min

    D’abord bravo et félicitations aux citoyens qui ont marché Vendredi 15 Mars et pour la réussite totale de ces manifestations sur tout le territoire national !

    Mais la bataille vient à peine de commencer. L’Algérie a besoin de tous ses enfants et de tous ses intellectuels progressistes ! Il faut être vigilent et prudent pour la suite des élèvements car certaines personnes peuvent déjà commencer leur propagande funeste ! Je vais vous donner un exemple très précis que j’ai déjà relaté dans un de mes précédents Email. il faut savoir qu’avec les quelques propos ou actions ou initiatives de Said Sadi on dit de lui : « ah oui fakou, il est sorti par la porte mais il veut revenir par la fenêtre ». Alors que Said Sadi a déjà déclaré qu’il refuse de prétendre à une quelconque « responsabilité organique » (c’est l’expression qu’il a utilisé lui-même) si un gouvernement de transition ou un gouvernement de salut public ou un comité de sauvegarde serait décidé ! Il a dit qu’il va garder néanmoins ces convictions politiques et intellectuelles, qu’il va tout de même continuer de soutenir sur le terrain le soulèvement populaire, de continuer à participer au débat, de contribuer activement à toutes propositions mais il refuse une quelconque « responsabilité organique » ! Said Sadi n’est pas un traître parce que, par exemple, il a eu un entretien avec Lakhdar Brahimi qui l’a appelé lui-même pour un échange sur la situation. C’est juste un échange de point de vue et il ne l’a pas fait pas en tant que porte parole des partis politiques d’opposition ou autre. Said Sadi n’est pas un traître qui complote sur le dos des citoyens manifestants ! Il lui arrive de parler avec des personnes du pouvoir ou d’anciennes personnalités politiques mais c’est pour débattre et non pour comploter ! D’ailleurs, fort heureusment, il n’y a pas que Said Sadi en Algérie , il y en a beaucoup d’autres intellectuels, d’autres militants de la démocratie et de l’Etat de droit, mais il ne faut pas qu’on se tire dans les pattes entre nous à chaque occasion, à chaque initiative ! Le consensus et l’entente doivent d’abord se fabriquer dans l’opposition avant de négocier avec le pouvoir sinon c’est la défaite.

    Son entretien avec Lakhdar Brahimi , un peu avant la publication de la lettre de Bouteflika, il en parle ouvertement dans une déclaration récente en révélant ceci : «Je lui ai expliqué, en présence de Rebahi l’ancien diplomate, que j’étais assez inquiet car il ne me semblait pas que le pouvoir appréciait à sa mesure la gravité de la situation». Il lui a dit aussi, entre autres : «De ce que j’entends et crois, le départ de Bouteflika et la démission du gouvernement étaient un des préalables à toute démarche sérieuse ». Il précise : «sur ce point, Brahimi n’a pas fait de commentaires».

    Nous sommes tous condamné à trouver un prolongement politique de l’après marche. Il faut qu’à un moment l’opposition, la société civile , les forces du changement, celles et ceux qui sont pour le vrai changement négocient avec le pouvoir mais d’une manière ferme et déterminée sur la base d’une seule feuille de route ! L’Algérie nouvelle, une fois Bouteflika et son clan mis à genou, doit arriver à mettre en place rapidement les nouvelles institutions et penser dès aujourd’hui à l’organisation des élections libres et transparentes car un pays ne peut pas vivre longtemps sans institutions légales, sans élections ! Said Sadi a même dit qu’une fois les règles démocratiques acceptées, le principe des libertés acquis (de conscience, d’opinion, de culte etc…etc..), les principes du respect des minorités et de la diversité dans notre pays reconnus, le principe de la tolérance accepté, celui de la séparation des pouvoirs, de la séparation du politique et du religieux (comme pourtant déjà stipulé dans l’article 52 de la Constitution de 2016) deviennent une réalité alors même Ali Belhadj ouamaa ed’raka pourra se présentait aux élections sans aucun soucis !

    23
    9
      Fazia OUMALOU
      16 mars 2019 - 13 h 18 min

      @Calmons-Nous, Restons Zen !
      Je regrette, Agma ! Mais cet « agent organique » des services algériens DOIT dégager les lieux et déguerpir au plus vite s’il a, encore, UNE seule once de dignité… et ce n’est pas la peine de continuer plus loin, s’il vous plaît…

      19
      13
        Calmons-Nous, Restons Zen !
        16 mars 2019 - 17 h 09 min

        Ya lala @Fazia OUMALOU – 13 h 18 min , c’est toi qui doit dégager car tu ne proposes rien du tout ! Said Sadi a déclaré qu’il refuse toute responsabilité organique ou autre responsabilité dans n’importe qu’elle institution transitoire, ou gouvernement de transition à créer à l’avenir ! Qu’est-ce qui te faut de plus ! Par contre, lui en tant que citoyen, en tant que personnalité politique et intellectuelle , il a le droit de donner son avis et de discuter avec qui il souhait ! Il est libre et il n’a jamais dit qu’il te représenter ou représentait l’opposition ! Ok ya lala !

        17
        7
          BOUZEGUENE - Sidi Amar OULHADJ
          16 mars 2019 - 20 h 07 min

          @Calmons-Nous, Restons Zen !
          Ton Saïd SAÂDI, mon fils, est de la même promotion que OUYAHIYA, Khalida MESSAOUDI et tant d’autres que vous ne soupçonnerez jamais…
          Voulez-vous d’autres noms ? Vous êtes très loin de la réalité…
          Comme le dit si bien un vieil adage KABYLE de chez nous : KHALAT VOUS S’TSA A TOQLOZ A MEN TSA…!!!

          2
          3
    Ouba Langi
    16 mars 2019 - 11 h 31 min

    Intriguant .
    16 mars 2019 – 10 h 59 min

    Il y a mille et une raisons pour que Brahimi aille discuter avec KD.

    Et j’ajouterai que c’est le seul moment de lucidité qu’a eu Brahimi en allant à lui.

    Mais surtout

    Parce que :

    KD est trop humble et modeste pour refuser de le rencontrer.

    KD, contrairement à Zoro YB et Si Qeddour , a l’oreille des grands de ce monde.

    KD c’est une immense personnalité que le monde entier écoute.

    KD ,lui, quand il est écrit au NYT , ou pour les grands journaux de ce monde il ne le fait pas par intrusion pour être effacé comme un intrus quelques minutes après qu’on se soit aperçu qu’il s’agit de lui.

    KD c’est la conscience même de l’Algérie qui niche dans chaque subconscient algérien.

    KD c’est la quintessence de ce que l’Algérie a su produire malgré la Zzarabo-islamiZzation forcenée de tout le peuple depuis cinq décennies .

    KD c’est notre plus grand écrivain et le plus grand événement algérien depuis le bigbang.

    KD c’est la pensée algérienne dans trois mille ans.

    KD c’est celui qui nous apporte se supplément d’âme après que Si Qeddour Zoro et YB bous l’aient meurtrie.

    KD, lui, on va à lui, c’est une immensité dont on quémande un rai de ses aveuglantes lumières, ce n’est pas Lagardère qui va à la montagne quand elle ne vient pas à lui.

    Et j’en passe parce que je n’ai pas fini d’écrire son hagiographie

    21
    29
      Farida
      16 mars 2019 - 13 h 14 min

      FAKOU. ON SAIT POUR QUI TU ROULES.

      19
      14
      MELLO
      16 mars 2019 - 13 h 28 min

      Je ne peux que m’incliner devant autant de justesse, autant de vérité que seules des rétrogrades peuvent condamner. KD reste avant tout un Algérien , un Algérien de grande envergure. On a le droit de ne pas être d’accord avec Kamel et de le lui faire savoir. En tant qu’Algériens , fiers de l’être, nous devons et avons l’obligation d’aimer tout le peuple, toutes les personnalites progressistes et KD en est une . Dans tout cela , le maître mot est la sincérité des opinions, c’est toute la richesses de cette Algérie.

      19
      16
      K. DZ
      16 mars 2019 - 15 h 02 min

      #Ouba langi# si vous n’êtes pas vous même KD, vous devez certainement être DK. allez y mollo avec la pommade sinon vous risquez de glisser plus loin que les 3000ans d’avance que vous avez sur nous.

      11
      9
        Anonyme
        16 mars 2019 - 17 h 46 min

        Moi je sens que Qaramazov a un sens de l humour que ne peut posseder qu une personne de bon coeur et sans rancune ,le rire etant le propre de l homme Qaramazov est plus humain a mon avis que Daoud que je trouve taciturne et pret a se vendre pour quelques doros de plus.
        SigneZORO. ..Z….

        5
        6
    AlwaysTamurth
    16 mars 2019 - 11 h 26 min

    Mr Saadi ne dit pas s’il s’est invite chez Mr Brahimi ou s’il a ete invite. Dans les deux cas, il a accepte de discuter avec un representant de la presidence ( que l’on veuille ou non Brahimi represente la presidence). Son recent discourt a ete clair: rompre avec le systeme. Mais ici il y a confusion. je pense que Mr Saadi devrait expliquer un peu plus mieux sa demarche, d’autant qu’il inclus le fait qu’il trouva Mr. Rahabi avec Mr Brahimi. Pourquoi ? est ce pour justifier votre action?
    Mr Rahabi s’est distaingue d’avoir dit NON a Bouteflika des 1999. En represaille, les Chiatiines on debaptise la rue de GUELMA ( origine de la famille de mr RAHABI) au nom du pere de Mr RAHABI mort en CHAHID les armes a la main comnbattant l’armee colonialiste dans la zone interdite de Guelma ( djebel Mahouna, Dbegh, Mermoura).
    Mr Saadi, expliquez vous SVP.?
    Tahya Tamurth

    13
    9
    Anonyme
    16 mars 2019 - 11 h 26 min

    Brahimi en tante que citoyen ėmigrė, et juste en tante que curieux, aurait du contact er Zough, hadad, pneu Michelin, salhi ettout le toutim Bach yahkiwlou wach darou pour faire plaisir à fakhamatouhoum le fantôme et SA fratrie en contrepartie des privilèges! Quand il aura compris, il prendra l’avion pour rentrer chez son beau fils et ne plus se montrer!!

    10
    3
    MELLO
    16 mars 2019 - 11 h 07 min

    Saadi est  » inquiet  » de la tournure des événements, il n’a jamais appris les leçons de son maître Feu Hocine Ait Ahmed. Said Saadi est un mauvais élève qui n’apprend pas et ne comprend pas qu’il fallait jamais se rendre à des rencontres personnalisées avec des éléments du pouvoir. Saadi , l’avait déjà fait , par le passé, avec L’arbitre Belkheir en 1988, puis avec Tewfik Mediene en 2005. Jamais, au grand jamais Hocine Ait Ahmed ne l’aurai fait.

    19
    13
      Zzilhou
      16 mars 2019 - 11 h 41 min

      Sadi a rencontré Brahimi à titre informel et réciproquement. Bien avant la déclaration de Boutef. Et en son propre nom. Sans accorder une quelconque importance à ce non-événement. Jamais au grand jamais il n ‘aurait porté la chéchia de Jabala!

      11
      14
        MELLO
        16 mars 2019 - 13 h 34 min

        Ne s’est il pas acquonine’ avec celui qui veut embraser l’Algérie ? C’était en 1999, il lui offrit des membres de son parti comme composante du gouvernement. C’est pire que tout.

        10
        5
    Intriguant .
    16 mars 2019 - 10 h 59 min

    Ce Lakhdar Brahimi
    POURQUOI va t’il à Paris discuter avec l’écrivain kamal Daoud .
    Quelle rapport a t’il avec les revendications du peuple algériens.
    Et pourquoi les problèmes de l’Algérie encore une fois se traite t’il à Paris.
    C’est incroyable de voir ça.
    Je commence vraiment à comprendre pourquoi énormément d’internautes n’avait pas confiance à Lakhdar Brahimi.
    Et il ne vit pas en algérie pour comprendre la souffrance du peuple algériens.
    Vraiment très intriguant ce qui se passe en coulisses.
    La clairvoyance jouerait à leurs faveurs.
    Mais ils préfèrent agir dans l’obscurité qui indéniablement se retournera contre eux.

    28
    4
    Karamazov
    16 mars 2019 - 10 h 54 min

    Mais comment des diplomates chevronnés peuvent-il se faire complices d’une telle mascarade vouée à l’échec. Car manifestement ce ne sont pas eux qui conseillent Boutef.

    Si Brahimi a rencontré Sadi, Louiza, et KD c’est parce qu’il sait que les autres lui mentiront. Sinon il n’agirait pas comme en terre inconnue. Le fait que le pouvoir les ait choisis eux , des diplomates, pour intercéder entre lui et son peuple, aurait pu leur mettre la puce à l’oreille. Ou croyaient-il avoir le don de subjuguer les masses par leurs charismes et leurs auras  au point de ne pas voir qu’ils allaient vers l’humiliation ?

    Alors pourquoi persiste-il a s’empêtrer dans une inextricable situation ?

    We3lech cherchent-t-ils à quitter l’histoire par le trou des chiottes ?

    N’ont-t-ils donc aucune dignité ?

    Ou, se croient-ils indispensables , alors que tout le peuple les somme de dégager ?

    Si on peut comprendre que Boutef qui n’a plus rien à perdre joue son va-tout , comment des diplomates puissent-ils se comporter avec leur propre peuple comme avec une partie étrangère en se considérant comme une partie neutre alors qu’ils ne sont que des suppôts de ce pouvoir honni ?

    S’il reste un peu de dignité à Lamamra et à Brahimi , ils voient bien que le monde qui les regarde les a définitivement jugés ,ils devraient arrêter d’apporter leurs cautions à Boutef et à ses soutiens. Car l’histoire est en marche si ce n’est elle qui les emportera quand elle tirera la chasse, ce sera le chaos !

    16
    4
    bozscags
    16 mars 2019 - 10 h 51 min

    ils sont tous pareils c’est la meme equipe qu’ils arretent cette mascarade et qu’ils degagent.

    7
    5
    Bouzorane
    16 mars 2019 - 10 h 33 min

    Ya Si Sadi, vous êtes vieux maintenant!
    Il est temps pour vous de revenir dans le droit chemin!
    Abandonnez votre satané nord-africanisme, repentez-vous, convertissez-vous à l’Ultra-Nationalisme Algérianiste… C’est la seule voie de Salut!
    Sortez de vos contradictions. Soyez cohérent!… Vous avez combattu, courageusement et justement, l’arabo-islamiste. Pourquoi vouloir donc ce cas nous imposer le nord-africanisme?
    Pourquoi remplacer un internationalisme (arabo-islamisme) par un autre internationalisme (nord-africanisme)?… pourquoi tourner en rond?
    Il faut combattre l’internationalisme, car l’internationalisme, quelle que soit sa variante, est toxique pour la Nation Algérienne.
    Il faut mettre fin à l’errance idéologique en Algérie!!!
    Donc, ni arabo-islamisme ni nord-africanisme.
    La Nation Algérienne doit enfin opter pour un Ultra-Nationalisme Algérien et Algérianiste.

    19
    15
    Opposition Croupion
    16 mars 2019 - 10 h 19 min

    Arlequin valet des deux maitres.
    Le matin a manifester dans la rue avec le peuple et le soir a roder autour de Zeralda et des Tagarins. Helas, le RCD est comme ca, un parti qui considere que etre faux jeton est une qualite politique. Pas grave , on a l’habitude.

    23
    16
    Reda
    16 mars 2019 - 10 h 00 min

    Pourquoi ne discuterait-il pas avec Said Sadi,? Il faut reconnaitre qu’il a des analyses pertinentes et il faut l’écouter. Vous voulez qu’il discute avec les islamistes? Eh bien non, les islamistes sont définitivement discrédités et nous sommes déterminés à nous y opposer par tous les moyens. Nous savons tous que les islamistes sont parties prenante de ce qui se passe dans la rue (regardez les prières terriblement ostentatoires d’El Asr). l’Algérie sera laïque ou ne sera pas. C’est clair . Les gens se préparent aux futures joutes our se positionner. La charia dans la constitution et le code de la famille, c’est fini et bien fini avec le 5 mandat. Les jeunes manifestants terriblement manipulable, taillable et corvéable à merci. Cette révolte a mis la poussière sous le tapis! A défaut d’un autre homme politique moins marqué, Said Sadi sera notre porte voix sans conteste.Nous ne laisserons pas à nos enfants une république islamique (musulmane? ). Notre capacité de nuisance est intacte.!

    27
    33
      Samia AÏT KACI
      16 mars 2019 - 11 h 33 min

      « …Said Sadi sera notre porte voix sans conteste… » dites-vous.
      NON, MAIS VOUS RENDEZ COMPTE DE L’ÉNORMITÉ QUE VOUS DITES ?
      JAMAIS ! AU GRAND JAMAIS ! UN TEL PERSONNAGE NE SERA NOTRE PORTE-PAROLE !!! UN VENDU ET UN TRAÎTRE… C’EST TOUT CE QU’IL EST.
      Le matin à la « manif » avec le peuple (pour nous espionner) et le soir dans les salons cossus de la capitale avec les pires ennemis du peuple Algérien. Il le dit lui-même…..
      Ce traître a trahi les NOBLES IDÉAUX de notre GRAND et IMMORTEL….. AÏT AHMED !!! ATH YERHAM RABI…..
      Ce saïd saâdi ferait mieux de disparaître définitivement de la scène politique Algérienne dont il n’a JAMAIS été un acteur sincère.

      21
      14
        faust
        17 mars 2019 - 0 h 06 min

        Au fait, y réfléchir profondément, ce mec est un Ouyahya bis. La différence, c’est que ce dernier est détesté par le peuple, tandis que Saadi a une petite partie brebis égarées de notre chère Kabylie. Je pense que les accusations de Nourdine Ait Hamouda ont au moins en partie, des fondements réels. Ce mec était et restera un boy de Toufik. Vous dites pourquoi Brahim ne doit pas voir Saadi? Mais pourquoi ce dernier nous le dit pas, notamment, dans cette période sensible ? Récemment il était interrogé par radio TAS, pourquoi il ne le dit pas au peuple?En vrais, Il était, il est et il restera le Fouchi qu’a utilisé le pouvoir pour abattre Ait Ahmed. Cependant, le temps a donné raison a ce grand homme. Après la constituante nous allons voir combien le patrimoine politique de Saaditte vaut sur le marché politique ?

        4
        1
    Tredouane
    16 mars 2019 - 9 h 52 min

    Des Agenda de salons,aucune crédibilité;encor une fois qui veux spolier la volonté de la Nation Algérie qui aspire qui à démontre qu’elle est plus mature plus ferme déterminé devant la dérive de certains responsables et/ou pseudos politiques quant il s’agit de la défense des principes fondateurs et la souveraineté Nationale.
    Aucun commentaire sur brahimi et co car tout simplement ils existent pas.

    11
    2
    Anonyme
    16 mars 2019 - 9 h 47 min

    Ce système est déconnecté de la réalité Algérienne, ils vivent entre les salons Algérois et parisiens, ils se soignent à Geneve ou Paris, ils nous méprisent et parlent de nous en nous traitant CHAÂB KHNAZ. Non, ceux qui font partie de nos problèmes ne peuvent être la solution.

    23
    36
    Ouba Galni
    16 mars 2019 - 9 h 41 min

    Ce mec est complétement hors champ . Et hors temps aussi. Comment ne sait-il pas que ce n’est ni KD ni Sadi qui font de nos jours l’actualité ?

    S’il arrêtait de lire le NYT ou les journaux français , il aurait su que chez nous ce sont Si Qeddour et YB qui font la Une, et Zoro pour les commentaires, bien entendu.

    15
    5
    ⵜⵉⴼⵔⴰⵏ
    16 mars 2019 - 9 h 30 min

    Brahimi a été rappelé par le clan du pouvoir pour trouver des solutions à cette association de malfaiteurs qui me semble-t-il n’a pas l’intention de remettre le pouvoir au peuple. Ils essaient par tous les moyens de colmater les fissures sur les colonnes de l édifice (le système) mais je doute fortement qu’il puissent empêcher sa chute , le mieux qu’ils ont à faire c’est de laisser d’autres architectes honnêtes ceux là refaire l’édifice avec des fondations réglementaires.

    14
    2
      Anonyme
      16 mars 2019 - 21 h 01 min

      Samia AIT KACI , c’est certain que vous êtes une idolâtre de feu Ait Ahmed . Dois -je vous rappeler que c’est ce Dernier qui a siégé à sainte-Egidio avec les intégristes , il a même mis sur sa tête la chechia de Djaballah et il a été l’initiateur du  » QUI tue qui  » . Je vous apprends aussi que pendant toute sa pseudo carrière d’opposant depuis sa retraite dorée à Genève , il allait chaque fin du mois retirer sa paie auprès du Consulat Général d’Algérie à Paris , comme d’ailleurs son ami Benbella. Les 2 percevaient une paie de président de la république. DONC arrêtez de nous rabattre . SADI a fait de la résistance en ALGERIE et en non depuis la Suisse et il n’a pas perçu le fric de l’ état.

      2
      3
    Anonyme
    16 mars 2019 - 9 h 17 min

    Pour revenir aux fondamentaux, on est grand, homme d’état ou diplomate, que lorqu’on s’est soumis à l’urne, au choix du peuple, et que ce dernier, à travers des élections libres en aval et en amont, choisi l’homme qui le représente. La grandeur est puisée de la légitimité populaire. Celui q’uon nomme faussement grand diplomate ne s’est jamais confronté à l’urne, n’a jamis servi le débat public de ce qu’il appelle son pays, s’est plu dans ce système qui l’a coopté grand diplomate. Quant à l’autre qui, à longueur de journée et d’années, nous ressasse le congrés de la Soumam, la primauté du politique sur le militaire, il a accepté sans état d’âme d’être le pion de décideurs militaires, d’être leur bras politique, ne faisant du principe qu’il dit défendre qu’un leurre pour berner ceux qui croient possible la remise en cause de la « naturelle » domination du militaire, détenteur de la force des armes, de la vie publique. Pire encore, le présomptueux « homme d’état » (Sadi) s’est confié à l’ambassadeur d’une puissance étrangère, sur des questions de sécurité nationale, dont l’état d’esprit de l’armée, sa cohésion, et bien d’autres questions, que les câbles fuités par Wikileaks, ont mis à nu. Le travail de coulisse, fait à l’insu de la populace, des « Izène » dixit Sadi, est une pratique commune à cette  » élite » fabriquée dans les laboratoires du régime.

    14
    7
    Anonyme
    16 mars 2019 - 9 h 14 min

    Cette fois ci c’est tout le theatre et ses faux spectateurs qui doivent foutre le camps. Ainsi le choix est entre deux ennemis qui partagent le butin entre eux.

    5
    3
    anonyme
    16 mars 2019 - 9 h 01 min

    Nous avons besoin de partis politiques idéologiques (capitaliste, communiste, socialiste, anarchiste et que sais-je). Des partis qui ont un programme économique, qui défendent une économie politique, un mode de production. Pour que la dialectique puisse s’opérer et faire avancer le peuple. Thèse, antithèse, synthèse. : voilà ce que nous voulons pour l’Algérie. « Démocratie », « culture », « paix », « liberté », « justice », etc. sont des mots creux qui résonnent dans le désert … Je rappelle que le « multipartisme » est une obligation imposée à l’Algérie lors de ses emprunts auprès des « instances internationales » que sont le FMI et la Banque mondiale. Je me serai contenté d’un parti unique idéologique populaire. Dommage que le FLN du 19 mars ait décidé de « féodaliser » notre pays !

    7
    1
    RODEO
    16 mars 2019 - 8 h 57 min

    A.P écrit que :  » il ( Brahimi) se trouvait à l’hôtel El-Aurassi. » tiens donc ce type là a des maisons partout dans le monde sauf dans « son » pays et il vient nous casser les cacahuettes avec son baratin

    11
    3
    Algerian
    16 mars 2019 - 8 h 47 min

    Bienvenus au pays des zouaves

    5
    6
      K. DZ
      16 mars 2019 - 15 h 06 min

      Mr SAADI avait dit qu’il s’était trompé de peuple mais il ne sait toujours pas à quel point il se trompe sur lui même.

      8
      8
    Yeoman
    16 mars 2019 - 8 h 46 min

    Saïd Sadi parle comme s’il était irréprochable et Brahimi un pestiféré qu’il s’excuse presque d’avoir rencontré. Un peu de modestie et de modération ne feront de mal à personne. Il faut que chacun sache mettre son ego de côté ces temps-ci. Pour une fois que le peuple a vraiment parlé, ceux qui nous ont cassé les oreilles depuis des années n’arrvient plus à dire un seul mot sensé. Tout le monde bégaie, surpris de découvrir que les algériens, qu’ils croyaient berner depuis des années sont en fait bien plus intelligents qu’eux.

    16
    8
    Une caste cache une autre
    16 mars 2019 - 8 h 44 min

    Si j’ai bien compris l’Algérie est affaire de quelques personnes qui se téléphonent pour décider du sort du pays. Comme par hasard c’est Said Saadi qu’on appèle…Le pays en castes est servi. Choisir sa caste

    13
    8
    Zaatar
    16 mars 2019 - 8 h 39 min

    Ah ben oui, Daoud, santal, Khadr a et tous les autres. Ce sont tout autant des intellectuels algériens qui ont droit de donner leurs avis comme le font des millions d’algeriens. Voilà un aspect typique d’une catégorie d’algeriens. On ne raisonne pas comme moi alors on doit être bani du pays.

    15
    7
      anonyme
      16 mars 2019 - 10 h 53 min

      Avec de tels intellectuels, nous n’irons pas loin pas loin du tout ! Les romanciers, comme leur nom, l’indiquent ne sont pas des intellectuels; ce sont des narcissiques qui vivent de leurs pulsions et de leurs egocentricités, en les croyant porteuses de messages. Un pays se construit sur des réalités, pas sur des fictions !

      13
      7
      Au sujet de Daoud
      16 mars 2019 - 11 h 27 min

      Il fera partie du prochain gouvernement car il répond a toute les qualités: Pro Maroc, proche de Said Bouteflika etc, et il ne sera pas le seul.

      12
      10
    zerrouk
    16 mars 2019 - 8 h 05 min

    bien sûr l’occasion du siècle pour quelqu’un qui a perdu tous ses repères politiques ce Saidi!

    33
    23
    ZORO
    16 mars 2019 - 7 h 55 min

    Ibrahimi consulte Saadi et Daoud pourquoi pas Sansal??
    SIGNE.ZORO. ..Z…

    36
    28
      Zad
      16 mars 2019 - 9 h 32 min

      Ce sont autant algériens que toi

      12
      17
        Z0R0
        16 mars 2019 - 10 h 31 min

        Je ne renie pas leur nature d Algeriens , je suis contre leurs agissements dans les coulisses qu ‘ils se presentent alors au peuple s ils les adoptent ,en vrai democrate , je respecterais le choix du peuple.
        .

        14
        10
    Apache
    16 mars 2019 - 7 h 54 min

    Ce Brahimi a discuté avec Saïd samedi et Kamel Daoud, celà prouve qu’il est déconnecté complètement de la situation en Algérie. Il devait donc tout aussi bien discuter avec BHL et Sarkosi pendant qu’il y est. Le peuple a donc raison delui dire dégage.

    38
    22
    Mohamedz
    16 mars 2019 - 7 h 50 min

    Un valet du système qui parle avec un pur produit du système ?

    33
    19
    azizen
    16 mars 2019 - 7 h 02 min

    Bien sur, ce monsieur a toujours été proche du pouvoir. Pourquoi Brahimi appelerait il Said et pas un autre?? posez vous la question.

    43
    25

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.