L’énigme Algérie : une nouvelle ère politique ? (2)

politique
Cinquième vendredi de manifestations pour le changement. New Press

Par Tewfik Hamel − La société algérienne a connu des transformations profondes. Il faut s’attendre à ce que son rôle soit plus important sur les décisions politiques. Plusieurs signes étaient déjà visibles. Les manifestations sur le gaz de schiste, par exemple, montrent clairement que les populations cherchent à avoir leur mot à dire sur les orientations stratégiques de la nation. Au-delà du lieu de localisation des protestations (au Sud de l’Algérie − un fait exceptionnel − et partiellement soutenue au Nord), elles ont impliqué différentes couches de la société algérienne et pas seulement les jeunes. La nature de leurs revendications est aussi inhabituelle. La conscience environnementale était indéniable. D’où la difficulté de coopter les manifestants financièrement, car ils n’avaient pas de revendications sociales liées à une classe particulière, mais des demandes environnementales-économiques. Les manifestants voulaient que le gouvernement cesse toute activité sur l’exploration du gaz de schiste. Ce mouvement posait des défis tout à fait nouveaux au pouvoir politique, traduisant l’émergence d’une conscience nouvelle.

La dimension environnementale n’est que l’une des expressions des transformations profondes qu’a connues la société algérienne. Le message politique était clair : les grandes options économiques du pays ne sont plus l’apanage du gouvernement, mais aussi de la société civile. Les manifestants défendaient le droit de la population à participer aux grandes décisions économiques et stratégiques du pays. Ceci ouvre une nouvelle phase, souvent tendue, dans la relation entre le pouvoir et la société.

Malgré la présence de nombreux signes, le pouvoir algérien est resté myope au point où des personnalités politiques vantent publiquement la capacité du gouvernement à contrôler les manifestations. Les Algériens n’ont jamais été fatalistes. Ils n’ont jamais été résignés à leur sort. L’Algérie est familière avec les manifestations quotidiennes. La stratégie toutefois du gouvernement a toujours cherché à éviter la convergence des contestations dans le temps et l’espace : ne pas se produire en même temps à travers tout le pays. Les manifestations sont restées dispersées géographiquement et ne se produisent pas en même temps. Historiquement, les élites au pouvoir se révèlent incapables d’accepter et n’admettent qu’il pourrait exister des raisons légitimes qui poussent les populations à se rebeller contre leurs codes et règles. Ces mouvements de masse sont décrits comme non démocratiques, et l’expression irrationnelle des griefs partagés, découlant de la privation ou des conditions aliénantes de la «société de masse». Ce type d’analyse des mouvements populaires a marqué la pensée des élites durant des siècles. De manière générale, elles affichent constamment une profonde ambiguïté et ambivalence au sujet des mouvements de masse, dépeints généralement comme une menace. Les élites présentent les formes de comportement collectif comme spontanées, émotionnelles et socialement pathologiques. Par conséquent, si ces «vagues de fanatisme de masse» sont laissées sans contrôle et surveillance, cette forme potentiellement dangereuse d’activité non institutionnalisée pourrait menacer un mode de vie apparemment sain, stable et bien établi.

Les élites supposent que ces mouvements surgissent en réponse aux griefs de personnes souffrant des dislocations et aliénations qui accompagnent le changement social, économique et politique rapide. Ce qui donne lieu à un comportement collectif «irrationnel, impulsif et déviant». Les élites ont d’énormes difficultés à percer la dynamique des mouvements de résistance et de masse en dehors que l’idée que qu’ils sont des fanatiques irrationnels. Elles gèrent cette tension en attribuant toute efficacité causale une «main étrangère» ou à une «avant-garde» d’extrémistes sinistres qui manipule les masses.

Crane Brinton traduit cette pensée. Comme pour la maladie, écrit-il dans L’Anatomie de la révolution (1938), les symptômes d’une révolution sont généralement présents avant que la maladie ne soit diagnostiquée. Ces «symptômes» sont souvent présents pendant des générations. Comme une maladie avec une forte fièvre, les révolutions commencent souvent avec modération [les règles des modérés] et se terminent par «une crise […] un délire [avec] la domination des révolutionnaires les plus violents [les règles des radicaux], le règne de la terreur». Les déclarations du gouvernement traduisent la même réflexion lorsqu’il avertit : «Les citoyens ont offert des roses aux policiers, c’est beau, mais je rappelle qu’en Syrie, ça a commencé aussi avec les roses.». Toutefois, les Algériens ont montré une grande maturité. Outre le pacifisme et la maturité des manifestants, il convient de noter la forte implication des femmes algériennes, qui est un signe de la profondeur des transformations sociétales.

Difficultés de changement

Il convient de garder à l’esprit que la transition démocratique sera le résultat contingent de processus politiques dynamiques et qu’elle n’est donc ni statique ni entièrement cohérente. En effet, les problèmes que créent les changements récents en Algérie pour les hommes politiques et fonctionnaires sont fondamentalement différents de ceux qu’ils créent pour d’autres analystes. Cinq principaux organismes et ensembles d’agents peuvent être distingués ; les analystes académiques ; les organismes gouvernementaux ; les organismes non gouvernementaux ; les médias ; et les personnes dans la vie quotidienne. A l’exception de la première catégorie, dont l’orientation est principalement – mais pas nécessairement – théorique et analytique, les autres ont (du fait que les changements en cours empiètent sur la conduite de la vie sociale) une orientation globalement pratique, une orientation à l’action et les stratégies d’action (il y a aussi une différence entre les quatre autres catégories). En d’autres termes, le politicien et le fonctionnaire opèrent directement dans le monde réel et sont soumis aux contraintes du facteur-temps et des ressources. Leur approche est normative, prescriptive et prospective. Elle n’est pas simplement empirique et ne vise pas seulement à décrire et à expliquer les phénomènes et à envisager le futur. Leur analyse évalue les choix politiques et stratégiques auxquels l’Etat est confronté et recommande souvent un plan d’action.

La question est : comment gérer et canaliser le mécontentement populaire et le traduire en énergie positive. Pour l’instant, aucun programme avec des contours clairs, susceptible de recueillir le consentement des Algériens, n’est en vue. A ce titre, le pouvoir et l’opposition ne proposent rien, sinon quelques déclarations générales qui sont, par définition, larges et globales. Ces déclarations prennent la forme de paroles émouvantes et d’observations générales sur les défis, mais les traduire en action nécessite est un pragmatisme complexe. Cela pour dire que le vrai capital d’un homme ou d’un parti politique est sa capacité de mobilisation. A cet égard, l’opposition s’est démarquée par son éclipse et a raté une occasion historique de conduire le changement. Désarmée intellectuellement, l’opposition est dispersée, sans véritable projet de société et sans un vrai profond ancrage social-national. Ce qui explique le rejet de la politique. A cause de la faiblesse de l’opposition, le réveil du peuple algérien a eu lieu sans qu’il y ait les outils pour le traduire institutionnellement. L’opposition ne peut pas s’enfermer dans le slogan du «dégagisme». Elle a la responsabilité de présenter une vision heureuse de l’avenir.

Pour l’instant, il y a la proposition du pouvoir. L’opposition doit présenter sa feuille de route ; ce devrait être projet contre-projet au lieu de s’enfermer dans le slogan «dégagez». C’est la seule façon de sortir de cette inertie institutionnelle. Comment l’opposition envisage-t-elle l’avenir ? Maintien ou pas des élections à la date prévue ? Y aurait-il une période de transition, et si oui, quels seront les acteurs ? Combien va-t-elle durer, etc. Au moins elle doit faire émerger les contours autour de lesquels les débats seront axés. Une transition négociée intelligemment et fermement sur la base de lignes claires est susceptible de conduire au bon port. Le «dégagisme» pur et simple a montré ses limites.

Les cas de la Tunisie et de l’Egypte sont deux parfaits exemples. Ben Ali et Moubarak sont partis, mais les anciens membres des régimes déchus ont fini par trouver un moyen de retourner au pouvoir. Seules des propositions concrètes pourraient remédier à l’éclipse de l’opposition et lui donner crédibilité. La feuille de route se situe dans une sphère ambiguë entre la complexité de la gouvernance et les aspirations et revendications légitimes des populations. Naviguer entre ordre/sécurité et liberté/justice/paix exige une clarté quant à la finalité politique – qui obtient quoi, comment et quand. Au fur et à mesure que les idées prennent formes, le but de la feuille de route évolue, passant de son rôle d’un outil pour comprendre la réalité (outil d’apprentissage et de compréhension) à un outil qui fournit une politique ou un plan d’action. Cette tâche nécessite une compréhension claire de ce qu’attendent les différentes parties prenantes ainsi qu’une connaissance du processus décisionnel.

L’homme politique est impliqué dans un processus de dialogue et d’échange avec les populations. Le but principal de la recherche scientifique dans la communauté universitaire est de contribuer à la découverte de la vérité et d’améliorer la compréhension du monde. Les analyses des fonctionnaires gouvernementaux partagent cet engagement, mais sous un angle différent. En ce qui concerne le rôle fonctionnel, leur but ultime est d’aider le gouvernement à mener sa politique de manière plus judicieuse et à utiliser plus efficacement ses ressources et son pouvoir stratégique. Les idées et les théories sont censées définir, organiser et expliquer au  monde en quoi, quand et où les actes (ou les menaces) ont des conséquences stratégiques. L’orientation des fonctionnaires n’est pas seulement académique, mais surtout pratique en définissant correctement le problème et en précisant les principes de façon à créer une connexion optimale, à la fois, entre théorie et pratique, entre planification et action, entre stratégie et tactique.

La feuille de route est l’étude de «comment faire», un guide pour accomplir quelque chose efficacement. Tous les partis et les acteurs prétendant à jouer un rôle quelconque doit apporter des réponses à ces questions.

Evidemment, la proposition du Président est intrinsèquement anticonstitutionnelle et n’a pas de légitimité. Mais ce n’est pas la première fois que l’Exécutif prend de telles décisions ; les pratiques anti-conditionnelles sont familières. Est-ce normal ? En aucun cas. A vrai dire, la Constitution a toujours été la chose du régime. Bizarrement et soudainement, la même Constitution, qui a été établie dans des conditions douteuses suivant un processus opaque sans le consentement de la population, est devenue la source de référence. En d’autres termes, insister sur l’aspect anticonstitutionnel de la proposition du président Bouteflika en se basant sur une Constitution qui elle-même n’a pas une base de légitimité solide n’a aucun sens. Un tel débat reflète un manque d’imagination politique. Il est important que l’opposition reprenne l’initiative si elle veut peser sur l’avenir de l’Algérie.

Le président Bouteflika a eu quatre mandats pour préparer l’alternative. Mais il n’a rien fait. Le mot transition est une expression nouvelle dans le discours présidentiel. Mais les Algériens pourront-ils cette fois-ci faire confiance au régime ? La question ne se pose pas en termes de confiance, bien qu’elle nécessaire. Il s’agit plutôt de rapport de force à construire, consolider, formaliser et institutionnaliser. Ensuite, négocier la transition à partir d’un rapport de force. Aujourd’hui le rapport de force n’est en faveur du régime en place. Le peuple algérien s’est réveillé. Il reste à traduire ce «réveil» politiquement et institutionnellement. Le régime propose une transition, gérée par lui-même, à travers (entre autres) une conférence nationale inclusive et indépendante qui adoptera la Constitution. Théoriquement c’est cette commission qui définira l’architecture institutionnelle de la nouvelle république. Mais quelle sera sa mission et sa composition ? Quels sont ses membres ? Quels moyens seront mis à sa disposition ?…. Voici quelques questions cruciales. Agir pour influer sur ces questions pour avoir satisfaction semble plus intéressant que de discuter de la constitutionnalité, surtout que l’on sait que l’Etat de droit a toujours été une fiction. Il s’agit d’agir pour déterminer l’ordre du jour et les termes du débat tout en restant mobilisé.

Les bureaucraties gouvernementales, contrairement au secteur privé, ne peuvent pas allouer librement les facteurs de production ou définir leurs propres objectifs. Une bureaucratie n’est ni entièrement sous la direction directe de l’Exécutif ni entièrement libre de toute influence présidentielle ou législative. Le contrôle sur les revenus, les facteurs de production et les objectifs de l’agence est entièrement conféré à des entités extérieures à l’organisation – législatures, tribunaux, politiciens et groupes d’intérêt. Le Parlement, en particulier, y exerce une influence à travers sa capacité à établir le budget de la bureaucratie. Des efforts constants sont déployés pour réformer une bureaucratie et changer ses objectifs. Apporter des changements s’avère souvent difficile. Car les organisations gouvernementales opèrent dans un domaine de contraintes particulier, qui affecte leur capacité à exécuter les politiques et amorcer les changements. Contrairement à la gestion des affaires qui se concentre sur la ligne de «fond» (c’est-à-dire les profits), la gestion gouvernementale se concentre sur la ligne supérieure (c’est-à-dire les contraintes). Et cela a évidemment un impact sur la capacité d’action.

La Constitution ou la législation qui crée des organismes publics leur attribue des objectifs vagues, énumère seulement des préoccupations très larges et laisse la détermination de leur signification précise pour les forums politiques ultérieurs. Cela ne doit pas être le cas des institutions chargées des de la transition démocratique. Leurs missions, objectifs, ressources, composition, statuts doivent être clairement définis, sans aucune ambiguïté.

T. H.

Chercheur en histoire militaire

Ndlr : Les opinions exprimées dans cette tribune ouverte aux lecteurs visent à susciter un débat. Elles n’engagent que l’auteur et ne correspondent pas nécessairement à la ligne éditoriale d’Algeriepatriotique.

Comment (5)

    Non au parasitage !
    23 mars 2019 - 16 h 39 min

    Il y a, c’est criard, des tendances, des mouvances, des forces occultes qui veulent récupérer, torpiller, voire saboter, les bons résultats des marches populaires.

    Et donc, je commence par dénoncer le Snapap. Il faut en urgence lancer à la gueule de ce Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (Snapap) un grand « dégage », comme on le dit au pouvoir « . Car, bien qu’il se dise solidaire des marches, il vient de prendre la mauvaise décision d’appeler à une journée de grève le lundi 25 mars. Il ne fait que jouer de cette façon le jeu du pouvoir. La grève ne va pénaliser, d’abord et avant tout et après tout, que le citoyen. Il y avait eu un moment l’idée qui circulait il y a quelques temps chez les postiers qui voulaient se solidariser avec le mouvement insurrectionnel en appelant à la grève mais en se rendant au travail avec un brassard noir sur l’avant bras ! çà, c’est du génie !

    On est dans une situation où déclencher des grèves est contre productif. Pour l’instant, les marches suffisent …. en attendant bien sûr la feuille de route des forces du changement qui tarde à venir et qui doit naître très, très vite à tout prix ! Il ne faut pas trop tarder à élaborer cette feuille de route qu’il faudra défendre avec détermination et fermeté face au pouvoir ! Si on tard trop, les forces du mal vont finir par nous arracher des mains pour le récupérer ce magnifique mouvement populaire ! L’option de la grève est un slogan d’une certaine mouvance connue, qui veut revenir aux stratégies de lutte des années 90, avec la désobéissance civile et les grèves ! Attention de se faire prendre à ce jeu !

    Bon courage à vous tous et à l’Algérie !

    pas trop vite, pas n'importe comment !
    23 mars 2019 - 14 h 26 min

    Je suis d’accord avec Monsieur Tewfik Hamel , chercheur en histoire militaire et auteur de l’article lorsqu’il finit son article en disant : … les institutions chargées de la transition démocratique doivent avoir des missions, des objectifs, des ressources, des compositions, des statuts qui doivent être clairement définis, sans aucune ambiguïté…..  »

    Moi je vais donner des exemples et expliquer pourquoi je suis d’accord avec lui. Il y a des voix qui disent qu’il faut aller très rapidement aux élections législatives, puis présidentielle juste avec une simple révision de la loi électorale et avec une nouvelle instante indépendante de contrôle et de surveillance des élections parce qu’ils redoutent « le vide constitutionnel » ! Oh mon Dieu quel grand épouvantail « ce vide constitutionnel » !!! Depuis 62, on n’a pas cessé de violer sans problème les Constitutions successives et là on est pris d’un soudain amour pour le respect de la Constitution. Bref , ok ya j’maa3haa, admettons que nous sommes d’accord pour aller vite, vite, vite aux élections, mais ceux qui le souhaitent ne nous précisent jamais :

    1/- si il faut d’abord mettent (ou pas) hors d’état de nuire les personnels du clan présidentiel et Gaid Salah … etc… etc… ! Car aller aux élections avec les mêmes dinosaures nous fait courir un grand risque. Trois mois est-ce suffisant pour changer tout ce personnel ? Peut-être.!!!

    2/- si une simple la révision de la loi électorale suffirait ou faut-il aussi autres choses à côté ?? La création d’une nouvelle instance véritablement indépendante chargée de l’organisation et du contrôle des élections est-elle une garantie sans faille ? Il ne faut pas oublier qu’avant la création de cette instance indépendante, il faut régler tout un ensemble de questions annexe liées au fichier électoral, au contrôle du vote des corps constitués qui ont l’habitude de voter deux fois, une fois dans le lieu de casernement et une autre fois dans le lieu de naissance, à la question des bureaux itinérants avec nos 2,5 millions de Km² , à l’organisation du contrôle des élections au niveau des bureaux de vote et au niveau des ordinateurs qui centralisent le vote au niveau du Ministère de l’Intérieur etc…etc… etc..etc…

    3/- si il ne faut pas en plus rendre obligatoire chez tous les partis politiques la ratification d’une sorte de « charte politique ». Cette charte (ou appelons là comme on veut) aura pour objectif de faire admettre à tous les acteurs politiques et la société civile … l’intangibilité des droits de l’homme et du citoyen, l’intangibilité des droits de la femme, l’intangibilité des libertés collectives et individuelles, de la liberté de cultes et de conscience, l’intangibilité des accords internationaux signés par l’Algérie, l’indépendance de la justice, l’intangibilité de l’alternance au pouvoir , la séparation de la politique et de la religion, du renoncement à toute légitimation de la violence politique au nom de l’une de nos trois identités nationales ou au nom du régionalisme ou au nom de la religion ou au nom de la force armée. etc.. etc.. et qu’ils doivent s’y astreindre par écrit (sceau et signature à l’appui ).

    Certains me diront que l’application de l’article 52-16 de la Constitution actuelle de 2016 (*) est suffisante! Je leur répond non et non car on n’est pas encore dans la culture de la démocratie, de la tolérance, du respect des minorités, de la liberté de conscience et de culte etc… etc.. On n’est pas encore des Suédois ou des Hollandais et on le sait ! Si au niveau de notre société on n’a pas cherché à changer de force nos mentalités et notre vision vis-à-vis de ces questions universelles, mais au moins les partis politiques doivent d’abord eux-mêmes s’y astreindre. Il nous faut donc au auparavant construire des digues en béton pour protéger la démocratie et les libertés individuelles et collective !

    Vous savez ya elkhaoua que malgré la présence de l’article 52-16 dans la Constitution de 2016 personne n’a jamais osé demandé ou exigé ou faire appliquer cet article, et donc cet engagement par les partis politiques est nécessaire !!!

    Avec cette charte (ou je ne sais quoi) les partis politiques n’ont même pas besoin de changer leur sigle actuel et même Ali Belhadj et Abassi Madani pourront se porter candidat sans aucun problème.

    Voilà tout mais effectivement plusieurs hypothèses sont possibles, je n’en disconviens pas mais il faut aller vite pour la rédaction de la feuille de route car on va nécessairement aller vers la présenter au pouvoir en place quoiqu’on disent, mais avec une attitude ferme et déterminée !

    Bon courage à vous et à toute l’Algérie

    (*) pour rappel l’article 52.16 il est stipulé que :…  » Le droit de créer des partis politiques est reconnu et garanti. ….. mais les partis politiques ne peuvent être fondés en aucun cas sur une base religieuse, linguistique, …… raciale, de sexe, corporatiste ou régionale et que les partis politiques ne peuvent recourir à la propagande partisane portant sur les éléments mentionnés précédemment. »

    Elephant Man
    22 mars 2019 - 21 h 40 min

    PS : ce n’est pas parce que l’on est dans l’opposition que l’on a caution à crédibilité et que l’on est crédible politiquement : quelle est le programme politique …
    Je réitère je ne crois pas qu’il faille jeter en pâture tous les politiques car des patriotes existent et ils ont oeuvré et oeuvrent pour leur pays et peuple.

    1
    1
    Elephant Man
    22 mars 2019 - 21 h 01 min

    L’opposition quelle opposition…je n’ai pas vu d’opposition crédible encore moins avec une feuille de route un programme politique concret réel si tel avait été le cas ça se saurait.

    DYHIA-DZ
    22 mars 2019 - 19 h 35 min

    Le clan du 5eme mandat a commis l’erreur de sous-estimer le peuple Algérien.
    Cela prouve que ce clan vit dans un monde parallèle que la réalité Algérienne.
    Même Belhamar, le monstre qu’ils ont créé, n’a pas pu effacer l’esprit révolutionnaire des Algériens !!.

    VIVE L’ALGÉRIE DIGNE !

    3
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.