Le théologien Ghaleb Bencheikh : «Le peuple algérien est fabuleux !»

Présidentielle Ghaleb
Ghaleb Bencheikh. D. R.

Par Mohamed El-Ghazi – Le président de la Fondation de l’islam de France, Ghaleb Bencheikh, a fait part à Algeriepatriotique de son ressenti par rapport au soulèvement du peuple algérien contre la candidature du président sortant Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat. «Le peuple algérien s’est soulevé d’une manière exemplaire. Il est fabuleux et se montre discipliné et civilisé. Ce qu’il donne à voir au monde entier suscite l’admiration unanime et la grande sympathie», s’est-il exprimé, en recommandant de «rester vigilant pour que les germes de la division ne soient pas semés et ne viennent pas provoquer la discorde».

Pour Ghaleb Bencheikh, les Algériens ont montré leur maturité politique et affiché une conscience citoyenne. «Ils ont recouvré une fierté et une dignité. Ils aspirent à vivre dans un pays libre et démocratique et tiennent par-dessus tout à évoluer dans un Etat de droit où le respect absolu et scrupuleux de la loi sera une réalité intériorisée par tous», a-t-il confié.

Le président de la Fondation de l’islam de France évoque le civisme et le caractère pacifique des manifestations qui a valu aux Algériens l’admiration du monde entier, malgré la gravité du moment. «Un aspect formidable de ce mouvement consiste aussi dans ses mots d’ordre qui sont exclusivement politiques sans le discours puisé dans les logorrhées islamistes. Et nous sommes tous agréablement surpris par le retour à une forme de vie toute de bonhommie et de joie, en dépit de la gravité du moment. Vendredi après vendredi, le peuple se retrouve gai mais déterminé», a-t-il noté, rappelant l’image de «cette danseuse Mélissa pleine de grâce qui a fait le tour du monde, tranche radicalement avec les vociférations des manifestants activistes du FIS à la mine patibulaire, à la  barbe hirsute et à la calotte salie», convaincu que «nous sommes fondés que cette fois-ci l’Algérie pourra sortir de l’ornière».

Pour ce théologien, «on ne peut plus se permettre de rater ce rendez-vous avec l’histoire. Les occasions perdues ont sûrement édifié et ‘’aguerri’’ la jeunesse algérienne». Il recommande au peuple algérien de ne pas «lâcher» et continuer la «pression», en appelant à ne pas «céder» aux sirènes de division ni «obéir» à ceux qui demandent de marcher sur le palais d’El-Mouradia. «Il faut que le mouvement reste pacifique et civilisé. Toutes les demandes doivent rester dans le cadre de la légalité constitutionnelle et dénoncer le prolongement indu du quatrième mandat», avant de conclure : «Le régime est dans une impasse, il se fissure chaque jour davantage. La question de la conférence nationale n’est pas encore tranchée».

M. E-.G.

Comment (9)

    1commentaire
    27 mars 2019 - 21 h 56 min

    Que vive la jeunesses qui était perdu sans aucun espoir avec l’aide de dieu qui les a attendu plut rien ne pourra les arrêter a créer une nouvelle Algérie pour tous et surtout une vie de sérénité et oublié une fois pour toute l’étranger a l’horizon

    In nomini patris et filii et spiritualité sanci.. sant'Egidio
    27 mars 2019 - 16 h 50 min

    Allah ghaleb ya si- Ghaleb Bencheikh : tu n’es plus théologien depuis que le cadenasseur a découvert que c’était Dieu qui nous avait envoyé Bouteflika. Par ailleurs si-H’med avait affirmé tout à fait au début des candidatures pour la présidentielle que « le peuple algérien était heureux de la candidature de Bouteflika pour un 5e mandat
    Et vous voilà en train de nous dire que nous autres lambda du peuple sommes fabuleux .. dis-moi qui je suis, je te dirais qui tu es.
    PS: méfie-toi de Brahimi et de alif lam ta. Ils se démènent pour mettre en place un dialogue INCLUSIF et sans ingérence étrangère. Le premier ressuscite les zombies sanguinaires auteurs de la décennie noire, le second adresse si son premier discours aux Algériens à partir des studios de RFI, la chaîne de la DGSE française.

    afrite
    27 mars 2019 - 16 h 11 min

    Mon grand-père Allah yarahmou disait « il faut toujours se méfier des gens qui parlent trop bien…ils ne disent jamais ce qu’ils pensent…ils cherchent à endormir ceux qui les écoutent ». Ce Monsieur en fait partie.

    8
    11
      Elephant Man
      27 mars 2019 - 20 h 41 min

      @Afrite
      Excellent.
      Je rajoute dis moi qui te paie je te dirais qui tu es 😉
      Dassault dévoué depuis plus d’un demi siècle à la défense d’IsRatHell finance la fondation pour l’islam de France, savoir que le fameux « Islam de France » est géré dans son intégralité par les judéosionistes.

    Khorrotov
    27 mars 2019 - 13 h 27 min

    C’est toujours un immense plaisir de lire ou d’écouter Monsieut Ghaleb Bencheikh.

    22
    2
      simoi
      27 mars 2019 - 16 h 00 min

      Ce « tchatcheur » sait parler comme tous les tchatcheurs mais ne dit pas grand chose quand on fait le sacrifice de l’écouter. Sa rhétorique, calquée sur celle des orateurs arabes (même lorsqu’il parle en français) qui savent manier le verbe, tend à envouter l’auditeur et à le subjuguer l’emmenant jusqu’à ne plus réfléchir sur le contenu du discours mais seulement à s’émerveiller devant une telle prouesse. Il y a des gens qui savent faire des contorsions avec leur corps, ce monsieur sait les faire avec sa langue parce qu’à part le spectacle, on n’apprend pas grand chose malgré ses titres et ses fonctions avec lesquels il se présente.

      3
      12
    Yeoman
    27 mars 2019 - 11 h 26 min

    Sauf qu’il y a des gens qui prennent « FABULEUX » pour BÊTE, DOCILE… TOUJOURS PRÊT POUR UNE BLAGUE ALORS QU’ON EST EN TRAIN DE LUI FAIRE LES POCHES…. » Non, nous ne voulons pas être fabuleux. Nous voulons juste qu’on arrête de nous prendre pour des dindes.

    6
    4
    BEN
    27 mars 2019 - 8 h 54 min

    VOILA LA VRAIS JEUNESSES ALGÉRIENNES

    19
    DZA
    27 mars 2019 - 8 h 13 min

    Notre peuple est jeune, généreux et dynamique. Sa conscience est forgée dans les sacrifices des hommes de novembre 1954. Il est ouvert sur le monde, et veut être faire partie du monde. Il est en train d’affirmer sa volonté, de prouver ses capacités .
    Il veut penser et décider par lui même, qu’on le considère a sa juste valeur et qu’on le laisse agir et s’exprimer en toute liberté et démocratie.

    26

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.