Benflis prend note de l’«engagement» de l’armée et demande plus

ANP Benflis
Ali Benflis, président de Talaie El-Hourriyet. PPAgency

Par Hani Abdi – Ali Benflis accueille favorablement l’appel du vice-ministre de la Défense nationale et chef de l’état-major de l’ANP pour l’application de l’article 102 de la Constitution. Il dit ainsi avoir pris connaissance avec une extrême attention cet appel et salue par-là même le peuple algérien, «dont la révolution pacifique a permis que souffle sur le pays le vent de la liberté et que l’Algérie prenne le chemin de l’édification d’une République démocratique et moderne et d’un Etat de droit respectueux de la souveraineté populaire, de la citoyenneté, des droits et des libertés».

Le président de Talaie El-Hourriyet relève dans ce sillage l’intention clairement exprimée de l’ANP d’«assumer son devoir patriotique en apportant sa contribution à une sortie de la crise actuelle, devenue d’une urgence extrême et de nature à épargner au pays une instabilité croissante porteuse de tous les dangers». Ali Benflis, qui a dévoilé, il y a tout juste deux jours, son plan de sortie de crise, dit «prendre note» de l’engagement de l’armée, selon sa propre déclaration, à apporter son soutien à un règlement «qui garantit la satisfaction de toutes les revendications légitimes» du peuple algérien et «acceptable» pour tous.

Mais pour Ali Benflis, la situation est telle que la mise en œuvre de l’article 102 de la Constitution n’est pas susceptible de constituer à elle seule une base – toute la base – pour le règlement de la crise. De ce point de vue, l’application de l’article 102 «devra impérativement être adaptée de manière que soient respectées les conditions de transparence, de régularité et d’intégrité que le peuple réclame afin de pouvoir exprimer son choix librement et sans contrainte et sans tutelle», ajoute-t-il.

Ce candidat à deux reprises à l’élection présidentielle conclut en formulant le vœu que «le règlement de la crise actuelle fournisse des bases saines et solides à la refondation future de notre système politique que notre peuple demande et dont il attend l’émergence d’un Etat-nation puissant, démocratique et moderne où le peuple algérien prend lui-même la maîtrise de son destin».

H. A.

 

Comment (3)

    Anonimaoui
    27 mars 2019 - 8 h 12 min

    Une fois de plus Benflis a raté une occasion de se positionner clairement en faveur de son peuple. Accueillir favorablement la manœuvre grossière de l’article 102 est un acte qui le discrédite définitivement. Là il coule avec arme et bagages. Bon débarras, puisque il n’est qu’un supplétif du système.

    2
    2
    Vroum Vroum ..
    27 mars 2019 - 3 h 28 min

    Mr Benflis et Mokri et Djabalah opposition islamistes alors Candidats se desistent volontairement de manière a offrir au Pouvoir sortant l’annulation de la Présidentielle … pour une tentative d’une prolongation du Quatrième Mandat par des manips foireuses..sachant que la tentative Cinquième Mandat était morte née . .Ne restait plus que le Candidat Ali Ghediri que l’annulation de la Présidentielle à neutraliser . .Une complicité entre Mrs Benflis et Mokri et Djabalah opposition islamistes et Pouvoir camp Bouteflika n’est pas à écarter dont leur désistement (Benflis and Co ) aurait fait partie d’un Deal , … dont la neutralisation du Candidat Ali Ghediri qui affirme sur Radio M avoir eu des pressions du Système (…) pour se retirer de la Présidentielle ce dont il a refusé et dévoilé le Système moribond en fin de course…Écoutez l’interview de Mr Ali Ghediri sur Radio M…. cela conforte mon Analyse sur la manoeuvre désistement de Benflis et Mokri et Djabalah offrant l’annulation au Pouvoir Bouteflika contre une participation au Gouvernement ??.. Rehabiliter l’ex Fis ?? En tout cas Mr Benflis ne s’en cache plus en invoquant un Gouvernement d’union nationale dans ses propositions…Mon intuition à porté mon Analyse qui s’avère dans le mille !.. autre chose , Mr Ali Ghediri est un fin Analyste et très intelligent et grand stratége qui mérite le Poste de Président que l’Algérie à besoin pour avancer tout en changeant dans le sens profitable au Peuple . .

    4
    2
    Bouzorane
    27 mars 2019 - 0 h 19 min

    Gaid Salah, Bensalah, Zeroual, Benflis,… tous les noms qui reviennent ont plus de 75 ans!!.. quelle misère!!
    Quant à Benflis, il ne relève même pas que l’article 102 ne peut pas s’appliquer, vu que le mandat actuel se termine dans 30 jours et que l’article 102 impose un délai d’attente de 45 jours.. on se dirige donc droit vers le vide constitutionnel…. Mais M. Benflis s’en fiche complètement, aveuglé qu’il est par l’amour démesuré du pouvoir.

    12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.