Le texte intégral du communiqué du ministère de la Défense nationale

Gaid-Salah défense
Ahmed Gaïd-Salah, chef d'état-major de l'ANP. D. R.

Nous publions ci-après le texte intégral du communiqué du ministère de la Défense nationale.

Le général de corps d’armée, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, a présidé l’après-midi du 30 mars 2019, une réunion au siège de l’état-major de l’ANP, ayant regroupé les commandants de forces, le commandant de la Ire Région militaire et le secrétaire général du ministère de la Défense nationale, dans le cadre de l’évaluation du bilan global de l’ANP, en général, et l’étude des développements de la situation politique prévalant dans notre pays, suite à la proposition de mise en œuvre de l’article 102 de la Constitution, en particulier.

«Notre réunion s’inscrit dans le cadre du bilan global de l’ANP, conformément au plan de charge, notamment pour l’étude des développements de la situation politique prévalant dans notre pays, suite à la proposition de mise en œuvre de l’article 102 de la Constitution. Comme vous le savez, j’ai souligné lors de mon allocution prononcée le 26 mars 2019 au niveau du secteur opérationnel sud-est Djanet en IVe Région militaire, que la mise en application de l’article 102 de la Constitution est la solution idoine pour sortir de la crise actuelle que traverse le pays. Cette proposition, qui s’inscrit dans le cadre des missions constitutionnelles de l’ANP, en sa qualité de garante de l’indépendance nationale, de la sauvegarde de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale ainsi que la protection du peuple de tout danger, conformément à l’article 28 de la Constitution.»

Le général de corps d’armée a insisté sur le fait que cette proposition, qui s’inscrit exclusivement dans le cadre constitutionnel, constitue l’unique garantie à même de préserver une situation politique stable afin de prémunir notre pays de toute situation malencontreuse. Comme il a affirmé que la majorité du peuple algérien, à travers les marches pacifiques, a accueilli favorablement la proposition de l’ANP. Cependant, certaines parties malintentionnées s’affairent à préparer un plan visant à porter atteinte à la crédibilité de l’ANP et à contourner les revendications légitimes du peuple.

En effet, et en date du 30 mars 2019, une réunion a été tenue par des individus connus, dont l’identité sera dévoilée en temps opportun, en vue de mener une campagne médiatique virulente à travers les différents médias et sur les réseaux sociaux contre l’ANP et faire accroire à l’opinion publique que le peuple algérien rejette l’application de l’article 102 de la Constitution. Dans ce cadre, le général de corps d’armée a souligné : «A la lumière de ces développements, la position de l’ANP demeure immuable, dans la mesure où elle s’inscrit constamment dans le cadre de la légalité constitutionnelle et place les intérêts du peuple algérien au-dessus de toute autre considération, en estimant toujours que la solution de crise ne peut être envisagée qu’à travers l’activation des articles 7, 8 et 102.»

En ajoutant que toutes les propositions découlant de ces réunions suspectes, qui vont à l’encontre de la légalité constitutionnelle ou portent atteinte à l’ANP, qui demeure une ligne rouge, sont totalement inacceptables et auxquelles l’ANP fera face par tous les moyens légaux.

Comment (48)

    Anonyme
    31 mars 2019 - 11 h 59 min

    Si c’est vérifié, il faut convoquer l’ambassadeur de France et réduire le personnel diplomatique français. Lamamra doit être rappelé en urgence.

    icialG
    31 mars 2019 - 8 h 46 min

    IL FAUT ARRÊTER LES RAGOTS LES RUMEURS, IL Y A PEUT ÊTRE DE LA LA DÉSINFORMATION ?FAUT AVOIR DES PREUVES SINON VOUS ALLEZ FINIR PAR VOUS FAIRE PEUR VOUS MÊME , la prudence et la vigilances sont de rigueurs

    5
    1
    Averroès
    31 mars 2019 - 3 h 17 min

    L’armée veut l’approbation du peuple en activant les articles 7.8 ensuite 102 ( en gros lui déléguer le pouvoir de déloger le président ) on peut faire un vote national référendum !,

    Kahina-DZ
    31 mars 2019 - 3 h 03 min

    URGENT URGENT

    Le Peuple doit soutenir L’ANP. Il y’a ceux qui veulent vendre l’Algérie à la France juste pour garder leur kourssi.

    26
    8
    Belbal
    31 mars 2019 - 1 h 26 min

    Le général travail pour Bouteflika pour lui rallonger une année de plus sous couvert de l’article 102. Rien de plus.
    Quand les manifestants scandent jaich Chaabi khawa. Ils parlent du simple soldat et non pas du chef d’état major.

    10
    25
      Algerie First
      31 mars 2019 - 18 h 15 min

      Au mois un algérien intelligent, je suis d’accord avec toi à 1000%, le reste n’est que du cinéma entre des vieux copains du même clan, qu’en déplaise aux nombreux baltagia sur ce site, qui ont aussi des intérêts à défendre et ils ne sont pas rassasier du cacher

    Anonyme
    31 mars 2019 - 0 h 27 min

    Selon un journal arabophone la réunion s’est déroulée en présence des services secrets français, L’objectif est de salir l’ANP.
    Said , Toufik, Tartag et les services secrets français. Quelle trahison à la patrie.
    Qu’attend l’armée pour réagir.

    6
    4
      BEDOUIN
      31 mars 2019 - 10 h 03 min

      C’est très grave ce que tu avances là… Attention à la manipulation !
      « ILS » veulent nous faire rentrer dans la FITNA…

      4
      17
    Anonyme
    31 mars 2019 - 0 h 18 min

    Ça devient dangereux. Je viens de lire sur un journal Algérien que Toufik et Said Bouteflika se sont réunis.
    Toufik est du camp de Said, c’est la seule explication.
    Gaid Sallah doit agir vite. Le peuple doit soutenir l’ANP, autrement l’Algérie fera la chute dans la falaise des bouteflika.

    25
    14
      L'armée est le secours à l'Algerie
      31 mars 2019 - 8 h 21 min

      Le peuple ne peut pas tout comprendre, confiance en l’armée algérienne, on ne peut pas mettre le pays entre les mains de n’importe qui, soyons sages.

      6
      4
    Alatriste
    31 mars 2019 - 0 h 10 min

    En tout état de cause, face à un Hirak contestataire sans direction , sans leadership, miné par des sensibilités politiques inconciliables et hétéroclites, une opposition discréditée, des institutions esseulées, des partis politiques en déroute, notre seule planche de salut est l’Armée.
    L’autre jour, j’assistais par hasard à un conclave de hirakistes Irhalistes, dans mon quartier, pas loin de chez moi. Ils étaient en train de se crêper le chignon pendant un bon moment pour savoir s’il fallait oui ou non éjecter des commandes une certaine personnalité politique du système figurant dans la liste noire des caciques à abattre du régime dont je préfère ici taire le nom. A l’issue d’un interminable round de palabres et de prises de bec en tout genre, nos adeptes dégagistes en herbe de la chasse aux sorcières sont enfin parvenus à trouver un consensus sur le critère principal qui devait justifier selon eux la condamnation sans appel et la disgrâce populaire de cette personnalité politique incriminée en question. Comme ladite personnalité politique n’était ni corrompue, ni veille, ni incompétente, ni opportuniste, ni affairiste, ni j’men foutiste, ni fourbe, ni cruel, ni bonimenteur, ni khobzite, l’unique critère consensuel qu’ils ont trouvé pour justifier leur sentence de bannissement irrévocable à l’encontre de l’accusé incriminé était je vous laisse deviner : il est moche ! Hô mon Dieu, comme il est moche ! Bienvenue dans l’ère de la « dictature populaire » et de la chasse aux sorcières en tout genre.

    9
    5
      Anonyme
      31 mars 2019 - 17 h 38 min

      Comprenez une fois pour toute que ce n’est pas un mouvement hirak. C’est l’algerie ici pas votre pays la maroc. On ne brule rien ici, on ne veut que construire une nouvelle algerie saine et pour tous.

    Nasser Nasro
    31 mars 2019 - 0 h 05 min

    541 jours entre 2010 et 2011 période durant laquelle la Belgique s’est retrouvée sans gouvernement et l’armée ne s’était pas mêlée. SI le peuple Algérien dans ses manifestations est pacifique, il a donc montré (le peuple algérien) qu’il est aussi démocrate que les peuples des grandes démocraties. Alors au tour de notre armée soit aussi républicaine que l’ armée de la Belgique. Quant aux ennemies du peuple et de notre glorieuse révolution, c’est le rôle des services de sécurités ( qui dépend en partie de l’armée) et la justice. Quant à l’article 7, le peuple algérien à souscrit à son application mais ne donne aucun droit ni pouvoir politique à l’armée. Dans le cas contraire, c’est porte ouverte à la dictature et retour à la case départ et toutes les révolutions et manifestations n’auraient servies à rien.Le peuple ne l’entends pas de cette oreille et ne l’admettra certainement pas.

    35
    4
      Kenza
      31 mars 2019 - 7 h 34 min

      Justement, en cette période durant laquelle la Belgique est restée sans gouvernement, avec un taux de croissance à 2%, elle s’en est mieux sortie que les pays comme la France qui étaient obligés de suivre les plans d’austérité imposés par Bruxelles. Autrement dit, chez-nous, mieux vaut cette période d’agitation et de crise, plutôt que cette fausse stabilité qui était gérée par un gouvernement aux ordres du clan mafieux au pouvoir et qui menait le pays à sa perte.
      L’essentiel, aujourd’hui, est que le peuple reste uni et déterminé et qu’il continue à manifester pacifiquement tout en faisant confiance en notre armée populaire pour prendre les choses en main pour sortir le pays de cette période de crise qui doit aboutir, selon la volonté du peuple, à la chute du système et, au final, au passage à la deuxième république.

      Moimême
      31 mars 2019 - 12 h 44 min

      La Belgique est une ancienne puissance coloniale, (cf Congo Belge) monarchie, parlementaire, fédérative.
      Ce serait une première que l’armée algérienne prenne exemple sur la belge. Peut-on garder les pieds sur terres un moment?

    Cheriet
    30 mars 2019 - 23 h 36 min

    Ceux qui ètaient à ce RDV hors norme sont, toufik, tartag, said bouteflika et tenez vous bien l’ambassadeur français en ALGÉRIE!!!!!!!!!!

    5
    12
    citoyen algerien
    30 mars 2019 - 23 h 32 min

    ce général n’a aucune légitimité, il ne peut être chef de l’armé et ministre, il parle au non de qui, déja première contradiction et en plus il est le principal responsable du clan de boutéflika et premier responsable de cette pseudo constitution, il est aussi un corrompu, la future enquête d’un gouvernement civil élu démocratiquement le déterminera, il parle au nom d’un constitution qui est caduc, l’armée pas gaid saleh doit restituer le pouvoir au peuple aux civils, l’armée n’est pas un parti politique

    13
    6
    ANONYME 1
    30 mars 2019 - 23 h 32 min

    La position de tous les algériens en ces moments difficiles, est d’être derrière l’ANP.

    8
    8
    Bouzorane
    30 mars 2019 - 23 h 24 min

    Un boulet remplace un autre… Maintenant, c’est Gaid Salah qu’on n’arrive pas à déboulonner!

    13
    7
    Felfel Har
    30 mars 2019 - 23 h 11 min

    Mon général, dans la position qui est la vôtre, pourquoi continuez-vous à parler par allusion. Si vous êtes en possession d’informations incriminant des partis et des personnes, pourquoi ne pas révéler leur noms au peuple? Le peuple veut savoir ce qui se trame derrière son dos.
    La langue de bois héritée du MALG et des différents appareils qu’il a formatés doit désormais être bannie. Le devoir de vérité s’impose. Ne dit-on pas Saraha raha?
    En annonçant de façon tonitruante des faits d’une gravité certaine sans les accompagner de preuves ou d’informations probantes, on verse dans la polémique stérile et on nage en pleine manipulation.

    64
    4
    Bouzorane
    30 mars 2019 - 22 h 55 min

    Apparemment, la réunion de Gaid Salah vient en réaction à une autre réunion, celle de Said Bouteflika avec le général Toufik… C’est toutes les illégitimités qui défilent de toutes parts!!
    DÉGAGEZ!

    18
    3
    Bouzorane
    30 mars 2019 - 22 h 38 min

    Gaid Salah est dos au mur. Il panique alors il hurle et lance des menaces.
    Allez mon général, criez un bon coup, ça va vous soulager…et ensuite…DÉGAGEZ!!

    16
    13
    Anonyme
    30 mars 2019 - 22 h 08 min

    Le rajeunissement de cette nomenclatura militaire est aussi du programme du prochain president….notre nouvelle generation doit reprendre le flambeau….a plus de 70 ans c est le droit a la retraite…L aire de la technologie va changer le monde et il nous faut suivre le mouvement de maitriser la haute technologie aussi militaire…..c est tout a fait normal…avec tout mon respect mon general

    9
    1
    LAMARI-SMAIL-
    30 mars 2019 - 21 h 57 min

    ce qui se prépare c’est l’éviction de Gaid Salah par l’usage du cachet de la Présidence géré par des mains extra-constitutionnelles…..à savoir celles des mains de la fratrie. D’une pierre….deux coups : Said reste (encore) maitre et Toufik se venge de Gaid Salah avec l’appui de Tartag, de la fratrie et du clan de Tlemcen. La rapide réaction de Gaid Salah saura venir à bout des aventuriers qui ne veulent pas le pouvoir pour le pouvoir, mais pour ne pas rendre des comptes

    5
    3
    Anonyme
    30 mars 2019 - 21 h 55 min

    102 ou on vous ….

    Et les menaces continuent de plus bel

    5
    1
    Zombretto
    30 mars 2019 - 21 h 46 min

    Donc au final qu’a-t-il dit ? Je ne vois pas clairement à quoi il veut en venir… Ses paroles peuvent être interprétées comme des menaces aussi bien contre le clan de Boutef que contre le peuple, surtout quand il dit que la majorité du peuple est en faveur de l’application de l’article 102 alors que nous avons vu que tous les manifestants ont rejeté cette option hier. J’aimerais bien qu’il dise clairement ce qu’il veut dire au lieu de tourner autour du pot.

    24
    4
    Mir
    30 mars 2019 - 21 h 32 min

    On n’a pas besoin de communiqué ni de discours, on veut de l’Action !
    Ok Said Bouteflika s’est réuni avec qui ? Toufik ? dites nous tout et agissez au lieu de nous embrouiller avec l’article 102.

    10
    2
    Chelabi
    30 mars 2019 - 21 h 31 min

     »…Cette proposition, qui s’inscrit dans le cadre des missions constitutionnelles de l’ANP, en sa qualité de garante de l’indépendance nationale, de la sauvegarde de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale ainsi que la protection du peuple de tout danger, conformément à l’article 28 de la Constitution.» », dixit Gaid salah.

    Je viens de relire l’article 28 de la constitution que Gaid Salah évoque. Voici ce qu’il dit:

    Art. 28 – L’Algérie oeuvre au renforcement de la coopération internationale et au développement des relations amicales entre les Etats, sur la base de l’égalité, de l’intérêt mutuel et de la non-ingérence dans les affaires intérieures. Elle souscrit aux principes et objectifs de la Charte des Nations Unies.

    Comme chacun peut le constater, l’article 28 ne vient nullement en appui à l’article 102 . L’article 28 parle de coopération international, d’intérêts mutuels, du principe de non-ingérence et de souscription aux objectifs de l’ONU. Il ne parle pas, comme le mentionne Gaid Salah d’indépendance nationale, de sauvegarde de la souveraineté nationale, d’intégrité territoriale et de protection du peuple de tout danger,

    Gaid Salah, qui n’a pas été plus loin que l’école primaire, essaye de nous fourguer sa camelote constitutionnelle. Soit il nous prend pour des débiles, soit il divague raide.

    4
    1
      Dj na
      30 mars 2019 - 23 h 59 min

      Art. 28. — La consolidation et le développement du potentiel de défense de la Nation s’organisent autour de l’Armée Nationale Populaire.
      L’Armée Nationale Populaire a pour mission permanente la sauvegarde de l’indépendance nationale et la défense de la souveraineté nationale.
      Elle est chargée d’assurer la défense de l’unité et de l’intégrité territoriale du pays, ainsi que la protection de son espace terrestre, de son espace aérien et des différentes zones de son domaine maritime.

      3
      1
        Chelabi
        31 mars 2019 - 2 h 43 min

        Vous lisez la constitution de l’argentine peut être. Ce que j’ai lu provient de la constitution amende de juin 2016. C’est un document PDF officiel à moins que ce soit un faux.,,

        1
        1
      Blakel
      31 mars 2019 - 9 h 02 min

      Ce que vous citez, c’est l’article 31. Gaïd Salah n’est pas une lumière, mais il doit y avoir des gens autour de lui quand même.

    Nasser
    30 mars 2019 - 21 h 18 min

    L’article 102 ne conduira pas à l’impasse. C’est sa non application qui conduire à une impasse constitutionnelle.
    Et si le Président décide lui-même de démissionner? C’est l’article 102 qui le prévoit et donne la solution!
    On ne cessait depuis des mois d’exiger l’application de ce 102 et le voilà qu’ils changent d’avis juste après que le chef d’Etat Major de l’Armée suggère qu’il est nécessaire d’appliquer cet article.
    Je ne crois pas à ces numéro incompétents souvent menteurs et manipulateurs. Ils exigent quelque chose pour y renoncer, pour y revenir etc…
    Seule la Constitution est garante de la stabilité! Si demain le Président décide de démissionner que vont-ils dire ? La lui refuser? Il n’a pas le droit?
    Ils veulent un mécanisme hors-constitution dans lequel ils veulent être les principaux acteurs avec en plus la garanti ….de l’Armée!
    En somme, il demande à l’Armée d’autoriser de tordre la Constitution!
    On ne pense pas que l’Armée ira…. « chercher dans un trou ce qu’elle a déjà entre les mains » (comme on dit)

    3
    3
      Averroès
      31 mars 2019 - 3 h 51 min

      Le passage : la sauvegarde de l’indépendance nationale ;Je vois pas à quoi il sert ? Nous sommes déjà indépendants !

      1
      2
    EL KHOU
    30 mars 2019 - 21 h 17 min

    Une menace à l’adresse de qui? Qui sont ces personnes qui se sont réunies?

    4
    1
    Anonymous
    30 mars 2019 - 21 h 05 min

    C’est la réunion tenue ce jour à Zeralda entre l’ex patron du DRS Toufik et le frère du Président Saïd Bouteflika avec comme ordre du jour de ne pas appliquer l’article 102 quitte à diviser l’armée et plonger l’Algérie dans le chaos et faire plaisir aux ennemis de l’Algérie (Maroc, France etc…).

    8
    4
    ALERTE VOL DE PATRIMOINE NATIONAL
    30 mars 2019 - 20 h 59 min

    chers compatriotes , notre couscous va nous être volé , il parait selon france 2 que « les 4 pays du makhreb se sont mis d’accord pour qu’il soit classé patrimoine commun » !!! le couscous appartient à l’Algérie , il vient des Aures !!!!
    le maroc n’a jamais connu le couscous avant une époque récente ! d’ailleurs france 2 présente le mokoko collé au sahara occidental , double vol double mensonge !
    la délibération aura lieu dans les mois à venir , il faut manifester contre ce vol manifeste, il ne faut leur laisser notre histoire !
    la Tunisie sœur est naturellement dépositaire de ce patrimoine car l’aire d’influence des Aurés est transfrontaliere ! mais le maroc et la mauritanie JAMAIS !!!!

    9
    4
      kahina-DZ
      31 mars 2019 - 0 h 08 min

      C’est Mihoubi qui a décidé de présenter le dossier au nom du grand makhreb. Le dernier cadeau de Mihoubi au makhzan avant son départ. Y’ a-t-il quelqu’un pour l’arrêter
      Ceux qui ont vendu notre patrimoine doivent rendre des comptes.

      10
      3
    Mahnoul
    30 mars 2019 - 20 h 57 min

    Je crois que le rappel a l ordre de l etat major est réellement a propos.la solution qu il propose est la moins aventureuse pour l état algerien qui se distingue du systeme que le peuple demande son renvoi.le renvoi ne peut se faire que graduellement et par etape que l etat major se porte garant du respect de la volonté populaire par application fes articles 7 et 8 de la constitution qui a beaucoup d incoherence mais elle a l avantage d exister rt trace un cheminement connu qu il appartient de surveiller.nnn….

    1
    1
    DÉBROUILLEZ VOUS AVEC VOS ENTÊTEMENT
    30 mars 2019 - 20 h 54 min

    TOUT À FAIT D’ACCORD AVEC NÔTRE ANP ET LE GÉNÉRAL GAÏD SALAH.
    NOUS NE SOMMES PAS UNE RÉPUBLIQUE BANANIÉRE.
    IL Y A DES ENNEMIS EN ALGÉRIE QUI SE LAISSE SOUDOYER CORROMPRE POUR BLOQUER LE PAYS ET CRÉER UNE FITNA.
    SI VOUS VOULEZ UNE AUTRES DÉCENNIE NOIR.
    C’EST VOUS QUE ÇA REGARDE.
    LES MAFIEUX LES PILLEURS DES RICHESSES LES POLITICIENS MAIRE VÉREUX C’EST CE QUI LES SAUVERA TOUS.
    UNE FITNA AURA L’AVANTAGE QUE NOUS LES OUBLIERONS COMPLÈTEMENT.
    CAR TROP OCCUPER À CE FOUTRE SUR LA TRONCHES ET À FAIRE COULER LE SANG.
    EUX ILS S’EXILERONT AVEC LEURS FORTUNES ET PLUS JAMAIS CES RATS SERONT INQUIÉTÉ .
    LE PEUPLE ALGÉRIEN EST AMNÉSIQUE GRAVE.

    2
    4
      FAKOU
      31 mars 2019 - 14 h 08 min

      Personne ne parle de fitna, c’est vous et vos maîtres qui veulent diviser le peuple et l’armée afin de mettre le chaos qui parlez de fitna.

    Corso
    30 mars 2019 - 20 h 51 min

    On sent le ton impérieux et paternaliste du général Gaid Salah qui semble investi d’une mission tutélaire pour jouer le rôle d’architecte incontournable du paysage politique. Mieux encore il donne l’image de celui qui commande d’une façon qui n’admet ni résistance ni réplique. D’où ses critiques avec des mots au vitriol contre le RCD et d’autres partis ayant critiqué son manque de neutralité pour s’être immiscé en politique.
    Sommes-nous entrain de revivre une sissisation à l’égyptienne de la révolution pacifique algérienne ?

    4
    1
    Anonyme
    30 mars 2019 - 20 h 45 min

    Depuis quand il s’intéresse à la légalité constitutionnelle. Il était où quand Bouteflika violait la constitution?
    Le peuple n’a aucune leçon à recevoir de quelqu’un qui regardait ailleurs quand le pays était dévalisé par le clan qu’il défend. Suffit maintenant!
    Il n’y a aucun risque pour le pays si ce n’est celui que lui font courir ceux qui ferraille pour des délais supplémentaires pour la fuites des capitaux.

    8
    1
    Banou Hillel
    30 mars 2019 - 20 h 35 min

    Nous arrivons au point de résiliance… au point de rupture, les frangins et les frangines. ATTENTION ! Et GAÏD Salah nous avertit qu’il va bientôt siffler la fin de la recréation… C’est ce qu’il veut nous dire et nous faire comprendre, surtout… So, Beware lads, TAKE CARE !!!
    Aussi, sachons PRESERVER L’ESSENTIEL, mes frères : NOTRE PATRIE !!!

    Vangelis
    30 mars 2019 - 20 h 31 min

    En tant que chef d’état major il a le droit de parler au nom de l’ANP mais la proposition de l’application de l’article 102 de la loi fondamentale n’émane pas de l’ANP mais de lui ou plus surement du pourvoir occulte auquel il obéit.

    Qui plus est, le communiqué provient du ministère de la défense qui est sous la coupe de fakhamatouhoum en tant que ministre alors que ce dernier est appelé par l’application de l’article 102 a être éjecté.

    Et lorsqu’il affirme :  » que la majorité du peuple algérien, à travers les marches pacifiques, a accueilli favorablement la proposition de l’ANP  » il doit être bigleux d’avoir vu ça car les algériens ont clairement rejeté cette manœuvre qui tend seulement à pérenniser ce pouvoir occulte qu’il sert plus que de servir les citoyens.

    Son parcours est là pour certifier qu’il a toujours œuvré pour ce pouvoir occulte en soutenant l’insoutenable.

    32
    1
    Anti-Fr
    30 mars 2019 - 20 h 30 min

    Je trouve que la position de notre ANP est logique, justifiée et saine.
    OU EST LA CLASSE POLITIQUE DU POUVOIR ET DU PEUPLE, QU’ELLE SE MONTRE EN CE MOMENT POUR TROUVER UNE SOLUTION . MONTRER VOS CAPACITÉES POLITIQUES EN CE MOMENT SI VRAIMENT DE L’AMOUR DE L’ALGERIE N’EST PAS QU’UN SLOGAN.
    N’OUBLIER PAS QUE LA SITUATION ECONOMIQUE, REGIONALE,ET INTERNATIONALE DE L’ALGERIE EST EN JEU!
    notre armée ne va pas gérer tout ça toute seule.

    3
    2
    MELLO
    30 mars 2019 - 20 h 24 min

    Les choses bougent rapidement, les suspicions se decrispent et se dénouent tant que la rue n’arrivent pas à dégager ses représentants. Nous avons à faire à un régime de la taille de la muraille de chine. En 1992, il s’est passé ce qui s’est passé ,mais les échos sont toujours là. Ces échos nous reviennent inéluctablement en 2019. Ce n’était que bien plutard, bien après 1992 , que les langues commencent à se délier , ce que le général Nezzar à bien voulu assumer l’interruption du processus electoral comme acte procédant de la volonté de ne pas laisser l’Algérie tenter l’aventure d’un gouvernement islamiste. Aujourd’hui, les mêmes acteurs reviennent avec des visages différents pour nous dire que le film de cette  » dictature mafieuse » est bel et bien fini. Mais , mais , attention à la rue qui ne voudra plus se taire, en cas ….

    3
    1
    Zaatar2
    30 mars 2019 - 20 h 21 min

    « Le système dans son ensemble doit dégager » veut dire « le système dans son ensemble doit dégager » et pas autre chose.

    6
    2
    salim A
    30 mars 2019 - 20 h 20 min

    On commence à voir un peu plus clair. Il est évident qu’il y’a des analystes intelligents en train de travailler sur le problème en cours. Logiquement, ils sont dans la phase de déconstruction ou de compréhension du mécanisme utilisé par la ou les parties adverses.

    Le fait qu’une partie du groupe a été identifié ne signifie nullement qu’une bonne compréhension de la stratégie du camp adverse est atteinte.

    Par contre, il est certain que ceux qui sont aux avants postes ne sont pas en train de dormir et qu’ils ont bien cerné les enjeux de la crise actuelle.

    Les choses vont s’accélérer. La moindre faute de jugement peut être fatale aux participants de ce jeu d’échecs. Espérons que le peuple saura faire la distinction.

    4
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.