Le pronunciamiento consensuel raté face à une représentativité inexprimée

El Moudjahid
Qui sera le prochain locataire d'El-Mouradia ? New Press

Par Maiza Nazim − Ne craignons pas la portée des mots : il s’agit bien d’un pronunciamiento raté» de la part de Gaïd-Salah le 26 mars dernier. Cette «sortie de crise» qu’il a proposée reviendrait à placer l’armée aux commandes de l’Etat, un scénario peu concluant vu qu’il replacerait l’Algérie parmi les Etats peu fréquentables avec, tel un boulet au pied de l’Algérie, une légitimité compliquée à asseoir.

Cela rouvrira, je le sais, les vieux débats qui ont bercé ma jeunesse, tel le fameux «qui tue qui» transmué certes en «qui roule pour qui» en 2019 et autres philippiques fusant d’une rive à une autre de la Méditerranée, sans pour autant apporter un plus ou au moins un changement concret dans le quotidien des citoyens algériens.

Le général Gaïd-Salah, à mon humble avis, se trompe d’époque, de contexte politique mais surtout de génération.La tentative de forcing pour le bien de la nation, selon lui, est bel et bien enterrée et oubliée par la piétaille hebdomadaire en marche.

Maintenant, quelle est la solution idoine pour le pays ?

Appeler à la rescousse le président Zeroual serait occasionner un revirement dans le traitement de la motivation idéologique même du mouvement populaire. J’avance cela sans beaucoup d’hésitation pour la simple et unique raison que l’ancien président raisonne tout comme Gaïd-Salah : en tant que militaire. Ce n’est pas une mauvaise chose en soit, cependant il faut savoir qu’un militaire pense le bien de la nation différemment d’un civil loin des «brain watching» et c’est ce point précis qui est aventureux.

En effet, nous pourrions résumer le raisonnement militaire avec le proverbe que je pense être de Napoléon : «Pour que mille vivent, il faut que cent meurent.» C’est exactement le cheminement de la pensée militaire : le sacrifice restreint pour le bien-être commun. Faudrait d’abord savoir qui est prêt à être sacrifier ?

Zeroual pourrait, s’il revenait aux affaires, manœuvrer pour le bien de la nation, je vous l’accorde, quitte à prendre des chemins tortueux parsemés de cooptations diverses de figures politiques du passé, déjetés par le temps et l’inaction. De ce fait, il est inévitable que des actions qui seront entreprises résulteront fatalement des concessions hasardeuses, ancrées dans une sagesse déliquescente et inappropriée devant le réalisme moderne des manifestants. En vérité, ça finira par où ça a commencé !

Des hommes etdes femmes dont les noms reviennent sur les réseaux sociaux dans la liste du panel Zeroual auront du mal à s’acclimater dans les orages de l’agora juvénile de 2019. Dans cette «short list», nous retrouvons le sphinx Taleb, le «Monsieur arabisation» de feu Boumediène, qui est en partie responsable du niveau décadent de l’école algérienne aujourd’hui, dans un contexte de l’époque dénaturant la réalité algérienne par un panarabisme galopant. C’est une autre histoire dans l’histoire.

Il y a aussi l’ancien Premier ministre Benbitour, un homme intègre dit-on, un homme qui ne fait pas trop de vagues. Néanmoins je pense que le challenge le dépasse hautement par un manque flagrant de courage dans son militantisme fantasmagorique. Cet argument saute aux yeux en lisant ses mémoires ou il ne cite aucun nom des responsables lorsqu’il était premier ministre. Même pour désigner le Président Chadli il écrit : «Le Président de l’époque.» c’est pour vous dire.

Sinon, d’autres noms fusent de part et d’autre pour mener le pays vers la sortie de cet imbroglio «politico-constitutionnel». Il y a Benflis qui aura du mal à convaincre beaucoup d’Algériens qu’il a laissé tomber en 2004, des gens qui avaient cru en lui et furent laissés pour compte après sa défaite. Leila Aslaoui s’en souvient certainement et douloureusement. Mokri, le «Machiavel combinard 2.0 version ottomane» ; Djaballah l’inventeur du concept en politique «je joue ou je quitte» ; Louisa Hanoune la démocrate populaire et dictatrice inclusive ; Said Sadi le philosophe qui se trompe de peuple sans en trouver un autre, etc.

Donc, la représentativité du «hirak» se fait désirer. Ceci dit, il y a des figures qui émergent ici et là, tels Karim Tabbou, Ghani Mahdi et Fares Mesdour. A vrai dire, ces trois personnages sont les plus présents sur les réseaux sociaux où leurs «live» sont suivis par des millions d’Algériens.

La représentativité du mouvement citoyen reste latente, seule une élection présidentielle libre et transparente sortira l’Algérie de cette impasse habilement dressée par le clan présidentiel. Une élection qui permettra au nouveau président de se débrouiller face aux défis dictés par les jeunes Algériens qui marchent dans la rue.

La célérité de la mise en place des mécanismes de cette échéance électorale dépendent aujourd’hui de la «casa d’El-Mouradia» avant le 28 avril, par la suite cela sera plus compliqué et tellement ardu.

M. N.

Comment (16)

    Anonyme
    4 avril 2019 - 23 h 31 min

    On s’est (nous a) mis dans la mouise. Fallait pas manifester. Après « dégagez », on quémande l’ANP. La peur au ventre ou avenir incertain, on scande Djaïch Cha3b khawa khawa. Eh bien manifestez maintenant. Vive l’Algérie et son peuple, pour toujours.

    anti khafafich
    2 avril 2019 - 20 h 57 min

    OUI l’ANP aux commandes si la racaille des opposants ont rate l’occasion de nous presenter un seul candidat face aux magouilleurs qui ont profite du « vide oppositionnel », alors quoi vous voulez une danceuse du ventre a la place ??
    taisez vous a jamais !

    icosium
    2 avril 2019 - 5 h 18 min

    pourquoi utiliser des mots ou expressions en anglais lorsqu’on ne la maîtrise pas. on dit Brainwashing et non pas Brain Watching

    Alatriste
    2 avril 2019 - 0 h 03 min

    Pourquoi pas Ali Belhadj tant qu’on y est ! Il faut faire avec la boite à outil qu’on a ya si Maiza Nazim : il faut travailler avec les jeunes, les vieux, les beaux, les moches, les pas moches, les grands, les blonds, les petits, les costauds, les intelligents, les imbéciles, les pro-systèmes, les antisystèmes, les civiles- pro-militaires, les militaires pro-civiles, les dégagistes, les engagistes, les RND ex-FLN pro-Hamas dissident anti-RND repentis, puis anti-système, les ex-FLN ex RND clandestin pro PT anti FLN puis pro-lui-même, les parlementaires pro-dictature, les démocrates pro-régime, les salafistes pro-démocrates,les Généraux antisystème, les démocrates anti-peuple, les parlementaires pro-dictature, les RND ex-PT pro RCD félon, puis opposant anti-peuple ..etc : Tout ce beau monde bigarré à l’algérienne est le bienvenu pour conduire la transition inclusive. Il faut être réaliste ya si Maiza Nazim !

    1
    1
    Chelabi
    1 avril 2019 - 21 h 40 min

    Les noms de Karim Tabou, Zoubida Assoul, Mostefa Bouchachi et bien d’autres, figures de proue de la révolution tranquille, donnent de l’urticaire à certains qui ont toujours adoré être sous la botte des militaires. Ils ne peuvent pas vivre en plein soleil. Ils adorent les nuits, sans étoiles sauf celles qui scintillent sur les épaulettes de vieux briscards en mal de pouvoir dont même la mort n’en veut plus.
    Karim Tabou n’a jamais été pour Ferhat M’henni. Bien au contraire! C’est un démocrate convaincu qui a été à l’école de Da l’hocine. Les manifestants savent reconnaître les leurs! Vous ferez bien mieux de vous en inspirer au lieu de l’insulter. Tous les démocrates en sont fiers et moi le premier.

    Elephant Man
    1 avril 2019 - 20 h 20 min

    Vous faites la propagande de sionistes pur jus de fervents soutiens de shlhomo 6 Mehenni et pour rappel et pas des moindres MAK = mossad/ BHL. Donc tout ce qu’il y a de plus antipatriotique !!
    L’Algérie est une et indivisible.
    FRONTIÈRES HERMÉTIQUEMENT FERMÉES DE TOUTE PART
    VIVE L’ANP QU’ALLAH PROTÈGE LA MÈRE PATRIE ALGÉRIE SON PEUPLE ET SON ANP

    3
    2
    el hachemi
    1 avril 2019 - 19 h 06 min

    a M.N
    a celui qui na pas eu le courage de décliner son identité
    je serais tenté de lui dire » tu aurais mieux fais de fermer ta gueule »,mais je suis poli !
    en effet, faire des commentaires sans aucune analyse ,sans aucune compétence universitaire,en diluant des informations « fake news » ou au mieux obtenues par curation, tout en donnant l’illusion d’être dans le secret des dieux,
    Or les événements qui suivent les « coments »démentent toutes les les supputations ,les suppositions ,les confidences obtenues des sources,généralement bien informées ,et mieux, les sources sures; la claque recue par les derniers rebondissements,demission de bouteflika , periode pre electorale sous la houlette de LAMAMRA, devraient inciter ces pseudos journalistes a plus de retenue. s’ils en sont capables ILS ont eu tout faux et sur toutes la ligne
    je suis à la loupe l’actualité politique du pays ,et j avoue être dépité. Voila que Ce journaleux nous suggère des personnes inconnues ,qu’il a sorti du neant ,pour les prétendre à la magistrature suprême
    Prendre les algeriens pour ce qu’ils ne sont pas, alors que nous sommes un peuple des plus politisés au monde
    ce qu’il y a de plus malheureux , ceux sont les pseudos journalistes et les nullards de commentateurs ,qui lisent dans les boules de cristal,mais cristal noir Ceux la ,quand ils pètent, le pantalon prend feu
    arretez d induire le peuple en erreur,
    tout ce qui va se passer le sera dans la constitutionnalité des lois et dans l’ordre;
    gouvernement par des personnes hors partis politiques
    demission du president actuel à
    la fin de son mandat
    lamamra ( sera president du senat) organisera les elections presidentielles avec des observteurs onusiens ( voir rencontre avec gueteres
    ALORS ,PEUPLE ALGERIEN ,PENSE A OPTER POUR UN PRESIDENT DE TON CHOIX SANS LE REGRETTER
    PREPARE TOI AUX ELECTIONS LEGISLATIVES QUI SUIVRONT IMMEDIATEMENT ET CHOISI TES REPRESENTANTS QUI POURRONT IMPOSER TA VOLONTE
    la TRANSITION a commencé ne te laisse plus berné par les politicards capitalistes qui sont aux aguets

    3
    1
    Anonyme
    1 avril 2019 - 18 h 14 min

    Vous faites la promotion de Karim Tabbou l’apprenti sorcier au service de sa majesté momo6 et Ghani Mahdi le serviteur du fils de abbassi madani.

    5
    1
    CITOYEN
    1 avril 2019 - 18 h 07 min

    L’intervention de l’armée en 1992 pour certain était illégitime parce qu’elle a arreté des élections qualifiés de propres quoique de mon point de vu elles ne devaient pas avoir lieu dans les conditions qui ont prévalues à l’époque mais maintenant son intervention est demandée par le peuple dans le cadre de sa souveraineté parce qu’il y a eu à travers les entorses diverses non respect de mandat présidentiel et justement piétinement de la constitution .Donc l’intervention dans le sens de la parole du peuple est obligatoire , l’armée étant un instrument de souveraineté dans un système républicain et l’abstention dans ce cas est synonyme de manquement ou de connivence Donc il ne faut pas confondre .Et c’est la démarche juste qui prime sur le regard des autres .

    3
    1
    algerien_patriote
    1 avril 2019 - 17 h 50 min

    vous dites  » Karim Tabbou, Ghani Mahdi et Fares Mesdour »
    comme par « hasard » tous des soutiens du sinistre Mehenni, qui veut morceler et créer des mini états en Algérie avec la complicité de sa mère la France coloniale et l’Etat sioniste  »
    Ne vous en déplaise l’armée est le garant de l’indivisibilité de notre pays et pour lequel sont morts des milliers de milliers d’Algériens et d’Algériennes sont morts en martyrs durant toutes les révoltes depuis 1830.
    Tu dois te taire oiseau de mauvaise augure, tu dis que Napoléon aurait déclaré : » «Pour que mille vivint, il faut que cent meurent.» C’est exactement le cheminement de la pensée militaire : le sacrifice restreint pour le bien-être commun. Faudrait d’abord savoir qui est prêt à être sacrifier ? » Tu veut selon cette philosophie de ce criminel sacrifier 10 pour cent d’Algerien pour que tu donne le pouvoir a cette vermine….DEGAGE …

    8
    5
      Anonyme
      2 avril 2019 - 6 h 11 min

      Avant de vous énerver, prenez la peine de bien lire les articles. Cette idée de sacrifier 10% des gens n’est pas défendue par l’auteur de cette contribution. Maiza Nazim considère que cette philosophie corresponds à l’état d’esprit des militaires comme Gaïd Salah.

    Mazouzi
    1 avril 2019 - 17 h 23 min

    Votre article pour peu qu’il y a quelques vérités certaines, il n’en demeure pas moins qu’il conclu par une liste de personnes dont l’envergure n’est ni de près ni de loin à la hauteur de la tâche.
    Sauf si vous êtes proche de quelqu’un de ces trois personnages et, vous avez fait exprès de laisser le fromage pour la fin.

    Kahina-DZ
    1 avril 2019 - 16 h 27 min

    Vous osez discréditer Zeroual, Quel CULOT ?? Il faut être ingrat pour le faire.
    Vous nous proposez Tabbou, le défenseur de M’henni. encore une fois quel culot ???
    Je n’ ai même pas continué à lire votre article. Oui, ça sent l’odeur des autres qui veulent profiter de la voix du peuple.

    15
    7
    Anonyme
    1 avril 2019 - 16 h 23 min

    « taleb ibrahmi » » responsable de la décadence de l’éducation »,mais aussi a un moment allié du fis

    10
    3
    Rais
    1 avril 2019 - 15 h 52 min

    Vous avez un point de vue tres restrain et monque de vision et n’englobe pas tout le peuple mais plutot un seul courant, le FFS a mon avis.

    Je ne pense pas que l’armee va prendre le control mais quelqu’un qui a l’authorite constitutional doit regler l’impasse pour le bien du pays et ne pas avoir de soucis qui va frequenter le pays ou pas, ils ne vous aime pas for who you are anyway.

    Best,

    12
    4
      Elephant Man
      1 avril 2019 - 20 h 45 min

      PS : pas étonnant que vous tapiez sur Zeroual c’est lui qui a fermé la frontière avec le makhNazi sioniste en 1995.

      2
      2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.