Publicité Anep : ce que cachent les décisions hâtives du gouvernement

Bedoui
Le nouveau Premier ministre, Noureddine Bedoui. PPAgency

Par Karim B. – A peine Abdelaziz Bouteflika déposait-il sa démission que le gouvernement Bedoui se réunissait pour rendre publiques une série de décisions que le nouvel Exécutif aurait «prises». Parmi les annonces faites par la «nouvelle» équipe aux commandes jusqu’à la prochaine élection présidentielle, «la transparence et l’objectivité dans l’attribution de la publicité publique, sans exclusion ni discrimination aucune entre l’ensemble des médias publics et privés».

Ceux qui connaissent les rouages de l’Agence nationale d’édition et de publicité (Anep) savent que cette annonce anormalement hâtive cache des dessous irrévélés. En réalité, les nouveaux décideurs ne comptent pas lâcher cette manne au risque de perdre un instrument à la fois de pression et d’enrichissement.

Il a longtemps été dit que le choix des supports médiatiques pour la diffusion des annonces publicitaires des collectivités locales et des entreprises publiques soumises au monopole instruit par l’ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia, était motivé par une collusion entre le pouvoir et les journaux qui en ont profité. Or, l’objectif caché derrière cette orientation intéressée de la publicité étatique était, avant tout, d’occulter au maximum les avis d’appels d’offres en les publiant dans des journaux au tirage excessivement bas et dont l’audience est nulle.

Cette démarche permettait la conclusion de contrats douteux dont la concrétisation était rendue possible grâce à la passation de marchés dans la discrétion. Des marchés qui ont, dans de nombreux cas, profité à des entrepreneurs véreux avec la complicité de responsables ripoux de l’administration locale. D’où le nombre impressionnant de projets à l’arrêt ou réceptionnés avec des retards invraisemblables. Le système a profité à la clientèle de l’ancien régime qui se servait d’une partie de la rente ainsi engrangée pour financer la fraude et acheter les consciences.

Le ministre de la Communication a été «chargé d’examiner et de mettre en œuvre les outils et mécanismes juridiques, réglementaires et procéduraux» pour réguler les annonces qui, jusque-là, transitaient obligatoirement par l’agence publique. Cette publicité qui représente un chiffre d’affaires colossal était distribuée aux journaux suivant les directives directes de Saïd Bouteflika et – bien avant lui – de Mohamed Betchine sous Liamine Zeroual.

Il paraît évident que la rapidité avec laquelle ce dossier a été traité par l’exécutant Noureddine Bedoui répond à une injonction directe des nouveaux décideurs qui ont pris les commandes du pays au lendemain de l’abdication d’Abdelaziz Bouteflika, parti dans la précipitation pour, a-t-il laissé entendre, éviter une confrontation dommageable pour le pays avec le chef d’état-major de l’armée.

La corporation est en train de passer d’une distribution de la publicité étatique assujettie à des considérations mercantiles de la mafia qui a prospéré grâce à sa proximité avec le pouvoir, à une déviation de la trajectoire dans le sens d’une récompense en faveur de ceux qui ont aidé Ahmed Gaïd-Salah à se défaire de ses trois principaux adversaires : le frère de l’ancien président, l’actuel coordinateur des services de sécurité et l’ex-patron du DRS.

Les journalistes ont le devoir de réclamer l’ouverture d’une enquête judiciaire pour faire toute la lumière sur l’usage qui a été fait par les patrons des journaux de cette rente publicitaire publique depuis le milieu des années 1990 à ce jour, et de réclamer une participation à la prise de décision dans la répartition de cette publicité à l’avenir, à travers un syndicat réellement représentatif, pour éviter que cette aide directe à la presse soit à nouveau détournée à des fins marchandes et politiques comme par le passé, de sorte qu’elle serve avant tout à élever le niveau de la presse nationale après avoir opéré une décantation inexorable.

K. B.

Comment (24)

    Anonyme
    5 avril 2019 - 20 h 45 min

    pensez vous que c est une priorite ?
    HONTE A VOUS DE CORROMPRE CETTE PRESSE MERCANTILE!

    Anonyme Utile
    5 avril 2019 - 10 h 01 min

    Bedoui est très proche de la famille Bouteflika. Bedoui est un incompétent notoirement connu, preuve à l’appui. Bedoui est le champion toute catégorie confondue, de la fraude électorale et la falsification des élections, preuve à l’appui.

    Bedoui est également connu pour son comportement inacceptable, comme le prouve la réalité (la répression animale de la manifestation des médecins et des professeurs en médecine).

    Ceci étant rappelé, pour remettre les choses dans leur contexte.

    Ce gouvernement de Bedoui, nommé par les forces non constitutionnelles, est illégale. Il a été nommé à la hâte, pour régénérer le système Bouteflika avec l’aide et les conseils de la France officielle, pour continuer à piller l’Algérie au profit de la France officielle et pour sauver la France officielle de la faillite irréversible pour une longue période. Ce qui va détruire définitivement l’économie Algériene et l’Algérie.

    Autre personne très dangereuse introduite dans ce gouvernement de Bedoiu.
    Il s’agit de Mohamed Loukal, jusqu’ici gouverneur de la Banque d’Algérie, est nommé ministre des finances.

    Je rappelle que Loukal était un ancien directeur d’un grand département à la Banque mondiale, exactement comme Chakib Khellil. Et Loukal et Khellil sont liés au sionisme mondial, comme Bouteflika, qui a été recruté, par le sionisme mondial, quand il était aux émirats arabes unis, qui soutiennent ouvertement, la création du grand israël et la destruction des pays musulmans, comme le prouve la réalité.

    Ceci étant rappelé pour bien montrer à notre peuple les pièges mortels, que nos pires ennemis, les Bouteflikas, ont caché dans ce gouvernement, Bedoui, sur ordre de la France officielle et du sionisme mondial.

    Je signale que Loukal était l’architecte de la planche à billet an Algérie, sur ordre de ses maîtres, quand il était gouverneur de la Banque d’Algérie. Il a imprimé sciemment sur ordre des sionistes, sans contre partie économique réelle, l’équivalent de 54 milliards de dollars. Ce qui a précipité l’Algérie dans une situation économiques et sociale très dangereuses.

    Avant d’être nommé ministre Loukal avait déjà réalisé une grande partie du travail destructeur de l’Algérie.

    Pour finir le travail qui consiste à siphonner les 70 milliards de dollars de nos réserves de change, et laisser l’Algérie sur la paille, loukal a été nommé ministre des finances dans le gouvernement illégale de Bedoui.

    Sans oublier, c’est très important, que ce gouvernement Bédoui illégale a également et essentiellement comme objectif principal, de régénérer le système Bouteflika, évoqué ci-dessus.

    Dieu merci LE PEUPLE ALGERIEN s’est réveillé à temps et a grippé cette machine infernale, représentée par le gouvernement illégal de Bedoui.

    LE PEUPLE ALGERIEN va répondre à cette mafia des Bouteflika et désamorcer leur bombe à retardement qu’ils nous ont laissé la veille de leur démission officielle.

    Pour ce faire, LE PEUPLE ALGERIEN SOURCE DE TOUS LES POUVOIRS EN ALGERIE va exiger :

    1/- Le départ immédiat du gouvernement illégitime Bedoui.

    2/- L’annulation de l’article 102.

    3/- La récupération de ses pouvoirs afin qu’il puisse organiser et gérer lui-même la période transitoire en nommant des personnes très compétente, patriotes, intègres, en qui il a confiance

    Mohamed
    5 avril 2019 - 0 h 24 min

    Salam aleikoum,

    Je me disais bien pourquoi el moudjahid un journal que personne ne lisait, avec un tirage peut être nul (je ne sais pas) avait entre 10-12 pages de publicité des appels d’offres.

    Yes
    4 avril 2019 - 23 h 47 min

    Il faut tout simplement dissoudre supprimer ce machin ANEP,outil de répression contre la presse indépendante.

    Anonyme
    4 avril 2019 - 18 h 42 min

    moi je pense que la situation va se degrader et ca a partir de demain. le pouvoir est toujours en place et a part quelques changements cosmetiques, les memes personnages tiennent les renes du pouvoir. j’ai peur que la violence va bientot commencer!

    6
    13
    firmus
    4 avril 2019 - 17 h 58 min

    Il faut créer une aviation de l’ air de l’ armée du Polisario. Il faut très vite mettre sur pied une armée de l’ air du polisario qui longerait sa frontière et ferait des exercices.

    5
    27
    Felfel Har
    4 avril 2019 - 16 h 42 min

    l’ANEP est une poule aux oeufs d’or, tout le monde la veut dans son poulailler personnel, pour son bénéfice exclusif. Normalement, les annonces classées sont confiées à des journaux à grand tirage car ils touchent un plus large public. L’État récupèrera sa mise en imposant leur bénéfice.
    Et puis, cette manne n’a pas pour vocation de subventionner de façon déguisée les canards boiteux qui n’arrivent même pas à payer le papier et l’encre qui leur ont servi. Que dire de leurs employés aux salaires incertains et minables?
    Mettons fin à cette anarchie! Qu’on ferme les journaux dont les invendus obèrent leur rentabilité!

    7
    2
      Peuple
      4 avril 2019 - 18 h 04 min

      Il y a tromperie ! ce pseudo gouvernement du systeme ne doit prendre aucune mesure , l’entité provisoire qui sera désignée pal peuple sera la seule habilité à gerer la transition ! ayez honte, le peuple vous dit : degagez !

      11
      4
    Tuuut Swiiiiit!!!!
    4 avril 2019 - 15 h 57 min

    Bedoui= fraude électorale et répression, notamment celle des médecins, et des retraités.
    Louh,Belaïz,Bensalah= justice du clan, exclusivement en faveur du clan, et contre les intérêts du peuple et de la nation.
    Bouchareb= chiyat débile en puissance, XL dangereux pour la nation.
    Tatnahazw ga3,ça veut dire tatnahaw ga3,et tuuuut swiiiiit !!!!
    Oui à la vitamine B1, B6 et B12,
    NON aux B cités plus haut car Hautement toxiques et dangereux pour la santé du peuple, et au fleurissement de la nouvelle république.

    23
    3
    Anonyme
    4 avril 2019 - 15 h 55 min

    Rien ne changera
    même méthode même esprit.

    20
    2
    Anonyme
    4 avril 2019 - 15 h 53 min

    Le peuple demande le départ de Bedoui.

    21
    5
    El Kendy
    4 avril 2019 - 15 h 32 min

    il faut maintenir la préssion en allant en masse et pacifiquement manifester. le peuple a gagné une étape:
    Bouteflika n’est plus président mais il reste un bon bout de cheminà faire ni Bensalah,ni Bedoui,ni Belaiz et ni Bouchareb, il doivent tous quitter le pouvoir et parmi ce peuple glorieux ce n’est pas les hommes et les femmes integres, incorruptibles et compétents qui manquentLL’ANEP est la partie visible de l’icberg.

    17
    4
      4B
      4 avril 2019 - 16 h 12 min

      Il faut assainir à commencer par les 4B

      11
      3
    bozscags
    4 avril 2019 - 14 h 53 min

    il faut chasser ce gouvernement de mickeys en urgence qu’est ce qu’il attend mr gaid salah.

    12
    6
    Anonyme
    4 avril 2019 - 13 h 28 min

    et pourquoi cette manne publicitaire ne serait-elle pas distribuée aux titres de presse au prorata de leur audience mensuelle.? Ainsi la règle d’une répartition directement proportionnelle au lectorat sanctionnera positivement les meilleurs de la presse et sera équitable et acceptée par tous….On coupera ainsi l’herbe sous les pieds des colonels flen et felten qui géraient l’ANEP au prorata des intérêts des clans du pouvoir et des corrompus de tous bords….Quant à dire que gaid saleh serait derrière la précipitation dans ce dossier pour récompenser ceux qui étaient de son bord, on peut donc aussi dire que Gaid saleh veut récompenser ceux qui étaient du bord du peuple algérien dans son face à face avec la bande de prédateurs qui a pris en otage notre pays depuis plus 2013….

    13
    2
    Anonyme
    4 avril 2019 - 12 h 49 min

    Ainsi va la vie « ACHOUROUQ » c’est pour ceux qui se lèvent tôt… et le soleil brille pour tous.!

    7
    1
    icialG
    4 avril 2019 - 12 h 47 min

    ils sont entrain de gagner du temps a coups d articles de la constitution et dans les médias
    ,A l heurs actuelle la seule constitution et la seule communication applicable c est la volonté du peuple oui le cris du peuple auquel ils sont tous devenus sourd et n écoutent que eux même c est de la provocation sournoise pour de transformer la manif en crise et garder la main sur le pouvoir

    14
    4
    Cela mérite d'être lu
    4 avril 2019 - 12 h 08 min

    Celui qui contrôlent les médias télévisé et papiers et électronique peut contrôler les esprits.
    L’argent peut vous transformez d’un agneau en charognards.
    La politique assouvie vôtre soif de contrôler et de pactiser avec les deux premiers pouvoir cité précédemment.
    Les femmes peut tout vous faire perdre à cause des sentiments fou et incontrôlables.
    S’accrocher à Dieu fermement et ces prescriptions vous protègent de toutes ces tentations .
    Où vous rend imperturbable indifférent aux appels de la perdition.

    7
    12
    Pour la création d'une cour spéciale ouverte au peuple.
    4 avril 2019 - 11 h 29 min

    « Or, l’objectif caché derrière cette orientation intéressée de la publicité étatique était, avant tout, d’occulter au maximum les avis d’appels d’offres en les publiant dans des journaux au tirage excessivement bas et dont l’audience est nulle »….

    Toute la période depuis au moins le 3° mandat et sur tous les volets doit être passée au peigne fin dans la plus grande équité d’une cour spéciale ouverte au peuple.

    Sur le volet économique et concernant les appels d’offres, les méfaits commis par les responsables de certains operateurs publics (administrations, entreprises…) vont jusqu’à l’instrumentalisation du BOMOP (Bulletin Officiel des Marchés de l’Opérateur Public, support édité par l’ANEP) qui « ignorent » carrément d’y publier leurs avis (appels d’offres, attributions…), alors que la réglementation les y contraint expressément avec des modalités dont le respect de délais.
    Pire en « ingéniosité », la publication de certains avis d’attribution de marché est tronquée en « ignorant » des informations essentielles tels le montant et le délai de réalisation.

    ALI 2
    4 avril 2019 - 11 h 07 min

    Monsieur Bédoui et le commis des Bouteflika alors c’est la continuité jusqu’au la faillite totale de la Nation Algérienne;qu’attendez vous d’un commis à part d’exécuté les ordres de ses chefs et comme ses chefs se sont des destructeurs pilleurs corrompus et traitres Adieu l’Algérie

    30
    4
    Abou Stroff
    4 avril 2019 - 11 h 02 min

    partant du constat vérifiable et quantifiable que, dans un système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation, celui ou ceux qui contrôlent la distribution de la rente contrôlent et l’Algérie et les algériens, il me semble que la seule manière de lutter contre les rentiers du système est de démocratiser la gestion de la rente à travers l’érection d’instances représentatives habilitées à gérer cette dernière, dans la transparence absolue.

    44
    3
      abdel
      4 avril 2019 - 15 h 29 min

      c’est la rente qui est a l’origine de la corruption,et comme cette rente sera dans un délai plus au moins court tarie,, le mieux c’est de changer de mentalité,et de se retrousser les manches a l’instar de tous les pays civilisés qui ont une économie diversifiée…..,ce que le systeme n’a pas fait en encourageant l’importation par les oligarches de tout et de n’importe quoi!!! un pays ne pas fonctionner et etre a la merci des fluctuations des prix du baril de pétrole !!pétrole qui est une malédiction,source de tous les maux de ce pays!!

      17
    perestroika
    4 avril 2019 - 10 h 58 min

    UNE INSTANCE ÉLUE et REPRÉSENTATIVE DE TOUS LES MEMBRES (employés , cadres) DE L’ANEP pour UNE gestion TRANSPARENTE DE LA MANNE PUBLICITAIRE!!!

    17
    1
    Bokhzer
    4 avril 2019 - 10 h 52 min

    LES 3 B DOIVENT SUIVRE et COMPLÉTER LE PREMIER B OUT RIGHT NOW!!! ABDICATION of RESPONSABILITY

    21
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.