Limogeage de Tartag : l’intrigant paragraphe 5 de Bouteflika a parlé

mandat de dépôt
Le général Bachir Tartag. New Press

Par Karim B. – Nous nous interrogions dans un précédent article sur les dessous du cinquième paragraphe de la lettre de démission de l’ex-président de la République. Les premières réponses commencent à tomber. Le limogeage du coordinateur des services de sécurité, le général-major Bachir Tartag, fait partie de ces mesures qu’Abdelaziz Bouteflika a prises dans le sillage de son abdication.

Des observateurs avertis avaient attiré notre attention sur le cinquième paragraphe de la lettre de démission : «J’ai pris les mesures appropriées dans l’exercice de mes prérogatives constitutionnelles pour les besoins de la continuité de l’Etat et du fonctionnement normal de ses institutions durant la période de transition devant mener à l’élection du nouveau président de la République», lit-on, en effet, dans le texte remis au président du Conseil constitutionnel.

La coordination des services de sécurité étant rattachée à la présidence de la République, elle s’est retrouvée sans chef et semble avoir été rattachée à l’état-major de l’ANP en attendant le rétablissement du processus électoral et l’élection d’un nouveau président de la République.

Le départ de Bachir Tartag a été voulu par Abdelaziz Bouteflika par «souci d’éviter que les excès verbaux qui marquent malheureusement l’actualité ne dégénèrent en dérapages potentiellement dangereux pour la protection des personnes et des biens qui relève des prérogatives essentielles de l’Etat», avait-il expliqué, sans plus de détails.

Si diverses sources avaient annoncé l’intention de l’ex-Président de quitter sa fonction dans le courant de la semaine passée, il n’en demeure pas moins que Bouteflika semble avoir hésité jusqu’au dernier moment avant de constater que la confrontation ouverte entre le chef d’état-major de l’armée et son frère, appuyé par le patron des services secrets, allait dégénérer.

Saïd Bouteflika avait été accusé d’avoir accaparé les attributions du chef de l’Etat et d’avoir usurpé la fonction suprême, ce qui allait avoir des conséquences désastreuses si le Président ne s’était pas résolu à se retirer «avant qu’il ne soit trop tard», comme il l’a laissé entendre.

La relation entre le chef d’état-major de l’ANP et le patron des services n’a jamais été au beau fixe. Avant le général Tartag, le général à la retraite Mohamed Mediene, dit Toufik, qui a présidé aux destinées du DRS pendant vingt-cinq ans, s’est confronté à l’hostilité du général Ahmed Gaïd-Salah dès sa prise de fonctions en qualité de vice-ministre de la Défense nationale, multipliant les mesures visant à intimider son «rival» jusqu’à le pousser vers la porte de sortie.

La démission de Bouteflika, souhaitée par les manifestants, est en train de renforcer le patron de l’armée qui s’est autoproclamé «père du peuple» dans son dernier discours. Maintenant que Gaïd-Salah s’est débarrassé du locataire d’El-Mouradia et du coordinateur des services de sécurité, va-t-il se présenter comme le successeur du président déchu ?

L’avenir nous le dira.

K. B.

Comment (63)

    Anonimaoui
    6 avril 2019 - 14 h 06 min

    Après avoir manigancé, trahi ses chefs et ses collègues et avoir accepté de servir le clan Bouteflika sans aucun état d’âme voici le pion Tartag chassé par son allié de tout à l’heure Gaid Salah sans ménagement et sans respect des formes légales en vigueur. On qualifiait ce nervis de dur mais il n’est dur qu’avec des opposants au système en détention dans les sinistres geôles où ce vil personnage a sévi. Il doit passer par la case justice pour répondre de ses crimes et délits.

    2
    1
    Anonyme
    6 avril 2019 - 7 h 40 min

    Je doute que Gaid Salah soit obnubilé par le pouvoir, il a 80 ans, combien de temps encore il lui reste à vivre ?
    Les amenagements et divisions opérés par le clan de Bouteflika pour assoir leur pouvoir ont quelque peu affaiblis les structures des institutions étatiques devenus avec le temps à la solde de ce clan et perméables à la corruption. L’institution militaire imputée de ses services n’y a pas échappé.
    Gaid Salah veut seulement remettre de l’ordre et par la suite donner les clés à la future génération.

    7
    1
    samgo
    6 avril 2019 - 5 h 47 min

    Ils doivent tous dégager et ils doivent tous être jugés!!!

    3
    3
    Anonyme
    6 avril 2019 - 3 h 14 min

    Sans vouloir manquer de respect à Mr Tartag, je trouve qu’il ressemble un peu à Homer Simpson, le personnage d’une série animée américaine.

    5
    1
    Blakel
    6 avril 2019 - 3 h 09 min

    Sachant que Mr Tartag était l’un des principaux responsables de la lutte anti-terroriste durant la décennie noire, et qu’il n’avait pas la réputation d’être un tendre, peut-être que les diaboliques Bouteflika exerçaient un chantage sur lui. En effet Bouteflika qui a toujours disposé d’importants soutiens à l’étranger,aussi bien en occident qu’en orient (notamment de la part des monarchies du Golfe), a toujours joué de la menace de l’activation de procès (par la CPI par exemple), contre les officiers qui ont été amenés à lutter contre les terroristes durant les années 90.

    RAYES EL BAHRIA
    5 avril 2019 - 23 h 51 min

    LE visage de ce TARTAG !
    TRATGUI , DROGUE ET ALCOOL.
    Les poches des Zyeux…

    4
    3
    RAYES EL BAHRIYA
    5 avril 2019 - 23 h 50 min

    LE visage de ce TARTAG !
    TRATGUI , DROGUE ET ALCOOL.
    Les poches des Zyeux…

    1
    3
    Issam
    5 avril 2019 - 21 h 38 min

    Je dit bravo à Bouteflika dans son ultime geste il a réussi à unifier le peuple algérien qui est en train d’avoir la peau de tout ces harkis voleur et assassins .La grande purge est en marche .

    4
    7
    AMINE 2
    5 avril 2019 - 20 h 31 min

    Je me demande comment des hommes de combat avec des plus hauts grades puissent se mettre à genoux devant des traitres corrompus;imaginez nos chahid faisaient la meme choses,on aurait jamais eu notre indépendance.Est-que c’est le lait importer qui rendu nos homme de combat des brebis galeuses;que Dieu sauve ce pays et son peuple des traitres et des nouveaux Harkis Amine

    8
    1
    Anonyme
    5 avril 2019 - 20 h 17 min

    « comme le successeur du président déchu  » une utopie et G S n’est pas concerné.

    1
    1
    Mour2019
    5 avril 2019 - 19 h 47 min

    Le peuple ne veut ni un état militaire, ni islamiste, ni policier.Le peuple veut la démocratie

    3
    5
    SMC
    5 avril 2019 - 19 h 39 min

    Nous ne connaissons pas tous les dessous de l’ex équipe de Bouteflika ni celles de l’actuelle équipe Bouteflika Bis. La demande du peuple n’a que commencée. Pour se faire une nouvelle direction répondant aux aspirations de la majorité du peuple, il faudrait non seulement du temps mais aussi des femmes et des hommes sincères qui n’ont pas été mouillés. Tout cela nécessite une ingérence du peuple par le canal des sociétés civiles de toutes tendances politiques à l’exception de ceux qui ont, dans le passé, utilisés la force et la religion. Tous ceux qui sont à écarter sont bien connus du peuple.
    Instaurer un état de droit est une tache grandiose et seule le peuple qui peu la mener.

    5
    1
    Nasser
    5 avril 2019 - 19 h 39 min

    Le peuple, qui respecte les lois, n’est pas inconscient :
    La Constitution oblige le président du Conseil de la nation d’assurer l’intérim en l’occurrence M. Bensalah

    Il avait dit ce qu’il avait dit, mais il n’a trompé personne ! C’est lui qui s’est trompé !
    Président par « intérim », il ne peut rien faire de hasardeux ! Il fera ce que le peuple avec l’Armée lui diront de faire ! S’il n’est pas content, il se retire !

    Bonus
    5 avril 2019 - 18 h 12 min

    Gaid Salah est entrain de s’octroyer tous les pouvoirs.Il a volé la victoire au mouvement populaire en organisant un coup d’état.Ne soyons pas naïf et exigeons son départ immédiatement et le départ de tout le système!!!

    28
    28
      Med
      5 avril 2019 - 19 h 43 min

      Gaid Salah n’a pas organiser un coup d’etat et ne voleras pas la revolution du peuple. gain Salah a 85 ans et pese 300 kg. Il partiras avec le système une fois un nouveau president est élu par le peuple. Le peuple Algerien s’est réveiller mon ami. Maintenant if faut nettoyer le system corrompu cree depuis 62. Corruption a tout les niveaux. Du president au Maire.

      4
      1
        Anonyme
        6 avril 2019 - 6 h 41 min

        #du president au maire # vous oubliez toute la racaille bureacrayique #wali chef daira sg …

      Mohand Belkacemi
      5 avril 2019 - 21 h 20 min

      En Ce moment precis l’armée doit demontrer, ses compétences à protèger la stabilité du pays. Toutes les initiatives qui vont en direction de protèger la nation sont les bienvenues. Certes,la mafia ne doit pas echapper àlajustice et le pouvoir civil doit s’installer et l’armée est consciente.

      Mouelfi
      6 avril 2019 - 0 h 55 min

      C’est grace à Gaid Salah que les Bouteflika ont dégagé et grace à Gaid Salah que les manifestants sont protégés de tous dérapages qui peut arriver.
      Il faut saluer son geste car avec sa sagesse il a su gérer la situation on préservant le peuple et l’armée est restée dans les casernes pas comme dans les années 1990 ou l’armée a envahit la rue et le reste tout le monde le connait.
      Grace à Gaid Said autrement dit malgré la sortie dans la rue du peuple Algérien dans les 48 Wilayas on ne pourra jamais faire bouger le clan Bouteflika, la démission de Ouyahia, l’arrestation de Haddad, le jets privés restés cloués au sol.
      Le peuple n’a pas toutes ces forces de faire tomber avec cette facilité cette mafia Marocaine et ses sbires Algériens, ses vendu, donc arretons de se prendre la tete. Sans Gaid Salah personne ne bougera de sa place.
      Soyez un homme et dite la vérité. Est qu’il y a quelqu’un parmi qui osera toucher TERTAG? BOUTEFLIKA et ses frères, HADDAD et tous leur entourage et bien non monsieur.
      L’armée monsieur c’est notre fierté et moi ce que je voudrais dire, c’est que Gaid Salah aille jusqu’au bout et meme les généraux impliqués dans les affaires de corruption soit poursuivis en justice et il pourra le faire il n’a pas peur de toi ou de quiconque.

      7
      2
    Anonyme
    5 avril 2019 - 17 h 56 min

    Personnellement je trouve sa très normal! il faut que l’armée se resserre dans ces moments difficiles! jusuq’à la tous va très bien, aucune perte humaine patrimoine immobiliers etc..sacrifier un homme et gagner beaucoup de chose c’est logique! alors maitenant, il fait que le hirak s’organise pour transition doit former ceux qui le représente et pour sa il faut l’armée appel a la foramtion d’une représentation du hirak capable de faire la transition on ne peut plus continuer comme sa encore une année…

    18
    2
      Mohand Belkacemi
      5 avril 2019 - 21 h 21 min

      En Ce moment precis l’armée doit demontrer, ses compétences à protèger la stabilité du pays. Toutes les initiatives qui vont en direction de protèger la nation sont les bienvenues. Certes,la mafia ne doit pas echapper àlajustice et le pouvoir civil doit s’installer et l’armée est consciente.

    Felfel Har
    5 avril 2019 - 16 h 57 min

    Ainsi finissent ceux qui, nommés à des fonctions stratégiques pour le pays, se consacrent à protéger un homme, un clan, un systême inique. En apportant protection à des personnes honnies par le peuple, Tartag a fini par incarner le complice idéal de toutes les malversations qui se faisaient sur le dos du peuple. Il a fermé les yeux sur tous les crimes d’État commis par la fratrie et ses laquais. A la suite de Tahar Ben Jelloun (Éloge de l’Amitié-1994), concluons qu’ « Il faut laisser le traître à sa misère, l’abandonner à ses bassesses. »!

    23
    3
    Karim
    5 avril 2019 - 15 h 41 min

    L’Algérie a appris de ses erreurs passées.
    L’armée et la police ont formé des gens compétents et ces gens là doivent veiller à ce que la nation dans toutes ses composantes et son histoire reste ce qu’elle a été et ce qu’elle doit être.
    Mission extrêmement délicate vu les attaques idéologiques qui frappent toutes nations insoumises aux richesses incalculables et la notre depuis que les revendications légitimes du peuple pour la chute d’un petit clan mafieux se retrouvent sournoisement détournées.

    23
    2
    Bouzorane
    5 avril 2019 - 15 h 23 min

    J’espère qu’on aura maintenant un vrai chef du renseignement. Un vrai dergaz qui veillera sérieusement à la sécurité de l’Algérie et à traiter toutes les menaces, à commencer par la libye.
    -libérer la lybie de l’emprise des orientaux et des egyptiens.
    -canaliser les hordes terroristes de la région (libye, tunisie, mali, niger) et les refourguer aux egyptiens!… retour à l’expéditeur !

    28
    5
    La Viriti
    5 avril 2019 - 15 h 08 min

    Il est quand même important, aussi, de rappeler que Bouteflika a faillit créer une guerre civile ouverte, n’était ce la sagesse des algériens.
    Il a volontairement orienté tous les investissements massifs de l’état vers sa wilaya de prédilection, en y recrutant toute la racaille de naturalisés et de marocains qui s’y trouvaient ( Certes sous Zeroual ils ne bougeaient pas une oreille).
    Ensuite il s’en est pris aux Kabyles avec un ostracisme sans limites, puis aux habitants des Aures qu’il a voulu punir et humilier.
    Tout le monde le sait.

    Simplement il est tombé sur plus fort, plus rusé et plus combatif que sa lacheté legendaire.
    les algériens ont échappé à la fitna voulue de Bouteflika qui pensaient mener les kabyles et les auressiens comme bon lui semblaient…Au final il vient de se prendre la pire humiliation qu’un président ait reçu…

    Tout le monde lui crache dessus.

    Vive Gaid Salah ! Le rusé Gaid qui nous a offert le méchoui des Bouteflika et de leur tribu…Derrière Gaid Salah, il y aura encore un patriote authentique enfant de l’Algerie…L’ANP ne dépendra jamais d’un marocain. Hors de question !

    35
    21
      Anonyme
      5 avril 2019 - 16 h 44 min

      Tu as oublié la région du Mzab que Bouteflika a mis à feu et sang par trafiquants de drogue interposés, par ses baltaguis, par d’autres forces occultes, par les mafieux du régime le tout pour soumettre cette région, comme il a tenté de le faire en Kabylie.
      La devise que Bouteflika a appliquée : diviser pour régner. Bouteflika s’est vengé contre les régions qui ne lui étaient pas soumises, mais en réalité ce sont toutes les régions qui ne lui étaient pas soumises la preuve ce sont les millions de manifestants de tout le pays qui le rejettent et qui l’ont fait chuter.
      Bouteflika est venu en Algérie avec l’esprit marocain avec des comportements monarchiques marocains : allégeance, clientélisme, soumission, mépris, corruption, enfin il croyait que le peuple algérien était comme les marocains société d’où il est issu. Il croyait aussi que les minables valets qui l’aduler comme un Dieu (FLN RND et cie) reflétaient la mentalité algérienne, mais après 20 ans de pouvoir absolu corrompu, il se réveille et constate qu’il ne connaissait pas le peuple algérien, même appauvri par son règne, il est resté digne, courageux et surtout insoumis et j’en passe. Ces excuses les algériens dans leur grande majorité et j’en suis certain, ils s’en tapent il veulent que justice soit faite pour ses 20 ans de règne despotique, illégale.,

      23
      7
    Chaabi Meskine
    5 avril 2019 - 15 h 04 min

    Gaid Salah aurait-il oublié qu’il a toujours soutenu Boutef, qu’il l’a laissé piétiner la constitution, est-il devenu un messie du jour au lendemain? est-il devenu un défenseur du peuple? a-t-il oublié ce que ses fils ont fait et sont en train de faire, ils n’ont rien à envier aux Haddad, Kouninef, Tahkout et autres du même genre.

    41
    20
      Anonyme
      5 avril 2019 - 17 h 29 min

      D’accord avec toi, mais il faut procéder par étapes avec intelligence. Laissons Gaïd Salah se rattraper pour les énormes manquements qu’ils a commis, il est clair qu’il a soutenu Bouteflika durant tout son règne. Mais nous avons encore besoin de lui pour poursuivre le nettoyage dans le clan Bouteflika jusqu’à son élimination totale. Je ne le défends pas du tout, mais n’a t-il pas dit que l’armée soutient toutes les revendications du peuple, cela veut tout dire. Par ailleurs Gaïd Salah n’a pas fait chuter Bouteflika mais a précipité sa chute. Ce personnage est vieux, il devrait prendre sa retraite, à cet âge là il n’en a pas pour longtemps au sein de l’armée. Il faut agir méthodiquement et intelligemment, le clan de Gaïd Salah il faut s’en occuper plus tard.

      22
      2
    Djemel
    5 avril 2019 - 14 h 39 min

    Bouteflika a renforcé Gaid Salah parce qu’il doit penser que ce monsieur protègera le système, les bons amis, les enfants des amis et la fratrie. Le goût du luxe de ce monsieur, le narcissisme et son obsession pour le pouvoir sont évidents. Il suffit de regarder attentivement certaines de ses vidéos et ses photos. Les vidéos de promotion de l’armée sont devenues des vidéos de promotion de Gaid Salah. Pourquoi on parle peu de Tliba, Djemai…? Par qui ils sont protégés? Accepter cet homme est une erreur fatale, lui qui a été à genoux devant les Bouteflika depuis des années. Je tiens a préciser que je parle d’une personne et non de l’armée algerienne .

    35
    15
    Anonyme
    5 avril 2019 - 14 h 36 min

    Le désordre et le chaos c’est ce que souhaitent les Bouteflika et leur tribu depuis qu’il se sont faits dégommé un par un 🙂
    Mais il n’y aura ni désordre ni chaos, parce que Chaab, Djeich, Khsawas Khawas…
    Nous avons des algériens patriotes authentiques qui tiennent les rennes dorénavant…On sait tous que la tribu des Bouteflika va laisser des mines et faire en sorte de saboter tout ce qu’elle pourra saboter…Mais walou, ils n’y arriveront pas.

    Par contre, ON NE VOUS OUBLIERA JAMAIS ET VOUS N’AUREZ PLUS JAMAIS DE RESPONSABILITES QUELLES QU’ELLES SOIENT AU SEIN DE NOTRE PAYS.
    Rassa Khamja, on vous a dégommé et mis définitivement KO.

    20 ans que j’attendais ce jour…ou mazal on va poursuivre

    40
    1
    icialG
    5 avril 2019 - 14 h 32 min

    IL N EST PAS QUESTION QUE L ARMER FASSE ENCORE PARTI DE POUVOIR ,,,ÇA FAIT 57 ANS DE TROP ,,DANS TOUT LES PAYS DU MONDE OU L ARMER EST INCRUSTER Y A MALHEUR ,,, POUR NOUS CELA SIGNIFIE LE RETOUR EN 62 ,,,GAID C EST BON SOLDAT ÇA S ARRÊTE LA (on est pas a Cuba ni on core de nord ni on Birmanie)
    pour le libre arbitre de chacun moi je choisirai un candidat qui sa politique s oriente vers l autonomie de la justice la séparation de armer de la religion et le pouvoir, je n impose a personne et personne e m impose sa dictée d ou mon choix pour la présidence

    14
    9
      Anonyme
      5 avril 2019 - 16 h 43 min

      Dans beaucoup de domaines, Cuba devrait plutôt être un exemple à suivre. Les progrès prodigieux qu’ils ont accompli, malgré le lourd fardeau de l’inhumain embargo qu’ils subissent depuis les années soixante, témoignent de la justesse de leurs politiques et de la probité de leur classe dirigeante.

      10
      4
    KOUIDER Latcha
    5 avril 2019 - 14 h 19 min

    Je pense, sincèrement, que le Hirek c’est fini et bien terminé. Les militaires prennent la suite : LE POUVOIR. Circulez ! Il n’y a plus rien à voir…
    Pronostique : GAÏD Salah est le prochain « président »… puis, ils vont allumer la mèche entre « amazighs » et « arabes ». Bonjour les dégâts !…

    14
    35
      Anonyme
      5 avril 2019 - 15 h 10 min

      Il ne te reste plus qu’à songer à l’emplacement du mausolée de Bouteflika du coté d’Oujda, ou tu pourras lui rendre visite tout seul et pleurer sur son sort…Vous avec pleins de mausolées et de sidi, alors celui la pourrait s’appeler Sidi Bouteflika El Khamedj…

      22
      7
    Med
    5 avril 2019 - 14 h 12 min

    Le peuple doit redéfinir le role des services Algériens. Les services dans les pays développé travaillent pour le development de leurs pays. Nos services depuis 62 s’occupaient a assassiner les opposants comme Krim Belkacem, khider, Boudiaf et Kasdi Merah. Comment bien d’algériens ont été assassiner par les services??? Il faut debater cette question. Le peuple doit demander la fermeture de la caserne Antar. La caserne ou les service torturaient les pauvres Algeriens. Basta! Il ne faut pas oublier que le gendre du commandant Azzedine a été assassiner dans cette meme caserne il y’a un année. Tartag doit répondre bientôt a la justice. Il faut un débat sur le role des services. Les renseignements c’est la science, économie, development, contre espionage et pas matraquer les pauvres Algériens dans les caves de la caserne ANTAR. BASTA

    26
    7
    Samira
    5 avril 2019 - 13 h 13 min

    Si Gaid Salah accomplit sa mission d’accompagnement et de protection de cette révolution unique au monde pour ensuite rendre les clefs au peuple, il pourra partir la tête haute car il aura aussi contribué a sauver le peuple algériens de ses ennemis. Donc tout patriote convaincu que la seule solution pour un futur prometteur est un état de droit ou tous les citoyens vont contribuer, doit faire tout ce qui est possible pour la réussite de cette révolution.

    71
    13
    La Viriti
    5 avril 2019 - 12 h 32 min

    Je laisse bachir Tartag méditer sur cette contribution…J’aimerai qu’il nous réponde sur le comment du pourquoi il s’est mis sous les ordres d’une famille apatride, prédatrice et traitre à la nation…cela reste un mystère…

    « Il y a quelque chose d’ironique dans l’imploration de pardon d’Abdelaziz Boutefilka adressée aux Algériens après sa décision de les libérer de son étau despotique.

    Rappelons-lui d’abord que le concept de pardon n’a pas sa place dans le champ sociopolitique mais relève prioritairement de la sphère privée et religieuse.

    Il est question dans ces cas de libérer un individu de la haine qui le tenaille et de neutraliser le sentiment de vengeance qui peut l’animer.

    Mais même ici, le pardon est dépouillé de sens s’il s’abrite derrière des excuses tendant à nier la gravité des faits ayant déclenché sa demande. Sans compter qu’il y a des crimes qui n’admettent pas le pardon en raison de leurs effets.

    Rappelons aussi au président déchu, qui est également l’un des concepteurs du système politique en place, que ses vingt ans de règne constituent un record à la tête de l’État algérien.

    Sans compter ses 18 ans au poste de ministre des Sports et des Affaires étrangères puis de ministre conseiller auprès du président Chadli. Même durant sa traversée du désert, il est resté à la périphérie du régime.

    Preuve en sont sa demande de représenter l’Algérie à l’ONU ou encore sa désignation au poste de président de l’État en 1995, qu’il a accepté avant de se dérober. Aucun homme politique algérien ne peut revendiquer une carrière aussi longue qui lui a permis de côtoyer les plus grands du monde.

    Ainsi doté, il était bien prémuni contre les erreurs pour lesquelles il implore le pardon et qu’il se prive tout de même d’énoncer. Elles sont certainement trop nombreuses même pour sa tête “d’un jeune de 20 ans” (Abdelkader Mesdoua) qui “ne réfléchit pas avec ses pieds” (Amara Benyounes).

    Au crépuscule de vie, il fait mine de descendre de sa statue de dieu révéré et de se reconnaître enfin comme un humain au milieu d’un peuple qu’il accusait de jouir de sa propre médiocrité.

    “L’erreur étant humaine, je vous demande pardon pour tout manquement par une parole ou un geste à votre égard”, supplie celui qui avait inauguré son règne par cette poussée de mégalomanie : “Je suis l’Algérie tout entière, je suis l’incarnation du peuple algérien, dites aux généraux de me bouffer s’ils peuvent le faire”, provoquait-il depuis Crans Montana, en Suisse.

    Encore une parole ? C’était juste avant sa première élection, au moment du retrait de ses six adversaires convaincus d’avance de la fraude qui allait le porter au pouvoir. On le sait, le candidat des généraux avait exigé de ses sponsors un score bien plus élevé que celui de Zeroual en 1995.

    “Si je n’ai pas un soutien franc et massif du peuple je considère qu’il est heureux dans sa médiocrité ; après tout je ne suis pas chargé de faire son bonheur malgré lui”.

    En Kabylie où il est mal accueilli quelques mois après dans le cadre de sa campagne pour la concorde civile, il traite les habitants de la région de “nains”. Qui sait si ce n’est ce mépris qui a conduit un escadron de gendarmes à pourchasser des adolescents dans un village, finissant par tuer l’un d’entre eux dans les locaux mêmes de la brigade.

    La révolte contre cet acte s’est traduite par un lourd bilan : les forces antiémeute de la police et les gendarmes ont chargé sans discernement, tuant 126 personnes et blessant des milliers d’autres.

    Le massacre a duré des jours, couvert par le silence du président Bouteflika. Ses zélateurs ont même poussé l’indécence jusqu’à proposer son nom au prix Nobel de la Paix, continuant d’offenser les familles des victimes. Il ne l’aura pas !

    À Ghardaïa des jeunes restent encore détenus à la suite des troubles qui ont secoué la vallée du M’zab en 2014. Des dizaines de personnes sont mortes dans des circonstances où le comportement des forces de sécurité ne fut pas exempt de reproche, sans doute encouragées par l’impunité qui a suivi le “printemps noir”.

    Des soldats et des policiers ont été impitoyablement matraqués quand ils ont demandé un minimum de réparation pour avoir contribué à soustraire le pays au terrorisme et à y rétablir la paix.

    Sous leurs yeux, ces combattants ont vu se déployer l’arrogance des “repentis” couverts de gloire et de dinars et s’étaler l’insolente richesse de parvenus dont le seul mérite est de s’être débarrassé de toute morale.

    Le virus de la corruption, favorisé par les pétro-dollars, a été injecté dans le corps social comme le moyen de s’amender des crimes condamnés par la Cour des comptes en 1983. Une manière de dire que “tout le monde est pourri”.

    D’autres gestes offensants ? Bouteflika et les privilégiés de son système, vont se soigner en France et en Suisse quand les hôpitaux du pays manquent des soins de base. Pendant ce temps, les médecins sont aussi matraqués pour avoir justement demandé les moyens de bien soigner leurs concitoyens. Un crime !

    Pendant son règne, Bouteflika a privé les plus doués des enfants du peuple de la bourse d’excellence. Les bacheliers avec la mention “très bien” sont exclus du dispositif par un système qui privilégie les enfants de… , ceux qui souvent ont le bac sans mention.

    En somme, les vrais médiocres qui , une fois bien installés à l’étranger, vont créer des sociétés pour faire de l’export vers l’Algérie de papa. Ceux-là bien sûr ne finiront pas (grâce à Dieu) au fond de la méditerranée devenue un cimetière pour désespérés. L’annonce de la fin de Bouteflika a redonné espoir et le fleuve de la “harga” s’est tari.

    Maintenant qu’il est déchu, M. Bouteflika demande aux futurs dirigeants d’accorder une “attention particulière aux jeunes et aux femmes”.

    Quelle ironie de la part de celui qui a fait de la haute administration et de la responsabilité politique le sanctuaire des dinosaures, ancrés dans leurs fonctions.

    Au fil des ans, ils ont vidé de son sens le service public, au point de se croire propriétaires de leurs postes. Le mérité a été remplacé par l’allégeance quand ce n’est pas simplement par la cession de la dignité. L’affaissement moral a atteint des abysses insondables. Et ce ne sont pas le moindres crime ! »

    48
    11
    Kahina-DZ
    5 avril 2019 - 12 h 30 min

    Quand Gaid Salah n’a pas réagi, tout le monde disait pourquoi
    Et comme il est passé à l’action, vous dites aussi pourquoi ??
    Fahmou Rouhkoum.
    Jusqu’à présent Gaid Salah fait son devoir envers l’Algérie. Il ne faut pas anticipé les choses. Trop de rumeurs et de désinformation…

    70
    17
      Anonyme
      5 avril 2019 - 14 h 50 min

      Le peuple est avec le vrai Moudjahid gaid Salah. Seuls ceux qui soutenaient le faux moudjahid Bouteflika veulent faire croire le contraire…les slogans partout en Algerie, sont les mêmes : Djeich, chaab, khawa khawa….

      Le message est on ne peu plus clair…

      Il est urgent de dégommer tous les marocains des rouages de l’état quelque soit leur fonction, ce sont tous des traitres au service exclusif d’une famille de félon qui nous ont donné à la France
      De Belaiz jusqu’au chef de daira de bab el Assa….

      22
      10
    Zaatar
    5 avril 2019 - 12 h 22 min

    Khezzat Khezzat, chacun a son interprétation de ce cinquième paragraphe. Je vois plutôt les choses comme notre ami Abou Langi, l’ex président a démissionné dans la précipitation. S’il avait eu le temps il aurait tout dévasté (de ce qui reste de non dévasté durant ses 20 ans de règne ) avant de démissionner. Sa lettre de demande pardon au peuple algérien en dit long….Et comme le dit notre ami Abou Langi, il aurait voulu que dans la suite ceux qui ont précipité sa chute s’auto-détruisent. Mais la suite ne sera pas selon son souhait comme le laisse penser Manson cinquième paragraphe.

    20
    4
      La Viriti
      5 avril 2019 - 13 h 38 min

      « …. S’il avait eu le temps il aurait tout dévasté (de ce qui reste de non dévasté durant ses 20 ans de règne ) avant de démissionner. Sa lettre de demande pardon au peuple algérien en dit long… »

      Vous avez bien résumé le personnage et j’insiste la dessus, ce type ne dit pas avoir de funerailles nationales au regard de ce qu’il est capable de faire pour nous écraser sans remords…
      La poubelle ou la cuvette des waters, c’est sa seule destination…

      19
      6
    SI KOUIDER BOUNETEF
    5 avril 2019 - 12 h 21 min

    Je viens de regarder des vidéos de la chaîne El Bilad sur un site électronique dont je citerai pas le nom, les forces occultes ont activé leur 5ème colonne, ça sent la manipulation à plein nez et le désordre général est imminent.

    12
    13
    Hawess
    5 avril 2019 - 12 h 16 min

    Lorsque un pays est dirigé par des étrangers les traîtres se multiplie, ou sinon comment puisse avoir de la réalité entre gradés de l’armée nationale, ni Tartag, ni Toufik, ni Gaid salah, ne sont à la hauteur

    14
    6
    Anonyme
    5 avril 2019 - 12 h 11 min

    Tartag faut pas trop le chauffer sinon il va Tartague et rappelez vous pdt la décennie rouge cetait pas un tendre , non faut le garder il est bon mais waral qd meme et sournois et tres discret lui et Toufik m ont surpris par leur discrétion totale à l epoque personne ne pouvait mettre un visage su r eux et ils ont réussi a garder l anonymat pdt ttes ses années hé oui les créateurs du système mais c était le job qui veut ca ; et je pense que l ANP dont Gaid n a pas surtout pas apprécié le soutien aux Bouteflika et les bâtons ds les roues qui lui a mis avec said el Frère et le clan , plus la réunions secrète il en faisait parti selon eux ; katro qd meme ma brach y talgo le clan oh al vache ! C est l ANP qui le vire et qui les vires tous en ce moment et qui les arrêtes tous , vive l ANP dans ce cas sinon on en serai encor au point zéro ou pire un massacre pt etre de leur part , va savoir il était prêt a tout ce clan surtt l autre said avec costard Borsalino hihihihi manquait plus que la mitraillette à cartouches a disques rondes et les incorruptibles avec Eliot Ness lol , j adore ca me marré meme tt seul !

    11
    3
      ali+
      5 avril 2019 - 16 h 02 min

      Pour plie le fer il faut du feu;et pour éteindre le feu il faut de l’eau,si Tartag est un nomade.Gaid salah est un Chaoui

      10
      2
      Mohamed
      5 avril 2019 - 20 h 23 min

      Salam aleikoum,

      Je sais que c’est hors sujet mais c’est pour donner juste un nom à cette arme.
      Cette arme dont vous avez cité, s’appelle « Thompson M1928A1 » modèle 1928, avec chargeur à balles « camembert » à 50 coups à munitions calibre .45 ACP, pour permettre de charger beaucoup plus de balles qu’un chargeur droit à 20 ou 30 coups à munition de calibre .45 ACP.

      2
      1
    Anonyme
    5 avril 2019 - 12 h 07 min

     » Maintenant que Gaïd-Salah s’est débarrassé du locataire d’El-Mouradia et du coordinateur des services de sécurité, va-t-il se présenter comme le successeur du président déchu ?  » Tres bonne question…a suivre….
    C est la raison pour laquelle la prochaine constitution doit exiger imperativement un age limite pour se presenter aux elections presidentielles ….maximum 70 ans….65 ans serait mieux.car avec une possible reelection d un mandat de 5 ans le president aurait 80 ans …c est un peu trop alors mieux 65 ans au maximum.Et surtout ne pas suivre l exemple Tunisien qui ont renoncer a la limite d age sous la pression de Ghannouchi pour permettre a son partenaire Beji Caied Essebsi de devenir President a 85 ans….on connait les salades de sa presidence…

    11
    3
    H’mida
    5 avril 2019 - 11 h 51 min

    On se dirige droit vers la dictature militaire.
    Gaid Salah enquete, lance les ISTN, met les gens en prison, accuse des patriotes porteurs de solution de sortie de crise, espionne et manipule un ex-predident de republique, negocie et protege la fraterie Bouteflika.
    Demain il limogera les 3 B sur soit disant la demande du peuple, il annoncera que la constitution ne sera plus applicable et prendra le POUVOIR.
    GLOIRE AUX MARTYRS.

    18
    36
      La Viriti
      5 avril 2019 - 12 h 30 min

      les 3 B et la tribu de Bouteflika doivent être dégommer. Ce point est non négociable et en cours d’éxécution pour le bien du pays.
      Mr Gaid Salah restera dans sa caserne une fois avoir Démarocaniser nos institutions.
      Tartag, comme d’autres enfants du pays, est un algérien authentique, et comme d’autres algériens il s’est brulé les ailes en cotoyant le clan marocain de Bouteflika.
      Puisse t il méditer sur ce très mauvais choix que de servir un félon de cet acabit..

      15
      5
      Norebi
      5 avril 2019 - 15 h 51 min

      Hmida El marouki occupes toi de libérer ton pays des mains de momo VI.

    Abou Langi
    5 avril 2019 - 11 h 40 min

    Franchement vous voulez nous faire croire que Boutef au lieu de brûler la casa a été pris d’un désir soudain de faire des quatrains Comme Nostradamus que ne sauraient comprendre que des exégètes fortement avisés ?
    Iben Moua ce n’est pas ainsi que je traduis ce paragraphe :  «J’ai pris les mesures appropriées dans l’exercice de mes prérogatives constitutionnelles pour les besoins de la continuité de l’Etat et du fonctionnement normal de ses institutions durant la période de transition devant mener à l’élection du nouveau président de la République»
    Vouala mon exégèse :
    Vous en êtes témoins, j’ai tout fait pour me maintenir au pouvoir et j’ai joué tous mes coups. Si j’avais pu j’aurais tout détruit avant mon départ , mais hélas on m’en a empêché. Aussi , j’ai fait comme l’ogresse Teryèle, j’ai laissé de quoi nuire et faire en sorte que mon règne me survive avec le prochain président et de quoi faire pour que ceux qui ont voulu ma perte s’autodétruisent mutuellement.
    Eh non! Quoi qu’il ait voulu, souhaité, tenté, il a échoué. Désormais la suite s’écrit sans et malgré lui .

    15
    3
    Mahboul
    5 avril 2019 - 11 h 32 min

    Fatiha benabou constitutionaliste à écrit il y a deux jours que bouteflika conservait. Ses prerogatives constitutionnels jusqu à l election d un nouveau president de la republique.. Ce qui explique les décisions qui sortent maintenant.. J ai relu à la loupe la constitution… Rien ne confirme cette affirmation…sauf ..nnn

    7
    2
    Kenza
    5 avril 2019 - 11 h 20 min

    J’espère que Mr Gaïd-Salah , après les services rendus à la nation, aura la sagesse de prendre sa retraite pour aller se reposer la conscience tranquille et avec la reconnaissance du peuple algérien.

    Mr Gaïd-Saleh, Rabi Ya3tik la39al pour prendre la bonne décision. Ne soyez pas obnubilé par le pouvoir !

    30
    7
      Anonyme
      5 avril 2019 - 11 h 42 min

      A Kenza outhma ! Malheureusement, Gaïd Salah est très omnibulé, c’est une obssession d’ailleurs congénitale chez TOUS les Algériens… par le POUVOIR. Allah ghaleb ! On n’y peut RIEN… C’est ainsi, depuis la nuit des temps.
      Alors, ne sois pas déçue par ce qui va nous arriver par la suite…
      L’instance financière oligarque mondiale (la haute finance sioniste…) ne veut pas que le HIRAK en Algérie réussisse !!!

      13
      23
        Kenza
        5 avril 2019 - 12 h 22 min

        Pour le moment je reste optimiste….

        18
        2
    mehdi mountather
    5 avril 2019 - 11 h 17 min

    Les franc maçons algériens a la poubelle de l’histoire INCHAALLAH ALLAH met fin a tous les francs maçons du monde entier par arrêt cardiaque H1N1 les accidents crash d’avion Amine ces francs maçons acharner pour le sang de guerre en guerre surtout le sang des musulmans ces chiens de satan avec leurs kamikazes Gia Daech les chiens de l’enfer.

    13
    9
    Lghoul
    5 avril 2019 - 11 h 15 min

    Il a oublié de « limoger » son frére qui s’est secrêtement réuni avec ce général et apparemment un « service étranger » et si toufik a l’insu du peuple jusqu’a ce qu’un fils du peuple, Mr Zeroual, les dénonce.

    21
    9
      Saad odhar
      5 avril 2019 - 14 h 56 min

      Quelle naïveté des hommes.du système se soucieraient du peuple! Tous les gens du régime ont de tout temps considéré le peuple comme leur ennemi leur seul souci est est de le dompter .bien sûr la politique est l art de duper le peuple .

    صالح/ الجزائر
    5 avril 2019 - 11 h 07 min

    Mais il faut attendre , si la deuxième mesure appropriée dans l’exercice de ses prérogatives constitutionnelles ne soit pas le limogeage anté-daté du «père du peuple» .

    5
    1
      Argentroi
      5 avril 2019 - 12 h 04 min

      @صالح/ الجزائر du 5 avril 2019 – 11 h 07 min
      Mais le père du peuple n’est pas bête au point de laisser Bouteflika signer ses dernières volontés tout seul dans son petit coin conseillé, en plus de cela, par Toufik et Tartag comme tant l’espèrent. Les manœuvres des véritables gardiens du temple ont lamentablement échoués.
      Préparons-nous maintenant aux fracassantes révélations qui vont suivre. On va avoir le tournis surtout que le père du peuple va récupérer le fichiers, les émargements et tutti quanti gardés secrets depuis l’indépendance et qu’il va nous livrer certaines vérités, pas toutes bien-sûr mais celles qui s’imposent.

      8
      3
    TOLGA - ZAÂTCHA
    5 avril 2019 - 11 h 03 min

    Attention ! Beware lads ! Don’t touch to our army ! Ne pas destructurer notre armée qui est la colonne vertébrale de l’Algérie…
    La DESTRUCTION de l’ALGÉRIE par l’Empire oligarchique international (haute finance sioniste…) a commencé yal khawa ! C’est très grave… ALLAH YESTOUR !!!
    La prochaine cible visée par ces mêmes oligarques ce sera le…… HIRAK lui-même. Rappellez-vous bien de ce je viens de vous dire, mes frères. Le HIRAK va être détruit doucement, d’une manière SOFT… C’est fini pour lui et pour nous tous. L’oligarchie mondiale a donné ORDRE à l’armée de reprendre la situation et les choses en main.
    C’EST FINI ! LA FIN DE LA RÉCRÉATION VIENT D’ÊTRE SONNÉE PAR L’OLIGARCHIE MONDIALE…

    14
    26
    El ghorba
    5 avril 2019 - 10 h 59 min

    C’est une bonne chose que les services secrets soient rattachés à l’armée.
    Comme ça , on est sûr qu’il n’y aura pas de Tewfik ni de Tewfik bis.
    Les services secrets doivent être contrôlés et plus tard sont susceptibles de rendre compte à des commissions parlementaires comme cela se fait dans les vraies démocraties.
    Je ne pense pas que Gaid Salah veuille devenir roi à la place du roi.
    Je crois sincèrement qu’il traduit le sentiment de nos militaires et des nouveaux cadres , surtout les jeunes qui sont très bien formés et qui veulent une ALGERIE moderne et un vrai état de droit.
    L’armée doit accompagner et protéger cette révolution populaire et une fois le but atteint de l’établissement d’un état moderne, démocratique, de droit , Gaid Salah et d’autres officiers supérieurs en âge de prendre leur retraite, partiront par la grande porte et laisseront la place aux jeunes hauts gradés qui ont toutes les qualités pour continuer à diriger notre armée et laisseront la politique aux civils choisi démocratiquement par le peuple.
    Le peuple sera reconnaissant envers notre armée qui sera réellement populaire.
    Vive les patriotes, vive le peuple , vive l’armée et surtout vive l’ALGERIE.

    31
    6
    Ali 8
    5 avril 2019 - 10 h 50 min

    Monsieur Tartag il s’est fait exploser par le Canon Gaid Salah;tout les remparts et les chateaux de sables qui protègeraient la famille Bouteflika vont etres anéantis,c’est pour quand le tour de CHAKIB.GHOUL.BENYOUNES.Ould abbès;Saidani;Sellal,Bensalah;Belaiz,Louh, et les autres destructeurs

    38
    6
    ader
    5 avril 2019 - 10 h 34 min

    vous etes bornés ou quoi!? le peuple dit TROUHOU GA3.

    26
    16

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.