Des députés illégitimes continuent de légiférer au nom du peuple

députés aberration
Dés députés en séance de travail. PPAgency

Par Houari A. – Une aberration de plus dans la marche difficile vers l’instauration d’une nouvelle République. Ce mardi, au Club des Pins, les mêmes personnes qui ont permis à Abdelaziz Bouteflika de violer la Constitution pour s’assurer une présidence à vie se réunissent pour le destituer.

Se référant à la Loi fondamentale, les tenants actuels du pouvoir se retrouvent ainsi piégés dans une situation héritée du régime au changement duquel les Algériens appellent chaque vendredi en manifestant en grand nombre pour faire entendre leur voix longtemps étouffée par les jeux du sérail.

La réunion des deux chambres du Parlement croupion est une formalité de trop qui retarde la sortie de la crise dont la persistance deviendrait dangereuse pour le pays. D’aucuns estiment que ces atermoiements font partie d’une stratégie qui viserait à contourner les revendications du peuple, en substituant au système rejeté un autre, différent en apparence mais semblable au premier dans le fond.

«Les députés non élus du FLN, du RND, du MPA et de TAJ, cooptés par l’ancien régime, ne représentent pas le peuple et continuent, pourtant, à légiférer en son nom», dénonce un constitutionnaliste pour qui «la mascarade de Club des Pins ne fera qu’aggraver le fossé qui éloigne les gouvernants des gouvernés». «Triturant la Loi fondamentale à sa guise et en fonction de ses appétits politiques, Bouteflika a fait voter en 2008 une Constitution par ses pions placés dans les deux chambres du Parlement dans l’unique but de se maintenir au pouvoir ad vitam ad aeternam. Pour faire avaler la pilule, il a intégré, en 2016, des articles qui devaient éblouir l’opinion publique et lui faire oublier l’essentiel», relève notre source, citant notamment le rétablissement de la limite à deux mandats présidentiels qui rend inconstitutionnel l’allongement de ce nombre de mandats.

Malade, Bouteflika ne comptait sans doute pas se présenter à sa propre succession en avril 2019. «A l’origine, le retour au second mandat non renouvelable avait pour but de faire de Bouteflika le Président dont la longévité au pouvoir ne serait jamais égalée», note notre source, qui confirme ainsi l’affirmation contenue dans le message de ce dernier selon laquelle il ne comptait, sans doute pas, se représenter et que des «forces extraconstitutionnelles» l’y ont poussé.

«Si la rue n’avait pas bougé et si Bouteflika avait eu besoin de faire voter par ses députés une Constitution pour permettre à son frère de lui succéder, par exemple, ils l’auraient fait sans vergogne», confie notre source.

H. A.

Comment (30)

    Mme CH
    10 avril 2019 - 0 h 31 min

    Chers députes : In Lem Tastahou If3alou Ma Chi’toum….! Drôle d’espèce…!!!
    Le parlement des coiffeuses….!!!

    Vangelis
    9 avril 2019 - 20 h 36 min

    L’illégitimité de ces députés ne date pas d’aujourd’hui puisqu’ils ont tous été élus par l’achat de leur siège et le bourrage des urnes. Toutes les lois qu’ils ont voté à main levée tels des béni oui-oui, sont de fait illégales.

    Ils broutent dans la gamelle et pavanent avec leur supposé pouvoir alors qu’ils ne sont que l’ombre d’eux mêmes, sans dignité et sans honneur. Et s’ils en avaient, ils auraient démissioné comme leur parrain surtout qu’ils sont assis sur des strapontins par définition bancales.

    Ils seront tous comptables devant les algériens. Nul n’est inamovible et nul n’échappera à la sanction, le moment venu.

    karimdz
    9 avril 2019 - 19 h 29 min

    Legitimes ou pas, c est la continuité des institutions, ces députés ou sénateurs, sont plus ennuyés par le fait qu’ils signent la fin de leur mandat, c est une certitude.

    Rien n est plus grave que le vide politique, et le chaos, et certains s évertuent à vouloir supprimer d un coup de baguette magique, tout l ancien système. Cà se passe pas comme çà, les choses doivent se faire par étapes, et surement.

    Le changement se fera, par la voie des urnes et on s y achemine, mais il y en a qui veulent pousser le chaos en Algérie et nous proposer un scenario à la lybienne…

    1
    2
    Anonyme
    9 avril 2019 - 16 h 40 min

    Pourquoi tant de haine. Avez-vous remarqué qu’il y a des slogans et commentaires remplis de haine? De quel droit les autres partis peuvent-ils boycotter ou pas la réunion au parlement. Calculs, encore une fois politiques, au dépens de l’Algérie. L’ANP est pour cette décision. D’ici peu on demandera aux manifestants de dégager l’équipe nationale de foot actuelle et nous choisir de nouveaux joueurs pour la prochaine.

    2
    26
      Gueux
      9 avril 2019 - 19 h 44 min

      la haine a été semée dans le coeur du peuple par un pouvoir non seulement illégitime mais aussi corrompu et des représentants tout autant illégitimes et corrompus. L’armée doit se démarquer , nettoyer en soin sein et se ranger au coté du peuple !

      2
      1
    Anonyme
    9 avril 2019 - 14 h 51 min

    Des députés illégitimes signifie que Bensalh est illégitime

    Nous n’avons pas encore un président. Bensalah c’est leur président pas le notre.

    34
    1
    DYHIA-DZ
    9 avril 2019 - 14 h 06 min

    L’illégalité continue à gérer l’Algérie.
    Bouteflika est parti, mais sa queue s’agite encore pour se régénérer.

    40
    2
    Usurpations de fonctions.
    9 avril 2019 - 13 h 19 min

    Ces dipitis sont en train usurpée la fonction de députés.
    Ils sont redevenu que de simples lambda depuis la démission du président de la République .
    Ils doivent s’attendre à répondre à la justice.
    Non assistance à peuple en danger.
    Train de vie et biens matériels non compatible avec les rémunérations de la fonction de dipitis.
    La police fiscale va passer aux peigne fin les politiciens et beaucoup d’autres corporations.
    L’argent va revenir aux trésors public.
    C’est à dire au peuple algérien.

    16
    Anonyme
    9 avril 2019 - 13 h 13 min

    La feuille de route devient de plus en plus évidente. Ils se sont débarrassés de Boutef devenu encombrant pour sauver le système. Il sera difficile de déloger ce système et le peuple doit être conscient de cette réalité. Les dernières répressions témoignent d’un regain d’activités des forces extra-constitutionnelles anti-hirak. La vigilance est de mise…..

    16
    1
    Zaatar
    9 avril 2019 - 12 h 16 min

    Tout le monde a compris que tout cela a été fomenté les derniers jours de l’avant la démission du Bouteflika. Ils ont d’abord tout essayé pour maintenir Bouteflika et au dernier recours se sont rabattus sur ce scénario qui aux yeux de l’international est inscrit dans la constitution. Une bonne manière de faire perdurer encore le système temporairement en attendant de truquer les élections pour s’asseoir convenablement pour encore quelques dizaines d’années. Je me suis ravisé sur mes premiers propos où j’affirmais que ce pouvoir ne partira que par la force. La détermination du peuple de vendredi en vendredi m’en avait dissuadé et je me suis dit que par la force des choses le peuple de cette manière pacifique vaincra. Je commence sérieusement à en douter.

    19
    Hchicha Talba M'iicha حشيشة طالبة معيشة
    9 avril 2019 - 11 h 45 min

    Ce qui me chiffonne dans tout ça c’est les Beni oui-oui qui composent ce parlement. Rien que des صحاب الشكارة comme l’a si bien dit un commentateur. Si l’on devait en appeler durant le Hiraq c’est leur demander de vaquer la sale du Parlement, rendre les voitures de services, bloquer les comptes des hotels, etc..etc..
    Nommer qui que ce soit ne saurait être une prerogative de ces gens là qui, normalement, représentent des partis d’opposition (hic) qui à leur tour etaient pour le depart du système.
    Ils sont tous du meme bord… Il n’y a aucune opposition au Pays.
    Les membres de l’APN doivent être irréprochables et leurs CV (reels) devraient être affichés pour les besoins du savoir du Peuple d’en bas qui devraient ratifier leurs candidatures ou bien la disqualifier et non l’accepter parce qu’elle est nommée dans tel ou tel douar.

    C’est mon opinion….

    12
    Anonyme
    9 avril 2019 - 11 h 44 min

    EN TANT CITOYEN DU PEUPLE AI JE LE DROIT DE SAISIR LA JUSTICE ?? A ENCONTRE DE CES USURPATEURS OU A DÉFAUT CRÉER UN ASSOCIATION « DROIT DU PEUPLE » POUR CELA IL FAUT SE MUNIR DE CONSEILLER(S) JURIDIQUE BÉNÉVOLE MEMBRE ET UNE ADRESSE ELECTRONIQUE OU PHYSIQUE POUR NOUS RALLIER
    IL NOUS FAUT SE DÉBARRASSER DE CES PARASITES AU PLUS VITE? JE FAIT APPEL A TOUTE LES BONNE VOLONTÉS POUR LES EMPÊCHER DE S INCRUSTER, VOTEZ POUR ETRE MEMBRE SOYEZ NOMBREUX POUR LE BIEN DE TOUS
    S IL Y A D IDÉES MEILLEURS OU CONNAISSANCES DES LOIS QU IL SE POSTE
    Ceux qui pensent que c est drôle, pas faisable, impossible ridicule pas sérieux,s abstenir Merci

    12
    Anonyme Utile
    9 avril 2019 - 11 h 33 min

    La constitution interdit strictement à Bensalah d’occuper le poste de président de la république Algérienne, car il n’a pas la nationalité Algérienne d’origine. Bensalah a une nationalité marocaine d’origine.

    Donc une plainte ddoit être déposée en extrême urgence devant la haute cour de justice de l’état, pour invalider sa candidature et le destituer.

    Il faut actionner la haute cour de justice de la république immédiatement.

    C’est un complot destructeur de l’Algérie organisé par les Bouteflika les pires ennemis et des pires traîtres de l’Algérie, afin d’échapper à la justice Algérienne suite à la dilapidation des 1500 milliards de dollars du PEUPLE ALGÉRIEN.

    Nommer illégalement Bensalah qui n’a pas une nationalité Algérienne d’origine, conformément à la constitution, est une déclaration de guerre contre le PEUPLE ALGÉRIEN.
    Les généraux du commandement sont complices et ont laissé faire, comme le prouve la réalité.
    Ces pseudos manœuvres militaires au maroc et en Algérie ne sont que des mises en scènes, pour détourner l’attention du peuple Algérien, de ce qui se passe au parlement où siègent illégalement des députés illégitimes des partis de la coalition corrompue de l’ère Bouteflika.

    Gaïd Salah a trahi le PEUPLE ALGÉRIEN.

    Le PEUPLE ALGÉRIEN ne l’acceptera jamais.
    Tous ces corrompus y compris Gaïd Salah auront la réponse du PEUPLE ALGÉRIEN très rapidement et répondront de leur actes de très haute trahison.

    LE PEUPLE ALGÉRIEN triomphera quelque soient les circonstances, car la volonté d’un peuple est invincible.

    Ce que le peuple veut, Dieu le veut.

    31
    chaarb
    9 avril 2019 - 11 h 31 min

    prochaine manif exigeons la mis sous mandat de dépôt de tous les membres profiteurs et voleurs de ses champions de la brosse que sont les FLN, du RND, du MPA et de TAJ,

    debarassons nous d’eux !!! ils sont la honte de l’algerie et les responsable de la confiscation de nos libertés et de notre indépendance depuis 62

    53
      Anonyme
      9 avril 2019 - 14 h 23 min

      Très bonne idée!

    Aa
    9 avril 2019 - 11 h 28 min

    Le plus grand traître que l’Algérie ait connu a bien dit :  » Après moi le déluge ». Sa cour et à sa tête Gaid Salah sont entrain de nous emmener inexorablement

    18
    1
    Rétroactivité et Télécommande!
    9 avril 2019 - 11 h 23 min

    Cela veut dire tout simplement que le ‘système Bouteflika » continue de diriger « par télécommande  » toutes les institutions du pays sans exception y compris l’ANP. Sinon comment explique-t-on ces fameuses décisions non publiées que le Président de la République Abdelaziz Bouteflika aurait prises avant de déposer sa démission. Ne peut-on pas nous faire avaler plus tard des couleuvres en nous disant que ce sont des décisions présidentielles officielles déjà prises.
    La preuve par quatre est la décision par exemple de l’écartement du Général Tartag dont personne ne peut affirmer ou non la véritable nature de cette décision, etc… Qui oserait contredire également que le Chef d’Etat-major ne figurerait pas lui aussi sur cette liste fantôme…..au cas où… « Dressée par le Chef de l’Etat » avant sa démission.
    Avec l’avènement de M. Ben Salah, ce dernier n’est-il pas devenu « contre vent et marée » Président de la république par intérim à la barbe d’un Peuple dit-on souverain pourtant mépris.
    Grâce à la Constitution de Fakhamatou, ne faut-il pas s’attendre aussi à d’autres surprises qui risqueraient d’embraser la rue au nom d’une Constitution royale antipopulaire taillée par le système Bouteflika selon ses privilèges et intérêts, et qui continue de pondre des bombes à retardement.
    Sommes-nous en train de jalonner des repaires sous le prétexte du respect d’une Constitution violée, et violenté pour permettre sans le savoir aux détracteurs de l’Algérie d’y trouver une occasion pour s’y infiltrer et mettre en application leurs fameux plans de déstabilisation de l’Algérie.

    17
    Anonyme
    9 avril 2019 - 11 h 20 min

    Ils l ont fait!!!!Bensalah président par intérim…..les chiens aboient ,la caravane passe…ils ont toujours autant de mépris pour le peuple..des millions d algériens les rejettent mais ils font la sourde oreille. Ils ne lâcheront pas la poule aux œufs d or…
    Comment faire avec ces aghiouls?
    Je suis sidéré….

    18
    Anonyme
    9 avril 2019 - 11 h 03 min

    Le Parlement, réuni ce mardi 9 avril, a désigné Abdelkader Bensalah comme président d’Etat pour assurer l’intérim d’Abdelaziz Bouteflika pour une durée maximale de 90 jours.

    Yoyyouyouyouuuu , on a dégagé le Maître pour le remplacer par son Valet.
    Khawa Khawa.

    24
    Zaatar
    9 avril 2019 - 10 h 51 min

    ça y est, ils nous prennent pour des anes. Bensalah est président par itérim. Bedoui est toujours premier ministre et Belaiz président du conseil constitutionnel. Exactement ce que ne voulait pas le peuple qui manifeste chaque vendredi. Autrement dit, ils nous prennent pour des idiots, pour des moins que rien, pour des anes…etc. Et Gaid avec.

    25
    Mir
    9 avril 2019 - 10 h 22 min

    Quelqu’un peut-il chiffrer le coût de cette réunion-carnaval ?? (prime de déplacement, transport, essence, personnel utilisé, bouffe, boissons, maqrout et baqlawa à volonté)…
    A nos frais. Comme d’habitude.

    16
    Yiddhir
    9 avril 2019 - 10 h 20 min

    C’est en 1962, alors que les algériens (nes) pansaient leurs plaies et essuyaient leurs larmes croyant en des lendemains meilleurs que l’armée des frontières devenue ANP (à ne pas confondre avec l’ALN) avait décidé d’exclure le peuple, de lui confisquer sa liberté recouvrée et de faire de lui un indus-occupant, à peine toléré, dans son propre pays. Si l’ANP représentée par son général major Gaid Salah veut se racheter devant l’histoire, elle n’a qu’une seule et unique chose à faire en ces moments précis: restituer au peuple ce dont elle l’a privé depuis près de 60 ans: sa souveraineté. L’histoire saura rendre son verdict

    18
    2
    gaci
    9 avril 2019 - 10 h 12 min

    c’est quoi le système ? tout ce qui a été créer par Bouteflika doit disparaitre, quel députés ? vous appeler ça députés, ceux qui lèvent leur mains pour dire AMEN, ils demandent encore plus d’avantages, passeport diplomatique, encore plus de sous, etc… ce n’est pas assez. C EST UNE HONTE, ILS FAUT LES VIRER ces bons à rien c’est comme des sangsues , ils sont pire que leur Bouteflika, des arrivistes qui n’ont jamais mis de cravates et maintenant ils sont civilisi . quand je les vois à la télé, c’est ça qui parlent au nom du peuple. quel tristesse, pour moi, il faut avoir un niveau au moins un bac + 2 . ALLAH YAHDINA , Salutations, salam aleikoum et vive notre jeunesse Algerienne.

    15
    Taghir
    9 avril 2019 - 9 h 57 min

    En attendant les nouvelles élections, ce sont bien eux qui doivent légiférer et non pas l’auteur de l’article ou qui que ce soit d’autre.
    Et tous les députés et sénateurs ne sont pas tous des fripouilles.

    1
    14
    Anonyme
    9 avril 2019 - 9 h 17 min

    Ces « SHAB CHKARA » ne représentent nullement le peuple

    19
    La Honte....
    9 avril 2019 - 8 h 58 min

    Si de la HONTE !!! Ils faut que ce dégage pas de dignité, ils sont que des voleurs.
    J’appelle les responsables de Notre Armée
    de faire le vrai coup de balai pour ces voleurs.

    18
    1
    El Vérité
    9 avril 2019 - 8 h 31 min

    Trois cent cinquante mille Dinars plus primes et avantages de l’état et des citoyens par mois, qui peu dire non sauf aux personnes de bonne familles intègre et loyaux et comme ils existent que très peut alors adieu les dégâts, le cas d’un député FLN qui était un membre influent avec son frère au parti FIS est tout un coup devient tête de liste FLN et puis second derrière Bouhadja, comment puisse-t-il passer devant les nombreux adhérents de ce parti pour certains ils adhérents depuis l’indépendance, existe bien un miracle ou un dons important, l’apnée d’aujourd’hui est un fond d’investissement et gars aux honnête citoyens

    15
    Zaatar
    9 avril 2019 - 8 h 18 min

    Ils vont continuer à nous prendre pour des anes tant qu’ils le peuvent…

    18
    Massinissa
    9 avril 2019 - 8 h 15 min

    quand vous écrivez « députés » , il faut toujours l’écrire entre guillemets , parce qu’ils ne représentent pas le peuple , et de même pour le terme «parlement» parce que c’est une boite aux lettres ou bien à enregistrement , institution budgétivore, elle consomme l’argent du peuple , normalement la prochaine marche et SIT IN sera vers et devant ce soit disant parlement ainsi que le « sénat »

    19
    ANONYME 1
    9 avril 2019 - 8 h 15 min

    A qui ont-ils servi ces députés si ce n’est à enfoncer d’avantage le pays.
    La seule chose qu’ils faisaient lever la main pour approuver, le reste de leur cervelle ne servait à rien, alors que le pays se faisait dépecer sous leurs yeux.
    Les lois bafouées, et la puissance l’Etat en tant que Nation, trainée au pied et cadenassée pour permettre une meilleure occupation du terrain par des forces hostiles.
    Messieurs les mandataires il est de ficher le camp.

    18

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.