Le peuple ordonne

peuple instructions
Seul le peuple est souverain. PPAgency

Par Bachir Medjahed – Le peuple en tant que seule source de souveraineté a organisé son propre référendum. Il a donné ses instructions à ses institutions. Il a ordonné à des responsables d’institutions de démissionner. Ceux-ci se sont déclarés insoumis et en conséquence de quoi ils sont considérés des déserteurs du peuple. En conséquence de quoi également le peuple a ordonné à son armée de faire exécuter ses instructions. Seul le peuple accorde son mandat à sa propre armée. Celle-ci n’est pas maîtresse de la définition de son mandat.

Le peuple s’est donné une armée pour protéger les frontières de son territoire et également protéger les populations. Quand le peuple ordonne, la justification est politique pas juridique. Il ne faut pas interroger le droit pour lui demander une réponse quand celle-ci est politique.

La seule vocation de l’armée est définie par le peuple souverain. C’est bien le peuple qui dispose d’une armée et l’armée n’a pas existé avant le peuple, mais bien près. Une armée sans le peuple n’est qu’un groupe armé. L’armée a des missions de service public. On dit que trois critères principaux permettent de reconnaître le service public : la présence d’une personne publique, la recherche de l’intérêt général et les prérogatives attribuées à la puissance publique.

B. M.

Comment (15)

    UMERI
    12 avril 2019 - 20 h 47 min

    Mr Gaid Salah, notre chef d’ Etat Major, doit savoir, que le peuple algérien a soif de liberté et de justice. En 1954, un groupe de jeunes nationalistes, déterminés et engagés, ont décidé de déclencher la lutte armée, contre un colonialisme aveugle et sanguinaire. Le peuple algérien, a répondu présent massivement, prêt au sacrifice suprême, pour arracher son indépendance. En 1962, un coup de force, soutenu par la France et l’Egypte a hypothéqué cette indépendance, chèrement acquise et voila, qu’après tant d’années, nous sommes encore, entrain de solliciter un pouvoir mafieux, de nous rendre cette liberté bafouée. Mr Gaid Salah, aujourd’hui, la force se trouve entre les mains de l’A N P, interpellé par le peuple algérien,mobilisé comme un seul homme, afin qu’ elle saisisse cette occasion historique, en l’accompagnant dans sa détermination, à aller vers l’installation de la démocratie, afin d’ en finir avec ce régime mafieux instauré par Bouteflika. Les cartes étant biaisées, la constitution actuelle, dépassée par les événements, , l’ application à la lettres,de ses dispositions, risque de favoriser le retour de tous les corrompus, responsables de la faillite politique, économique et sociale de l’Algérie. L’heure est grave, agissez positivement, le peuple algérien, vous en sera reconnaissant.

    5
    2
      Anonyme
      13 avril 2019 - 0 h 21 min

      Retour à la case départ 1962 :
      -Désignation d’un gouvernement provisoire (GPRA) avec de nouveaux administrateurs dans l’administration centrale et les collectivités locales pour remplacer les colons actuels.
      -Election d’une Assemblée nationale constituante pour élaborer une nouvelle Constitution dans un délai d’une année.
      -Référendum pour la nouvelle Constitution.
      -Election législative.
      -Election parlementaire.
      -Election présidentielle en dernière étape pour un Président choisi par le Peuple.
      Peu importe le temps que cela prendra, pourvu que la justice triomphe !

    citoyen algerien
    12 avril 2019 - 18 h 52 min

    Le système, ce pouvoir est finie Monsieur gaid salah avec ton fantoche de president bensalah et tes chiattas
    il est temps de nommer un gouvernement provisoire, ton apn et ton senat ces deux chambres de chkaras voyous dehors et la prochaine tour tout ce monde se retrouvera devant des tribunaux
    attention si quelque chose de mal se produit, tu en porteras la responsabilité toi et l’etat major militaire

    9
    3
    Mir
    12 avril 2019 - 16 h 23 min

    Le Peuple ordonne
    Mais Gaid Salah refuse d’obéir.
    Impasse totale

    12
    5
    T213
    12 avril 2019 - 15 h 59 min

    Très bonne analyse. Malheureusement, depuis 1962 c’est l’armée qui détient le pouvoir. Rappelons que Boutef fut ramené par les militaires. Aujourd’hui, notre armée est à la croisée des chemins: soit elle reste au service de la mafia au pouvoir depuis 1962; soit elle rejoint le peuple pour instaurer la 2e République régit par des lois et non pas la force.

    9
    4
    Droits Humains
    12 avril 2019 - 13 h 59 min

    En regardant la photo, nous avons bien observé le symbole de « OTPOR ». Cela en dit long sur les motivations de l’auteur.

    10
    4
    Droits Humains
    12 avril 2019 - 13 h 57 min

    Voilà un texte de quelques lignes qui résume le populisme dont est victime justement le peuple algérien. Il suffit de prendre en photo une revendication dans une manifestation, pour que celle ci-devienne la parole du peuple. Même l’extrême droite la plus haineuse n’a jamais osée transgressée les fondamentaux du débat contradictoire, même biaisé.
    On dirait que l’auteur est téléguidé directement des laboratoires des néocons. Il parle au nom du peuple, il est élu par le peuple ??? Soyez juste un peu humble et parlez en votre nom, pour que l’on sache ce que vous vous voulez.
    Vous n’êtes pas le peuple, mais son ennemi.

    13
    7
    Jamais comme un mouton
    12 avril 2019 - 13 h 50 min

    Vous manipulez les gens , le peuple comme vous dites,vous leurs faites croire qu’ils peuvent gouverner par eux même alors l’histoire à prouver que toute élan populaire, des gens avec des agenda et des plans attendent, regardez la république des français aujourd’hui gouvernée par des étrangers contre son propre peuple.
    Vous êtes des manipulateur et le peuple payera de sa naïveté

    6
    11
    RAS
    12 avril 2019 - 12 h 23 min

    ENFIN un ARGUMENTAIRE qui TIENT LA ROUTE et qui relève du BON SENS…VOX POPULI VOX DEI …! edoustour c’est le PEUPLE !!!cqfd

    5
    9
    Rayah
    12 avril 2019 - 12 h 14 min

    Je rappelle que c’est le peuple algerien qui a libere le pays du colonialisme grace a notre ‘ Dien Bien Phu’ lors du 11 Decembre 1960, un grand tournant dans l’Histoire de la guerre d’Algerie qui avait convaincu De Gaule et son administration qu’ils pouvaient gagner des batailles militaires mais ne pouvaient jamais vaincre le PEUPLE. Cette glorieuse et sanglante periode avait fait dire a un beret rouge qui ne cessait de vider son chargeur sur la foule ‘ Je ne tenais plus le coup, j’ai fait tous les maquis de l’Algerie mais je n’ai jamais vu autant d’emblemes fellagas ‘. Un seul Heros le PEUPLE.

    10
    3
    TOP 16
    12 avril 2019 - 11 h 30 min

    La république appartienne au Peuple et rien qu’au Peuple et personne d’autres,l’armée il est payé pour protégé nos frontières et notre sécurité,mais dans un aucun cas garant de notre avenir ou notre politique,nous avons sacrifier plus d’un quart de la population pour prendre notre destin en main;et ce n’est pas les ex collabos,ou les commis soumis,lécheurs de babouches qui vont nous dictés nos loi et notre avenir;nous avons les meilleurs instruits d’Afrique et monde Arabes pour ne pas dire du monde;est ils l’ont prouvé partout dans le monde;Nos Vieillards prennent la retraites,nos collabos lécheurs doivent retourner chez leur Maitres en France;et l’Algérie pour les Algériens

    11
    5
    Zaatar
    12 avril 2019 - 11 h 06 min

    Le chef d’État major fait déjà des interventions fantoches. Il prend des décisions « rigolotes » et dit respecter la constitution qu’il n’a pas respecté auparavant. Autrement dit le peuple n’a plus d’armée et que celle ci est devenue un groupe armée. Seulement cette stature est à attribuer au seul commandement, c’est à dire les généraux mis en place par le système Bouteflika pour des raisons bien définies. Reste les colonels…Je voudrais bien avoir leurs avis.

    12
    7
    Anonyme
    12 avril 2019 - 10 h 59 min

    Une excellente analyse qui va dans le sens de la demande du peuple c’est à dire l’application des articles 7 et 8 de la constitution. Oui le peuple est maitre de son destin et c’est lui qui décide.L’armée se doit de l’accompagner et lorsque le peuple ordonne ce n’est plus une immixtion de l’armée dans les affaires politiques , mais l ‘EXECUTION d’un ordre venue de l’autorité suprême du pays:LE PEUPLE;unique source du pouvoir.

    12
    5
    Apulée de Saldae
    12 avril 2019 - 10 h 57 min

    Une excellente analyse qui va dans le sens de la demande du peuple c’est à dire l’application des articles 7 et 8 de la constitution. Oui le peuple est maitre de son destin et c’est lui qui décide.L’armée se doit de l’accompagner et lorsque le peuple ordonne ce n’est plus une immixtion de l’armée dans les affaires politiques , mais l ‘EXECUTION d’un ordre venue de l’autorité suprême du pays:LE PEUPLE;unique source du pouvoir.

    10
    6
    Karamazov
    12 avril 2019 - 10 h 31 min

    Oui mais mais nous ne sommes pas dans le règne de la légitimité pour que le peuple redevienne par la manifestation soudaine du Saint-Esprit la source de la légitimité .

    Le fait même que Larmi s’arroge des prérogatives que même la constitution actuelle ne lui confère pas est déjà ubuesque.

    Ensuite on ne peut pas à la fois invoquer l’application de l’article 7 et pas celle de l’article 102 qui sont une contradiction en soit.

    Amounavi le processus constitutionnel se mord la queue.

    Le peuple doit faire et non pas braire le droit !

    S’il ne veut pas qu’une chose se réalise , il n’a qu’à faire en sorte qu’elle ne se réalise pas et non invoquer les cieux !

    12
    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.