Education : prise en charge des revendications professionnelles

Abdelhakim Belabed
Abdelhakim Belabed, le nouveau ministre de l'Education nationale. D. R.

Le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, a affirmé, dimanche à Alger, son engagement à consentir «tous les efforts» pour prendre en charge les revendications professionnelles du personnel du secteur dans le cadre de la concertation «permanente et continue» avec les partenaires sociaux «sans exclusive».

Intervenant lors de la Conférence nationale des Directeurs de l’Education, le ministre a précisé qu’il s’engageait à examiner les questions professionnelles, mettant en exergue qu’«il y a beaucoup de dossiers qui ne sauront être réglés qu’avec détermination et persévérance». «Les portes du ministère sont ouvertes à tous les partenaires sociaux au service du secteur et dans l’intérêt de l’élève», a soutenu le ministre, soulignant qu’il s’emploierait à «relancer tous les chantiers communs avec les partenaires sociaux et mettre en application les procès verbaux signés avec les syndicats».

Entre autres dossiers que le ministre a promis d’examiner, figurent, entre autres, «ceux des postes pédagogiques et du parachèvement de l’arrêté ministériel portant organisation et fonctionnement des œuvres sociales de l’éducation nationale». Le ministre de l’Education nationale a mis l’accent sur la nécessité d’«examiner tous les dossiers des fonctionnaires en suspens au niveau local, dont le versement des arriérés aux ayants-droit». Il sera procédé durant cette année à l’organisation d’examens professionnels pour la promotion aux grades de professeur principal et professeur formateur en faveur de 45 000 enseignants, a fait savoir M. Belabed, rappelant que l’organisation de cet examen a déjà eu lieu en janvier 2018, avec 9 023 postes restants, outre l’organisation d’une deuxième session en mars dernier au cours de laquelle 8 463 enseignants ont réussi l’examen, parallèlement à l’exploitation du reste des postes dont le nombre s’élève à 560 en ce sens que ces derniers ont été exploités au profit des enseignants via la liste de réserve.

Par ailleurs, le ministre a indiqué qu’il œuvrerait à «la prise en charge des préoccupations des élèves en leur facilitant les procédures relatives aux inscriptions avec allègement des dossiers scolaires et la prise en compte des carrières des fonctionnaires en leur accordant leurs droits conformément aux procédures en vigueur».

R. N.

Comment (7)

    Hadj Brahim
    15 avril 2019 - 13 h 00 min

    M. Belebad, vous n’êtes nullement ministre, personne ne vous le reconnaît ni votre gouvernement illégitime ! Moi, aussi je peux nommer mon épicier du coin à ce poste … Rouh El Darek, c’est mieux pour tout le monde.

    6
    1
    indigné
    14 avril 2019 - 23 h 10 min

    Depuis Benghebrit (bon débarras) et ce nouveau vizir c’est le jeu du chat et de la souris entre les syndicats et ces ministres, les uns pour quelques dinars de plus et la tutelle pour acheter leur silence, alors que le niveau au sein des écoles et des universités ne cesse de dégringoler

    1
    8
    Khorrotov
    14 avril 2019 - 22 h 40 min

    Ce ministre prend le personnel de l’éducation pour des demeurés. Il fait miroiter en ce moment pas comme les autres, des promesses en prenant l’engagement de règler tous les problèmes en instance. Il ne s’agit , comme tout un chacun le constate, qu’une vente concomittante à l’effet de gagner du temps et de trouver une brèche pour se faire accepter et par la même, faire admettre sa légitimité que le peuple a récusée. La ficelle est trop grosse monsieur le ministre!

    5
    1
    anonyme
    14 avril 2019 - 22 h 04 min

    C’est ça ces ministres ne sont nommés que pour acheter le silence du peuple tant que la rente est là au lieu de penser au niveau qui ne cesse de se dégrader
    D’ailleurs vous faites partie d’un gouvernement fantoche

    RAUS
    14 avril 2019 - 19 h 47 min

    Monsieur le Sinistre de l’éducation et de la soumission et les affaires louche,nous voulons que partez tous et le plus rapidement possible,et laissez la place aux vrais Algériens compétent et patriote

    10
    Apache
    14 avril 2019 - 18 h 50 min

    Ce petit Ministre a t’il les compétences et surtout les prérogatives nécessaires pour régler les problèmes de l’éducation en suspens. Pourtant il n’est sensé, pendant les 90 jours, que régler les affaires courantes avant qu’il ne dégage, lui et ses collègues du gouvernement.

    13
    3
    Tabbal Tabbal
    14 avril 2019 - 18 h 48 min

    Oui Oui, vous allez régler tous nos problèmes en 90 jours. On vous croit sur parole!
    Gardez-en un peu pour après les élections, sinon on va encore élire un président chômeur s’il ne reste aucun problème à régler.

    10
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.