La nouvelle devise de l’UGTA

UGTA Sidi-Saïd
Manifestation devant le siège de l'UGTA. Fateh Guidoum/PPAgency

Par Nazim Maiza – Les Algériens assistent en «live» à une virevolte ébouriffante au sein de la «casa» UGTA. En effet, même étant sporadique, personne ne peut ignorer ce mouvement contestataire dans les rangs de la centrale. Une agitation sans précédent secoue le labyrinthe UGTA, une agitation qui prétend puiser sa légitimité contestataire dans l’éclosion d’une révolte populaire jamais égalé dans le monde contemporain.

A vrai dire, «surfer» sur le hirak est plus que jamais en vogue même chez les prolétaires «modernes» que nous sommes. Aujourd’hui, les représentants «magiquement» scrupuleux des droits des travailleurs de l’UGTA dénoncent la mainmise d’un clan mafieux sur leur organisation, un clan incarné par Sidi-Saïd. Ils veulent, de prime abord, rompre avec les mécanismes qui régissent la centrale pour ne plus être assimilée comme étant une complémentarité du pouvoir inique en place.

Il est vrai que l’organigramme de l’union est alambiqué et sécurisé par et pour le «mandarinat» aux commandes de ce syndicat. C’est pourquoi, souvenez-vous, de temps à autre, nous apprenions la suspension de secrétaires généraux et autres élus qui dénonçaient la hogra au sein des entreprises publiques ou celle exercée par le commandement envahissant de la direction centrale de l’UGTA, les élections truquées et les cooptations en tous genres.

Dans un passé récent, je ne me souviens pas avoir entendu le moindre chuchotement dénonçant les pratiques archaïques du secrétaire général Sidi-Saïd. Pire encore, tout le monde était dans l’allégeance outrancière envers cet individu qui a, disons-le, perverti viscéralement les fondements mêmes du syndicalisme algérien. Un syndicalisme absent dans les rues algériennes alors même qu’il pouvait apporter un plus dans la construction de l’Algérie de demain.

Rappelez-vous, contrairement à nous, le syndicalisme incarné par l’UGTT fut fort utile à nos voisins tunisiens lors de leur révolte. Parce qu’il était structuré, ce dernier reflétait les réalités du terrain des travailleurs, des réalités tant dans la représentativité que dans le contexte revendicatif bien avant la révolution.

L’insultante manœuvre à laquelle nous assistons aujourd’hui malgré notre miraculeuse révolution populaire, a pour seul et unique but l’accaparation une fois de plus de la machine UGTA. Il est dommage de voir certains caciques de l’UGTA se repositionner et commencer à «manœuvrer» pour se refaire une virginité et prétendre au trône de Sidi-Saïd. Des «anticonformistes» de la vingt-cinquième heure pour qui les leçons du hirak révolutionnaire n’ont pas suffi malheureusement. Beaucoup d’entre ces apparatchiks bien enracinés dans le corps souffrant de l’UGTA, pensent résolument que la tempête ne les touchera point vu qu’aucune «grande» manifestation n’est venue frapper aux portes du palais.

Ce raisonnement démontre, ostensiblement, que les occupants du «bunker» sont loin, bien trop loin de la réalité du terrain des travailleurs algériens. Cela me rappelle la devise de la ville de Paris qu’affectionnent particulièrement certains syndicalistes chez nous ; en vérité, ils semblent l’adopter aujourd’hui plus que jamais : «Fluctuat Nec Mergitur» (Il [Paris] est battu par les flots, mais ne sombre pas).

Les jours à venir nous montreront la maturité du peuple algérien diluée dans celle des travailleurs pour déloger pacifiquement le mal qui ronge l’UGTA et, je l’espère, reconstruire une idée du syndicalisme ancré une fois pour toutes dans les valeurs de justice et d’équité devant les droits et les devoirs.

N. M.

Comment (8)

    ZORO
    18 avril 2019 - 21 h 29 min

    A son fils qui lui rappelait sa mere morte, le pere repontit:
    IL faut que tu saches mon fils qu a chaque fois que je me rappelle les mefaits de ta mere je la repudie meme dans sa tombe.
    SIGNEZORO….Z…

    7
    2
    belakhdar
    18 avril 2019 - 20 h 56 min

    CETTE DÉMISSION DU PATRON DE L’UGTA EST UN OUF DE SOULAGEMENT POUR LE SYNDICALISTE UGTA DE L’OFFICE NATIONAL DE LA MÉTÉOROLOGIE EN L’OCCURENCE SAHRAOUI BOUALEM QUI A MENÉ UNE BATAILLE JUDICIAIRE VICTORIEUSE DURANT 2 ANNÉES ENTIÈRES DANS LES TRIBUNAUX DE DAR-EL-BEIDA ET LE TRIBUNAL D’ALGER CONTRE A LA FOIS L’AUTORITÉ ADMINISTRATIVE INCARNÉE PAR MONSIEUR CHERIEF DRH DE CET ORGANISME PUBLIQUE ONMETEO ET CONTRE L’UNION LOCALE UGTA DE DAR-EL-BEIDA QUI ONT CAUTIONNE CONJOINTEMENT UNE FRAUDE ÉLECTORALE LORS DES ELECTIONS SYNDICALES POUR LE RENOUVELLEMENT DE LA SECTION SYNDICALE UGTA D’ALGER EN JUILLET 2017 . CETTE FRAUDE ÉLECTORALE EN QUESTION S’EST MANIFESTE PAR LE FAIT INSOLITE QUE LE DRH DE CETTE ENTREPRISE PUBLIQUE DE MÉTÉO ALGÉRIE AU STATUT JURIDIQUE A CARACTÈRE COMMERCIAL ET INDUSTRIEL S’EST IMMISCE ILLÉGALEMENT AVEC LA COMPLICITÉ DE L’UNION LOCALE DE UGTA DANS LA GESTION DES ACTIVITÉS SYNDICALES DE CETTE ENTREPRISE POUR INTERDIRE AU SYNDICALISTE SAHRAOUI BOUALEM DE CANDIDATER POUR CES ELECTIONS SYNDICALES . DE CE FAIT ET AVANT L’OBTENTION GAIN DE CAUSE EN JUSTICE CONTRE LE DRH DE CETTE ENTREPRISE PUBLIQUE MÉTÉOROLOGIQUE , CE DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES EN QUESTION A OPPRIME TERRIBLEMENT CE SYNDICALISTE SAHRAOUI BOUALEM EN LE PÉNALISANT PROFESSIONNELLEMENT PAR UNE RÉTROGRADATION DE GRADE EN LE FAISANT PASSER DE LA CATÉGORIE 15 / 5 / 10 ÉQUIVALENT A INGÉNIEUR D’APPLICATION A UN SIMPLE GRADE D’AGENT TECHNIQUE CLASSE DANS LA CATÉGORIE B1 VIA UNE CETTE NOUVELLE CONVENTION COLLECTIVE 2018 SIGNÉE PAR UN REPRÉSENTANT SYNDICAL MAFIEUX ET UN DIRECTEUR GÉNÉRAL APPARTENANT AU CLAN MAFIEUX DE L’ANCIEN MINISTRE DES TRANSPORTS GHOUL DU PARTI TEJ . CETTE TERRIBLE PUNITION DÉGUISÉE QUE CE DRH DE LA MÉTÉO A INFLIGE A CE SYNDICALISTE SAHRAOUI BOUALEM S’AJOUTE LES INNOMBRABLES SANCTIONS DE MISES A PIED ET D’ENTRAVES A L’EXERCICE DE SES FONCTIONS QUE CE DRH LUI A INFLIGÉES POUR LE FAIRE SUCCOMBER A LA SOUMISSION DE SA VOLONTÉ MALÉFIQUE POUR L’AMENER A ABANDONNER SON COMBAT JUDICIAIRE ET SYNDICAL . LE MAINTIEN D’UN SYNDICAT CORROMPU A MÉTÉO ALGÉRIE ET D’UNE DIRECTION CORROMPUE DE CET ETABLISSEMENT A ÉTÉ FAVORISE PAR UNE FÉDÉRATION DES TRANSPORTS DONT LE VICE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL EST UN AMI ET UN ANCIEN COLLÈGUE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL DE LA MÉTÉO INSTALLE PAR SIDI SAID DANS CETTE FÉDÉRATION UGTA DES TRANSPORTS . LE COMBLE DE L’OPPRESSION ET DE L’ARBITRAIRE EXERCES PAR LE DRH ET LE DG DE CETTE MÉTÉO ALGÉRIE SUR LE SYNDICALISTE SAHRAOUI BOUALEM VIENNENT DU FAIT QUE SAHRAOUI BOUALEM VIENT D’ÊTRE NOUVELLEMENT SUSPENDU DE SES FONCTIONS ET IL ATTEND SA TRADUCTION ARBITRAIRE ET ILLICITE DEVANT UNE COMMISSION DE DISCIPLINE POUR PRENDRE LA DÉCISION DE SON LICENCIEMENT

    16
    1
    M.D
    18 avril 2019 - 19 h 36 min

    Certains responsables locaux véreux de ce syndicat magouillent sur le dos des travailleurs des entreprises publiques affiliés chez eux, notamment les membres des sections syndicales qui ont maille à partir avec leurs directions à cause des conflits qui surgissent. Ainsi,quand un membre est suspendu par sa direction à défaut d’entente (cette pratique est très courante et abouti parfois au licenciement) et s’adresse à eux, ils se déplacent non pas pour trouver une solution au problème , en épaulant l’intéressé, mais plutôt pour négocier leur silence contre le recrutement de leurs progéniture ou proches.

    11
    Algerien Pur Et Dur
    18 avril 2019 - 18 h 28 min

    A toi aussi je dis notre mouvement n’est pas un mouvement hirak. Cessez de faire de l’imitation ou mieux encore de l’imitatisme.

    belakhdar
    18 avril 2019 - 17 h 12 min

    CETTE DÉMISSION DU PATRON DE L’UGTA EST UN OUF DE SOULAGEMENT POUR LE SYNDICALISTE UGTA DE L’OFFICE NATIONAL DE LA MÉTÉOROLOGIE EN L’OCCURENCE SAHRAOUI BOUALEM QUI A MENÉ UNE BATAILLE JUDICIAIRE VICTORIEUSE DURANT 2 ANNÉES ENTIÈRES DANS LES TRIBUNAUX DE DAR-EL-BEIDA ET LE TRIBUNAL D’ALGER CONTRE A LA FOIS L’AUTORITÉ ADMINISTRATIVE INCARNÉE PAR MONSIEUR CHERIEF DRH DE CET ORGANISME PUBLIQUE ONMETEO ET CONTRE L’UNION LOCALE UGTA DE DAR-EL-BEIDA QUI ONT CAUTIONNE CONJOINTEMENT UNE FRAUDE ÉLECTORALE LORS DES ELECTIONS SYNDICALES POUR LE RENOUVELLEMENT DE LA SECTION SYNDICALE UGTA D’ALGER EN JUILLET 2017 . CETTE FRAUDE ÉLECTORALE EN QUESTION S’EST MANIFESTE PAR LE FAIT INSOLITE QUE LE DRH DE CETTE ENTREPRISE PUBLIQUE DE MÉTÉO ALGÉRIE AU STATUT JURIDIQUE A CARACTÈRE COMMERCIAL ET INDUSTRIEL S’EST IMMISCE ILLÉGALEMENT AVEC LA COMPLICITÉ DE L’UNION LOCALE DE UGTA DANS LA GESTION DES ACTIVITÉS SYNDICALES DE CETTE ENTREPRISE POUR INTERDIRE AU SYNDICALISTE SAHRAOUI BOUALEM DE CANDIDATER POUR CES ELECTIONS SYNDICALES . DE CE FAIT ET AVANT L’OBTENTION GAIN DE CAUSE EN JUSTICE CONTRE LE DRH DE CETTE ENTREPRISE PUBLIQUE MÉTÉOROLOGIQUE , CE DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES EN QUESTION A OPPRIME TERRIBLEMENT CE SYNDICALISTE SAHRAOUI BOUALEM EN LE PÉNALISANT PROFESSIONNELLEMENT PAR UNE RÉTROGRADATION DE GRADE EN LE FAISANT PASSER DE LA CATÉGORIE 15 / 5 / 10 ÉQUIVALENT A INGÉNIEUR D’APPLICATION A UN SIMPLE GRADE D’AGENT TECHNIQUE CLASSE DANS LA CATÉGORIE B1 VIA UNE CETTE NOUVELLE CONVENTION COLLECTIVE 2018 SIGNÉE PAR UN REPRÉSENTANT SYNDICAL MAFIEUX ET UN DIRECTEUR GÉNÉRAL APPARTENANT AU CLAN MAFIEUX DE L’ANCIEN MINISTRE DES TRANSPORTS GHOUL DU PARTI TEJ . CETTE TERRIBLE PUNITION DÉGUISÉE QUE CE DRH DE LA MÉTÉO A INFLIGE A CE SYNDICALISTE SAHRAOUI BOUALEM S’AJOUTE LES INNOMBRABLES SANCTIONS DE MISES A PIED ET D’ENTRAVES A L’EXERCICE DE SES FONCTIONS QUE CE DRH LUI A INFLIGÉES POUR LE FAIRE SUCCOMBER A LA SOUMISSION DE SA VOLONTÉ MALÉFIQUE POUR L’AMENER A ABANDONNER SON COMBAT JUDICIAIRE ET SYNDICAL . LE MAINTIEN D’UN SYNDICAT CORROMPU A MÉTÉO ALGÉRIE ET D’UNE DIRECTION CORROMPUE DE CET ETABLISSEMENT A ÉTÉ FAVORISE PAR UNE FÉDÉRATION DES TRANSPORTS DONT LE VICE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL EST UN AMI ET UN ANCIEN COLLÈGUE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL DE LA MÉTÉO INSTALLE PAR SIDI SAID DANS CETTE FÉDÉRATION UGTA DES TRANSPORTS . LE COMBLE DE L’OPPRESSION ET DE L’ARBITRAIRE EXERCES PAR LE DRH ET LE DG DE CETTE MÉTÉO ALGÉRIE SUR LE SYNDICALISTE SAHRAOUI BOUALEM VIENNENT DU FAIT QUE SAHRAOUI BOUALEM VIENT D’ÊTRE NOUVELLEMENT SUSPENDU DE SES FONCTIONS ET IL ATTEND SA TRADUCTION ARBITRAIRE ET ILLICITE DEVANT UNE COMMISSION DE DISCIPLINE .

    17
    dal G ri
    18 avril 2019 - 15 h 25 min

    je souhaite que les juges soit impitoyable a juste titre ces gens la on fait beaucoup de mal autour d eux et fait souffrir des milliers de personnes du fai de leurs position ,,,qu ils payent

    bozscags
    18 avril 2019 - 13 h 49 min

    vite mr gaid salah envoyer moi ce sidi-said en prison rejoindre son ami ali haddad.

    10
    2
    Anonyme
    18 avril 2019 - 9 h 17 min

    UGTA= ramassis de béni oui oui qui ont fermé leur bec tandis qu’on dépeçait les sociétés nationales et l’ebauche d’industrie qu’il y avait dans les annees 70 et 80.
    À la poubelle tout ça.
    Il faut des syndicats qui reflètent le terrain et indépendants secteur par secteur.
    Et Jimmy Hoffa alias le triste machisidi Saïd devant la justice illico presto.

    31

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.